Navigation – Plan du site

AccueilRégionsAuvergne-Rhône-Alpes201642 – LoireMontbrison – Rue du Repos

2016
42 – Loire

Montbrison – Rue du Repos

Opération préventive de diagnostic (2016)
Responsable d’opération : Éric Thévenin

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Inrap

Thévenin É. 2016 : Montbrison (Loire, Auvergne-Rhône-Alpes) rue du Repos, rapport de diagnostic, Bron, Inrap.

Texte intégral

1L’intervention du 21 au 29 mars se rapporte au projet d’aménagement d’une gendarmerie, engagé par la ville de Montbrison-Moingt sur plusieurs parcelles, référencées Al 102, 104a, 118 et 205. La localisation du projet aujourd’hui situé rue Repos reprend une partie de l’ancien clos Vissaguet (plus tard clos Saint-Julien), mentionné dès 1885 pour des découvertes archéologiques.

2La zone d’intervention occupe, en raison de son importance (plus de 8 300 m2) une place privilégiée dans le secteur sud-est de l’agglomération antique de Moingt mentionnée sur la Table de Peutinger sous le nom d’Aquae Segetae. La ville doit son essor à son sanctuaire dédié à Segeta, divinité éponyme favorisant la construction d’établissements publics de grandes envergures : un théâtre de 7 300 à 8 000 places isolé au sud-ouest de la ville, et des thermes dont les murs, douze siècles plus tard, seront englobés dans la construction du prieuré Sainte-Eugénie. La ville doit également son développement à son statut de station routière le long de la voie Bolène reliant Feurs (Forum Segusiavorum) à Rodez, via les étapes ségusiaves de Chézieux (Saint-Romain-Ie-Puy) et d’Usson-en-Forez (Iciomago) (Lavendhomme 1997).

3Parmi les éléments significatifs découverts durant le diagnostic de mars 2016, il est à signaler :

4Le caractère extensif des vestiges gallo-romains mis au jour sur la quasi-totalité de la parcelle (quinze sondages positifs sur dix-neuf ouverts). Deux secteurs semblent « inoccupés » durant l’Antiquité : l’angle sud-ouest de la parcelle autour du sondage 2, et, à l’opposé, l’angle nord-est dans le périmètre du sondage 19.

5Le nombre élevé et la diversité des aménagements découverts : 4 structures fossoyées (une structure à fond excavé, trois fosses, dont un hypothétique puits et fossé), 22 murs, radiers de fondation ou maçonneries, une canalisation d’eau, 9 niveaux de sol, dont cinq constitués de cailloutis, un de mortier de tuileau, deux de terre battue, un vase funéraire, un foyer domestique, deux concentrations de blocs.

6L’absence d’indices médiévaux sur le site, malgré la situation très proche de l’église Saint-Julien d’Antioche et du bourg médiéval de Moingt, localisés à une quarantaine de mètres au sud-ouest du diagnostic. Parmi les rares artefacts postérieurs à la période gallo-romaine relevés durant le diagnostic, notons la présence d’une céramique glaçurée dans le mobilier céramique de l’US 3 du sondage 16, et la découverte isolée d’un fragment de crâne humain, qui n’a pas été prélevé, à l’extrémité orientale du sondage 3, à l’altitude de 398,61 m.

7La répartition convaincante de l’occupation gallo-romaine en trois secteurs distincts :

  • au sud un secteur d’assez faible densité et non bâti, qui rassemble plusieurs aménagements fossoyés ;
  • au centre, le plan, encore très lacunaire, d’un très grand et luxueux bâtiment avec bassin, adduction d’eau, marbre blanc, enduits peints ;
  • au nord, un quartier d’habitations à trame resserrée et cloisonnée, associant espaces intérieurs et espaces de circulation.

8La concordance d’une trame d’urbanisation d’orientation nord-nord-ouest – sud-sud-est sur l’ensemble du site.

9L’intégration des fosses de l’extrémité méridionale de la parcelle (sondages 1 et 3) à un secteur d’habitat à vocation agricole et/ou artisanale (communs ou annexes), localisé en périphérie immédiate du bâti principal.

10Le rattachement des maçonneries des sondages 13 à 17, à l’extrémité sud-est du quartier, d’habitations antiques mis en évidence au 6 rue Neuve (du 30 novembre 2009 au 24 mars 2010) par Monique Le Nézet-Célestin. L’urbanisme très cohérent sur une centaine de mètres, s’articule autour d’îlots d’habitations, séparés par des cours, des jardins et des passages plus ou moins étroits. Les pièces, au nombre de neuf, si l’on tient compte du diagnostic de 2016, se succèdent d’un îlot à l’autre, pour former un habitat resserré et compact. Les éléments d’agrément et de décoration sont comparables d’une fouille à une autre : sol en terre battue, enduits peints et foyers aménagés à l’intérieur des pièces. En périphérie des îlots, en guise d’axes de circulation, on trouve la présence de sols de cailloutis damés. Le premier de ces axes est mentionné au nord des vestiges de 2010, le second à l’ouest des structures de 2016 (faits S13.1 et S17.1). On note la présence d’un vase funéraire, comparable à celui découvert sur la fouille de 2010 (Le Nézet-Célestin 2015).

11La nature des maçonneries et des sols dégagés (mur de façade, bassin, marbre et canalisation) dans le périmètre des sondages 5 à 12 n’est pas sans rappeler le caractère luxueux du grand bâtiment découvert à la fin du xixe s., et dont on ignore toujours la localisation exacte. Le mur 10.1, en particulier, pourrait matérialiser la façade ouest de cet ensemble architectural présenté comme un vaste parallélogramme, construit autour d’une grande cour, desservant, sur trois côtés, une succession de petites pièces carrées ou rectangulaires. Son interprétation comme espace public lié aux thermes est tout aussi hypothétique.

12Une chronologie, compatible avec la fouille de 2010, situant l’abandon du site (US 3) entre le milieu iie et le iiie s. Quelques éléments plus anciens associés au matériel permettent néanmoins d’envisager le début de l’occupation au cours du ier s., voire dès le début de ce siècle. Le mobilier de la seule structure étudiée (la fosse 3.1) est daté, au plus tôt, de la première moitié du iie s. apr. J.‑C.

13L’ébauche d’une probable évolution architecturale reflétée par les deux principaux types de mortier utilisés dans les maçonneries : un mortier blanc majoritaire pour la principale phase de construction, un mortier jaune ou bicolore pour une phase de réaménagement (division de la pièce B) ou d’agrandissements plus modestes. Les recoupements sont plutôt rares.

14L’état de conservation inégal des maçonneries antiques. Des trois secteurs évoqués, celui du centre est de loin le plus endommagé par l’industrialisation de la parcelle. Les vestiges des sondages 6 à 12 ont été diversement recoupés, détruits ou récupérés durant la période moderne.

Fig. 1 – Vestiges du sondage 14

Fig. 1 – Vestiges du sondage 14

Échelle : 1/200.

Clichés et DAO : S. Couteau, B. Mortagne-Thévenin, É. Thévenin (Inrap).

Fig. 2 – Vestiges du sondage 16

Fig. 2 – Vestiges du sondage 16

Échelle : 1/100.

Clichés et DAO : S. Couteau, B. Mortagne-Thévenin, É. Thévenin (Inrap).

Fig. 3 – Mobilier céramique

Fig. 3 – Mobilier céramique

Clichés : K. Giry, B. Mortagne-Thévenin (Inrap).

Haut de page

Bibliographie

Lavendhomme M.-O. 1997 : Lavendhomme M.-O. : Carte Archéologique de la Gaule : La Loire 42.

Le Nézet-Célestin M. 2015 : Le Nézet-Célestin M. : Montbrison (Loire, Rhône-Alpes) Moingt, 6 rue Neuve, un quartier d’habitations antiques à Moingt, zone I, rapport de fouille, Bron, Inrap, 3 vol.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Vestiges du sondage 14
Légende Échelle : 1/200.
Crédits Clichés et DAO : S. Couteau, B. Mortagne-Thévenin, É. Thévenin (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/92514/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 342k
Titre Fig. 2 – Vestiges du sondage 16
Légende Échelle : 1/100.
Crédits Clichés et DAO : S. Couteau, B. Mortagne-Thévenin, É. Thévenin (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/92514/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 494k
Titre Fig. 3 – Mobilier céramique
Crédits Clichés : K. Giry, B. Mortagne-Thévenin (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/92514/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 261k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Éric Thévenin, « Montbrison – Rue du Repos » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Auvergne-Rhône-Alpes, mis en ligne le 01 mars 2021, consulté le 27 octobre 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/92514

Haut de page

Auteur

Éric Thévenin

Inrap

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Éric Thévenin

Inrap

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search