Navigation – Plan du site

AccueilRégionsAuvergne-Rhône-Alpes201669M – Métropole de LyonLyon (2e) – Reconversion du site ...

2016
69M – Métropole de Lyon

Lyon (2e) – Reconversion du site de l’Hôtel-Dieu (tranche 9E sud), caves du bâtiment G

Fouille préventive (2016)
Responsable d’opération : Olivia Puel

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Ville de Lyon

Puel O. 2017 : Reconversion du site de l’Hôtel-Dieu, tranche 9 E, zone sud, caves du bâtiment G, 1 place de l’Hôpital, 69002 Lyon, rapport de fouille d’archéologie préventive, Lyon, SAVL.

Texte intégral

1La fouille des caves du bâtiment G, qui borde au nord la cour de la Chaufferie, a été réalisée en avril 2016. Elle a permis de mettre en évidence des vestiges attribuables à l’époque antique et à l’époque moderne. Le socle alluvial graveleux a été observé sur toute l’emprise de la fouille, à des niveaux variables, résultant, pour partie, de son irrégularité de surface. Du côté ouest, dans la cave G1, il présente une première dépression a été comblée comblées par des sables et des limons naturels, qui témoignent successivement de phases d’écoulement faible et d’atterrissement progressif.

2Dans ce secteur, les limons sont entaillés par de nombreux fossés, de dimensions et d’orientations variables, entre lesquels subsistaient parfois des surfaces de circulation indurées (cailloutis), qui procèdent vraisemblablement de la nécessité d’assainir une zone occupée localisée à proximité (fig. 1).

Fig. 1 – Fossés d’assainissement antiques entaillés dans les limons naturels

Fig. 1 – Fossés d’assainissement antiques entaillés dans les limons naturels

Secteur nord de la cave G1.

Cliché : équipe de fouille (SAVL).

3Partout ailleurs, le socle graveleux est directement surmonté par des remblais et/ou des niveaux de fréquentation, très ponctuels. À l’extrémité est de la cave G2, il présente, en outre, une deuxième dépression qui, contrairement à la précédente, a été colmatée par des remblais artificiels, témoignant de la nécessité de juguler l’activité persistance des chenaux de tressage du Rhône au moment de l’installation humaine. Cette fréquentation, ponctuelle et opportuniste, s’inscrit dans le Haut-Empire et coexiste donc avec des occupations plus pérennes attestées dans la cour de la Chaufferie ou dans la cour Saint-Martin (Bertrand 2015 ; Dessaint in Ardouin 2018).

4Les premiers vestiges datés de l’époque moderne sont à mettre en relation avec les habitats du Bourgchanin. Il s’agit de structures enterrées qui sont situées bien en dessous des murs ou des sols de maisons, mis en évidence au sud du bâtiment G. Aussi ne serait-il pas surprenant que des niveaux de la fin de l’Antiquité ou du Moyen Âge aient disparu au moment de l’installation de ces aménagements, ce qui expliquerait leur absence totale dans la zone fouillée.

5Les vestiges modernes appartiennent à la partie centrale des propriétés déjà documentées lors de la fouille de la cour de la Chaufferie (Bertrand 2015). Ils permettent donc d’avoir une vision plus large des maisons qui bordaient la rue Serpillère (fig. 2).

Fig. 2 – Superposition des limites parcellaires du plan de 1734 (ADR, 11G 450) et du plan des vestiges modernes du bâtiment G et de la cour de la chaufferie (1/200)

Fig. 2 – Superposition des limites parcellaires du plan de 1734 (ADR, 11G 450) et du plan des vestiges modernes du bâtiment G et de la cour de la chaufferie (1/200)

Caves du bâtiment G.

DAO : M. Foucault, C. Ybard (SAVL).

6La maison dite Bournicat, du nom de son dernier propriétaire, procède de la réunion, à la fin du xvie s., de deux maisons adjacentes. Elle est décrite en 1680 comme une maison à étages, constituée de deux corps de logis autour d’une cour centrale, ce qui suggère un possible agrandissement en hauteur quelque temps auparavant. Les deux puits successifs mis au jour dans la cave G2 (fig. 3) correspondent vraisemblablement à l’espace de la cour centrale. Le puits le plus ancien pourrait correspondre à un puits mitoyen avec la propriété voisine, dite maison Dupas. Il est abandonné au plus tard dans la première moitié du xviie s. Le nouveau puits, construit dans le comblement du précédent, pourrait, quant à lui, être aménagé dans le cadre des travaux qui ont pu affecter la maison avant 1680.

Fig. 3 – Puits modernes successifs

Fig. 3 – Puits modernes successifs

Secteur est de la cave G2.

Cliché : équipe de fouille (SAVL).

7D’ouest en est, les maisons dites Laverrière, Geoffray et Dupas se trouvent parfois réunies entre les mains des mêmes propriétaires, en particulier entre la fin du xvie et le milieu du xviie s. En 1644, elles appartiennent à un lot de cinq maisons adjacentes qui font alors l’objet d’un partage entre les trois enfants d’une même famille. À l’est, les maisons Geoffray et Dupas possèdent alors des aménagements communs, notamment une fosse d’aisance, qui pourrait correspondre à celle qui a été mise au jour dans la cave G2. À l’ouest, la maison Laverrière disposerait au contraire de sa propre fosse d’aisance, possiblement identifiable avec celle qui a été observée dans la cave G1. L’absence de datations pour ces deux structures, qui n’ont pas été vidées, empêchent toutefois d’être affirmatifs quant à leur datation, mais aussi quant à leur attribution aux propriétés concernées.

8Achevée en 1747, la construction du bâtiment G, caves comprises, a nécessairement perturbé les niveaux antérieurs : les fondations des murs mais aussi des longrines, qui traversent l’édifice d’ouest en est, ont causé la destruction partielle des structures liées au Bourgchanin, peut-être également des vestiges antérieurs. Ont été mis au jour, en relations avec les maçonneries des caves, des niveaux de cave successifs et de probables soubassements destinés à des étagères de stockage.

Haut de page

Bibliographie

Ardouin S. 2018 : Reconversion du site de l’Hôtel-Dieu, tranches 9 a (cour Saint-Martin), 9c (rue Bellecordière) et 9j (cour Saint-Henri), 1 place de l’Hôpital, 69002 Lyon, rapport de fouille d’archéologie préventive, Lyon, SAVL, 4 vol.

Bertrand É. 2015 : Reconversion du site de l’Hôtel-Dieu, tranches 1 et 2, 69002 Lyon, rapport de fouille, Lyon, SAVL, 4 vol.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Fossés d’assainissement antiques entaillés dans les limons naturels
Légende Secteur nord de la cave G1.
Crédits Cliché : équipe de fouille (SAVL).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/93110/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 170k
Titre Fig. 2 – Superposition des limites parcellaires du plan de 1734 (ADR, 11G 450) et du plan des vestiges modernes du bâtiment G et de la cour de la chaufferie (1/200)
Légende Caves du bâtiment G.
Crédits DAO : M. Foucault, C. Ybard (SAVL).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/93110/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 299k
Titre Fig. 3 – Puits modernes successifs
Légende Secteur est de la cave G2.
Crédits Cliché : équipe de fouille (SAVL).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/93110/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 209k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Olivia Puel, « Lyon (2e) – Reconversion du site de l’Hôtel-Dieu (tranche 9E sud), caves du bâtiment G » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Auvergne-Rhône-Alpes, mis en ligne le 01 mars 2021, consulté le 05 décembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/93110

Haut de page

Auteur

Olivia Puel

Service archéologique de la Ville de Lyon

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Olivia Puel

Service archéologique de la Ville de Lyon

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search