Navigation – Plan du site

AccueilRégionsAuvergne-Rhône-Alpes201643 – Haute-LoireBrioude – Hôtel du Doyenné

2016
43 – Haute-Loire

Brioude – Hôtel du Doyenné

Opération préventive de diagnostic (2016)
Responsable d’opération : Daniel Parent

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Inrap

Parent D. 2016 : Brioude (Haute-Loire, Auvergne-Rhône-Alpes) hôtel du doyenné, rapport de diagnostic, Clermont-Ferrand, Inrap.

Texte intégral

1Brioude, agglomération secondaire antique, située sur un carrefour routier et à proximité de l’Allier, accueille, au ive s., peu de temps avant la christianisation de l’empire, le corps acéphale du martyr Julien, dont le culte va prendre une ampleur considérable et dépasser le cadre de la cité des arvernes. Dès l’époque mérovingienne, un clergé est organisé pour assurer le culte, l’entretien et l’accueil des pèlerins. À l’emplacement de la tombe du saint, plusieurs bâtiments vont se succéder, pour aboutir à la collégiale romane encore en élévation. Autour de l’église Saint-Julien, se développe un quartier qui abrite des bâtiments et des espaces aux fonctions multiples, parmi lesquels les bâtiments des principaux dignitaires : l’abbé, le responsable de la communauté, le prévôt, chargé des affaires extérieures, et le doyen, chargé des affaires internes. L’hôtel du doyenné, bien conservé, est de ceux-là.

2Cette opération est motivée par le projet de création d’un centre d’art contemporain, qui entraîne de fait la rénovation complète du bâtiment du doyenné à Brioude. L’opération se décompose en une étude de bâti portant sur le bâtiment du doyenné et un sondage stratigraphique à l’extérieur. Une étude dendrochronologique, menée par François Blondel, s’est également attachée à compléter les datations sur des secteurs autres que le plafond peint, parfaitement documenté.

3Le bâtiment, situé place Lafayette, comporte un niveau de caves, un rez-de-chaussée, deux étages et un grenier. La façade homogène masque deux ensembles bien distincts : A, à l’est, et B, à l’ouest, séparés par un mur de refend présent sur toute la hauteur du bâtiment, mais qui comporte des ouvertures à chaque niveau permettant de communiquer de l’un à l’autre.

4Les deux ensembles du bâtiment présentent des modifications quasi systématiques de leurs niveaux. Cependant, l’ensemble du xiiie s., qui encadre le premier étage de l’ensemble A, semble constituer le « pivot » autour duquel s’articulent les niveaux de l’ensemble B, mais aussi les aménagements du deuxième étage de l’ensemble A. Plusieurs interrogations subsistent concernant le niveau bas de l’ensemble A, son accès et les circulations verticales primitives, qui devaient se situer hors de l’emprise actuelle, peut-être au nord, où des ouvertures étaient encore présentes lors de l’étude menée en 1992.

5Les études de bâti ont montré, grâce aux sondages dans les maçonneries et à l’étude des niveaux, qu’il existait des relations de chronologie relative bien marquées entre les deux ensembles composant le doyenné. La façade sud, par sa composition et ses ouvertures identiques, donnent l’illusion d’un édifice homogène, mais l’ensemble ouest (ensemble B) vient clairement s’ajouter à un noyau primitif (ensemble A), qui correspond, en plan, à l’emprise de la grande salle au plafond peint.

6Le plafond peint constitue un jalon chronologique essentiel pour appréhender l’évolution du bâtiment. L’ensemble des solives proviennent d’un abattage unique daté de 1298-1299. Une solive du plancher de la même salle a été datée de 1281, confirmant la fin du xiiie s. comme date d’édification du doyenné, mais en apportant quelques nuances. En effet, si la date d’abattage de 1281 n’indique pas celle de sa mise en œuvre, elle montre tout de même un chantier sur une plus longue durée, au sein duquel le plafond peint constitue une commande particulière. Concernant l’ensemble A, on peut rappeler que le plafond du deuxième étage a été repris au milieu du xve s. Cette reprise est venue masquer un décor peint daté du xive s., montrant qu’à cette époque cette salle était plus haute, peut-être placée directement sous les combles.

7Pour l’ensemble B, la première date disponible est fournie par le plafond du premier étage daté du début du xviie s. Les dernières campagnes concernent l’aménagement du second étage de l’ensemble B, qui conserve des bois de la fin du xviiie s., et qui a également été repris au xixe s.

8La situation, l’orientation, la largeur du mur sud de l’ensemble est du doyenné (ensemble A) permettent d’émettre l’hypothèse d’une enceinte, qui se prolongerait vers l’ouest, en suivant le tracé des façades de la rue Parmentier. La présence d’une maçonnerie, large de deux mètres, dans le sondage à l’angle extérieur sud-ouest du bâtiment, étaye également cette hypothèse.

9On peut s’étonner de la faible profondeur des fondations qui ne recherchent pas la terrasse alluviale. Mais il faut souligner que la base de ces fondations correspond exactement à l’altitude d’une reprise en sous-œuvre dans le mur sud des caves de l’ensemble B. On note également, dans les deux cas, l’emploi systématique de gros galets à la base de ces maçonneries.

10Topographiquement, la liaison entre l’enceinte et le doyenné est flagrante, puisque le doyenné occupe l’angle stratigraphique sud-est du tracé supposé de l’enceinte. On peut donc envisager une fonction défensive pour le bâtiment, qui plaiderait pour une construction synchrone. Structurellement, le diagnostic apporte des informations, sans trancher le débat entamé par l’intervention de 1992, qui avait alors proposé la primauté de l’angle sud-est, pouvant éventuellement appartenir à une enceinte ancienne (xiie s. d’après l’historiographie), dans laquelle ont été édifiés, dans un deuxième temps, l’ensemble A, et, plus tard, l’ensemble B. Si ce dernier point est conforté par cette étude, la relation de l’enceinte et du doyenné apparaît plus nuancée : le sondage situé dans l’angle de la façade sud et du mur de refend entre les ensembles A et B, au rez-de-chaussée a montré que ces murs étaient chaînés et de même nature que le mur est. Ceci rend possible l’hypothèse de la construction d’un édifice qui appartiendrait à la même campagne de construction que l’enceinte, du moins en ce qui concerne la partie basse.

Fig. 1 – Sondage 10 : vues des vestiges

Fig. 1 – Sondage 10 : vues des vestiges

1, localisation du sondage à l’angle sud-ouest du Doyenné, dans le prolongement de la façade ; 2, vue générale du sondage avec la largeur du mur M10 ; 3, vue en coupe de M10, peu fondé et sans atteindre la terrasse ; 4, maçonnerie de M5 s'appuie sur M10.

Clichés : D. Parent (Inrap).

Fig. 2 – Coupe schématique des différents niveaux du doyenné

Fig. 2 – Coupe schématique des différents niveaux du doyenné

DAO : équipe de fouille (Inrap).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Sondage 10 : vues des vestiges
Légende 1, localisation du sondage à l’angle sud-ouest du Doyenné, dans le prolongement de la façade ; 2, vue générale du sondage avec la largeur du mur M10 ; 3, vue en coupe de M10, peu fondé et sans atteindre la terrasse ; 4, maçonnerie de M5 s'appuie sur M10.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/92744/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Titre Fig. 2 – Coupe schématique des différents niveaux du doyenné
Crédits DAO : équipe de fouille (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/92744/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 105k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Daniel Parent, « Brioude – Hôtel du Doyenné » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Auvergne-Rhône-Alpes, mis en ligne le 01 mars 2021, consulté le 29 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/92744

Haut de page

Auteur

Daniel Parent

Inrap

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Daniel Parent

Inrap

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search