Navigation – Plan du site

AccueilRégionsAuvergne-Rhône-Alpes201642 – LoireFeurs – Logements, parking, cour,...

2016
42 – Loire

Feurs – Logements, parking, cour, avenue Jean-Jaurès

Opération préventive de diagnostic (2016)
Responsable d’opération : Jean-Marc Lurol

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Inrap

Texte intégral

1Ce diagnostic a été prescrit en raison d’un projet immobilier prévu sur les parcelles AC 215, 524, 525, 637, 668, localisées 8-10 avenue Jean-Jaurès à Feurs, et situées dans un secteur de la ville, le quartier Jean Jaurès, Guillotière, Parmentier, Saint Antoine, qui a livré au cours des dernières décennies de nombreuses et précieuses informations archéologiques (Frascone 2003 ; Lurol 2008 ; Réthoré 2005).

2Sur cette emprise, l’ouverture de quatre tranchées a révélé l’existence d’une occupation gallo-romaine matérialisée par des vestiges de construction (sol en mortier, fond d’hypocauste, sol en terre) et par un ensemble viaire comprenant une chaussée et ses fossés bordiers.

3La partie construite, localisée dans l’angle sud-ouest de l’emprise, apparaît faiblement conservée. L’hypocauste est arasé jusqu’au sol sur lequel reposent les pilettes et dont il ne reste que les empreintes ou les bases. Les murs qui délimitent cet espace chauffé sont entièrement épierrés. Leur existence est attestée uniquement par les tranchées de spoliation. Enfin, le niveau de sol en mortier (Sl.1) mis au jour à l’extrémité sud du sondage 1 est partiellement conservé. Le mobilier céramique extrait de ce contexte, toutes US confondues, compte à peine sept fragments au total, pour trois individus. Excepté les deux fragments issus de l’US 29 (préparation de sol ?) et attribuables à La Tène finale, les autres tessons proviennent des couches de démolition. La période chronologique proposée, iie-iiie s. apr. J.‑C., apporte peu de précision quant à la datation du contexte d’occupation.

4Néanmoins, tous ces vestiges représentent les témoins d’un ensemble d’habitat plus complexe, qui s’étend clairement vers l’ouest bien au-delà de la limite de l’emprise du diagnostic. La présence de l’hypocauste permet d’envisager l’existence sur ce secteur d’un habitat urbain de qualité de type domus. Cette interprétation rejoint les connaissances dont on dispose sur ce secteur urbain de la ville antique, où déjà plusieurs exemples de vestiges d’habitat de ce type (domus) ont été repérés. Pour exemple, on peut citer, au 13 avenue Jean-Jaurès (Broutin 1864), la découverte d’un bâtiment comportant des pièces ornées de mosaïques ou de sol en opus sectile. Sur la Zac de la Guillotière (Frascone 2003), un diagnostic avait permis de mettre au jour les témoins d’un quartier comprenant, entre autres, un habitat riche (présence d’un hypocauste). Au 9 rue de la Guillotière (Lurol 2008), un sondage avait révélé l’existence d’un habitat, matérialisé par un niveau de sol en mortier blanc daté du ier s. apr. J.‑C.

5La mise au jour du réseau viaire dans la partie centre-est de l’emprise n’est pas une surprise. En effet, cet axe avait été repéré partiellement (une partie de la voie et le fossé bordier oriental) lors de la construction de la piscine. Le diagnostic est venu confirmer et aussi largement compléter cette information. Il s’agit bien ici d’un tronçon de voie aménagé (chaussée et fossés bordiers), qui appartient à la trame urbaine principale de la ville antique. Cette voie, dont l’état de conservation est plutôt correct, se caractérise par une chaussée d’environ 3 m de large et de 0,3 m d’épaisseur au total (revêtement et préparation). Elle présente une surface bombée, qui permet ainsi de faciliter l’évacuation des eaux de pluies en direction des fossés, et également un pendage vers le nord d’environ 2 %. Sa surface apparaît à la cote de 344,60 m NGF dans le sondage 2 et 344,40 m NGF dans le sondage 3. L’observation en plan et en coupe des fossés bordiers montre, côté ouest, que deux fossés se sont succédé (Fo.23 puis Fo.19). Ils sont implantés directement sur la bordure de la chaussée. À l’est, en revanche, le fossé Fo.21 est distant de la chaussée d’environ 2 m. Les remplissages de ces structures linéaires présentent des caractéristiques sédimentaires très comparables, ce qui permet d’envisager leur abandon et leur comblement au cours d’une même phase.

6La datation de ces ensembles de vestiges reste délicate. La céramique, qui constitue le seul traceur chronologique, a été retrouvée en faible quantité : seuls 48 tessons dont les trois quarts proviennent d’un seul et même ensemble, le fossé Fo.21. De plus, ces éléments ont été extraits des couches qui marquent l’abandon de l’occupation gallo-romaine du site : US 2 (niveau de démolition), US 8 et 10 (tranchées de récupération de murs) et comblements des fossés Fo.19 et 21. Les datations apportées par ce lot de mobilier permettent d’obtenir uniquement des terminus, à savoir que le comblement des fossés se déroule au plus tôt dans le courant du iie s. apr. J.‑C., tandis que l’abandon de l’habitat a pu avoir lieu au cours du iiie s. apr. J.‑C. Ceci ne permet pas de dater la phase d’occupation du site, ni d’établir les rapports chronologiques entre le réseau viaire et la partie habitat. Il y a donc, au terme de ce diagnostic, encore des questions importantes à résoudre.

7Enfin, sur le plan stratigraphique, il faut souligner que l’occupation gallo-romaine du site s’installe sur des niveaux sédimentaires archéologiquement stériles (US 15 et 17). La phase d’abandon de cette occupation est scellée, à son tour, par un horizon sédimentaire (US 13, 26, 31) qui pourrait être interprété comme un niveau de culture, post-antique, mais impossible à dater de manière plus précise. Cet horizon sédimentaire est ensuite recouvert par des couches récentes, qui constituent le sommet de la stratigraphie et qui correspondent à des remblais de l’époque contemporaine et à la terre végétale actuelle.

Fig. 1 – Vue en plan du sol 1 (sondage 1)

Fig. 1 – Vue en plan du sol 1 (sondage 1)

Cliché : P. Rigaud (Inrap).

Fig. 2 – Vue d’ensemble vers le sud de l’hypocauste

Fig. 2 – Vue d’ensemble vers le sud de l’hypocauste

Cliché : P. Rigaud (Inrap).

Fig. 3 – Vue latérale vers l’ouest de la voie

Fig. 3 – Vue latérale vers l’ouest de la voie

Cliché : P. Rigaud (Inrap).

Haut de page

Bibliographie

Frascone D. 2003 : Feurs (Loire, Rhône-Alpes) lieu-dit La Guillotière, rue Waldeck Rousseau, rue de la Guillotière, rapport de diagnostic archéologique, Bron, Inrap.

Lurol J.-M. 2008a : Feurs (Loire, Rhône-Alpes) 9 rue de la Guillotière, rapport de diagnostic, Bron, Inrap.

Lurol J.-M. 2008b : Feurs (Loire, Rhône-Alpes) rue W. Rousseau, rue Parmentier, la Guillotière, rapport de diagnostic, Bron, Inrap.

Réthoré P. 2005a : Feurs (Loire, Rhône-Alpes) rue Parmentier, rapport de diagnostic, Bron, Inrap.

Réthoré P. 2005b : Feurs (Loire, Rhône-Alpes) rue Parmentier, rue de la Guillotière, rapport de diagnostic, Bron, Inrap.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Vue en plan du sol 1 (sondage 1)
Crédits Cliché : P. Rigaud (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/92408/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 238k
Titre Fig. 2 – Vue d’ensemble vers le sud de l’hypocauste
Crédits Cliché : P. Rigaud (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/92408/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 288k
Titre Fig. 3 – Vue latérale vers l’ouest de la voie
Crédits Cliché : P. Rigaud (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/92408/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 247k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Marc Lurol, « Feurs – Logements, parking, cour, avenue Jean-Jaurès » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Auvergne-Rhône-Alpes, mis en ligne le 01 mars 2021, consulté le 21 octobre 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/92408

Haut de page

Auteur

Jean-Marc Lurol

Inrap

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Jean-Marc Lurol

Inrap

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search