Navigation – Plan du site

AccueilRégionsAuvergne-Rhône-Alpes201673 – SavoieCorbel – Carrières de meules des ...

2016
73 – Savoie

Corbel – Carrières de meules des Combes

Fouille programmée (2016)
Responsable d’opération : Alain Belmont

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : CNRS

Belmont A. 2017 : Carrière de meules des Combes, commune de Corbel, rapport de fouilles programmées 2016.

Texte intégral

1Située au cœur du massif de la Chartreuse, la commune de Corbel s’étire sur le versant nord de la vallée du Guiers-Vif, juste en face du célèbre Pas du Frou qui domine les gorges du torrent. En contrebas du village, et à près de 700 m d’altitude, le bois des Combes accueille dans ses pentes une carrière en tranchée de 62 m de long pour 12 à 20 m de large, et dont l’ancien toponyme, La Molère, signe l’extraction des meules de moulins qui s’y est déroulée au cours des siècles passés. La fouille programmée de cette meulière, menée par l’Université Grenoble-Alpes et le Larha (UMR 5190 CNRS), en partenariat avec la communauté de communes Cœur de Chartreuse, a été motivée par l’ampleur industrielle du site, le caractère encore lacunaire de nos connaissances sur ce type de carrières à l’époque médiévale, et, surtout, par l’identité de son propriétaire au cours de l’Ancien Régime : le monastère de la Grande-Chartreuse. Étendue sur une surface totale de 79 m2, la fouille a concerné deux secteurs, situés à l’extrémité ouest de la carrière (zone 1), et à son entrée sud (zone 2). Dans les deux cas, le déblaiement de 4 à 6 m d’épaisseur de halde a permis d’observer les planchers de carrière, les fronts de taille et même deux ébauches encore en place, permettant ainsi d’étudier en détail les techniques utilisées par les meuliers corbelins.

2Après avoir soigneusement repéré les fissures et les joints de sédimentations courant à travers le gisement, en l’espèce un grès microconglomératique du Miocène, les artisans traçaient, à l’aide d’un compas à pointes sèches, une série de cercles reproduisant un plan en nid d’abeille et disposés à l’horizontale, pour permettre une extraction en lit. Puis ils entamaient à coups de pics pointus le creusement d’une tranchée de havage circulaire, large d’une vingtaine de centimètre et haute d’une trentaine, destinée à matérialiser le cylindre de la future meule. La tranchée annulaire était ouverte en quatre passes et présentait un profil en U, à fond plat et aux parois marquées par des sillons systématiquement horizontaux, particularité rarement observée en contexte meulier. L’ébauche de meule, d’un diamètre de 110 cm pour les plus petites, et de 137 cm pour les plus grandes, était détachée du substrat rocheux à l’aide de 7 à 12 emboîtures creusées à la base et tout autour du cylindre, à l’intérieur desquelles étaient glissés des coins de fer pris en sandwich entre deux paumelles métalliques, comme le prouvent les traces de leur pression laissées sur le plancher. Une fois décollée, l’ébauche de meule était ensuite évacuée en retrait du front de taille, vers un atelier aménagé sur la halde, où une seconde équipe d’artisans procédait aux travaux de finition : surfaçage des faces travaillantes, percement de l’œil central, conditionnement en vue du transport. Découverte à ce jour inédite en fouilles archéologiques, le site de Corbel a fourni un « magasin » de six meules terminées, aménagé au pied du front de carrière et au sommet de la halde, où les pièces étaient présentées verticalement, de manière à ce que les acheteurs puissent en examiner les deux faces. Ces meules prêtes à l’emploi ont permis de se rendre compte que le travail de finition éliminait près de la moitié de l’épaisseur des ébauches, qui sous les coups de broche et de ciseau des meuliers, passaient de 27-30 cm d’épaisseur à seulement 14 à 18 cm. Une fois la meule terminée, les artisans taillaient la suivante juste en dessous de la première, et ainsi de suite, formant ainsi des tubes verticaux généralement hauts de 6 m, à l’intérieur desquels les meules étaient extraites à la manière d’une pile d’assiette. La production de chaque tube atteignant huit à douze meules, avec une productivité moyenne de 2,3 à 2,5 meules par mètre carré de plancher, la production totale de la carrière des Combes atteignit 1900 à 2 100 meules.

3Le coût d’une seule meule équivalant sous l’Ancien Régime au prix d’une petite maison ou d’une parcelle de terre, on mesure l’ampleur des profits réalisés par le propriétaire et les maîtres d’ouvrage du site. Pour parvenir à extraire leurs précieuses « pierres à pain », ils n’hésitèrent pas à « décroûter » plus de 6 m d’épaisseur de morts-terrains qui recouvraient le gisement exploitable. Loin d’être une meulière travaillée l’hiver par des paysans improvisés meuliers, la carrière des Combes était donc exploitée à une échelle industrielle par des professionnels au fort bagage technique, ce que prouve, entre autres, le faible nombre d’ébauches accidentées retrouvées lors de la campagne 2016. Datée grâce à l’analyse 14C de dépôts de charbon de bois, l’activité dans les secteurs fouillés s’est déroulée entre le milieu du xve s. et les premières années du xviie. Ainsi, l’exploitation de la meulière des Combes semble s’inscrire dans le cadre de la recherche de nouveaux revenus à laquelle se livre le monastère de la Grande-Chartreuse au sortir des grandes crises économiques du bas Moyen Âge. Dans tous les cas, cette carrière de meules montre que l’ordre cartusien ne s’est pas investi que dans les mines de fer, l’industrie métallurgique, l’élevage ou l’exploitation forestière, mais a su aussi tirer parti d’une activité, certes peu connue du milieu archéologique, mais qui fut fondamentale pour les sociétés passées.

Fig. 1 – Tube d’extraction de meules, en zone 1

Fig. 1 – Tube d’extraction de meules, en zone 1

Cliché : A. Belmont (CNRS).

Fig. 2 – Ébauche abandonnée juste avant son décollement du plancher rocheux, en zone 2

Fig. 2 – Ébauche abandonnée juste avant son décollement du plancher rocheux, en zone 2

Cliché : C. Hartz.

Fig. 3 – « Magasin » de meules terminées, au sommet de la halde de la zone 1

Fig. 3 – « Magasin » de meules terminées, au sommet de la halde de la zone 1

Cliché : A. Belmont (CNRS).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Tube d’extraction de meules, en zone 1
Crédits Cliché : A. Belmont (CNRS).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/93660/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 756k
Titre Fig. 2 – Ébauche abandonnée juste avant son décollement du plancher rocheux, en zone 2
Crédits Cliché : C. Hartz.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/93660/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 677k
Titre Fig. 3 – « Magasin » de meules terminées, au sommet de la halde de la zone 1
Crédits Cliché : A. Belmont (CNRS).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/93660/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 668k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alain Belmont, « Corbel – Carrières de meules des Combes » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Auvergne-Rhône-Alpes, mis en ligne le 01 mars 2021, consulté le 16 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/93660

Haut de page

Auteur

Alain Belmont

CNRS

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Alain Belmont

CNRS

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search