Navigation – Plan du site

AccueilRégionsAuvergne-Rhône-Alpes201674 – Haute-SavoieClermont-en-Genevois – Château de...

2016
74 – Haute-Savoie

Clermont-en-Genevois – Château de Regard : mur de terrasse et souterrain

Sondage (2016)
Responsable d’opération : Loïc Benoit

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Département de la Haute-Savoie

Benoît L. 2017 : Château de Regard, mur de terrasse et souterrain, Clermont-en-Genevois, rapport d’opération archéologique 2016, Benoît Loïc, DAHS, université Lumière Lyon 2, Ciham.

Texte intégral

1L’opération réalisée cette année sur le site de Clermont-en-Genevois fait suite à la volonté du département de restaurer une partie du mur de terrasse du château de Regard. C’est dans cette optique qu’a été entreprise une étude de bâti sur la portion de mur concernée par les futurs travaux. Nous avons alors profité de cette occasion pour réaliser une première approche archéologique du souterrain situé sous le château médiéval. Cette étude s’est déroulée sur environ deux semaines.

2Le site de Clermont-en-Genevois est construit à une vingtaine de kilomètres au nord-ouest d’Annecy et à environ 5 km de Seyssel. Il se situe au cœur de l’Albanais, à une altitude d’environ 690 m, et avec une topographie alliant éperon rocheux et replat en contrebas. La ville est placée au croisement de plusieurs axes routiers important desservant Genève, Chambéry, Seyssel et Annecy. De même, il domine les plaines avoisinantes et sert donc de point de contrôle sur tout un espace (fig. 1).

Fig. 1 – Vue de la commune

Fig. 1 – Vue de la commune

Cliché : J. Serralongue.

3Cette localité apparaît dans les textes, dès le xiiie s., comme étant en possession des comtes de Genève. La forteresse prendra assez rapidement de l’importance pour devenir une des résidences principales de ces comtes une fois qu’ils perdent Genève au profit de la maison de Savoie. Le site sera clé pour la région, et, ce, jusqu’en 1401. En effet, le comté devenant savoyard, le château perd son intérêt défensif et de contrôle des routes de l’albanais. Le site tombe alors progressivement en désuétude jusqu’au xvie s. Un certain Gallois de Regard, originaire de la région, fait alors construire à l’emplacement de son ancienne résidence familiale une demeure fortifiée inspirée de la Renaissance italienne. Les deux châteaux cohabitent quelque peu, mais la guerre contre les Français au xviie s. amène la destruction de l’ancienne fortification comtale. Clermont-en-Genevois disparaît alors quelque temps du devant de la scène jusqu’à ce que la demeure Regard soit rachetée par le département dans les années 1960. Alors partiellement ruinée, de nombreux travaux sont réalisés afin de réhabiliter le lieu.

4L’opération de sauvetage réalisée cette année a consisté, comme nous l’avons dit, en une étude de bâti sur la moitié orientale du mur de terrasse du château Renaissance, ainsi qu’à une première approche du souterrain de Clermont-en-Genevois. Si une première observation de ce mur avait été réalisée lors d’études sur le château, l’intérêt et la connaissance sur ce dernier avaient toujours été limités. Il en était de même pour le souterrain. Ce travail a donc été l’occasion d’obtenir des données, jusque-là inédites, pour certaines et de sauvegarder des connaissances avant une restauration des maçonneries. Néanmoins, les travaux réalisés sur le souterrain mériteraient une investigation plus étendue, par la fouille stratigraphique, par exemple. Cette étude a permis de comprendre la mise en place et l’évolution d’une partie du mur de terrasse. Aussi, nous avons pu identifier cinq phases de constructions distinctes. La première semble correspondre à l’enceinte médiévale associée au plain château. Elle était alors réalisée en moellons équarris à faces dressées en molasse et en calcaire. Cette enceinte voit sa fonction changer pour devenir un mur de terrasse associé à la demeure Regard au xvie s. Une partie est alors reconstruite en moellons équarris de calcaire. Toutefois, ces deux premières phases de construction ne présentent aujourd’hui que peu de vestiges. En effet, le troisième état, situé chronologiquement entre 1730 et 1812, voit la destruction et l’adjonction de plusieurs structures liées à notre ensemble, ce qui amène nombre de reconstructions complètes. Ces nouvelles maçonneries du xviiie et du début xixe s. représentent aujourd’hui 80 % de l’ensemble du mur de terrasse. Enfin, deux phases de réfections et de restaurations se distinguent entre 1812 et 2015, observables par de petites poches maçonnées ou par l’ajout d’une structure de type garage contre le mur (fig. 2). Concernant le souterrain (fig. 3), l’étude a permis d’écarter plusieurs hypothèses émises sur lui, sans toutefois nous permettre d’être catégoriques sur sa fonction.

Fig. 2 – Murs sud de la terrasse

Fig. 2 – Murs sud de la terrasse

Cliché : L. Benoit (DAHS, université Lumière Lyon 2, Ciham).

Fig. 3 – Souterrain creusé dans la molasse

Fig. 3 – Souterrain creusé dans la molasse

Cliché : L. Benoit (DAHS, université Lumière Lyon 2, Ciham).

5Les résultats de cette campagne d’étude de bâti montrent une évolution du site plus complexe qu’envisagé. Cela laisse entrevoir un certain nombre de phases de construction, malgré des destructions inhérentes au temps ou d’origine humaine. Toutefois, les vestiges encore présents aujourd’hui nous permettent de comprendre et de nous faire une idée de la structuration du lieu dans le temps.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Vue de la commune
Crédits Cliché : J. Serralongue.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/92004/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 498k
Titre Fig. 2 – Murs sud de la terrasse
Crédits Cliché : L. Benoit (DAHS, université Lumière Lyon 2, Ciham).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/92004/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 121k
Titre Fig. 3 – Souterrain creusé dans la molasse
Crédits Cliché : L. Benoit (DAHS, université Lumière Lyon 2, Ciham).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/92004/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 306k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Loïc Benoit, « Clermont-en-Genevois – Château de Regard : mur de terrasse et souterrain » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Auvergne-Rhône-Alpes, mis en ligne le 01 mars 2021, consulté le 17 octobre 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/92004

Haut de page

Auteur

Loïc Benoit

DAHS, université Lumière Lyon 2, Ciham

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Loïc Benoit

DAHS, université Lumière Lyon 2, Ciham

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search