Navigation – Plan du site

AccueilRégionsAuvergne-Rhône-Alpes201669M – Métropole de LyonLyon (2e) – Reconversion du site ...

2016
69M – Métropole de Lyon

Lyon (2e) – Reconversion du site de l’Hôtel-Dieu (tranche 9E), crypte, 1 place de l’Hôpital

Opération préventive de diagnostic (2016)
Responsable d’opération : Olivia Puel

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Ville de Lyon

Puel O. 2017 : Reconversion du site de l’Hôtel-Dieu, tranche 9 E, crypte, 1 place de l’Hôpital, 69002 Lyon, rapport de diagnostic, Lyon, SAVL.

Texte intégral

1La reconversion du site prévoit la réhabilitation des bâtiments existants (62 000 m2), classés au titre des monuments historiques depuis 2011, et la construction de nouveaux bâtiments (10 000 m2). Depuis son démarrage, elle a fait l’objet de plusieurs opérations préventives de diagnostic ou de fouille, réalisées par le Service archéologique de la Ville de Lyon. La tranche 9E zone nord concerne la pièce nord du sous-sol du bâtiment N, qui borde à l’ouest la cour du Magasin, en cours de fouille au moment de l’opération, sous la direction de Stéphane Ardouin (tranche 6).

2Le terrain naturel est présent sur le site sous la forme de la grave du Rhône et/ou des limons verts de débordements. Il a été atteint dans la cave à une altimétrie variable, comprise entre 163,80 et 164,15 m NGF. L’occupation antique est attestée dans ce secteur par plusieurs maçonneries mises au jour dans la cave (MR 7, MR 8, MR 14 et MR 124) ou dans la cour dite du Magasin (MR 6922, MR 6990 et MR 6997) (tranche 6, en cours de post-fouille), qui présentent des caractéristiques constructives similaires mais qui ne dessinent pas un plan cohérent. Il est fort probable que l’occupation funéraire, particulièrement dense, qui caractérise ces deux lieux à l’époque moderne ait entraîné la destruction d’autres structures antiques, ce qui empêche de fait d’avoir une vision globale du site. La nature de cette occupation reste indéterminée. L’absence de mobilier dans les fonds de remblai ponctuellement conservés (US 160 et US 161) interdit en outre de proposer une datation autre que cette époque antique, au sens large du terme. Le fait que les niveaux soient installés directement sur le terrain naturel n’induit pas nécessairement une datation haute. Les réflexions en cours dans le cadre de la post-fouille de la tranche 6 (Ardouin, 2020) ou, à plus long terme, au moment de l’élaboration d’une synthèse sur l’occupation antique dans l’emprise de l’Hôtel-Dieu, apporteront peut-être de nouvelles pistes d’interprétation.

3Si l’on fait abstraction des vestiges liés aux caves de l’Hôtel-Dieu, l’essentiel des vestiges de l’époque moderne se rapporte à la crypte des Juifs. D’après la commission de Gesse de Poisieux, établie en 1778, et les registres mortuaires tenus par Jean-Claude Prin, économe de l’Hôtel-Dieu, entre 1719 et 1788, cette cave aurait en effet servi de cimetière pour la communauté juive entre 1775 et 1792, accueillant de fait 34 individus. L’identification du lieu comme tel ne pose pas de problèmes. Un premier constat s’impose alors : le nombre de tombes restituables par l’archéologie s’élève à 33, ce qui paraît conforme aux données textuelles. Si l’absence de fouille a interdit toute approche anthropologique, l’analyse systématique des fosses, parfois gênée par une approche en plusieurs temps, a permis en revanche de travailler sur la chronologie relative et la répartition des inhumations. Nous livrons ci-dessous les principales conclusions de cette étude, en rappelant en préambule que, dans la mesure où l’âge biologique d’un individu n’est pas forcément en accord avec son âge réel, nous n’identifierons pas la classe d’âge des individus inhumés à partir des dimensions des fosses. Seules les très petites fosses peuvent être identifiées comme des tombes de très jeunes enfants.

4L’occupation funéraire de la crypte connaît deux phases successives, qui se distinguent par une gestion plus ou moins rigoureuse de l’espace funéraire. Lors de la phase 1, les tombes sont alignées les unes à côté des autres, le long des murs (fig. 1). Non seulement elles n’empiètent pas sur les fosses voisines, mais en plus elles préservent, pour la circulation, une allée centrale dépourvue d’inhumations. Elles témoignent ainsi du respect manifesté envers les défunts. L’orientation des tombes semble d’ailleurs soumise à cet impératif puisque certaines d’entre elles suivent un axe nord-sud, sans être contraintes par un obstacle quelconque, mais plutôt pour éviter d’investir cette allée centrale. 20 sépultures appartiennent à cette phase, mais ce nombre pourrait être revu à la hausse, en considérant les espaces perturbés par les inhumations postérieures, marqués par un point d’interrogation sur le plan. Six d’entre elles sont attribuables à de très jeunes enfants. D’un point de vue chronologique, elles ont vraisemblablement été aménagées d’abord dans la partie nord de la crypte, dans un sens nord-sud, puis dans la moitié sud, dans le sens inverse.

Fig. 1 – Plan du cimetière (première phase d’inhumations)

Fig. 1 – Plan du cimetière (première phase d’inhumations)

DAO : C. Ybard (SAVL).

5Les sépultures de la phase 2 recoupent des tombes antérieures. Elles sont elles-mêmes subdivisées en deux groupes. Dans un premier temps (phase 2a), elles respectent l’allée de circulation, se contentant d’investir les espaces latéraux, déjà occupés ; dans un second temps (phase 2b), elles investissent également cette allée centrale, signalant de fait que l’espace funéraire est désormais trop réduit. Les huit tombes de la phase 2a sont concentrées dans la moitié nord de la crypte (7 sur 8), ce qui suggère que c’est ici que se trouvent les tombes les plus anciennes de la phase précédente. Les deux tombes de la phase 2b sont au contraire situées dans la moitié sud, précisément dans l’allée de circulation.

6Ces éléments de conclusion restent limités pour plusieurs raisons, qui tiennent d’abord à la non-prise en compte de trois fosses trop peu documentées, ensuite à la difficulté de déterminer le nombre exact des fosses sans procéder à la fouille des structures multiples, enfin à l’impossibilité, déjà soulignée, de rattacher les fosses aux individus cités par les textes. Bien entendu, la proximité d’une grande tombe et d’une petite tombe (SP 46 et SP 125, SP 21 et SP 77, par exemple) pourrait faire écho à la mention de deux membres d’une même famille, comme Régine Rouget, morte à l’âge de deux ans le 13 juin 1778, et David Rouget, son frère, mort à l’âge de quinze ans, le 15 juin 1778. Mais il suffit de considérer les deux derniers défunts cités dans les registres, Liotte Vidal, âgé de neuf mois et un enfant non nommé, tous deux morts en 1792, et les deux tombes les plus récentes, SP 75 et SP 79, qui mesurent respectivement 2,15 x 0,90 m et au moins 1,65 x 0,65 m, pour inciter à la plus grande prudence…

Fig. 2 – Sépulture prise dans le terrain naturel et comblée par un remblai mêlant grave du Rhône et limons bruns

Fig. 2 – Sépulture prise dans le terrain naturel et comblée par un remblai mêlant grave du Rhône et limons bruns

Cliché : O. Puel (SAVL).

Haut de page

Bibliographie

Ardouin S. 2020 : Reconversion du site de l’Hôtel-Dieu, tranche 6, cour de la pharmacie, 1 place de l’Hôpital, 69002 Lyon, rapport de fouille d’archéologie préventive, Lyon, SAVL, 12 vol.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Plan du cimetière (première phase d’inhumations)
Crédits DAO : C. Ybard (SAVL).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/93108/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 166k
Titre Fig. 2 – Sépulture prise dans le terrain naturel et comblée par un remblai mêlant grave du Rhône et limons bruns
Crédits Cliché : O. Puel (SAVL).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/93108/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 194k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Olivia Puel, « Lyon (2e) – Reconversion du site de l’Hôtel-Dieu (tranche 9E), crypte, 1 place de l’Hôpital » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Auvergne-Rhône-Alpes, mis en ligne le 01 mars 2021, consulté le 28 novembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/93108

Haut de page

Auteur

Olivia Puel

Service archéologique de la Ville de Lyon

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Olivia Puel

Service archéologique de la Ville de Lyon

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search