Navigation – Plan du site

AccueilRégionsAuvergne-Rhône-Alpes201674 – Haute-SavoieAnnecy – 39 avenue des Romains

2016
74 – Haute-Savoie

Annecy – 39 avenue des Romains

Fouille préventive (2016)
Responsable d’opération : Franck Gabayet

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Inrap

Gabayet F. 2019 : Annecy (Haute-Savoie, Auvergne-Rhône-Alpes) 39 avenue des Romains, rapport de fouille, Bron, Inrap, 2 vol.

Texte intégral

1L’opération a pour origine un projet de construction d’un immeuble en lieu et place d’une maison individuelle, d’un appentis et d’un jardin, sur une parcelle intégrée au zonage archéologique d’Annecy-Boutae, plus précisément dans le secteur ouest de la ville antique. Le tènement est contigu d’une parcelle de même emprise, fouillée en 2014, au 41 avenue des Romains (Gabayet 2015).

2La fouille de ces deux parcelles, mitoyennes dans l’agglomération antique, a été l’occasion de découvrir, sur environ 1 800 m2, les vestiges d’un secteur urbanisé encore inconnu de l’agglomération antique de Boutae, et de renouveler les connaissances sur l’occupation funéraire à la toute fin de l’Antiquité et au début du haut Moyen Âge.

3L’emprise de fouille est implantée au cœur d’un secteur où il est communément admis qu’était localisée la principale nécropole de Boutae, dite « nécropole ouest », mentionnée depuis la fin du xixe s., mais finalement très partiellement documentée. Selon la tradition érudite, c’est là qu’étaient enterrés les habitants de l’agglomération depuis les origines du vicus jusqu’à son abandon. À l’issue des deux opérations archéologiques, il est désormais assuré que cette nécropole, bien plus tardive qu’admis jusque-là, est en fait installée sur les ruines d’un quartier occupé du ier à la fin du iie s. Plusieurs édifices peuvent être restitués, ainsi qu’une rue, parfaitement intégrée dans le réseau viaire urbain, mais inconnue avant la fouille.

4On retrouve, par conséquent, au 39 avenue des Romains un schéma déjà rencontré au 41, mais également systématiquement sur d’autres sites annéciens, qui, dans la deuxième moitié du ier s. av. J.‑C., voient s’établir une première installation légère directement à la surface de la plaine alluviale, dont la surface limoneuse ou graveleuse est mise à profit comme niveau de circulation (Gabayet 2015).

5L’occupation augustéenne se présente, pour l’essentiel, sous la forme de courts alignements de poteaux, qui permettent de reconnaitre l’emprise de petits édifices. Fréquemment incomplets, les alignements de poteaux sont heureusement associés à des niveaux de sols, intérieurs ou extérieurs, constitués le plus souvent d’un mélange de petits galets emballés dans une terre argileuse. À partir d’une première construction bien conservée, il est tentant de restituer d’autres édifices. On voit ainsi émerger trois bâtiments de plan carré, d’une surface intérieure de 3 m2 tout au plus.

6À partir de la première moitié du ier s. jusqu’à la fin du siècle suivant, des constructions importantes sont érigées de part et d’autres d’une rue, plusieurs fois exhaussée, un axe viaire qui perdurera, sous forme de chemin, jusqu’à l’époque alto-médiévale, au sein de la nécropole ouest.

7La qualité des maçonneries, des sols et des décors permet d’envisager l’existence, dans ce quartier sud de l’agglomération de Boutae, de maisons parfaitement intégrées dans le plan de développement de l’agglomération, et occupées par des propriétaires d’un niveau social plutôt aisé : commerçants ou artisans enrichis.

8Les ruines du quartier déserté sont finalement scellées par un remblai daté du iiie s. C’est donc au sein de friches urbaines que sera installé le nouvel ensemble funéraire, à la toute fin de l’Antiquité. Ceci posé, il faudra attendre l’exploitation de l’ensemble des données pour être en mesure de proposer une synthèse de l’évolution de ce quartier sud-est de l’agglomération antique et de son lien avec la nécropole.

9Les deux opérations archéologiques, quasiment contiguës, sont séparées par une berme qui, par endroits, n’excède pas 3 m. Elles explorent un même ensemble funéraire, dont les limites sont à rechercher hors de l’emprise, sur une surface totale de 1 200 m2 au no 41, où l’ensemble des vestiges archéologiques est souvent dérasé, et de 573 m2 au no 39. Parmi les 227 sépultures avérées ou probables (respectivement 125 et 102) mises au jour, 194 sont des tombes individuelles et une est double. À ces inhumations, se rajoutent une trentaine de dépôts secondaires, liés à des réductions à l’intérieur, comme en dehors, des sépultures. À quelques exceptions près, les sépultures sont orientées nord-ouest – sud-est. Les orientations semblent suivre celle du réseau viaire, pérennisé en dépit de la destruction du bâti.

10La position des corps est assez standardisée : les défunts sont sur le dos, la tête au nord-ouest, les membres inférieurs étendus. La position des membres supérieurs est plus variable, mais également étendus, le plus souvent.

11Les sépultures fouillées n’étant pas toujours bien préservées, une architecture funéraire a pu être restituée pour seulement 73 d’entre elles au 41 avenue des Romains. Ainsi, 38 tombes mettent en œuvre des coffrages de bois, calés au moyen de matériaux de récupération divers, quatorze sont en contenants monoxyles, parfois conservés partiellement. Quatre sépultures utilisent des coffrages non périssables, caractérisés par un fond en dalles de molasse, la couverture étant partiellement conservée dans un seul cas. Cinq tombes sont constituées de coffrages mixtes, comme les sépultures SP27 et SP71, qui présentent une architecture réalisée à partir de matériaux remployés de nature variée (bois, tuiles à rebords, dalles calcaires en remplois, dalles de molasse). Les autres sépultures sont en contenants rigides indéterminés. Concernant les tombes situées au 39 avenue des Romains, l’étude en cours confirme l’existence de ces divers modes d’inhumations dans des proportions similaires. On notera toutefois une diminution des coffrages en matière périssable et une augmentation de ceux en pierre.

12Sur l’ensemble des deux parcelles, le travail d’identification biologique a été conditionné par la représentation et la conservation des individus. Ainsi, 193 sujets ont pu être étudiés (106 sujets au no 41, et 97 sujets au no 39), dont environ 75 % sont relativement complets.

13À l’échelle du site, les sujets immatures sont plutôt sous-représentés, ne totalisant qu’environ 23 % de l’effectif, proportion qui reste stable entre les deux parcelles, et, parmi eux, ce sont surtout les sujets de moins de 1 an qui sont quasi absents. Cependant, ce déficit en sujets immatures peut être lié notamment à un mauvais état de conservation général, et à la destruction avérée des niveaux supérieurs de la nécropole. En raison de l’état des squelettes, le sexe n’a pu être déterminé que pour moins de la moitié des sujets adultes. Parmi eux, 51 sont des hommes et 32 des femmes. Cette prédominance masculine apparente est confirmée par le test du Chi2 corrigé de Yates (X2 observé = 3,90). Quelques sujets présentent des particularités anatomiques, notamment au niveau de leur stature ou de la morphologie de leurs blocs craniofaciaux. Les sujets issus des deux fouilles ont une stature comprise entre 152 cm et 196 cm avec une moyenne de 169 cm (n = 87). Les valeurs sont stables d’une parcelle à l’autre.

14La comparaison avec les résultats des travaux sur les Champs Traversains, à Saint-Vit et treize autres sites alto-médiévaux romano-burgondes de l’ancienne Sapaudia et de la Suisse alémanique (Urlacher et al. 2008) montre que l’échantillon annécien regroupe des sujets particulièrement grands. À Annecy, les hommes partagent les valeurs les plus élevées des sites de référence (173 cm, n = 35), mais c’est également le cas pour les femmes, qui sont au-dessus des valeurs habituellement rencontrées (163 cm ; n = 29). Des écarts importants sont toutefois perceptibles au sein de l’échantillon issu de la nécropole de Boutae. C’est le cas, en particulier, du sujet masculin 89, dont la stature est située très au-dessus de la moyenne (fémur 54,4 cm, stature estimée à 196 cm). On peut signaler, en outre, que quatre des sujets les plus grands du no 41 avenue des Romains sont inhumés dans le même secteur sud-ouest, un regroupement très probablement intentionnel.

15Par ailleurs, deux sujets adultes de sexe indéterminé (SP60 et 81) ont un bloc craniofacial ayant une morphologie particulière et similaire. Ils présentent une déformation de type antéro-postérieur oblique : l’os frontal est très fuyant et très peu convexe, la hauteur du bloc craniofacial est plus importante que la normale, les os pariétaux sont étirés vers le haut et l’arrière, l’os occipital est aplati et les blocs craniofaciaux sont assez courts. Dans les deux cas, on constate un méplat important de l’os frontal au niveau de la suture coronale, et particulièrement prononcé dans la région bregmatique. Dans le cas du sujet SP81, une dépression assez marquée, qui ne semble pas naturelle, est repérée au niveau de chaque bosse pariétale. Ces observations tendent à écarter la possibilité qu’il puisse s’agir de déformations crâniennes congénitales ou induites par des problèmes intervenus durant la croissance. Il semblerait, au contraire, que ces blocs craniofaciaux aient pu faire l’objet de déformations artificielles, des pratiques fréquemment associées aux Burgondes, ou sinon à des individus d’origine germano-orientale, intégrés au royaume (Kazanski 2013, p. 108).

16Les dépôts de mobilier funéraire concernent relativement peu de tombes. Au no 41 avenue des Romains, seule une douzaine de sépultures sont gratifiées de mobilier, porté ou volontairement disposé dans la fosse sépulcrale. Si le nombre des tombes concernées est sensiblement identique, la quantité d’objets s’est révélée beaucoup plus élevée au no 39 avenue des Romains, lors de la fouille de 2016. La répartition du mobilier montre, en outre, qu’il existe des secteurs différenciés au sein de la nécropole, où la part importante du mobilier et sa qualité peuvent être corrélées à des particularismes anatomiques, aussi bien qu’à la typologie des tombes.

17Sans livrer un inventaire exhaustif, on peut signaler trois monnaies, frappées aux ive et ve s., des peignes décorés en os (trois au no 41 et sept au no 39), de nombreuses perles en verre ou en pâte de verre accrochées à des châtelaines ou enfilées sur des colliers, des objets en métal pas toujours bien identifiés. Parmi ces derniers, on reconnaît néanmoins des épingles, plusieurs boucles de ceinture, des fragments de plaques-boucles, un bracelet en argent massif et un nécessaire de toilette en argent, ou bien encore plusieurs fibules. Cinq fibules ansées à digitations en argent, niellées et rehaussées d’or ont été découvertes, dont trois au no 41 et deux au no 39 avenue des Romains, où des tombes privilégiées regroupées ont aussi livré plusieurs fibules zoomorphes, avec notamment six exemplaires de petits chevaux et une fibule aviforme en argent coulé.

18L’étude du mobilier, des architectures funéraires et dix-huit datations par l’étude du radiocarbone fournissent des données cohérentes pour préciser la chronologie de l’occupation funéraire, que l’on peut désormais fixer entre la deuxième moitié du ve s. et la seconde moitié du viie s.

19Si la fouille de la nécropole ouest a été l’occasion d’étudier près de 230 tombes, les lacunes identifiées, à mettre au compte, pour l’essentiel, aux interventions radicales préalables à l’urbanisation du secteur à partir de la fin du xixe s. et au début du suivant, incitent à restituer un nombre beaucoup plus important d’inhumations sur les seules parcelles abordées en 2014 et 2016. Plusieurs centaines de tombes ont ainsi disparu. Tout porte à croire que l’emprise entière des deux fouilles contenait des sépultures sans discontinuité, soit un total d’environ 500 inhumations : entre 200 et 280 tombes pour le no 41, et sans doute à peine moins pour le no 39. Par ailleurs, aucune délimitation de l’espace réservé aux inhumations n’a été mise en évidence. Il faut considérer l’emprise des fouilles comme des fenêtres exploratoires au sein d’une nécropole, dont l’extension et l’organisation échappent en grande partie à l’analyse.

20À partir d’un échantillon forcément biaisé, il n’est pas aisé de développer des théories définitives sur les caractéristiques de l’ensemble funéraire et de repérer la présence, voire le ratio, de populations exogènes. On sait, de plus, que les Burgondes, après leur installation en Sapaudia, ont rapidement adopté les pratiques funéraires locales (Steiner 2003, p. 184). Pour cette raison, notamment, il est souvent difficile de mettre en évidence la présence de cette population. En dépit de ces freins, les données issues des deux opérations viennent conforter et surtout compléter les exposés traditionnels. Servies par une argumentation solide, elles permettent désormais quelque assurance. Outre la localisation de l’ensemble funéraire dans le territoire de l’ancienne cité de Genève, à une quarantaine de kilomètres à peine de la première capitale du nouveau royaume burgonde, la datation des tombes, le type de mobilier exhumé, les déformations volontaires de crânes, voire la stature des individus inhumés, sont autant d’indices sérieux pour assurer la présence d’une population burgonde dans cette partie de la nécropole. Pour autant, il serait présomptueux d’espérer déterminer au sein de l’ensemble funéraire, des groupes de nouveaux arrivés et des groupes de Romani installés à Boutae depuis plusieurs générations, voire des Francs, dont on imagine bien qu’ils occupaient certains points stratégiques du territoire depuis leur victoire de 534. Bien qu’ils ne constituent qu’une première ébauche de réflexion, les résultats de l’opération laissent entrevoir l’arrivée à Boutae d’un groupe qui investit un nouvel espace funéraire, qui met en œuvre des types d’architectures funéraires inédits, et qui transporte avec lui un mobilier luxueux suffisamment spécifique pour lui attribuer une provenance des régions de Germanie.

21Pour produire des résultats plus aboutis, il faudra finaliser les études et synthétiser l’ensemble des données. Il restera aussi à mettre en œuvre des analyses complémentaires, notamment isotopiques et, à terme, sur l’ADN, pour espérer comprendre un peu plus précisément la nature et le parcours de ces migrants, qui, au ve s., sont venus enrichir le substrat local.

Fig. 1 – Plan du vicus de Boutae

Fig. 1 – Plan du vicus de Boutae

DAO : équipe de fouille (Inrap).

Fig. 2 – Mobilier remarquable

Fig. 2 – Mobilier remarquable

Clichés et DAO : équipe de fouille (Inrap).

Fig. 3 – Mobilier de la sépulture 285

Fig. 3 – Mobilier de la sépulture 285

Clichés et DAO : équipe de fouille (Inrap).

Fig. 4 – Mobilier de la sépulture 315

Fig. 4 – Mobilier de la sépulture 315

Clichés et DAO : équipe de fouille (Inrap).

Haut de page

Bibliographie

Billoin D., Escher K., Gaillard de Semainville H., Gandel P. 2010 : Contribution à la connaissance de l’implantation burgonde en Gaule au ve s. : à propos de découvertes récentes de fibules zoomorphes, Revue archéologique de l’Est, 59 (2), p. 567-583.

Gabayet F. 2015 : Les marges orientales du vicus de Boutae. Les fouilles Galbert à Annecy (Haute-Savoie), Lyon, Association de liaison pour le patrimoine et l’archéologie en Rhône-Alpes et en Auvergne/Maison de l’Orient et de la Méditerranée, Jean-Pouilloux, université Lumière Lyon 2, CNRS (Documents d’archéologie en Rhône-Alpes et en Auvergne, no 42).

Kazanski M. 2013 : Les Alains et les Sarmates en Occidents romain à l’époque des Grandes Migrations : données archéologiques, in XXXIVe Journées internationales d’archéologie mérovingienne, Toulouse, 6-8 novembre 2013, Bulletin de liaison, 37, p. 102-124.

Marteaux C., Leroux M. 1913 : Boutae (les Fins d’Annecy) vicus gallo-romain de la Cité de Vienne du ier au ve s. sur la voie impériale de Darentasia (Moutiers) à Genava (Genève), Annecy, J. Abry.

Steiner L. 2003 : Les nécropoles d’Yverdon et de la Tour-de-Peilz (canton de Vaud, Suisse) Gallo Romains, Burgondes et Francs en Suisse occidentale, in Passard F., Gizard S. (éd.), Burgondes, Alamans, Francs, Romains: dans l’est de la France, le sud-ouest de l’Allemagne et la Suisse, ve-viie s. apr. J.‑C., Actes des XXIe Journées internationales d’archéologie mérovingienne, Besançon, 20-22 octobre 2000, Besançon, Presses universitaires franc-comtoises (Annales littéraires de l’université de Franche-Comté, 756), p 181-190.

Steiner L., Menna F. 2000 : La nécropole du Pré de la Cure à Yverdon-les-Bains (ive-viie s. apr. J.‑C.), Lausanne, 2 vol. (Cahiers d’archéologie romande, 75-76).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Plan du vicus de Boutae
Crédits DAO : équipe de fouille (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/91880/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 226k
Titre Fig. 2 – Mobilier remarquable
Crédits Clichés et DAO : équipe de fouille (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/91880/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 318k
Titre Fig. 3 – Mobilier de la sépulture 285
Crédits Clichés et DAO : équipe de fouille (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/91880/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 325k
Titre Fig. 4 – Mobilier de la sépulture 315
Crédits Clichés et DAO : équipe de fouille (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/91880/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 206k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Franck Gabayet, « Annecy – 39 avenue des Romains » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Auvergne-Rhône-Alpes, mis en ligne le 01 mars 2021, consulté le 29 novembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/91880

Haut de page

Auteur

Franck Gabayet

Inrap

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Franck Gabayet

Inrap

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search