Navigation – Plan du site

AccueilRégionsAuvergne-Rhône-Alpes201674 – Haute-SavoieSaint-Pierre-en-Faucigny – Site f...

2016
74 – Haute-Savoie

Saint-Pierre-en-Faucigny – Site funéraire des Tattes

Sondage (2016)
Responsable d’opération : Loïc Benoit

Entrées d’index

Année de l'opération :

2016

Numéro d’opération :

2212399

Nature de l'opération :

opération de diagnostic
Haut de page

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Département de Haute-Savoie

Benoit L. 2017 : Site funéraire des Tattes, Saint-Pierre-en-Faucigny, rapport d’opération archéologique 2016.

Texte intégral

1Début novembre 2016, à l’occasion de travaux de réseau, des ossements humains ont été mis au jour par une entreprise à Saint-Pierre-en-Faucigny au lieu-dit des Tattes. Cette découverte fortuite a nécessité, en accord avec le SRA et la commune, la réalisation d’un sondage archéologique afin d’étudier et de préserver un ensemble inédit.

2Située au cœur du pays rochois, à 5 km à l’est de La Roche-sur-Foron et à moins de 4 km au sud-ouest de Bonneville, l’agglomération de Saint-Pierre-en-Faucigny, logée le long du Borne, culmine à 474 m d’altitude sur un des principaux axes de circulation de la vallée de l’Arve.

3Cette petite commune, née de la réunification des paroisses de Saint-Maurice et de Saint-Pierre est avant tout connue pour son important rôle économique et territorial durant le bas Moyen Âge, au travers des châtellenies genevoises de Cornillon puis de Rumilly-sous-Cornillon, respectivement représentées par des châteaux portant le même nom. Toutefois, malgré ce rôle de premier ordre, l’histoire plus ancienne de la commune est très mal connue, si ce n’est par des découvertes isolées dont leurs seules approches ne permettent pas de dresser un historique abouti de Saint-Pierre. Des tombes en coffre de dalles sont repérées en 1942 près de l’église actuelle et une petite occupation de l’âge du bronze est découverte en périphérie de la commune lors d’un diagnostic archéologique dans les années 2000.

4Notre intervention a consisté à suivre les travaux de réseau afin de surveiller l’apparition d’autres vestiges, ainsi qu’à fouiller l’espace où étaient apparues les sépultures. Aussi, la surveillance de travaux s’est concentrée sur deux tranchées orthogonales creusées sur le chemin communal, impasse des Tattes. Ces dernières se sont révélées négatives et n’ont pas engendré de fouilles archéologiques.

5A contrario, la zone de fouille fine s’est montrée riche en vestiges. Nous avons alors pu mettre au jour une partie d’un édifice représenté par une portion de mur, ainsi qu’un sol dallé partiellement conservé. Sous celui-ci étaient présentes dix sépultures en coffre de dalles de molasse, qui n’ont pu être que partiellement fouillées, du fait de l’emprise des travaux et, donc, de la fouille (fig. 1). Une étude anthropologique et des analyses radiocarbone ont été menées sur l’ensemble. Ainsi, les tombes mélangent sépultures primaires et réduction et un total de 18 individus a pu être identifié. Tous les âges et les sexes sont représentés, avec néanmoins une particularité, puisque quatre individus présentent des déformations crâniennes volontaires.

Fig. 1 – Mise au jour des vestiges

Fig. 1 – Mise au jour des vestiges

Cliché : L. Benoit.

6Les datations radiocarbone effectuées indiquent une période comprise entre la fin du vie s. et le viiie s., avec une prédominance pour le milieu du viie s. Nous ne pouvons donc rattacher cette population au peuple burgonde à qui l’on attribue traditionnellement cette pratique. Le mobilier retrouvé pose également question, puisque son étude a montré qu’il s’agissait d’objet appartenant, au plus tard, au vie s. (fig. 2). Des questions subsistent donc encore quant à cette occupation à Saint-Pierre-en-Faucigny.

Fig. 2 – Vestiges en fin d’opération archéologique

Fig. 2 – Vestiges en fin d’opération archéologique

Cliché : L. Benoit.

7Les résultats de cette campagne de sauvetage sont pour le moins intéressants, puisqu’ils démontrent une occupation assez ancienne du territoire de l’agglomération entre les vie et viiie s. De plus, ils ouvrent à nouveau un certain nombre de questions, avec notamment le cas des crânes déformés: pratique burgonde ou déformations occasionnelles liées aux usages (berceau, port de coiffes…) ? La surveillance archéologique de cette commune permettra probablement, à l’avenir, de connaître et de mieux caractériser l’implantation humaine des périodes anciennes.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Mise au jour des vestiges
Crédits Cliché : L. Benoit.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/92134/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
Titre Fig. 2 – Vestiges en fin d’opération archéologique
Crédits Cliché : L. Benoit.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/92134/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Loïc Benoit, « Saint-Pierre-en-Faucigny – Site funéraire des Tattes » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Auvergne-Rhône-Alpes, mis en ligne le 01 mars 2021, consulté le 19 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/92134

Haut de page

Auteur

Loïc Benoit

DAHS, université Lumière Lyon 2, Ciham

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Loïc Benoit

DAHS, université Lumière Lyon 2, Ciham

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search