Navigation – Plan du site

AccueilRégionsAuvergne-Rhône-Alpes201615 – CantalCharmensac – Suc de Lermu

2016
15 – Cantal

Charmensac – Suc de Lermu

Sondage (2016)
Responsable d’opération : Fabien Delrieu

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Ministère de la Culture

Texte intégral

1Le Suc de Lermu est un petit plateau basaltique, situé à 1 100 m d’altitude sur la commune de Charmensac. D’une surface d’environ 8 000 m2, il domine d’environ 450 m le cours de la Sianne qui passe en contrebas. Il est délimité par une série de microfalaises au nord, à l’est et à l’ouest, et par une fort pendage au sud, qui lui permet, par ailleurs, de se rattacher au plateau voisin du Bru par un modeste isthme large de quelques dizaines de mètres. C’est également de ce côté que, logiquement, se fait de la manière la plus aisée l’accès au site.

2Le site a été mentionné la première fois en 1954 par Pierre-François Fournier, éminent médiéviste auvergnat, qui signale la découverte de poteries « gauloises » et tardo-antiques. Il replace donc le Suc de Lermu au sein d’une série de modestes sites de hauteur, occupés aux ve et vie s. apr. J.‑C. sur les versants orientaux des massifs du Cézallier et du Sancy. Par la suite, le site fait l’objet de plusieurs campagnes de sondages entre 1960 et 1968 sous la direction de M. Soubrier. Ces investigations, couplées aux travaux conduits par Alphonse Vinatié sur le site à la fin des années 1960, permettent d’identifier plusieurs occupations se succédant du Bronze final, à l’âge du Fer et à l’Antiquité tardive.

3Les sondages, conduits pendant deux semaines au cours du mois du juillet 2016, avaient trois principaux objectifs :

  • déterminer la présence de niveaux archéologiques stratifiés, et donc évaluer le potentiel de fouille du site dans les années à venir ;
  • caractériser au plus près la chronologie des occupations se développant sur le site ;
  • déterminer la présence éventuelle d’un ou plusieurs systèmes défensifs (rempart ou autre) ayant été aménagé(s) en périphérie du site.

4Pour répondre à cette triple interrogation, deux importants sondages ont donc été ouverts en périphérie du site. Le premier, sur le versant ouest, possédait une longueur de 7 m pour une largeur de 2,5 m. Il s’est avéré très positif en matière de matériel archéologiques collecté, mais négatif d’un point de vue stratigraphique. Les niveaux archéologiques ont, en effet, été érodés dans cette zone et le mobilier archéologique présent s’est retrouvé piégé dans les anfractuosités de la dalle basaltique.

5Le second sondage, situé sur le flanc méridional du site (7 x 2,5 m), s’est avéré beaucoup plus prometteur d’un point de vue stratigraphique. Un premier niveau a été observé à 40 cm sous le sol actuel. Présentant un sol aménagé, il est en connexion avec un aménagement défensif particulièrement fruste (empierrements successifs). Le matériel associé à ces aménagements est composé de céramique principalement, et d’un élément métallique (ferret) qui peuvent être attribués aux ve et/ou vie s. apr. J-C.

6Sous cette occupation tardo-antique, un puissant niveau de l’âge du Fer a été identifié. Il est associé avec un niveau de sol constitué. La fouille de ce niveau a livré une très importante quantité de céramique, dont quatorze tessons de céramique tournée à pâte claire, peinte ou non. Cet ensemble est inédit pour l’heure en Auvergne. L’ensemble de ces éléments permettent de dater cette occupation de l’extrême fin du ve s. av. J-C. (La Tène A).

7Sous cette occupation gauloise, l’opération de cette année s’est arrêtée sur le toit d’un niveau attribuable au Bronze final IIIb, associé probablement à un rempart en basalte vitrifié, comme l’atteste la présence de blocs calcinés découverts en association avec ce niveau. Cette occupation n’a pas pu être traitée en 2016 faute de temps, et surtout en raison des conditions de sécurité (toit du niveau à plus d’1 m de profondeur), qui ne nous permettaient pas de fouiller ce niveau dans le cadre de sondages.

8En conclusion, les sondages de 2016 sur le suc de Lermu se sont avérés particulièrement encourageants dans la perspective de futures campagnes de fouilles. La présence de niveaux archéologiques bien conservés a été confirmée sur la bordure méridionale du site, les trois principales occupations du site (Bronze final IIIb, La Tène A et Antiquité tardive) ont pu être précisément caractérisées d’un point de vue chronologique ; deux de ces séquences, au moins, ont livré la présence de probables systèmes défensifs aménagés en périphérie du site.

Fig. 1 – Céramique claire ondée (CL-ONDÉE) et peinte à pâte claire (CL-PEINTE) : US 01-05

Fig. 1 – Céramique claire ondée (CL-ONDÉE) et peinte à pâte claire (CL-PEINTE) : US 01-05

Clichés et dessins : C. Moulin.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Céramique claire ondée (CL-ONDÉE) et peinte à pâte claire (CL-PEINTE) : US 01-05
Crédits Clichés et dessins : C. Moulin.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/90623/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 269k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Fabien Delrieu, « Charmensac – Suc de Lermu » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Auvergne-Rhône-Alpes, mis en ligne le 01 mars 2021, consulté le 19 octobre 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/90623

Haut de page

Auteur

Fabien Delrieu

Drac Auvergne-Rhône-Alpes (service régional de l’archéologie)

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Fabien Delrieu

Drac Auvergne-Rhône-Alpes (service régional de l’archéologie)

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search