Navigation – Plan du site

AccueilRégionsAuvergne-Rhône-Alpes201615 – CantalSaint-Flour – Place d’Armes

2016
15 – Cantal

Saint-Flour – Place d’Armes

Opération préventive de diagnostic (2016)
Responsable d’opération : Daniel Parent

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Inrap

Parent D. 2016 : Saint-Flour (Cantal, Auvergne-Rhône-Alpes) place d’Armes, rapport de diagnostic, Clermont-Ferrand, Inrap.

Texte intégral

1Cette intervention est motivée par le projet de rénovation de la place d’Armes à Saint-Flour, qui constitue la place centrale de la ville historique, au pied de la cathédrale. La ville apparaît historiquement au ive s., avec l’évangélisation de Florus, dont les reliques seront abritées dans un premier édifice inconnu. Un prieuré, placé sous la tutelle de Cluny, est fondé à la transition des xe et xie s. En 1317, le diocèse de Clermont est divisé en deux, Clermont devenant le siège de l’évêché de la Basse-Auvergne, et Saint-Flour, celui de la Haute-Auvergne. La cathédrale Saint-Pierre est édifiée au xve s., probablement à l’emplacement de l’église précédente, dont l’emplacement exact et la configuration restent inconnus.

2La multiplicité des réseaux, présents systématiquement le long des trottoirs, mais traversant aussi parfois la place, ont considérablement réduit les zones d’intervention. Le parvis de la cathédrale a été abandonné, à la demande du SRA, et le chevet de la cathédrale était inaccessible pour un engin mécanique. La surface accessible est donc passée de 7 020 m2 à moins de la moitié, 2 700 m2.

3Nous avons procédé à treize sondages, suivant diverses orientations, afin de recouper au mieux d’éventuels vestiges, et, notamment, des lignes défensives. Les sondages représentent une surface de 320 m2, soit 4,6 % de l’emprise totale, et 12 % de la surface accessible. Les sépultures sont présentes dans six sondages qui ceinturent l’église, le long du gouttereau nord et sur le parvis ouest. L’absence de sépultures dans les sondages situés sur la place, mais au-delà de cette première couronne, permet de cerner, au moins de façon approximative, l’extension de la zone d’inhumation, qui pourrait occuper l’intégralité du parvis et le triangle méridional de la place d’Armes, entre le Monument aux Morts et le gouttereau nord de la cathédrale, ce qui correspond à une surface d’environ 2 500 m2, ainsi que le chevet, non exploré. La densité des sépultures varie suivant les sondages, probablement avant tout en fonction de l’épaisseur du sédiment. Il est donc difficile d’établir une estimation du nombre potentiel d’individus, qui est peut-être de plusieurs milliers.

4Les sépultures observées dans les niveaux supérieurs, et qui sont attribuées à l’époque moderne d’après le mobilier céramique, se recoupent les unes les autres, sans qu’aucun maillage ou organisation ne transparaisse. Si ces recoupements semblent montrer l’absence de dispositif de marquage ou de leur caractère éphémère, il est probable qu’ils participent d’une occupation longue. L’utilisation de linceuls maintenus par des épingles concorde avec une attribution moderne des dernières inhumations, les épingles de ce type étant rarement attestées avant le xve s. Les monnaies, ainsi que les céramiques, sont également en majorité d’époque moderne. Les sépultures mises au jour dans les niveaux d’inhumations les plus profonds du sondage 2 montrent un type d’occupation funéraire différent.

5En outre, ce sondage a permis d’identifier plusieurs cas de réutilisation de l’architecture funéraire adjacente ou sous-jacente, dont les cuves des sarcophages, découvertes sans leurs couvercles, qui ont probablement été réutilisées. Ces sarcophages s’accompagnent d’autres dispositifs de pierres, à savoir des éléments de calage de parois périssables, d’éventuels coffrages composites et des dalles de couverture. Bien que les sarcophages aient potentiellement été réutilisés sur le long terme, la typologie des tombes adjacentes renvoie à une datation haute, bien antérieure à l’état gothique de la cathédrale. Elles peuvent également être antérieures à l’édifice consacré par Urbain II en 1095, et pourraient être en lien avec l’oratoire, mentionné dans les textes au xe s., qui aurait été édifié sur le tombeau de Saint Florus. Cette phase du cimetière est bien moins étendue ou conservée que celle qui la surmonte. Il faut souligner que ces tombes, qui se concentrent au niveau de la partie est de la cathédrale, donc proche du chœur de l’édifice, constituent des indices d’une localisation de l’église romane au niveau du transept et du chœur de la cathédrale actuelle.

6Aucune maçonnerie, hormis des canalisations, n’a été mise à jour dans les sondages ouverts sur la place. Il apparaît donc probable que celle-ci conserve la même configuration depuis le xve s.

7Deux sondages, situés en dehors du périmètre de la place, ont été les seuls à révéler des maçonneries. Ils se trouvent à l’arrière du bâtiment de la Caisse d’Épargne édifié en 1895 à l’emplacement des anciennes prisons. Les vestiges découverts ici se rattachent donc très probablement à ces aménagements. Les éléments mobiliers correspondent d’ailleurs à la toute fin de l’utilisation des prisons, avant leur démolition. La présence de fragments d’amphores italiques, d’un élément de pichet de type « Gergovie », d’un fond de campanienne, et d’un « poucier » de passoire indique une occupation possible à partir du milieu du iie s. av. J.‑C., et qui pourrait s’étendre, d’après les typologies, jusqu’à la fin du ier s. av. J.‑C.

Fig. 1 – Plan des principaux ensembles de vestiges

Fig. 1 – Plan des principaux ensembles de vestiges

Source : cadastre.gouv.fr

DAO : D. Parent (Inrap).

Fig. 2 – Mobilier métallique

Fig. 2 – Mobilier métallique

Clichés et DAO : M. Brizard (Inrap).

Fig. 3 – Céramique funéraire

Fig. 3 – Céramique funéraire

Clichés : A. Horry (Inrap).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Plan des principaux ensembles de vestiges
Légende Source : cadastre.gouv.fr
Crédits DAO : D. Parent (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/90685/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 328k
Titre Fig. 2 – Mobilier métallique
Crédits Clichés et DAO : M. Brizard (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/90685/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 153k
Titre Fig. 3 – Céramique funéraire
Crédits Clichés : A. Horry (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/90685/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 785k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Daniel Parent, « Saint-Flour – Place d’Armes » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Auvergne-Rhône-Alpes, mis en ligne le 01 mars 2021, consulté le 01 décembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/90685

Haut de page

Auteur

Daniel Parent

Inrap

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Daniel Parent

Inrap

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search