Navigation – Plan du site

AccueilRégionsAuvergne-Rhône-Alpes201669M – Métropole de LyonLyon (9e) – Zac Vaise Industrie N...

2016
69M – Métropole de Lyon

Lyon (9e) – Zac Vaise Industrie Nord, terrains hors voirie (tranche 3), 21 rue Joannès-Carret et 46 quai Paul-Sédallian

Opération préventive de diagnostic (2016)
Responsable d’opération : Stéphane Carrara

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Ville de Lyon

Carrara S. 2016 : Zac Vaise Industrie nord, terrains hors voirie, tranche 3, 21 rue Joannes Carret et 46 quai Paul Sédallian, 69009 Lyon, rapport de diagnostic d’archéologie préventive, Lyon, SAVL.

Texte intégral

1Le diagnostic archéologique de la Zac Vaise Industrie Nord, tranche 3, présente un bilan contrasté en fonction des deux îlots sondés.

2Les cinq sondages implantés sur l’emprise de l’îlot 7 ont permis la mise au jour d’un unique vestige. Il s’agit d’un lambeau de mur constitué de gros galets et de blocs de gneiss. Son attribution chronologique reste difficile à déterminer, entre l’Antiquité et le bas Moyen Âge. Un horizon anthropisé pré ou protohistorique apparaît dans trois des cinq sondages. Ainsi, les US 210, 216, 303, 403 et 404 ont permis de récolter près de 150 tessons hétérogènes, parmi lesquels de rares formes renvoient à une chronologie comprise entre le Néolithique Moyen Bourguignon, le Bronze final et le début du premier âge du Fer. L’altitude de ces couches fait apparaître un double pendage ouest-est et nord-sud de cet horizon. Il reste difficile de déterminer la nature du phénomène archéologique auquel renvoie ce mobilier : érosion de sites in situ, apport de matériel par les colluvionnements suite à l’érosion de sites localisés plus en amont.

3Le bilan des investigations effectuées sur l’îlot 4 est, quant à lui, largement positif. Une occupation préhistorique est présente dans les sondages nos 6, 9, 10 et 11, situés dans la partie ouest et nord-ouest de l’emprise. Elle se caractérise par la présence d’un niveau argileux de 20 à 40 cm d’épaisseur selon les sondages, livrant un abondant mobilier lithique associé à des charbons de bois, des ossements brûlés et des galets thermofractés (US 606, US 908, US 1011, US 1104/1105). Il s’agit sans doute d’une occupation discontinue, associant des zones de vide (sondage 9 ou sondage 11) et des zones plus denses en mobilier (sondage 6 ou extrémité est du sondage 11). L’étude du mobilier lithique fait apparaître deux états d’occupation au sein de l’horizon préhistorique, au Mésolithique moyen et au Mésolithique final. L’abondance des esquilles de silex recueillies, dans le sondage 6 notamment, permet de confirmer la bonne conservation du site et l’existence d’activités de débitage in situ. En outre, les trois datations 14C obtenues sur les charbons de bois prélevés dans l’US 606 confirment une chronologie récente du Mésolithique : 6612-6461 av. J.-C., 5899-5733 av. J.-C. et 5383-5220 av. J.-C.

4Un colluvionnement plus ou moins épais selon les sondages contient du mobilier céramique, attribuable principalement au Néolithique moyen bourguignon (US 605, 711, 703c, 816, 906, 1103). Mais la rareté des formes identifiables et les nombreuses panses ne permettent pas d’exclure une chronologie plus large, s’étendant jusqu’au Bronze ancien. Si cette céramique ne permet pas d’attester l’occupation pérenne de la parcelle, elle témoigne néanmoins de sa fréquentation ou d’une occupation située en périphérie. À ce titre, on rappellera la découverte d’un foyer daté du Néolithique moyen sur l’îlot no 2, lors du diagnostic de Vaise Industrie nord, tranche 1 (Hofmann 2015).

5Trois sondages (nos 7, 8 et 11) ont permis de révéler la présence d’une occupation de bord de Saône au Hallstatt D3/La Tène A. Les US 714 et 718 pourraient évoquer une berge protohistorique de la Saône. Une trentaine de mètres plus au nord, le sondage 8 a permis la mise au jour d’une importante fosse (US 831) riche en rejets domestiques et artisanaux. Le diamètre envisageable pour cette structure (supérieure à 10 m) et sa profondeur (près de 1,80 m) permettent très probablement d’identifier une fosse d’extraction d’argile ayant servi de dépotoir en dernier lieu. Celle-ci est liée à un niveau de sol (US 816) où sont installés un petit foyer (F803) et un hypothétique trou de poteau (TP806). Parmi l’abondant mobilier prélevé, plusieurs objets témoignent d’activités métallurgiques (alliages cuivreux et fer), du travail de la corne et du textile, ou encore d’un artisanat potier. De nombreuses céramiques importées attestent d’un commerce soutenu avec le domaine méditerranéen (amphores massaliètes, étrusques et grecques, céramique grise monochrome, céramique claire et claire peinte). Enfin, deux fosses indéterminées (F1Q07 et F1012) et un niveau d’occupation (US 1014) rattachés à cette occupation sont présents dans le sondage 10.

6Jusqu’à présent, la majorité des sites du Ha D3 et de La Tène A se concentrait dans la partie sud de la plaine, où l’on peut restituer une importante agglomération de plus de 70 ha. Ce diagnostic apporte un nouveau point de découverte, qui confirme une extension de l’occupation dans la partie nord de la plaine, rarement mise en évidence. L’abondance du mobilier rejeté dans la fosse 831 pourrait d’ailleurs témoigner d’une forte densité d’occupation, abritant les mêmes types d’activités déjà identifiées au sud de la plaine.

7Les vestiges antiques des iie et iiie s., présents sur l’emprise de l’îlot 4, évoquent une occupation à caractère rural. Un unique tesson présent dans un colluvionnement peut indiquer une occupation de la parcelle jusqu’au ive s. Plusieurs tronçons de fossés (F716, F801, F1005) paraissent poursuivre les délimitations parcellaires mises en évidence sur la fouille de l’îlot 3. Dans le sondage 7, un mur et quatre foyers non construits demeurent difficiles à interpréter : mur délimitant une parcelle (une propriété) et foyers domestiques ou artisanaux ? Dans le sondage 8, plusieurs tranchées ou fossés plus ou moins parallèles peuvent être liés à des travaux de drainage du terrain. Cependant, le fossé F801 et les tranchées ou fossés F802 et F828 semblent délimiter un espace artisanal du iiie s. se développant au nord-est. En effet, l’US 808, très charbonneuse, qui s’étend à l’est du fossé 801 et le comble partiellement, contient de nombreuses scories et atteste d’une intense activité métallurgique dans le secteur. Enfin, une inhumation, recoupant le comblement du fossé F802 et la couche d’abandon 808, est datée entre 250 et 400 apr. J.-C.

8Une épaisse couche de limon argileux, hétérogène et marbrée, constitue un remblaiement, sans doute lié aux terrassements effectués dans le secteur lors de la construction de la voie ferrée au milieu du xixe s. Le plan topographique de la ville de Lyon de 1848-1852 fait d’ailleurs apparaître le tracé de la voie en construction et présente une topographie qui paraît moins plane qu’aujourd’hui, notamment à l’emplacement de l’îlot 7.

Fig. 1 – Emprise de la prescription et des sondages sur le cadastre actuel au 1/1000

Fig. 1 – Emprise de la prescription et des sondages sur le cadastre actuel au 1/1000

Sources : Ville de Lyon, Grand Lyon, Cadastre ; DAO : SAVL.

Fig. 2 – Plan de situation des sondages dans l’îlot 4

Fig. 2 – Plan de situation des sondages dans l’îlot 4

DAO : SAVL.

Fig. 3 – Mobilier lithique : Mésolithique moyen sauveterrien

Fig. 3 – Mobilier lithique : Mésolithique moyen sauveterrien

1, triangle scalène ; 2-3, segment de cercle ; 4, pointe de Sauveterre ; 5-8, fragments de microlithes ; 9, grattoir.

Dessins : P. Alix (Inrap).

Haut de page

Bibliographie

Hofmann É. 2015 : Zac Vaise Industrie nord, terrains hors voirie, tranche 1, diagnostic des îlots 2, 3 et 5a-c, 19-21-23 et 52 rue Joannes Carret, 80 rue des docks, 46 quai Paul Sédaillan, 69009 Lyon, rapport de diagnostic, Lyon, SAVL, 2 vol.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Emprise de la prescription et des sondages sur le cadastre actuel au 1/1000
Crédits Sources : Ville de Lyon, Grand Lyon, Cadastre ; DAO : SAVL.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/93269/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 225k
Titre Fig. 2 – Plan de situation des sondages dans l’îlot 4
Crédits DAO : SAVL.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/93269/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 151k
Titre Fig. 3 – Mobilier lithique : Mésolithique moyen sauveterrien
Légende 1, triangle scalène ; 2-3, segment de cercle ; 4, pointe de Sauveterre ; 5-8, fragments de microlithes ; 9, grattoir.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/93269/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 125k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Stéphane Carrara, « Lyon (9e) – Zac Vaise Industrie Nord, terrains hors voirie (tranche 3), 21 rue Joannès-Carret et 46 quai Paul-Sédallian » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Auvergne-Rhône-Alpes, mis en ligne le 01 mars 2021, consulté le 25 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/93269

Haut de page

Auteur

Stéphane Carrara

Service archéologique de la Ville de Lyon

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Stéphane Carrara

Service archéologique de la Ville de Lyon

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search