Navigation – Plan du site

AccueilRégionsAuvergne-Rhône-Alpes201615 – CantalChaudes-Aigues – Montvallat

2016
15 – Cantal

Chaudes-Aigues – Montvallat

Opération préventive de diagnostic (2016)
Responsable d’opération : Daniel Parent

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Inrap

Parent D. 2016 : Chaudes-Aigues (Cantal, Auvergne-Rhône-Alpes) Montvallat, rapport de diagnostic, Clermont-Ferrand, Inrap.

Texte intégral

1Chaudes-Aigues est situé dans la partie méridionale du Cantal, à 30 km au sud de Saint-Flour. Le château de Montvallat se trouve sur le territoire de la commune de Chaudes-Aigues, à environ 3 km au nord-ouest du bourg, sur un des nombreux épaulements du plateau cristallin qui dominent les gorges de la Truyère, à 865 m d’altitude. L’intervention est motivée par le projet de rénovation de la salle à manger et de ses annexes au rez-de-chaussée de l’aile sud, ainsi que d’une partie de l’étable, appelée « salle des broutards ».

2Le château présente une belle unité, qui lui a valu un classement intégral en 2000. Cet état résulte toutefois d’une histoire relativement mouvementée, puisque la configuration actuelle correspond, pour l’essentiel, à une reconstruction du début du xviie s., consécutive à un incendie survenu en 1610, sur la base d’un édifice lui-même reconstruit au xvie s. De plus, un bâtiment autonome, bien qu’il constitue le quatrième côté du quadrilatère qu’occupe le château, correspond au donjon, daté du xive s.

3L’opération, d’une ampleur tout à fait relative, consistait à ouvrir deux sondages manuels, mesurant chacun 2,40 m x 1,40 m pour une surface totale de 6,70 m2 et une profondeur d’environ 1 m, dans le sol de l’ancienne étable du château, et à observer les bords des tranchées ouvertes dans la salle à manger.

4Un sol dallé (F2), situé 0,40 m plus bas que la cote moyenne des sols du rez-de-chaussée découverts dans le premier sondage, et la tranchée de récupération d’un ancien mur (F7) dans le second, constituent les principaux vestiges stratigraphiques.

5S’agit-il d’un sol tardif, immédiatement antérieur à l’aménagement agricole de la calade ? Ou appartient-il à une campagne plus ancienne, peut-être à l’état du xviie s. ? Les indices sont évidemment faibles, mais la présence de remblai de démolition, incluant notamment des fragments de lauzes de couverture (présence d’un trou d’accroche dans un élément), le recouvrement systématique par les dernières constructions, y compris le mur de refend nord, et la proximité du substrat, incitent à voir un aménagement plutôt lié au chantier de construction du château. Le mobilier, sans être décisif non plus, est centré essentiellement sur le xvie-xviie s., date de construction du château, avec les éléments les plus anciens, datés du bas Moyen Âge et des xvie-xviie s., situés à la base de F7. L’extension exacte de F2 n’est pas non plus cernée : il est absent du sondage 2, mais peut-être en raison du phénomène de récupération lié à F7. Enfin, nous avons vu que le niveau de F2 diverge du niveau des autres sols. La communication entre la cour et la « salle des broutards » serait alors impossible. La porte de communication actuelle entre ces deux espaces est comprise dans la partie reconstruite de M1, et se trouve donc très décentrée. N’existait-il pas de communication auparavant ? Ou bien les niveaux ont-ils été modifiés à ce moment ?

6Sans pouvoir, en l’état de la recherche, restituer l’état initial de cette partie du château, il semble nécessaire pour l’appréhender de prendre en compte l’ensemble des éléments découverts, à la fois dans les sondages (le sol F2, et le négatif de mur F7) et ceux conservés dans les élévations : un pilastre engagé dans le mur est, soutenant un départ d’arc et des reprises de maçonnerie dans le mur opposé, traduisant une profonde modification de cette aile, peut-être à mettre en rapport avec un éboulement qui se serait produit au xixe s.

Fig. 1 – Vues générales du château

Fig. 1 – Vues générales du château

1, façade du corps de logis ; 2, angle nord-est : présence d’anciennes ouvertures en désaccord avec sa fonction agricole actuelle ; 3, cour intérieure : aile sud.

Cliché : D. Parent (Inrap).

Fig. 2 – Vue du corps de logis et du donjon primitif

Fig. 2 – Vue du corps de logis et du donjon primitif

Cliché : D. Parent (Inrap).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Vues générales du château
Légende 1, façade du corps de logis ; 2, angle nord-est : présence d’anciennes ouvertures en désaccord avec sa fonction agricole actuelle ; 3, cour intérieure : aile sud.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/90625/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Fig. 2 – Vue du corps de logis et du donjon primitif
Crédits Cliché : D. Parent (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/90625/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 162k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Daniel Parent, « Chaudes-Aigues – Montvallat » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Auvergne-Rhône-Alpes, mis en ligne le 01 mars 2021, consulté le 20 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/90625

Haut de page

Auteur

Daniel Parent

Inrap

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Daniel Parent

Inrap

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search