Navigation – Plan du site

AccueilRégionsAuvergne-Rhône-Alpes201669M – Métropole de LyonLyon (2e) – Reconversion du site ...

2016
69M – Métropole de Lyon

Lyon (2e) – Reconversion du site de l’Hôtel-Dieu (tranche 9K), bâtiments R et S

Opération préventive de diagnostic (2016)
Responsable d’opération : Olivia Puel

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Ville de Lyon

Puel O. 2018 : Reconversion du site de l’Hôtel-Dieu, tranche 9 K, bâtiments R et S, 69002 Lyon, rapport de diagnostic du bâti d’archéologie préventive, Lyon, SAVL.

Texte intégral

1La tranche 9K bâtiments R et S concerne, d’une part, un bâtiment long et étroit qui borde, au nord, l’actuelle chapelle et, d’autre part, le vaste bâtiment triangulaire qui constitue l’angle nord-ouest de l’Hôtel-Dieu (fig. 1) et qui peut être, sans ambiguïté, attribué au xviiie s. Le bâtiment R rassemble, en élévation ou en sous-sol, les seuls vestiges connus à ce jour de l’établissement hospitalier du Moyen Âge. L’opération de diagnostic a consisté en la réalisation d’une étude du bâti sur les murs anciens, d’une part, et en la relecture analytique de la documentation disponible. Elle est intervenue peu de temps avant la réalisation de sondages dans la galerie sud de la Cour d’honneur et dans le bâtiment R (tranche 9E nord), qui ont livré des vestiges en connexion avec les élévations. Le présent rapport intègre donc l’ensemble des résultats ainsi obtenus. Il propose un premier bilan sur l’Hôtel-Dieu médiéval que les recherches ultérieures, menées en vue du colloque Hôpital et citoyenneté (octobre 2018) et d’une monographie collective (SAVL), ne manqueront pas d’enrichir dans les mois à venir.

Fig. 1 – Localisation du diagnostic sur le plan cadastral

Fig. 1 – Localisation du diagnostic sur le plan cadastral

Échelle : 1/1500.

DAO : équipe de fouille (SAVL).

2Ces recherches ont permis de déterminer quatre états de construction principaux, auxquels s’ajoutent des perturbations ponctuelles, attribuables à l’époque contemporaine. Les deux premiers états concernent l’établissement du Moyen Âge. Les deux derniers concernent l’hôpital dit des Quatre-Rangs, tel qu’il a été conçu à l’origine puis modifié progressivement.

3Le premier état est représenté par un mur unique, mis en évidence sur 10 m de long et 0,60 m de haut, à la base du mur principal de l’état 2 (fig. 2). Il s’agit bel et bien d’une construction antérieure (et non des fondations de ce mur) : une construction délicate à interpréter, au vu du caractère ténu des vestiges, qui a indubitablement été démolie avant l’édification du bâtiment postérieur. Dans la mesure où les historiens admettent, d’une part, que le premier hôpital fut fondé au xiie s. et fut dépendant de l’Œuvre des frères du pont, et, d’autre part, que l’abbaye d’Ainay donna, en 1180, des terres situées en rive droite du Rhône, approximativement à l’emplacement du site de l’Hôtel-Dieu, il est évidemment tentant d’attribuer ce mur à l’établissement primitif. Église, salle des malades, bâtiment communautaire ou utilitaire, etc... : l’absence de toute preuve, de quelque nature que ce soit, interdit, à ce jour, d’aller plus loin dans la réflexion. À notre connaissance, ni les archives, ni les vestiges ne sont suffisamment explicites pour se prononcer sur la topographie de cet hôpital présumé.

Fig. 2 – Plan archéologique des structures de l’état 1

Fig. 2 – Plan archéologique des structures de l’état 1

DAO : équipe de fouille (SAVL).

4Le deuxième état regroupe des vestiges bien plus importants qui peuvent attribués à l’Hôtel-Dieu de la fin du Moyen Âge tel qu’il a été conçu, à la fin du xve s., par les échevins de la Ville de Lyon et tel qu’il a été représenté, au milieu du siècle suivant, sur le Plan scénographique. Ont été mis en évidence le mur gouttereau nord de l’édifice principal, conservé en élévation sur une hauteur d’environ 8 m et sur une longueur de 19 m, mais aussi le mur-bahut de la galerie du cloître ainsi que différentes structures, sols de tomettes, mur de refend, permettant de restituer partiellement la topographie des lieux et les organes de circulation. La confrontation des résultats de l’analyse documentaire et de l’analyse archéologique permet aujourd’hui de proposer de nouvelles hypothèses en termes de datation et d’organisation spatiale (fig. 3).

Fig. 3 – Hypothèse de restitution du plan de l’Hôtel-Dieu à la fin du Moyen Âge

Fig. 3 – Hypothèse de restitution du plan de l’Hôtel-Dieu à la fin du Moyen Âge

DAO : équipe de fouille (SAVL).

5La reconstruction de l’hôpital, sans doute envisagée dès l’année 1478, date de son rachat par les échevins, s’est étalée sur toute la fin du xve s. et sur la moitié du siècle suivant. Selon toute vraisemblance, elle s’est opérée autour des bâtiments de l’établissement antérieur qui, pour des raisons pratiques évidentes, devaient être conservés le plus longtemps possible. Sans doute a-t-elle nécessité la mise en place de plusieurs chantiers sensiblement contemporains : d’abord, celui de l’édifice principal (église et salle des malades), édifié d’ouest en est, entre la fin du xve s.et le premier quart du siècle suivant, puis celui du porche et du cloître, au plus tard dans la première moitié du xvie s. Ces nouveaux bâtiments, localises au carrefour de la rue de la Triperie et de la rue de l’Hôpital au Puits-Pelu, correspondaient au quart sud-ouest de l’Hôtel-Dieu. À l’ouest, se trouvait un porche monumental qui, en dépit de la représentation trompeuse du Plan scénographique, était sans doute situé en arrière des galeries sud est ouest du cloître. Le bâtiment principal pouvait en outre mesurer trente-cinq mètres de long environ. Il devait s’étendre depuis l’angle restitué des galeries ouest et sud de la Cour d’honneur jusqu’à l’actuelle cour Saint-Henri. Il était subdivisé en deux dans le sens de la longueur : à l’ouest, se trouvait sans doute l’église des religieuses ; à l’est, se trouvait sans doute la salle des malades, qui était beaucoup plus longue et qui comportait peut-être, à son extrémité orientale, un autel visible de tous.

6Le troisième état correspond à l’hôpital dit des Quatre-Rangs, qui est intervenue dans la première moitié du xviie s. et qui est assez bien documentée par les archives hospitalières. La démolition de l’ancien Hôtel-Dieu et la construction du nouvel hôpital, plus vaste et plus adapté, ont été réalisées au coup par coup, parce qu’il était nécessaire de maintenir le fonctionnement de l’institution pendant toute la durée des travaux et parce que l’acquisition de nouveaux terrains constructibles devait engendrer de grandes difficultés. Deux phases ponctuent ces travaux : la première englobe les bâtiments en croix et, en particulier, les bras ouest et sud ainsi que la Cour d’honneur, dans le premier quart du xviie s. La seconde englobe la chapelle actuelle et, pour ce qui nous concerne, la galerie intérieure du bâtiment R, dans les années 1637-1640. L’hésitation des recteurs sur le devenir de l’ancienne église et de l’ancienne salle des malades (destruction ou réutilisation ?) explique ce phasage en deux temps. Leur objectif était, en tout état de cause, de disposer d’un très grand nombre de lits mais aussi d’organiser au mieux les circulations intérieures, notamment pour les religieuses qui allaient et venaient fréquemment entre leur logis, l’église et les salles de malades. L’aménagement du passage couvert et de la galerie haute, dans le bâtiment R, est significatif : il permettait en effet de circuler à couvert entre l’église, le cloître et l’hôpital, aussi bien au rez-de-chaussée qu’à l’étage (fig. 4).

Fig. 4 – Hypothèse de restitution du plan de l’Hôtel-Dieu dans la première moitié du xviie s.

Fig. 4 – Hypothèse de restitution du plan de l’Hôtel-Dieu dans la première moitié du xviie s.

DAO : équipe de fouille (SAVL).

7Le quatrième état est représenté par des remaniements ponctuels à l’intérieur du bâtiment R, qui visent justement à prolonger le passage couvert et la galerie haute vers l’ouest, jusqu’à une cage d’escaliers contemporaine.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Localisation du diagnostic sur le plan cadastral
Légende Échelle : 1/1500.
Crédits DAO : équipe de fouille (SAVL).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/93124/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 110k
Titre Fig. 2 – Plan archéologique des structures de l’état 1
Crédits DAO : équipe de fouille (SAVL).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/93124/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 89k
Titre Fig. 3 – Hypothèse de restitution du plan de l’Hôtel-Dieu à la fin du Moyen Âge
Crédits DAO : équipe de fouille (SAVL).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/93124/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 95k
Titre Fig. 4 – Hypothèse de restitution du plan de l’Hôtel-Dieu dans la première moitié du xviie s.
Crédits DAO : équipe de fouille (SAVL).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/93124/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Olivia Puel, « Lyon (2e) – Reconversion du site de l’Hôtel-Dieu (tranche 9K), bâtiments R et S » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Auvergne-Rhône-Alpes, mis en ligne le 01 mars 2021, consulté le 30 novembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/93124

Haut de page

Auteur

Olivia Puel

Service archéologique de la Ville de Lyon

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Olivia Puel

Service archéologique de la Ville de Lyon

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search