Navigation – Plan du site

AccueilRégionsAuvergne-Rhône-Alpes201669M – Métropole de LyonLyon (2e) – Reconversion du site ...

2016
69M – Métropole de Lyon

Lyon (2e) – Reconversion du site de l’Hôtel Dieu, cour Saint-Martin (tranche 9a), rue Bellecordière (tranche 9c) et grande galerie est et cour Saint-Henri (tranche 9j)

Fouille préventive (2015-2016)
Responsable d’opération : Stéphane Ardouin
Notice rédigée avec Philippe Dessaint, Étienne Hofmann et Otilia Stoïca

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Ville de Lyon

Ardouin S. 2018 : Reconversion du site de l’Hôtel-Dieu, tranches 9 a (cour Saint-Martin), 9c (rue Bellecordière) et 9j (cour Saint-Henri), 1 place de l’Hôpital, 69002 Lyon, rapport de fouille d’archéologie préventive, Lyon, SAVL, 4 vol.

Texte intégral

1Dans le cadre de la reconversion de l’ancien hôpital de l’Hôtel-Dieu, situé dans la presqu’île lyonnaise en bordure du Rhône, une fouille préventive a été prescrite sur trois secteurs non contigus, localisés à l’emplacement d’un bâtiment démoli, au sein de deux cours intérieures et dans une galerie de circulation (fig. 1).

Fig. 1 – Répartition des zones au sein des trois secteurs

Fig. 1 – Répartition des zones au sein des trois secteurs

DAO : C. Ybard (SAVL).

2La première intervention a été réalisée sous l’ancienne morgue (tranche 9c) en 2015. Après une surveillance du terrassement d’un couloir dans le sous-sol du bâtiment situé au nord de la cour Saint-Martin en décembre 2015 (tronçon rattaché à la tranche 9a), ne révélant que les fondations de constructions modernes, la suite des interventions a été réalisée en 2016 sous la responsabilité déléguée aux responsables de secteur, dans la cour Saint-Martin (tranche 9a) d’une part, dans la grande galerie orientale et à l’est de la cour Saint-Henri, d’autre part (tranche 9j).

3Seule cette troisième tranche avait fait l’objet d’un diagnostic préalable (Ardouin 2015). Les interventions sont ici présentées dans l’ordre chronologique de leur réalisation.

Tranche 9c

4L’intervention sur la tranche 9c, effectuée du 13 au 27 août 2015, a porté sur l’ancien emplacement de la morgue à l’ouest de la cour du Midi, le long de la rue Bellecordière. La fouille, justifiée par la présence potentielle de plus d’un mètre de niveaux antiques, n’a révélé que peu de vestiges archéologiques. La fondation de la dalle du sous-sol de la morgue, plus profonde que présumée et atteignant plus d’un mètre d’épaisseur, a détruit la plupart des vestiges archéologiques jusqu’au contact des niveaux alluvionnaires résultant des apports du Rhône. Quelques variations dans le niveau d’apparition des graves ont été constatées au sud de l’emprise, à l’approche d’une dépression naturelle, probablement liée à celle qui est connue sur la place Bellecour.

5Cette fouille n’a permis de mettre au jour qu’un nombre limité de structures profondes témoignant de différentes occupations successives. Un fossé antique, creusé dans les graves et probablement destiné au drainage de la zone, a été comblé au milieu du ier s. apr. J.-C. Un probable fond de fosse médiévale a également été identifié. La période moderne est représentée par quelques rares vestiges des habitations modernes du Bourgchanin, détruites à la fin du xixe s. lors de l’extension de l’Hôtel-Dieu.

Tranche 9a

6La cour Saint-Martin, ou Bonnet (1 000 m2), se situe dans la partie sud-est de l’Hôtel-Dieu, entre la cour de la chaufferie et la cour du midi et à proximité du quai du Rhône. L’opération s’est déroulée, en deux phases, du 14 mars au 13 juillet 2016. L’emprise était occupée en grande partie par les sous-sols de l’hôpital dont la construction, dans les années 1980, a entamé les niveaux archéologique jusqu’au terrain naturel. Les vestiges observés durant cette campagne se résument donc essentiellement aux structures fossoyées.

7La cour se situe sur la levée de berge du Rhône, largement observée sur les sites voisins, et qui se caractérise par des dépôts alluvionnaires de sable et de galet (163,90 m NGF). La partie occidentale du terrain révèle l’existence d’un petit chenal nord/sud, modérément important, antérieur à l’occupation humaine. Coiffant le socle graveleux, les dépôts d’alluvions fines et litées sont les témoins d’épisodes d’inondations alternant crues, sédimentation et écoulements modérés.

8Les premiers vestiges antiques se concentrent principalement dans la partie occidentale du site. Ils se résument à un niveau de fréquentation (164,50 m NGF) directement installé sur le sommet des limons de débordement et à quelques structures fossoyées. La présence dans leur comblement d’un faible lot de vaisselles et d’amphores révèle une fréquentation du site dès l’époque augustéenne, entre 15 av. et 15 apr. J.-C. Cet horizon s’inscrit probablement dans une première tentative de colonisation de ce secteur de la presqu’île, corroborée par les données archéologiques recueillies dans le voisinage.

9La deuxième phase d’occupation antique livre le plan de trois bâtiments dont les tranchées de récupérations des maçonneries apparaissent sous les niveaux contemporains entre 163,69 et 164,20 m NGF. Un épais mur de 1 à 1,20 m de large (fig. 2), en grande partie spolié, d’axe ouest/est (N 110° E), occupe toute la largeur de la cour au nord de celle-ci, soit 32 m de long. Deux murs perpendiculaires (80 à 90 cm de large), révélés par leur tranchée de récupération, subdivisent l’espace méridional en trois bâtiments qui filent au sud, à l’ouest et à l’est sous les galeries de l’Hôtel-Dieu. Le bâtiment central de 19 m par 23 m (minimum) forme un espace à trois travées séparées par deux rangées de piliers. Le bâtiment ouest (7,30 m par 23 m) est partiellement observé. Une unique base de pilier est mise au jour dans son espace intérieur. À l’est, le troisième bâtiment n’a fourni aucune donnée quant à son aménagement, à l’exception d’une ouverture communiquant avec l’espace central. L’architecture du bâtiment central avec son plan à piliers évoque les caractéristiques des entrepôts. Sa position géographique, à proximité immédiate du fleuve et sur un lieu de consommation, appuie également cette hypothèse. La vocation artisanale peut être écartée par l’absence de vestiges inhérents aux activités. Bien que les données soient lacunaires, il est tentant de l’associer aux deux autres bâtiments collatéraux avec lesquelles il partage le mur nord, formant ainsi un complexe de stockage lié au transport fluvial.

Fig. 2 – Massif antique F 9411

Fig. 2 – Massif antique F 9411

Tranche 9a.

Cliché : équipe de fouille, M. Foucault (SAVL).

10La question de la datation reste difficile à appréhender. On sait que de tels édifices peuvent perdurer plusieurs siècles, comme les grands entrepôts de Saint-Romain-en-Gal dont l’existence s’étale du milieu du ier au iiie s. apr. J.-C., ou le bâtiment de Gadagne, daté de 25-40 au iiie s. apr. J.-C. En l’absence de sols, de remblais ou de structures associées comme des vides sanitaires, la fouille n’a fourni qu’un lot insuffisant de mobilier pour autoriser un terminus post quem à la construction des bâtiments. Seul l’abandon semble bien se situer dans le courant du iiie s. apr. J.-C. Cependant, nous pouvons ancrer l’édifice dans le contexte d’urbanisation du secteur qui s’épanouit dès la seconde moitié du ier s. apr. J.-C. Sans qu’il n’y ait de lien direct entre les vestiges de la cour de la chaufferie (Bertrand 2015) et ceux de la cour Saint-Martin, la similitude des axes et celles des reliquats de maçonnerie suggèrent qu’il s’agit là d’une ou plusieurs insulae construites dans une même logique d’urbanisation. On peut, dès lors, supposer que la construction de bâtiments tels que des entrepôts participe à ce mouvement.

11La faible représentation de la période médiévale s’explique probablement par les destructions causées par les aménagements ultérieurs de l’hôpital. Deux fonds de fosses détritiques ont été observés, uniquement sur la partie du terrain la mieux conservée, à la cote 164,30 m NGF. Le mobilier permet de rattacher ces structures aux xiiie et xive s.

12Le développement du quartier du Bourgchanin, que l’on situe dès le xve s., apparaît sur notre site au travers de quelques fondations correspondant aux habitations du xviie s., et aux vestiges du cimetière de Lorette. Au milieu du xvie s., les pauvres de l’hôpital acquièrent la partie orientale de la parcelle de la Madeleine, positionnée actuellement au centre de la cour. Ce jardin sera transformé en 1673 en cimetière d’hôpital, suppléant probablement celui de la cour de la Pharmacie, largement occupé. Il est désigné abusivement comme celui des pénitents de Lorette, bien qu’il ne partage avec cette confrérie qu’un simple lien géographique. Les pénitents possèdent la parcelle voisine au sud dont aucun vestige ne nous est parvenu. Le cimetière, installé sur un terrain en lanière de 7,85 m de large, s’étendait sur 34 m de long jusqu’au Rhône, dont 24 m dans l’emprise de la fouille. Les sommets arasés des murs d’enceinte et des fosses à inhumation apparaissent globalement à la cote 163,80 m, et, par conséquent, hors du fond de forme du projet. Ils n’ont, par conséquent, pas fait l’objet d’une fouille mais d’une reconnaissance en surface sans prélèvement.

13On sait donc peu de chose quant à l’organisation de l’espace sépulcral (fig. 3), mais, d’après les observations faites, il se compose de onze fosses à inhumation dont, a priori, une seule serait individuelle. La plus importante par ses dimensions mesure 8,60 m de long pour 2 m de large. Un nettoyage plus approfondi sur des surfaces restreintes a permis quelques observations quant au dépôt des défunts : les corps sont positionnés tête bêche, sur le dos. Les coupes stratigraphiques pratiquées pour estimer la profondeur des fosses ont révélé jusqu’à huit niveaux d’ensevelissement dans lesquels s’intercale parfois une couche de chaux. La densité d’individus a été évaluée à environ 500 pour 160 m2.

14Sa qualité de cimetière d’hôpital ne sera effective que durant 23 ans, jusqu’au déplacement de celui-ci vers la maladrerie de la Guillotière. Les inhumations individuelles, réservées aux « personnes de qualité » se poursuivent toutefois jusqu’à son abandon définitif en 1741, à l’occasion de la construction du grand corps de logis de Soufflot.

Fig. 3 – Sépulture collective SP 9194

Fig. 3 – Sépulture collective SP 9194

Tranche 9a.

Cliché et DAO : E. Bouvard, S. Dal Col, M. Foucault, O. Stoïca (SAVL).

Tranche 9j

15La tranche 9j correspond à deux secteurs situés à l’est de l’Hôtel-Dieu. Le plus important est dans la cour Saint-Henri, ancienne cour de la cuisine, légèrement au sud-est de la chapelle actuelle (120 m2). Une emprise restreinte a également été explorée dans la grande galerie orientale située entre la cour Sainte-Élisabeth et la cour Saint-Henri. Compte-tenu des contraintes propres à ce second secteur (largeur de la galerie, présence de réseaux…), seuls 45 m2 sur les 70 m2 prescrits ont pu y être explorés. Cette intervention, effectuée de mai à août 2016, fait suite à une opération de sondages réalisés en 2014 (Ardouin 2015).

16La fouille située dans la galerie a mis au jour les murs d’habitation du quartier du Bourgchanin, qui se développe au sud de l’hôtel-Dieu entre le xiiie et le xviiie s., date à laquelle il est partiellement détruit lors de l’extension de l’hôpital par l’architecte Soufflot. Une fosse et un fossé orienté nord-sud, creusés entre le milieu du xiiie et le xive s. dans les sédiments fluviatiles, ont été partiellement observés sous ces vestiges.

17La fouille de l’emprise principale, située dans la cour Saint-Henri, a mis au jour une petite aire funéraire dans l’angle nord-est de la cour (fig. 4). L’étendue totale de cette zone sépulcrale n’a pas pu être estimée, l’étude étant limitée par les fondations des bâtiments au xixe s., encore en fonction, et les limites de l’emprise de fouille. Au total, huit sépultures individuelles et plurielles ont été fouillées et ont livré les restes appartenant à 27 individus. Les datations 14C situent les inhumations entre 1441 et 1473 et l’emplacement correspond à ce qui devait être, à l’époque, les jardins de l’Hôtel-Dieu. La comparaison avec les autres sépultures multiples retrouvées sur le site de l’actuel Hôtel-Dieu incite à relier ces inhumations à l’hôpital. Les individus pourraient avoir succombé à une épidémie ou aux suites d’une ou plusieurs pathologies à l’origine de leur prise en charge. Ces sépultures sont parmi les plus anciennes structures funéraires liées au fonctionnement de l’hôpital actuellement identifiées.

Fig. 4 – Plan général des sépultures

Fig. 4 – Plan général des sépultures

Tranche 9j. Échelle : 1/20.

Cliché : O. Stoïca, C. Ybard (SAVL).

18Au sud de la zone funéraire, et occupant la majorité de l’emprise, se trouvaient les vestiges d’un bâtiment pouvant correspondre à une construction de 1539. Cet édifice a connu au moins deux états différenciés, possiblement en lien avec ses changements de fonction : d’abord réservé aux nourrices, enfants et femmes enceintes, et accueillant la cuisine, il fut ensuite transformé en buanderie. Les affectations successives sont sans doute corrélées à la présence d’une pompe à eau dont le puits a été identifié plus au sud à l’extérieur de l’édifice. Ce puits se situe sous le niveau de circulation de la rue Serpillière, observé en 2015 plus à l’ouest au sud de la chapelle sur la tranche 5, qui séparait le quartier du Bourgchanin au sud, de l’Hôtel-Dieu au nord, avant son agrandissement. Le bâtiment a été détruit en deux temps lors des réaménagements de l’Hôtel-Dieu : une première fois partiellement, au xviiie s., lors de la création de la grande galerie Soufflot à l’est de la cour Saint-Henri et de la mise en chantier du grand dôme, ce que plusieurs plans anciens attestent, puis une seconde fois, intégralement, lors de la réalisation de la galerie nord au xixe s.

Haut de page

Bibliographie

Ardouin S. 2015 : Reconversion du site de l’Hôtel-Dieu, tranches 7 et 8, rapport de sondages, 69002 Lyon, rapport de sondages, Lyon, SAVL.

Bertrand É. 2015 : Reconversion du site de l’Hôtel-Dieu, tranches 1 et 2, 69002 Lyon, rapport de fouille, Lyon, SAVL, 4 vol.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Répartition des zones au sein des trois secteurs
Crédits DAO : C. Ybard (SAVL).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/93030/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Titre Fig. 2 – Massif antique F 9411
Légende Tranche 9a.
Crédits Cliché : équipe de fouille, M. Foucault (SAVL).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/93030/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 174k
Titre Fig. 3 – Sépulture collective SP 9194
Légende Tranche 9a.
Crédits Cliché et DAO : E. Bouvard, S. Dal Col, M. Foucault, O. Stoïca (SAVL).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/93030/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 239k
Titre Fig. 4 – Plan général des sépultures
Légende Tranche 9j. Échelle : 1/20.
Crédits Cliché : O. Stoïca, C. Ybard (SAVL).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/93030/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 229k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Stéphane Ardouin, Philippe Dessaint, Étienne Hofmann et Otilia Stoïca, « Lyon (2e) – Reconversion du site de l’Hôtel Dieu, cour Saint-Martin (tranche 9a), rue Bellecordière (tranche 9c) et grande galerie est et cour Saint-Henri (tranche 9j) » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Auvergne-Rhône-Alpes, mis en ligne le 01 mars 2021, consulté le 29 novembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/93030

Haut de page

Auteurs

Stéphane Ardouin

Service archéologique de la Ville de Lyon

Articles du même auteur

Philippe Dessaint

Service archéologique de la Ville de Lyon

Articles du même auteur

Étienne Hofmann

Service archéologique de la Ville de Lyon

Articles du même auteur

Otilia Stoïca

Service archéologique de la Ville de Lyon

Haut de page

Responsable d’opération

Stéphane Ardouin

Service archéologique de la Ville de Lyon

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search