Navigation – Plan du site

AccueilRégionsAuvergne-Rhône-Alpes201674 – Haute-SavoiePringy – Zac Pré Billy

2016
74 – Haute-Savoie

Pringy – Zac Pré Billy

Opération préventive de diagnostic (2016)
Responsable d’opération : Cécile Ramponi

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Inrap

Ramponi C. 2016 : Pringy (Haute-Savoie, Auvergne-Rhône-Alpes) Zac Pré Billy, rapport de diagnostic, Bron, Inrap.

Texte intégral

1Le diagnostic réalisé sur les parcelles de Pré Billy et La Ravoire sur la commune de Pringy a permis de mettre en évidence trois structures foyères à pierres chauffées de la fin de l’âge du Bronze, début de l’âge du Fer, ainsi qu’une série de drains historiques.

Des structures de combustion protohistoriques

2Ces trois fosses s’apparentent aux structures de combustion à pierres chauffées du Bronze final et du premier âge du Fer retrouvées dans la région. Leur datation est rendue possible grâce aux nombreux mobiliers céramiques qu’elles contenaient, et une date par 14C est en attente sur un prélèvement de charbons issus de la couche inférieure de combustible du foyer F181.

3Même si le nombre de fosses est restreint, il apparaît que nous sommes dans une configuration de fours en batterie, selon une orientation nord-ouest – sud-est. Au nord-est, les deux fosses les plus grandes (F181 et F247) sont alignées par leur petit côté et espacées de 2,60 m, tandis que la troisième, d’un module plus restreint (F160), est parallèle aux précédentes à 1,85 m au sud-ouest. S’il n’est pas à exclure que d’autres fours soient présents dans un périmètre proche, le décapage élargi du sondage sur 448 m2, au-delà des espacements reconnus pour cet alignement, paraît indiquer leur isolement, d’autant plus qu’aucune autre structure de cette période n’a été mise en évidence lors du diagnostic.

4Deux de ces foyers, F181 et F247, sont de morphologie identique, de plan rectangulaire aux angles arrondis : leurs fons sont irréguliers et leurs parois sub-verticales. Ils mesurent respectivement 3,47 m et 3,20 m de long pour des largeurs de 1,10 à 1,21 m et 1,12 m à 1,40 m et des profondeurs conservées de 0,45 et 0,5 m. Le foyer F160 est de plan ovalaire, d’une dimension moindre, 2,10 m de longueur pour une largeur de 0,9 à 1,10 m, et d’une profondeur conservée de 0,32 m maximum. Le positionnement des foyers les uns par rapport aux autres, les orientations similaires, voire pour deux d’entre eux une morphologie identique, témoignent d’une unité dans leur réalisation, quelle que soit la contemporanéité ou la succession des aménagements dans le temps. Aucune reprise des plans ou curage, indiquant d’éventuelles utilisations multiples, n’a été décelée dans les parois ou les fonds.

5Les fosses ont été trouvées, soit directement sous la terre végétale pour F160, soit sous un colluvionnement récent pour les deux autres. Si F160, moins profondément enfouie et arasée, a été découverte au niveau des pierres « chauffées », F181 et F247 ont gardé une plus grande intégrité ; les comblements postérieurs à leurs abandons, qui colmatent les niveaux d’utilisation des foyers, sont conservés. Toutefois, pour les trois aménagements, les remplissages inférieurs sont identiques et leur utilisation pourrait être la même, si on ne remarquait des particularités pour F181 et F247. À la base, ont été retrouvées des couches limoneuses brun foncé, fortement colorées par les charbons de bois. Ceux-ci ne subsistent, la plupart du temps, que sous forme de traces, et les plus gros éléments retrouvés dans le foyer F247 n’excèdent pas 2 à 3 cm de long. Le tri des refus de tamisage d’un échantillon de la couche inférieure de F247 n’a révélé aucune graine et, parmi le bois, le choix du chêne comme combustible. Cette couche, peu importante et peu dense en charbons de bois, matérialise le feu initial. L’intensité de celui-ci est visible dans la coloration orangée importante des parois, et même, par endroits du fond de la fosse, dans le durcissement de l’encaissant pouvant atteindre une épaisseur de 5 cm, ainsi que dans la détérioration parfois importante des pierres calcaires. Le substrat morainique dans lequel a été creusée F160 en porte également les stigmates, dans une moindre mesure, cependant. Le durcissement ou la rubéfaction du fond et des parois, associé à la dissolution des charbons de bois, tendent à indiquer une combustion intense et/ou longue avant le dépôt des pierres.

6Dans les trois foyers, des pierres ont été déposées au-dessus du feu. Ces pierres sont d’un module important, rarement ou exceptionnellement inférieur à 20 cm, le plus souvent compris entre 20 et 30 cm, tandis que, dans F181 et F247, un quart de pierres avoisinent les 40-45 cm. Il s’agit de galets, principalement de calcaire, de granite et dans une moindre mesure de quartzite, de grès quartzeux et de blocs de molasse. Leur provenance est morainique, hormis la molasse et le grès, probablement apportés depuis les abords du Fier. Toutefois, les dépôts glaciaires traversés sur les parcelles diagnostiquées présentent des modules de pierres bien moindres que ceux choisis pour les foyers. Leur provenance exacte est donc inconnue, mais le nombre important de grosses pierres retrouvées dans ces foyers a nécessité un investissement physique important pour leur transport. Dans F160, les pierres semblent réparties sur un niveau (l’intégrité de l’aménagement n’est pas certaine) et quelques espaces vides sont visibles. Dans F181 et F247, la configuration est tout autre, avec un espace presque intégralement vide de pierres, correspondant à environ un cinquième de la longueur au centre du foyer, tandis que les galets semblent avoir été repoussés et entassés aux deux extrémités de la fosse, où ils peuvent se retrouver de chant ou en position verticale. Dans les trois foyers, les pierres sont éclatées sur place, ou présentent une apparente cohésion, que démentira leur démantèlement lors de la fouille. Toutes ces pierres sont en effet fendues, fortement fragilisées par la chaleur. Leur position correspond à l’état d’abandon après utilisation ; pour témoin, le mobilier céramique et faunique jeté directement à leur contact, retrouvé dans les trois ensembles. Ce mobilier, plus abondant dans les grands foyers (10, 24 kg et 9,19 kg de céramique), présente des éléments pouvant recoller d’une fosse à l’autre. Les formes, pots à rebord, jarre, à rebord et décors d’impressions digitées situées sous le bord ou à décor de triangles estampés situés sous le bord, récipients à épaulement, coupes coniques à lèvre plate, biseautée ou facettée, composent un ensemble homogène d’un point de vue culturel, rattachant l’ensemble à l’extrême fin de l’âge du Bronze (Bronze final 3b/Hallstatt C). Les quelques éléments fauniques sont tous des déchets de l’alimentation carnée humaine, avec des animaux domestiques de la triade classique du cheptel (bovins, caprinés, porc). Les restes bovins présentent des séquelles d’activités humaines indiquant une activité de boucherie. L’absence d’habitat contemporain retrouvé dans un environnement proche tend à indiquer que ces déchets sont liés à l’utilisation des foyers, même si les os n’ont pas subi d’exposition thermique marquée. Aucun autre artefact en position secondaire, provenant de la sphère domestique ou artisanale (matériel de mouture, fusaïoles…) accompagnant habituellement les sites d’habitat, n’a été retrouvé.

7Un seul état de sédimentation a été retrouvé sur les pierres pour les fosses F160 et F181 et deux états pour le foyer F247. Dans le premier cas, il s’agit de dépôts bien postérieurs à l’usage comme dépotoir de la fosse. Pour F247, le comblement sommital correspond également à une colluvion présente sur l’ensemble du site, mais la sédimentation, directement au-dessus des pierres, contient un nombre important de fragments de terre rubéfiée de couleur jaune à orangée, de petits galets (1 à 2 cm), quelques pierres non thermofractées, ainsi que de la céramique jusqu’à son sommet. Ces inclusions pourraient provenir de la destruction (de la voûte ?) d’un des deux autres foyers et indiquer que F247 est antérieur à l’un d’entre eux, le laps de temps entre les deux utilisations restant inconnu. Les foyers de Pringy, par leur abondance en mobilier, détonnent dans le panel des structures similaires, qui en sont généralement dépourvues. Cela est d’autant plus intéressant que la céramique d’attribution culturelle homogène est contemporaine du fonctionnement des structures et non retrouvée dans les niveaux de colmatage.

8Bien que les réalisations soient différentes, le fonctionnement de ces fosses paraît identique et similaire à ce qui est généralement observé pour ce type de structure, avec un feu placé à la base du creusement puis un dépôt de pierres. La fouille a révélé le stade d’abandon après utilisation de la structure. Pour le foyer 160, la répartition des pierres paraît homogène, mais l’état de conservation n’est pas assez bon pour faire des suppositions sur la position des pierres et les vides constatés. En revanche, F181 et F247, dans leurs similitudes typologiques jusque dans le positionnement des pierres, nous permettent d’avancer des hypothèses quant à leur fonctionnement. Les vides observés au centre des foyers et les pierres de part et d’autre permettent d’imaginer un brassage avec écartement des pierres chauffées pour l’installation d’éléments à cuire. La structure a pu être recouverte, puis ouverte à nouveau et les éléments enlevés, mais nous n’en avons pas la trace. La présence d’une couche de rejets plus importante dans F247, avec des fragments de terre cuite ainsi que des fragments de céramique appartenant au(x) même(s) récipient(s) dans les deux foyers, pourrait indiquer une stricte contemporanéité dans l’utilisation des foyers, ou plutôt une succession rapide dans le temps, les pierres de F247 étant encore visibles quand un comblement volontaire a été réalisé.

9De tels foyers à pierres chauffées sont connus régionalement et extra-régionalement à partir du Néolithique et leur utilisation se perpétue au cours des âges des Métaux avec une sur-représentativité dans les découvertes pour la fin de l’âge du Bronze et le début de l’âge du Fer. Sur la période couvrant l’âge du Bronze et l’âge du Fer, une publication récente (Pranyies 2012) recense un minimum de 136 sites bien renseignés pour la France, la Suisse et l’Allemagne du sud-ouest. C’est sans compter les nombreux fours isolés ou en batterie, issus de diagnostics ou de fouilles non publiés. Parmi les sites recensés, 66 % s’inscrivent dans le Bronze final 3b/Hallstatt C, tout comme Pringy. Ces aménagements sont ou non associés à un habitat. Ils peuvent être seuls ou en batterie, et 35 % des sites recensés comptent entre deux et quatre éléments. À Pringy, la configuration observée semble indiquer une occupation ponctuelle, éloignée d’un lieu d’habitat. L’abondance du mobilier retrouvé tend à indiquer qu’ils ont servi pour la tenue de repas collectifs ou de cérémonies communautaires, dans le cadre de lieu d’échanges entre communautés tel qu’il est maintenant admis (Vital 1993). Les modalités et la forme que prennent ces rassemblements dans les sociétés protohistoriques restent toutefois obscures. À ce titre, le site de Pringy est un jalon important pour la connaissance des peuplements du secteur annécien et préalpin, où les implantations terrestres de la fin de l’âge du Bronze et du début de l’âge du Fer sont encore assez mal documentées. À ce jour, l’exemple le plus proche de structure de combustion à pierre chauffée est celui de la Zac Galbert à Annecy (Gabayet 2015)

Des drains historiques

10Hormis les fours à pierres chauffées, les seuls vestiges anthropiques identifiés sur les parcelles sondées sont 100 drains et trois probables puits perdus, témoins, en premier lieu, de la nature humide des terrains, mais surtout d’une exploitation du secteur en vue de pratiques agricoles, au moins depuis la période médiévale jusqu’à nos jours. Les drains les plus anciens sont datés à la faveur d’un piégeage sous une coulée boueuse datée du Petit Âge Glaciaire. Ce premier réseau de drainage avait commencé à stabiliser la zone, mais la coulée boueuse a rendu ce premier réseau inutile. Postérieurement et jusqu’à une période récente, de nombreux drains sont réalisés, rendant les sols propices à l’agriculture avec une réduction de l’érosion. Ces drains se retrouvent sur toutes les parcelles, quel que soit l’encaissant : moraine argileuse, graveleuse ou limons. La majorité n’est pas datée, la coulée boueuse du Petit Âge Glaciaire n’étant présente que sur les parcelles est de l’emprise. Par ailleurs, l’observation des orientations ne révèle pas d’organisation particulière.

Fig. 1 – Fours à pierres chauffées de l’extrême fin de l’âge du Bronze (Bronze final 3b/Hallstatt C)

Fig. 1 – Fours à pierres chauffées de l’extrême fin de l’âge du Bronze (Bronze final 3b/Hallstatt C)

Clichés et DAO : C. Mangier, F. Pont, C. Ramponi (Inrap).

Fig. 2 – Céramique du Bronze final 3b/Hallstatt C du Fait 181 (structure à pierres chauffées)

Fig. 2 – Céramique du Bronze final 3b/Hallstatt C du Fait 181 (structure à pierres chauffées)

Le no 5 est un fragment de gobelet décoré Campaniforme.

Dessins : P. Hénon (Inrap).

Fig. 3 – Céramique du Bronze final 3b/Hallstatt C du Fait 247 (structure à pierres chauffées)

Fig. 3 – Céramique du Bronze final 3b/Hallstatt C du Fait 247 (structure à pierres chauffées)

Dessins : P. Hénon (Inrap).

Haut de page

Bibliographie

Gabayet F. 2015 : Les marges orientales du vicus de Boutae. Les fouilles Galbert à Annecy (Haute-Savoie). Lyon, Association de liaison pour le patrimoine et l’archéologie en Rhône-Alpes et en Auvergne, Maison de l’Orient et de la Méditerranée, Jean-Pouilloux, université Lumière Lyon 2, CNRS, 442 p., 168 fig. (DARA, 42).

Praniyes A. 2012 : Les batteries de foyers à pierres chauffantes de la fin de l’âge du Bronze et du premier âge du Fer : des vestiges de repas collectifs sur le site de Grièges (Ain), Gallia, 69-2, p. 1-53.

Vital J. 1993 : Habitats et sociétés du Bronze final au Premier âge du fer dans le Jura. Les occupations protohistoriques et néolithiques du Pré́-de-la-Cour à Montagnieu (Ain), Paris, Monographies du CRA no 11, éd. du CNRS.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Fours à pierres chauffées de l’extrême fin de l’âge du Bronze (Bronze final 3b/Hallstatt C)
Crédits Clichés et DAO : C. Mangier, F. Pont, C. Ramponi (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/92110/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 471k
Titre Fig. 2 – Céramique du Bronze final 3b/Hallstatt C du Fait 181 (structure à pierres chauffées)
Légende Le no 5 est un fragment de gobelet décoré Campaniforme.
Crédits Dessins : P. Hénon (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/92110/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 115k
Titre Fig. 3 – Céramique du Bronze final 3b/Hallstatt C du Fait 247 (structure à pierres chauffées)
Crédits Dessins : P. Hénon (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/92110/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 54k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Cécile Ramponi, « Pringy – Zac Pré Billy » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Auvergne-Rhône-Alpes, mis en ligne le 01 mars 2021, consulté le 04 octobre 2022. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/92110

Haut de page

Auteur

Cécile Ramponi

Inrap

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Cécile Ramponi

Inrap

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search