Navigation – Plan du site

AccueilRégionsAuvergne-Rhône-Alpes201615 – CantalAurillac – 5 rue des Frères-Charmes

2016
15 – Cantal

Aurillac – 5 rue des Frères-Charmes

Opération préventive de diagnostic (2016)
Responsable d’opération : Daniel Parent

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Inrap

Parent D. 2016 : Aurillac (Cantal, Auvergne-Rhône-Alpes) 5 rue des frères Charmes, rapport de diagnostic, Clermont-Ferrand, Inrap.

Texte intégral

1Ce diagnostic est motivé par le projet de rénovation de l’îlot des Frères Charmes, qui s’articule de part et d’autre du tracé de l’enceinte médiévale d’Aurillac.

2Il s’est déroulé en deux temps, le relevé photogrammétrique et l’analyse de l’élévation du mur limitant la parcelle 195 à l’ouest. Le sondage a également eu une profondeur et une surface réduites : 9,5 m2, correspondant à 2,65 % de la surface totale du projet (359 m2), et 1,20 m de profondeur maximum. À ces deux interventions, il semble pertinent d’adjoindre les résultats d’un diagnostic exécuté en 2012, de l’autre côté du mur d’enceinte, dans les parcelles 286 et 287, également comprises dans l’emprise du projet d’aménagement.

3Les investigations menées en plusieurs étapes, de chaque côté de ce mur, et qui portent à la fois sur son élévation et sur des sondages stratigraphiques au pied, permettent de préciser plusieurs indices pour son identification en tant qu’enceinte urbaine médiévale. Sa localisation est en adéquation avec le tracé établi à partir des documents anciens, et avec la présence, grossièrement parallèle, à 10 m, d’un canal couvert qui reprend probablement l’emplacement d’un fossé défensif. Sa topographie (mur rectiligne conservé sur une longueur de 24 m, et son épaisseur importante : 1,80 m dans la partie la mieux conservée) est proche de tronçons observés dans d’autres villes. La fossilisation du parcellaire adjacent au mur constitue un autre indice fort : on constate une nette différence du bâti à l’« intérieur », avec des bâtiments « posés » sur l’arase de la muraille, et à l’« extérieur » de cette limite, avec des constructions en appentis. On note également très peu de percements : aucun dans la partie la mieux conservée. Une ouverture de la voirie, très tardive, dans la seconde moitié du xixe s., à travers cette muraille est observée.

4Le parement est, qui donne sur la parcelle 195, se divise en deux ensembles principaux : une partie basse, jusqu’à 6,90 m, et, au-dessus, « posées » sur la précédente, des constructions correspondant aux étages des bâtiments situés dans les parcelles « intérieures » (286 et 287). La partie basse est continue sur toute la longueur de la parcelle 195, mais elle présente des différences : au nord, la maçonnerie se compose de blocs équarris, sommairement dressés en face de parement, d’un module souvent important, et de blocs moyens, grossièrement assisés, mais sans disposition véritablement réglée et sans aucune pierre de taille. Les matériaux correspondent essentiellement à des laves grises, avec très peu de galets. Au sud, la maçonnerie comporte au contraire de nombreux galets et des moellons de module inférieur, dans un mortier de chaux blanc, friable à pulvérulent. Cette partie est située en retrait de 0,50 m de la précédente, et présente un plan légèrement concave : elle pourrait donc correspondre à un bûchage de la maçonnerie initiale, telle qu’elle est conservée dans la partie nord.

5Le segment nord, présent sur une longueur de 11 m et sur une hauteur de 6,90 m, hauteur qui n’est pas nécessairement la hauteur initiale, correspond donc probablement à un vestige en place, bien conservé, de l’enceinte médiévale d’Aurillac. Le segment sud, de longueur 13 m dans le prolongement du précédent, appartient également à cette maçonnerie, mais il est dans un état amaigri, en raison d’un important bûchage.

Fig. 1 – Plan de l’îlot, localisation des sondages de 2012 et de 2016

Fig. 1 – Plan de l’îlot, localisation des sondages de 2012 et de 2016

DAO : D. Parent (Inrap).

Fig. 2 – Grandes lignes de division de la « façade »

Fig. 2 – Grandes lignes de division de la « façade »

Orthophotographie et DAO : D. Parent (Inrap).

Fig. 3 – Ensemble de la « façade » : localisation des principales phases

Fig. 3 – Ensemble de la « façade » : localisation des principales phases

Ortophotographie et DAO : équipe de fouille (Inrap).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Plan de l’îlot, localisation des sondages de 2012 et de 2016
Crédits DAO : D. Parent (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/90615/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 373k
Titre Fig. 2 – Grandes lignes de division de la « façade »
Crédits Orthophotographie et DAO : D. Parent (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/90615/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1023k
Titre Fig. 3 – Ensemble de la « façade » : localisation des principales phases
Crédits Ortophotographie et DAO : équipe de fouille (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/90615/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 469k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Daniel Parent, « Aurillac – 5 rue des Frères-Charmes » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Auvergne-Rhône-Alpes, mis en ligne le 01 mars 2021, consulté le 28 novembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/90615

Haut de page

Auteur

Daniel Parent

Inrap

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Daniel Parent

Inrap

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search