Navigation – Plan du site

AccueilRégionsAuvergne-Rhône-Alpes201642 – LoireAndrézieux-Bouthéon – Zone d’acti...

2016
42 – Loire

Andrézieux-Bouthéon – Zone d’activité internationale Opéra Parc (tranche 2)

Fouille préventive (2016)
Responsable d’opération : Vincent Georges

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Inrap

Georges V. 2018 : Andrézieux-Bouthéon (Loire, Auvergne-Rhône-Alpes) zone d’activité internationale, Opéra Parc, tranche 2, rapport de fouille, Bron, Inrap, 3 vol.

Texte intégral

1Les fouilles conduites d’avril à août 2016 ont porté sur une superficie totale de 2,6 ha. Elles couvrent 3 500 ans d’occupation, de l’âge du Bronze au xixe s. Quelques éclats de silex taillés indiquent une présence humaine plus ancienne, au Paléolithique et au Néolithique. Les vestiges structurés les plus anciens sont protohistoriques. Les fouilles ont, de ce point de vue, confirmé l’importance de ce potentiel archéologique perçu lors de la phase de diagnostic. Le spectre des vestiges a été étendu à une présence funéraire antique très ponctuelle, dans le sillage des vestiges de la fin de l’âge du Fer. Le contexte de l’exploitation des argiles au cours du xixe s. fait également partie des thématiques traitées dans le cadre de ces fouilles.

2La topographie du versant comprend une double déclivité en direction du nord et de l’est, au contact d’une zone humide protégée maintenue en dehors du périmètre des fouilles. Le dénivelé de l’aire fouillée atteint 7 m de puissance, en surplomb d’un réseau hydrographique très anthropisé.

3Le substrat est essentiellement argileux et recouvert par endroit de plaquages d’alluvions anciennes plus ou moins grossières. Ce contexte géologique conduit à une circulation des eaux de pluies au sommet du plancher argileux. Contre toute attente, les vestiges découverts indiquent que des populations se sont accommodées de ce contexte sur la longue durée, au gré des précipitations hivernales ou estivales. Des stratégies d’implantation et d’aménagements ont réduit l’impact négatif des écoulements rejoignant la zone humide inférieure. En situation de sécheresse, la réserve d’eau ainsi constituée a pu valoriser cet espace, par exemple au bénéfice de la communauté de la fin du premier âge du Fer qui s’est installée au plus près de cette zone humide, en procédant aux aménagements nécessaires.

4Au cours de la Protohistoire, les modalités d’implantation changent. Néanmoins, de l’âge du Bronze moyen jusqu’au milieu du second âge du Fer, les occupations se concentrent essentiellement sur les aires limono-sableuses. Cette prédilection nous renseigne sur la nature répulsive des affleurements argileux, pour des communautés cherchant à s’établir durant ces périodes anciennes.

5À partir de la fin du Bronze moyen, un premier habitat est attesté par des trous de poteaux répartis entre un bâtiment oriental à ossature en bois et deux alignements occidentaux orientés nord-sud. À 20 m au sud-ouest de cette disposition méridienne, avec peut-être d’autres récipients organiques parmi les empreintes négatives identifiées, une concentration de vases semi-enterrés forme une aire de stockage en l’absence de fosses silos. Le blé nu est la céréale identifiée pour cette période, avec en ligne de mire la mise en culture préférentielle des plages sablo-limoneuses. Les semailles hivernales inhérentes se tiendraient à l’écart des terrains argileux hydromorphes plus propices à la pâture. Le double alignement de poteaux de l’aire méridienne dessine un probable espace clos d’une trentaine de mètres de long sur 3 à 7 m de large. L’espace ainsi délimité a pu faire office de parcage de troupeau, sans que nous puissions bénéficier d’arguments archéozoologiques complémentaires. L’acidité cristalline des sédiments a fait disparaître les restes fauniques non brûlés. Tout bien considéré, les indices de production découverts découlent d’une logique vivrière agropastorale probablement consubstantielle de cet habitat.

6Le bâtiment se développe sur 14 m2 autour d’un axe de poteaux porteurs est-ouest. La densité des trous de poteaux ne va pas à l’encontre d’une succession de réfections ou de réaménagements, sans qu’il soit permis d’aller dans le détail des états successifs. Le flanc nord coïncide avec une présence abondante de mobilier céramique piégé au sein d’un horizon sédimentaire supérieur. La forte fragmentation de ce matériel est due à une réoccupation du site à La Tène moyenne. L’attractivité de cet emplacement résulte de son substrat sablo-graveleux compact et naturellement drainant en situation de périodes humides expérimentées lors des fouilles. En périphérie méridionale de cette occupation, une prise d’eau contemporaine a été aménagée. Taillée dans le substrat argileux, l’excavation comprend des galets formant un parement autour de « prises d’eau » comblées après leur abandon. L’aménagement est à peine éloigné d’un autre blocage de galets, de facture plus sommaire et sans mobilier archéologique.

7L’occupation de la phase évoluée du Bronze moyen a pu se poursuivre jusque dans le courant du xive s. av. J.‑C., au tout début du Bronze final, pour être à la fois conforme au mobilier céramique et aux dates 14C obtenues dans des colmatages sédimentaires liés à l’abandon d’une possible dernière génération de vases semi-enterrés installée sur le site d’habitat.

8Un second bâtiment, plus tardif, prend place à moins de 50 m au nord-est du précédent. Les rares indices typologiques céramiques retrouvés dans les fosses voisines sont en cohérence avec la date 14C obtenue sur l’un des trous de poteaux de cette construction. Attribuable au xiiie ou au xiie s. av. J.‑C., le bâtiment forme un espace quadrangulaire avec un aménagement interne de type sablière basse et une cuvette à remplissage cendreux à mettre en liaison avec un foyer domestique. Le bâtiment jouxte un espace en forme d’entonnoir de 19 m2 de surface et délimité par des trous de poteaux. D’autres poteaux voisins dessinent probablement les bases de greniers, en l’absence de batteries de silos creusés ou de vases semi-enterrés. Le dispositif général reproduit donc l’organisation tripartite qui prévalait déjà à la fin du Bronze moyen. Au cours de cette seconde phase d’occupation, au Bronze final 2a, les vestiges connaissent une dispersion qui tranche avec l’occupation antérieure plus resserrée débutée à la fin du Bronze moyen. Les autres vestiges architecturaux comprennent un poteau massif, présumé faîtier, car accolé à une fosse assimilée à un cellier en présence d’un fragment de meule; ceci en référence à un autre cellier du Bronze final 2a déjà découvert en Forez, à Saint-Romain-le-Puy. On compte aussi deux fosses d’extractions qui entaillent les plus épais dépôts sablo-limoneux de l’aire décapée. Deux résurgences naturelles d’eaux subaffleurantes sont associées à des placages superficiels et homogènes de fragments de céramiques du Bronze final 2a et de pièces de mouture. Les deux zones humides dépassent chacune la dizaine de mètres de circonférence. La plus petite a été équipée d’un fossé drainant susceptible de dater de la toute fin de l’âge du Bronze final, d’après une date 14C obtenue sur un charbon de bois issu du comblement. Une source a bel et bien pu se perpétuer sur le site.

9Les vestiges archéologiques font une réapparition spectaculaire à la toute fin du premier âge du Fer. Profondes d’un à plusieurs dizaines de centimètres, trois structures excavées à fond plat sont interprétées comme des soubassements avec des concentrations hétérogènes de galets aménagés. La plus petite des substructions est de forme subquadrangulaire et correspond aux fosses ateliers maintes fois documentées pour cette période. Un emmarchement fait de galets anguleux marque probablement son entrée méridionale. Un autre aménagement consiste en un calage de poteau excentré et appartient à l’un des deux grands creusements ovoïdes à fond plat.

10Une occupation contemporaine s’étend en contrebas à 80 m de distance, au contact de la zone humide. À cet endroit, la topographie de l’époque a subi un épisode érosif identifié sous la forme d’une couche sédimentaire hydromorphe. Cette unité stratigraphique a piégé un abondant mobilier archéologique du Hallstatt D3 en bas de versant, sur le quart sud-est de la fouille. Suite à l’abandon du site, ces colluvions possèdent une extension particulière, qui est en étroit rapport avec de volumineux calages. La taille et l’espacement de ces aménagements sont considérés comme les indices forts d’une banquette sédimentaire artificielle, ultérieurement soumise à un glissement sédimentaire, sous l’effet de la gravité, suite au pourrissement de son ossature en bois. Après l’affaissement de la structure, seuls les calages massifs sont logiquement restés en place. L’allure exacte de cet aménagement en terrasse nous échappe totalement, en dehors du dispositif d’ancrage au sol. Sa fonction est subodorée à partir des plaques de schistes disséminées à plat au sein de l’horizon des colluvions. Deux d’entre elles faisaient encore office de calages de poteau, en étant fichées à la verticale, de part et d’autre de l’avant-trou, sur la bordure méridionale de la banquette de terre érodée. Dès lors, il peut être avancé que la retenue de terre avait pour objet de servir de soubassement à un ou plusieurs bâtiments. L’aménagement en terrasse indique la volonté de se rapprocher de la zone humide sans en subir les désagréments, tout en se préservant des importants écoulements superficiels provenant du versant supérieur. Le terrassement artificiel prolonge ainsi logiquement l’éminence argileuse située au sud de la fouille.

11La dynamique de colluvionnement de la banquette artificielle a recouvert deux axes de circulations en direction de la zone humide. Elle est aussi impliquée dans le comblement intermédiaire du puits sous-jacent. Le mobilier retrouvé au fond du puits est contemporain de celui retrouvé dans les colluvions. Ce point d’eau a pu alimenter l’habitat en période estivale ou de grande sécheresse, tandis qu’une mare et un fossé contemporains montrent que l’on a cherché à canaliser les écoulements du versant en périphérie de l’occupation principale. Les restes carpologiques retrouvés dans la mare sont d’une grande complémentarité avec ceux retrouvés au cœur de l’habitat, que ce soit en termes de plants sauvages ou cultivés (étude M. Cabanis). Cette occupation partage de nombreux points communs avec l’occupation contemporaine de Chambéon/Magneux-Haute-Rive (Vermeulen 2012), tant du point de vue des vestiges rencontrés que de leur répartition, exception faite de la mare et de la banquette sédimentaires artificielles, qui sont spécifiques du site d’Andrézieux.

12Les indices de la présence humaine ressurgissent peut-être dès la fin du ive et, à coup sûr, durant le iiie s. av. J.‑C., d’après les indices morphologiques sur céramique et les datations au 14C. Ils prennent la forme de dépôts et d’aménagements qui dénotent conjointement la présence de troupeaux venus paître sur des sols favorables à cette pratique. Les observations recueillies vont dans le sens d’une aire de stationnement du bétail. Le piétinement est caractérisé d’une part par l’intense fragmentation des tessons. D’autre part, un malaxage homogène du sédiment du substrat apparaît avec le mélange de micro-restes de végétaux ligneux et de charbons de bois, d’après les observations brutes en lames minces qui ont été effectuées au microscope par Eymeric Morin. 50 m à l’est de ces indices de stabulation animale, une dépression longue de 10 m par moins de 2 m de largeur possède les caractéristiques d’un plan d’eau artificiel installé dans le sens de la pente et ayant pu servir d’abreuvoir. Une activité métallurgique est venue se greffer opportunément à cet aménagement en vue de bénéficier d’un apport nécessaire en eau. Le comblement terminal du présumé abreuvoir contient les fragments de parois en terres cuites d’au moins un four de forge et des battitures non aimantées sur sa partie médiane. La morphologie d’une fosse voisine et la localisation de creusements annexes permettent d’identifier l’emplacement du four. On dispose en effet de la comparaison d’un dispositif analogue autour d’un four de forge effondré au sein de l’occupation de La Tène finale.

13Les occupations de la fin de l’âge du Fer marquent un retour de l’habitat proprement dit, tout en conservant des indices d’élevage et de pratiques métallurgiques. Une révolution agraire s’opère à cette époque. Elle consiste à implanter des fossés parcellaires destinés à assainir les secteurs argileux. Le processus se produit durant La Tène D sur le versant où affluent les eaux pluviales provenant du plateau argileux supérieur. Auparavant, à La Tène C2/D1a, un enclos est installé sur l’éminence argileuse située au sud de la surface décapée. Cet enclos quadrangulaire a uniquement été dégagé sur sa partie nord, du fait des limites imposées par la prescription archéologique et l’extension du projet d’aménagement. Les vestiges mobiliers se densifient à l’approche de l’angle nord-ouest. Cette aire de rejet se met seulement en place lors de la seconde phase de comblement des fossés. Elle livre un mobilier attribuable à la phase précoce de La Tène D1 (étude K. Giry). Cette chronologie a pour effet de mettre en évidence le caractère précoce de l’implantation initiale.

14Les vestiges de l’enclos comprennent des résidus d’activités métallurgiques, sous la forme de battitures et de galets thermofractés. Un four de forge se trouvait en dehors de l’enclos le long de l’angle nord-ouest au sud d’un fossé ouest-est connecté à cet angle. Partiellement effondré au niveau de ses substructions, il était environné de structures annexes utilisées lors de la transformation finale du métal en produits finis ou réparés. Une frette en fer a ainsi été découverte au plus près du four, dans une fosse en forme de bassin et au milieu des résidus de foyer de forge. Une autre fosse a livré les rares scories du site correspondant à des fragments de culots de forges. Ce dernier creusement a, par ailleurs, les dimensions et la morphologie adéquates pour permettre l’immersion des roues de char au cours de la pose des pièces forgées (frettes sur moyeux et bandages). L’étude des résidus métalliques des opérations de forge a été confiée à Emmanuel Dransart (laboratoire EMTT).

15Les vestiges parcellaires ultérieurs de la fin de l’époque gauloise couvrent une part importante de la fouille. Au niveau de l’unique angle parcellaire identifié, le fossé conserve sa largeur initiale, tandis que les tronçons éloignés ont subi des élargissements imputables à leur franchissement par des troupeaux qui provoquent des irrégularités associant des fronts de taille à des plans inclinés sur les profils transversaux des fossés. Seuls les creusements linéaires méridionaux se rattachent indubitablement au plan d’un enclos laténien. Plus au nord, la configuration des fossés correspond à un réseau parcellaire. Bien que postérieure à l’enclos, elle en reprend néanmoins très exactement l’orientation de 20° ouest, et ce, à 64 m de distance. Cette dernière mesure a son importance, puisqu’elle correspond à la longueur du côté d’un probable enclos orienté 8° est et découvert au sommet d’une éminence argileuse, lors de la tranche 3 du diagnostic de la Zone d’activités internationales, soit de l’autre côté de la zone humide orientale qui borde les présentes fouilles (Thévenin 2013). Cette dimension est aussi celle d’un autre côté d’enclos découvert sur un diagnostic en 2014 à Balbigny (E. Thévenin). Le côté d’enclos intégralement dégagé lors de la fouille atteint la taille de 49 m, soit celle du côté d’enclos dégagé lors de la fouille de Chambéon/Magneux-Haute-Rive (Vermeulen 2012).

16À l’intérieur de l’angle perpendiculaire formé par les deux grands fossés, deux tombes à crémation viennent se greffer à la structuration parcellaire, et sont, peu ou prou, contemporaines de l’occupation de l’enclos de la tranche 3. Manifestement en liaison avec les tombes, des résidus de bûcher funéraire ont rejoint le comblement terminal des fossés au démarrage ou au cours de La Tène D2. Hormis l’indice du maintien du parcellaire antérieur, la période antique se caractérise par un dépôt de résidus de crémation. Ce dernier s’apparente à une tombe accolée à un trou de poteau et un vase à libations enterré et non comblé depuis l’Antiquité. Les analyses géochimiques produites sur ce récipient ont montré qu’il avait contenu d’importantes quantités de vins rouges aromatisés avec une espèce végétale encore indéterminée et en présence de graisses animales de non-ruminants (étude N. Garnier). Les résidus du bûcher du début du ier s. apr. J.‑C. mélangent des fragments de récipients en verre fondu, de la vaisselle céramique, des clous ainsi que les indices carpologiques d’une forte présence de matières végétales sur le bûcher. On notera ici en particulier celle des fèves dans le cadre d’un usage funéraire (étude M. Cabanis).

17La chronologie fine des vestiges domestiques funéraires ou artisanaux va dans le sens d’un unique domaine agricole avec deux enclos successifs : l’un fouillé, l’autre seulement diagnostiqué avant d’être recouvert par un remblai en 2016. La présence territoriale est déjà sensible dès La Tène moyenne (élevage et métallurgie), avec une poursuite avérée de l’occupation au début de l’Antiquité.

18Les vestiges ultérieurs remontent au xixe s. et rassemblent des voies de circulations donnant accès à une tuilerie-briqueterie. Les voiries permettaient le transport des briques ou des tuiles sorties du four. L’architecture du four, notamment au niveau de la chambre de chauffe et des espaces voûtés, a pu être abordée au travers des substructions partiellement endommagées par la conservation opportuniste d’une mare au niveau de l’accès aux alandiers du four lors de la destruction des élévations.

19Sur la longue durée, cette fouille montre le cas où l’orientation parcellaire protohistorique ne s’est pas perpétuée sous sa forme antique à l’intérieur du cadastre napoléonien. Auparavant, les analyses palynologiques montrent une ouverture continue entre la fin du vie s. av. J.‑C. et le ier s. av. J.‑C., avec une image intermédiaire durant La Tène moyenne (étude J. Argant). Dans ce cas précis, la révolution agraire gauloise se traduit par des fossés parcellaires visant à assainir de nouvelles terres reposant sur des argiles. Les orientations choisies pour ces fossés n’ont pas été fossilisées dans la trame parcellaire moderne. Plus que d’autres territoires, les terrains argileux ont pu faire l’objet de déprises ultérieures. Dans ce contexte, le découpage moderne du cadastre napoléonien privilégie la présence des plages sablo-limoneuses dans les parcelles. Ces espaces, préservés de la présence des argiles, étaient déjà plébiscités par les communautés de la Protohistoire ancienne locale. Il en résulte que les limites cadastrales modernes enserrent les traces archéologiques de la Protohistoire ancienne, sans les recouper. Cette forme de continuité territoriale est la marque d’un attrait à très long terme des aires sablo-limoneuses sur les hautes terrasses de la Loire.

Haut de page

Bibliographie

Thévenin É. 2014 : Andrézieux-Bouthéon et La Fouillouse (Loire, Rhône-Alpes) zone internationale Opéra Parcs, Zac Zain, Loire Sud, tranche 3, rapport de diagnostic, Bron, Inrap.

Thévenin É. 2014 : Balbigny (Loire, Rhône-Alpes) Zain de Balbigny, phase 1, rapport de diagnostic, Bron, Inrap.

Vermeulen C. 2012 : Chambéon et Magneux-Haute-Rive (Loire, Rhône-Alpes) la Pège, le Châtelard, les Rompets, les Chalinas, rapport de fouille, Bron, Inrap, 4 vol.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Vincent Georges, « Andrézieux-Bouthéon – Zone d’activité internationale Opéra Parc (tranche 2) » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Auvergne-Rhône-Alpes, mis en ligne le 01 mars 2021, consulté le 22 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/92304

Haut de page

Auteur

Vincent Georges

Inrap

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Vincent Georges

Inrap

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search