Navigation – Plan du site

AccueilRégionsAuvergne-Rhône-Alpes201643 – Haute-LoireBessamorel – Église Saint-Jean-Ba...

2016
43 – Haute-Loire

Bessamorel – Église Saint-Jean-Baptiste

Opération préventive de diagnostic (2016)
Responsable d’opération : Daniel Parent

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Inrap

Parent D. 2016 : Bessamorel (Haute-Loire, Auvergne-Rhône-Alpes) église Saint-Jean-Baptiste, rapport de diagnostic, Clermont-Ferrand, Inrap.

Texte intégral

1Bessamorel se trouve dans le département de la Haute-Loire, à cinq kilomètres au sud-ouest d’Yssingeaux et à 24 km du Puy-en-Velay. L’église se trouve à l’entrée nord du bourg, sur un terrain en pente, aménagé en terrasses. L’église Saint-Jean-Baptiste appartenait à une Commanderie, qui, selon plusieurs auteurs, comportait également un château et des bâtiments d’hostellerie. Elle pourrait avoir été fondée par l’ordre des Templiers en 1210-1220.

2Deux sondages ont été ouverts, afin de répondre à la double interrogation portant sur l’extension du cimetière et sur le remploi d’un mur castral dans le mur de soutènement de la terrasse. La présence de plusieurs réseaux coupant le terrain en diagonale a contraint les possibilités d’implantation. La surface totale ouverte dans les deux sondages est de 33 m2, ce qui représente 2 % de l’emprise totale (1 793 m2).

3Cette opération a permis de préciser les contours et la stratigraphie du cimetière. Elle a également apporté de nouvelles données concernant l’implantation de l’église et de possibles travaux de nivellement. Elle n’a, par contre, pas permis d’identifier de vestiges de l’enceinte de la Commanderie, ou tout autre témoin de ce passé.

4On peut s’interroger sur le caractère semi-enterré de l’église, qui, bien qu’installée dans une pente, se trouve sur une terrasse globalement plane qui devrait justement lui permettre d’échapper à cette installation. De plus, les 80 cm de différence entre le sol extérieur et celui de l’église correspondent aux niveaux d’inhumations, qui se situent dans une couche qui semble rapportée postérieurement à la construction de l’édifice, à la fois en raison de la présence de marches pour y descendre et de celle de murs dans la tranchée périphérique, qui correspondent à des élévations hors-sol et non à des fondations. On peut alors se demander si cette terre n’est pas destinée à permettre les inhumations dans un secteur où le substrat argilo-marneux, situé au même niveau que le sol de l’église, est extrêmement compact et interdit tout creusement de fosse. Dans cette hypothèse, le mur de terrasse, dans son état actuel, serait plutôt un mur de soutènement pour une plate-forme nivelée, mais qui reprendrait peut-être le tracé d’un ancien mur de clôture lié à la Commanderie.

5Les sépultures mises au jour lors du diagnostic sont toutes orientées selon un axe sud-ouest/nord-est, la tête au sud-ouest. Cette orientation diffère de l’église, qui respecte plus strictement l’orientation ouest-est. Les sépultures semblent, en revanche, parallèles au mur de soutènement méridional. Les défunts reposent sur le dos, dans des fosses rectangulaires aux angles arrondis. Des effets de délimitation linéaire sur les os et de clous en position primaire montrent la présence récurrente de cercueils, mais il n’a pas été possible de vérifier si l’utilisation de ce type de réceptacle était systématique. La majorité des sujets sont des sujets adultes, mais la présence d’au moins un sujet immature montre que la zone sépulcrale n’était pas interdite aux inhumations d’enfants. Du fait des nombreux recoupements, les os en position secondaire, parfois réagencés au sein des comblements des tombes, sont nombreux. Le seul élément de datation dont nous disposons correspond à un chapelet de perles en os, qui était probablement enroulé autour du poignet droit du défunt. Ce type de chapelet est principalement retrouvé dans des contextes postérieurs au xvie s. Les relations stratigraphiques montrent qu’il s’agit d’une des sépultures les plus récentes du secteur, et rien n’atteste que toutes les tombes participent d’une même phase d’inhumation.

6L’église Saint-Jean-Baptiste est datée du début du xiie s., et sa fondation a pu immédiatement engendrer l’installation du cimetière, comme le suggère le sarcophage mis au jour en 1994 et dont la typologie renvoie aux xe-xiiie s. Toutefois, ce sarcophage aurait été réemployé, peut-être au cours du xviiie-xixe s., et, en l’absence d’élément de datation dans les sépultures les plus profondes mises au jour lors du présent diagnostic, leur période d’installation reste inconnue. Les registres paroissiaux font état d’enterrements « en l’église […] de Bessamorel » à partir de 1670, mais les registres ne sont pas disponibles pour les périodes antérieures.

7Le cimetière de l’église était encore utilisé au xixe s., jusqu’à son abandon au profit de celui situé 170 m plus à l’ouest. Ce dernier, encore en activité par le biais d’un agrandissement récent, aurait été inauguré vers 1880. La plus ancienne sépulture conservée dans ce cimetière est datée de 1885, et son emplacement dans l’angle nord-ouest de l’enceinte, bordée de sépultures datant également de la fin du xixe s., permet d’envisager qu’il s’agisse de la tombe fondatrice. Par conséquent, on peut envisager que le cimetière de l’église ait été utilisé jusqu’à cette date, son abandon résultant probablement de l’application tardive de la loi du 23 Prairial de l’an XII (12 juin 1804), ordonnant la translation des cimetières des villes et bourgs hors-les-murs, et dont l’application fut étendue aux villages en 1843.

Fig. 1 – Répartition des sépultures dans le sondage 1

Fig. 1 – Répartition des sépultures dans le sondage 1

a, sondage profond à 60 cm sous le niveau actuel ; b, sondage profond poursuivi à -90 cm.

DAO : I. Thomson (Inrap).

Fig. 2 –Sépultures SP4, SP6, SP7 et SP8

Fig. 2 –Sépultures SP4, SP6, SP7 et SP8

Cliché : D. Parent (Inrap).

Fig. 3 –Détail après nettoyage des grains de chapelet

Fig. 3 –Détail après nettoyage des grains de chapelet

Cliché : I. Thomson (Inrap).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Répartition des sépultures dans le sondage 1
Légende a, sondage profond à 60 cm sous le niveau actuel ; b, sondage profond poursuivi à -90 cm.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/92700/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 191k
Titre Fig. 2 –Sépultures SP4, SP6, SP7 et SP8
Crédits Cliché : D. Parent (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/92700/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 259k
Titre Fig. 3 –Détail après nettoyage des grains de chapelet
Crédits Cliché : I. Thomson (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/92700/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 424k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Daniel Parent, « Bessamorel – Église Saint-Jean-Baptiste » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Auvergne-Rhône-Alpes, mis en ligne le 01 mars 2021, consulté le 07 février 2023. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/92700

Haut de page

Auteur

Daniel Parent

Inrap

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Daniel Parent

Inrap

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search