Navigation – Plan du site

AccueilRégionsAuvergne-Rhône-Alpes202007 – ArdècheOrgnac-l’Aven – Baume de Ronze

2020
07 – Ardèche

Orgnac-l’Aven – Baume de Ronze

Aide à la publication (2020)
Responsable d’opération : Thomas Perrin

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : CNRS

Perrin T. 2021 : Baume de Ronze 2020, Orgnac-l’Aven, Ardèche, premier rapport d’aide à préparation de publication, CNRS.

Texte intégral

1L’aven de la Baume de Ronze se situe sur la commune d’Orgnac-l’Aven, à l’extrême sud du département de l’Ardèche, sur le plateau urgonien de Saint-Remèze, à mi-chemin entre les vallées de l’Ardèche et de la Cèze. L’aven, partiellement effondré, se présente comme une vaste ouverture de 70 m de diamètre sur le sol de la garrigue. Le site se développe en contrebas de la surface actuelle sur une large plateforme d’environ 1 200 m2, abritée par ce qu’il reste de la voûte de l’ancien réseau karstique supérieur. L’esplanade non abritée est aujourd’hui couverte d’une végétation luxuriante. Un éboulis assez raide vient compléter cet espace, et conduit à un puits et au réseau inférieur, aujourd’hui colmaté.

2Du fait de ses dimensions importantes, le gisement passe difficilement inaperçu, ce qui explique l’attention que lui portèrent les premiers Préhistoriens ardéchois dès le xixe s. Les premiers travaux connus, aux alentours de 1885, sont ceux de P. Raymond, qui identifie des niveaux du Néolithique et de l’âge du Bronze.

3Plusieurs fouilleurs s’y succèdent durant le xixe s., comme Léopold Chiron, Claude Gaillard, directeur du Muséum de Lyon, René de Saint-Perrier ou encore l’abbé Roux, curé du village voisin de Le Garn. Ce dernier, influencé par les travaux de Max Escalon de Fonton à Montclus, cherche à établir la séquence chronoculturelle de l’abri et utilise des méthodes modernes pour l’époque avec l’implantation d’un carroyage, l’usage des relevés et de photographies. Mais ce sont surtout les travaux suivants, d’Alain Beeching, qui fournissent la documentation la plus fiable. Il intervient une première fois en décembre 1977 à la demande du directeur régional des Antiquités préhistoriques de Rhône-Alpes.

4S’en suivent des campagnes de fouilles programmées quasiment ininterrompues entre 1978 et 1996. Il opère neuf sondages et ouvre deux zones de fouilles, mettant au jour une séquence stratigraphique de près de 2 m de puissance et qui témoigne d’une fréquentation de la grotte durant tout le Néolithique, depuis sa phase ancienne cardiale jusqu’au Néolithique final de style Ferrières. Au total, pour le Néolithique, on parle de plus de 170 dépôts répertoriés, une centaine de structurations anthropiques et environ 35 sols. Les fouilles Beeching n’ont d’ailleurs pas atteint le substrat mais se sont arrêtées au sommet de niveaux du Mésolithique, qui pourraient être encore exploités dans le cadre d’un nouveau projet, le tout ayant été protégé lors de la fermeture du gisement. Par cette continuité d’occupations, le site revête une importance majeure pour la Préhistoire récente rhodanienne et sert de référence régionale.

5Mais, de manière un peu paradoxale, la finesse de l’enregistrement sédimentaire rend délicates les études de mobiliers, dans le sens où la numérotation des couches change en fonction des secteurs, où les corrélations entre les différentes zones n’ont pas été toutes établies, et où la quantité de pièces par ensembles est très variable. Plusieurs études ont toutefois été réalisées, notamment dans des cadres universitaires, mais il n’existe à ce jour pas de publication monographique

6L’objectif de ce projet est donc de réussir la publication des données recueilles sur le site lors des fouilles d’Alain Beeching. Le principe retenu est celui d’une série de quatre articles monographiques, à publier dans une même revue nationale, de sorte qu’il soit possible aussi à terme de les rassembler sous forme d’ouvrage, ce qui pourrait être pertinent pour les acteurs locaux notamment, comme la mairie.

7Avant de pouvoir attaquer le cœur du travail et la rédaction de ces articles, une première étape indispensable est de réaliser le récolement de toute la documentation disponible, d’en faire l’inventaire et de tout informatiser. C’est une partie de ce travail qui a été réalisée en 2020, notamment dans le cadre d’un premier contrat de deux mois et demi. Une base de données a été constituée permettant de décrire tous les niveaux archéologiques et structures et de les lier à leur documentation notamment graphique ou photographique. Des espaces partagés sont en cours de constitution, qui permettront à tous les membres de l’équipe scientifique de pouvoir accéder à l’ensemble de la documentation.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Thomas Perrin, « Orgnac-l’Aven – Baume de Ronze » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Auvergne-Rhône-Alpes, mis en ligne le 19 juillet 2021, consulté le 22 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/90930

Haut de page

Auteur

Thomas Perrin

CNRS

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Thomas Perrin

CNRS

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search