Navigation – Plan du site

AccueilRégionsAuvergne-Rhône-Alpes201669M – Métropole de LyonLyon (5e) –1 place Eugène-Wernert

2016
69M – Métropole de Lyon

Lyon (5e) – 1 place Eugène-Wernert

Fouille préventive (2015-2016)
Responsable d’opération : Emmanuel Ferber

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Inrap

Ferber E. 2018 : Lyon 5 (Auvergne-Rhône-Alpes) 1 place Eugène Wernert, rapport de fouille, Bron, Inrap, 2018, 7 vol.

Texte intégral

1À Lyon, entre juin 2015 et avril 2016, une fouille de 2 700 m2 a été menée sur les pentes de la colline de Fourvière, aux abords de la place Eugène-Wernert. L’endroit est au cœur d’une des plus vastes nécropoles de la ville. Celle-ci, née à l’époque augustéenne près d’une porte de la cité, s’est répandue le long des axes routiers, puis s’est polarisée, du ive au vie s., autour de deux basiliques, chacune bâtie sur le sépulcre d’un évêque, Irénée et Justus, réputé saint et vénéré comme tel. Le terrain étudié se situe à mi-distance de ces deux édifices religieux, l’opération s’est principalement focalisée sur l’aspect funéraire du site, qui constitue la fonction première des lieux entre les ive et les vie s. Cependant, la fouille a aussi mis en lumière, directement ou indirectement, d’autres phases d’occupation du site.

2Les structures les plus anciennes relevées sont des fosses d’extraction de lœss, matériau utilisé pour la construction de murs en pisé. Dans un second temps, ces excavations ont servi de dépotoirs et sont comblées avec des débris de bâtiments, détruits par les flammes, mêlés à du mobilier utilisé entre le ier et le iiie s. Des chutes de bois de cerf coupés indiquent aussi pour cette période l’existence d’un atelier de tabletterie aux abords de la cité. Par ailleurs, l’étude de pierres, provenant de monuments antiques, et remployées, soit dans les sépultures, soit dans les bâtiments médiévaux ont aussi alimenté nos connaissances sur les monuments qui décoraient alors la ville. Parmi les exemples les plus significatifs, on peut mentionner la mise au jour d’un fragment d’entablement avec une frise ornée de griffons affrontés (fig. 1). Cette simple pierre nous informe de l’existence d’un mausolée jusqu’ici inconnu. La forme circulaire du bloc oriente vers la restitution d’un édifice à plusieurs niveaux, selon une disposition dont il ne manque pas d’exemples en Gaule à partir de l’époque augustéenne (à Glanum, à Orange, à Faveroles, etc.). Le dernier niveau avant la couverture pyramidale comportait sans doute une tholos, dont le diamètre peut être évalué à 2,60-2,70 m au niveau de l’entablement. Autre exemple : un fragment de jambe en marbre servant de calage dans une tombe nous révèle un modèle ignoré de statue de Méléagre portant la dépouille du sanglier de Calydon (fig. 2).

Fig. 1 – Zone 4 : localisation des relevés stratigraphiques et reconstitution partielle de la topographie ancienne (US 4415)

Fig. 1 – Zone 4 : localisation des relevés stratigraphiques et reconstitution partielle de la topographie ancienne (US 4415)

DAO : O. Franc, J.-L. Gisclon (Inrap).

Fig. 2 – Exemples de calages des coffrages - sépulture SP3128 (fragment de statue de Méléagre)

Fig. 2 – Exemples de calages des coffrages - sépulture SP3128 (fragment de statue de Méléagre)

Cliché : E. Ferber, C. Plantevin (Inrap).

3Enfin, pour cette période, la seule structure en place à vocation funéraire serait une fosse contenant le squelette d’un canidé en position primaire, interprétée comme la tombe d’un chien.

4La grande nécropole née aux portes de la ville au ier s. se développe dans notre secteur d’étude entre le début du ive s., voire la toute fin du iiie s., et le milieu du vie s. Dans ce cadre, 839 sépultures parmi 855 faits funéraires (ossuaires, réductions etc.) ont été prises en compte. Les données recueillies permettent de comprendre l’évolution et la gestion de cet espace funéraire durant près de trois siècles. Si l’ensemble du site est colonisé dès le ive s., on note une densification des sépultures dans la partie nord, celle la plus proche des lieux de culte, probablement pour bénéficier au mieux de l’aura des saints qu’ils abritent. Si, dans la partie méridionale, les sépultures ne connaissent que peu de recoupements, dans la partie septentrionale, on dénombre jusqu’à trois phases d’inhumation et jusqu’à six chevauchements partiels des tombes. Des facteurs de sélection sont manifestement pris en compte pour accéder à ces places prisées, où l’on recense, à la fois plus de types de sépultures nécessitant un savoir-faire et donc un coût plus élevé, comme les sarcophages ou les monoxyles (sélection par l’argent), mais aussi plus d’hommes, voire d’hommes plus âgés (sélection par le sexe et l’âge, probablement liée au statut social). On observe aussi une concentration autour d’un sarcophage éloigné de la zone faisant majoritairement l’objet de convoitise, qui suggère l’existence, à cet endroit, de la sépulture d’un personnage disposant lui aussi d’une certaine renommée. Sur l’ensemble du site, même dans les zones densément peuplées, les rangées de sépultures sont visibles et les recoupements de tombes relativement rares, ce qui implique, à la fois la présence de marqueurs de surface (certains faits de blocs de rocher ou de remplois de pierre taillée ont été observés), mais aussi une gestion rigoureuse de la mise en place des inhumations au fil du temps.

5Le nombre important de sépultures traitées, corrélé à un système d’information géographique, a permis d’aborder de manière statistique de nombreux aspects de cette nécropole (localisation du mobilier, lien entre mobilier et type de tombe, localisation par type de tombe, lien entre coussins céphaliques et type de tombes, etc.). Si ces résultats confirment le plus souvent des hypothèses de travail déjà énoncées, mais sur des séries plus faibles, ils ont l’avantage de se baser sur des effectifs importants, qui les rendent plus légitimes.

6Sont décomptés 7 amphores (0,9 % de l’effectif), 22 sarcophages (2,8 %), un coffrage de pierre (0,1 %), un coffrage de tuile (0,1 %), 34 cercueils cloués (4,3 %), 121 monoxyles (15,1 %), 199 coffrages de bois (24,9 %), avec plancher (ou cercueils non cloués), 80 coffrages de bois sans plancher (10 %), 73 coffrages indéterminés (9,1 %), dix-sept coffrages mixtes (2,1 %), neuf fosses couvertes/monoxyles (1,1 %), 116 dispositifs périssables indéterminés (14,5 %), 93 indéterminés (11,6 %). L’ensemble des éléments datant permet d’estimer une datation pour 122 d’entre elles. On voit alors s’esquisser une typo-certains aménagements apparaissent dès la première utilisation du cimetière à l’époque tardo-antique, comme l’amphore-cercueil et le sarcophage (et le coffrage de tuile, mais son unicité ne permet pas de généraliser son cas). Les fosses couvertes et les coffrages sans plancher seraient rattachés à la période alto-médiévale, le reste des architectures étant utilisé durant toute l’occupation funéraire du lieu (ive-vie s.).

7Durant le vie s., alors que ce cimetière connaît ses dernières phases d’occupation, du moins dans la vaste zone étudiée, la colline, consacrée jusque-là aux défunts, se couvre de constructions. Le mobilier s’apparente à celui d’un contexte d’habitat. Dans la partie sud, trois longs murs de terrasse découpent en lanières le terrain. Sur chaque plateforme, l’espace est subdivisé par des maçonneries, et on peut envisager, outre des unités d’habitat, des cours et des jardins. Dans la partie nord, un bâtiment rectangulaire possède des sols de terre battue et un foyer fait de fragments de briques et de tuiles plates, agencés suivant un motif losangique. Il voisine avec une bâtisse reposant sur des solins en partie faits de blocs en réemplois, tandis qu’une autre maison est construite en entamant la colline. Dans l’ensemble, ces constructions épousent le relief du terrain. Les fondations et la base de l’élévation sont faites de pierres liées à l’argile, réemployant de façon sporadique des éléments funéraires retaillés en moellons. Si la plupart des sols en lien avec cette occupation ont disparu, la faible quantité de matériaux retrouvés dans les secteurs les mieux conservés incite à penser que la partie supérieure des élévations était en terre, et que les toitures étaient en matériaux périssables, probablement en chaume.

8Le mobilier mis au jour couvre une fourchette chronologique relativement large, qui s’étend sur les vie et viie s. Si, dans l’état actuel des données, l’hypothèse d’une zone funéraire cessant son activité dans la première moitié du vie s. pour laisser la place à un secteur d’habitat quelques dizaines d’années plus tard est privilégiée, la coexistence des deux mondes, celui des morts et celui des vivants, sur un même territoire ne peut être exclue. Quoiqu’il en soit, les murs coupent les sépultures et les habitants ne peuvent avoir ignoré vivre dans un espace consacré aux défunts. Cette implantation dans un lieu jusqu’ici réservé aux morts rappelle que le rapport à la mort et aux dépouilles mortelles, ainsi que la confrontation des deux mondes, celui des morts et celui des vivants, évoluent avec les époques. On peut aussi se demander si la nécessité de disposer de personnels pour veiller au bon fonctionnement des basiliques funéraires pourrait être à l’origine du développement de ce quartier d’habitation, comme cela est attesté dans plusieurs autres villes comme Clermont, Limoges ou Tours.

Fig. 3 – Fragment d’un bas-relief de griffon remployé dans la confection du sarcophage de la sépulture SP3138

Fig. 3 – Fragment d’un bas-relief de griffon remployé dans la confection du sarcophage de la sépulture SP3138

Cliché : équipe de fouille (Inrap).

Fig. 4 – Sarcophages

Fig. 4 – Sarcophages

Clichés et DAO : équipe de fouille (Inrap).

Fig. 5 – Coffrage de pierres et coffrage de tuiles

Fig. 5 – Coffrage de pierres et coffrage de tuiles

Clichés et DAO : équipe de fouille (Inrap).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Zone 4 : localisation des relevés stratigraphiques et reconstitution partielle de la topographie ancienne (US 4415)
Crédits DAO : O. Franc, J.-L. Gisclon (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/93134/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 380k
Titre Fig. 2 – Exemples de calages des coffrages - sépulture SP3128 (fragment de statue de Méléagre)
Crédits Cliché : E. Ferber, C. Plantevin (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/93134/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 113k
Titre Fig. 3 – Fragment d’un bas-relief de griffon remployé dans la confection du sarcophage de la sépulture SP3138
Crédits Cliché : équipe de fouille (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/93134/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 115k
Titre Fig. 4 – Sarcophages
Crédits Clichés et DAO : équipe de fouille (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/93134/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 324k
Titre Fig. 5 – Coffrage de pierres et coffrage de tuiles
Crédits Clichés et DAO : équipe de fouille (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/93134/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Emmanuel Ferber, « Lyon (5e) –1 place Eugène-Wernert » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Auvergne-Rhône-Alpes, mis en ligne le 01 mars 2021, consulté le 26 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/93134

Haut de page

Auteur

Emmanuel Ferber

Inrap

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Emmanuel Ferber

Inrap

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search