Navigation – Plan du site

AccueilRégionsAuvergne-Rhône-Alpes201626 – DrômeSaint-Paul-Trois-Châteaux – Îlot ...

2016
26 – Drôme

Saint-Paul-Trois-Châteaux – Îlot Juiverie, impasse du Serf, rue du Serf

Opération préventive de diagnostic (2016)
Responsable d’opération : Sylvie Bocquet

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Inrap

Bocquet S. 2016 : Bocquet : Saint-Paul-Trois-Châteaux (Drôme, Auvergne-Rhône-Alpes) îlot Juiverie, impasse du Serf, rue du Serf, rapport de diagnostic, Bron, Inrap.

Texte intégral

1Le projet mené par la municipalité de Saint-Paul-Trois-Châteaux, sous la vigilance de la conservatrice du Musée d’archéologie tricastine, M. Lert, pour réhabiliter l’îlot Juiverie, en revalorisant son bâti, a bénéficié de deux études d’archéologie préventive, dont cette opération de diagnostic.

2Le centre-ville de Saint-Paul-Trois-Châteaux atteste des traces d’occupations dès le premier âge du Fer, mais la ville prend véritablement son essor au tournant de notre ère. Chef-lieu de colonie, Augusta Tricastinorum possède un rempart circonscrivant une superficie de 42 ha, inscrit dans le cadastre B d’Orange, mais s’en dégageant aussi pour intégrer, au nord-est, une colline (Lert et al. 2009). La ville médiévale se développe sur le flanc ouest de ce relief.

3Les parcelles diagnostiquées se situent au nord-est de la ville antique, intra muros, puis, durant les périodes médiévales et modernes, au sein d’un îlot, dit Juiverie, établi entre le quartier canonial et la colline du palais épiscopal, siège du pouvoir temporel et spirituel de la cité (Odiot et al. 1992).

4En 2014, l’étude dirigée par C. Delomier a présenté un état des lieux et une première chronologie du bâti existant, en particulier dans la frange ouest de l’îlot Juiverie. Ce secteur abrite une pièce en sous-sol redécouverte par M. Lert, en 2011 et identifiée à un mikveh médiéval, aujourd’hui englobé dans une maison urbaine plus tardive. La présence de Juifs à Saint-Paul-Trois-Châteaux est attestée dans les textes à partir du xiiie s.

5Le diagnostic mené en 2016 porte sur les espaces extérieurs, notamment ceux composant le cœur de l’îlot, rue et impasse du Serf. Il devait en outre tenter d’alimenter certaines hypothèses avancées en 2014 autour du bâti du Moyen Âge central. Au-delà des problématiques sur l’urbanisme médiéval et moderne, les sondages visaient également à la reconnaissance des occupations antiques, proto ou préhistoriques.

6Le projet couvre 1 077 m2, sur lesquels trois sondages mécaniques dans les espaces extérieurs et trois sondages manuels en caves ont été réalisés, totalisant une surface d’étude ouverte de 107,13 m2, soit 9,95 % de l’emprise prescrite.

7Le sondage le plus profond a atteint deux dépôts argileux non anthropisés, correspondant, a minima pour le niveau inférieur, au terrain naturel, à partir de -1,80 m sous le sol actuel (période 1). La sédimentation sus-jacente livre quelques tessons de céramique non tournée, qui pourraient être rapprochées du petit habitat daté des environs de 500 av. J.‑C., fouillé en 1988 à l’hôtel de l’Esplan (Odiot et al.,1992) (période 2). Les traces d’occupations suivantes, après un hiatus de plusieurs siècles (signifiant ou artificiel ?), concernent le Haut-Empire et la première moitié du iie s. (période 3), à travers des vestiges fossoyés, un sol empierré associé à un petit bloc calcaire taillé pouvant participer au maintien d’un élément disparu, et peut-être un bâtiment comprenant une fondation en pierre. L’un des fossés, axé nord-sud, possède une ouverture comprise entre 1,63 m et 2,20 m, suggérant un élément prégnant du paysage de ce secteur. L’abandon de ces occupations se matérialise par un remblai de démolition daté des années 120/130 à 150, qui livre des fragments centimétriques à décimétriques d’enduits peints, majoritairement rouges, confirmant la proximité de bâtiments, sinon d’habitations.

8Une phase alto-médiévale attribuable aux vie-viie s. (période 4), sous la forme d’un remblai ou d’une sédimentation limoneuse brune (terres noires ?), s’intercale entre les occupations antiques et les niveaux et constructions datés, d’après le mobilier céramique, des xiiie-xive s. (période 5). Cette chronologie lâche semble indiquer que ce secteur, à l’est d’un bâtiment du Moyen Âge central repéré en 2014, est peu investi, en tout cas peu bâti avant la fin du Moyen Âge. L’assise de moellons conservant des traces de marteau taillant, observée en fondation d’un mur moderne du sous-sol de la parcelle BM 411, pourrait témoigner du mur gouttereau occidental de cet édifice de prestige des xie-xiiie s., mis en évidence par C. Delomier à partir de son mur pignon sud, ouvert de trois, peut-être quatre, baies clavées en plein cintre. Suivant cette hypothèse, l’assise exhumée en 2016 préciserait l’extension du bâtiment, pouvant se prolonger au-delà du mur pignon septentrional de la cave de la parcelle BM 411. Sa surface atteindrait au minimum 45 à 65 m2. C. Delomier posait, en 2014, la question d’un possible ensemble regroupant le mikveh, une construction subsistant par un mur mitoyen et ce bâtiment axé nord-sud, auquel vient s’accoler, aux xiie-xive s., une seconde construction de prestige (matériaux, mise en œuvre, décor) pouvant s’apparenter à une tour (Delomier 2014, p. 75-76). Toujours pour la seconde partie du Moyen Âge, l’étude préalable menée en 2014 a souligné la présence de plusieurs immeubles et d’éléments d’architecture, remaniés ou en place.

9Dans les espaces extérieurs du diagnostic, les deux tiers méridionaux de l’emprise étudiée attestent des remblais, plus ou moins remaniés, et des constructions, se rattachant d’après le mobilier céramique aux xiiie-xive s. La frange septentrionale de l’emprise du diagnostic n’est pas documentée pour cette période, mais la prudence s’impose, car les reconstructions modernes ont pu, dans le secteur du sondage 2 légèrement surplombant, effacer les aménagements antérieurs. Au centre du tènement, la principale matérialisation de cette occupation médiévale consiste en une sédimentation limoneuse brune épaisse, interprétée comme une « terre de jardin » ou un espace extérieur, et, en arrière, des immeubles. Au sud, le sondage 1 révèle une imbrication et/ou une succession des espaces construits et vacants. Un certain dynamisme transparaît dans la composition des remblais incluant pour la grande majorité des éléments architecturaux, rejetés ou issus de niveaux de chantier (construction ou réfection).

10Les xviie et xviiie s. (période 6) renvoient à la transformation de l’îlot et représentent une période de reconstructions et de constructions menant progressivement à sa saturation. Ces transformations tiennent compte des orientations données par les maçonneries et sans doute le maillage parcellaire antérieurs. Au sud (sondage 1), si des maçonneries médiévales disparaissent, de nouvelles constructions apparaissent ou agrandissent les bâtis existants. Le gain et la mise en valeur de nouveaux espaces s’illustrent particulièrement dans le secteur central (sondage 3). Plusieurs phases d’aménagements suggèrent des remaniements dans l’organisation des bâtiments, sinon des parcelles. La maçonnerie la plus ancienne subsiste par une assise de fondation isolée, orientée ouest-est. Dans ce secteur, un foyer sommaire a été préservé et pourrait indiquer un espace extérieur. Ces occupations sont remplacées par un programme architectural plus vaste, qui comprend une construction de plan subcirculaire (deux états) et un long mur orienté ouest-est, qui pourrait partir de cette pièce circulaire en direction de la rue du Serf. Les relations de cet ouvrage avec, à l’ouest, la maison voisine dite de la Tour (parcelles BM 403 et 415 devenue 498), que C. Delomier attribue à la fin du xve s., sont inconnues. Par ailleurs, la succession des remblais limoneux et terres de jardin indique que ces murs délimitent des espaces extérieurs, peut-être des parcelles axées ouest-est.

11Le secteur septentrional (sondage 2) connaît des transformations radicales et une densification des constructions. Mais les vestiges ne peuvent être calés chronologiquement que par leurs caractéristiques architecturales et les données stratigraphiques. Les portions de murs mis au jour dans ce sondage montrent le resserrement des bâtiments et équipements domestiques sur les espaces disponibles, si nécessaire en s’adaptant à la topographie du flanc de colline sur lequel s’étage le bourg.

12Il semble que les caves (sondages manuels), accessibles de plain-pied côté ouest, soient aménagées au cours de la période moderne. C’est peut-être à ces phases de constructions qu’il faut imputer la disparition du mur gouttereau ouest de l’édifice roman.

13La période contemporaine (période 7) apporte des modifications secondaires aux bâtis et aménagements existants, puis manifeste le délaissement progressif de l’îlot, à travers la présence de divers remblais de démolitions et de vastes creusements perforant les espaces extérieurs (période 8).

14Les mobiliers exhumés, principalement des céramiques très fragmentaires, renseignent un contexte d’habitat, mais n’illustrent pas d’activités ou la présence d’une population particulière, telle que celle de la communauté juive, comme cela a pu être le cas sur le site de l’Aménagement d’Home Israélite, à Metz, par exemple (pour le xviiie s.), et en dépit de la proximité du très probable mikveh médiéval, qui devrait faire l’objet d’une fouille prochaine.

Fig. 1 – Vue générale du sondage 3, vers l’ouest

Fig. 1 – Vue générale du sondage 3, vers l’ouest

Cliché : S. Bocquet (Inrap).

Fig. 2 – Plan des vestiges du sondage 3 (1/40)

Fig. 2 – Plan des vestiges du sondage 3 (1/40)

DAO : S. Couteau, S. Bocquet (Inrap).

Fig. 3 – Plan général de l’étude préalable et du diagnostic, avec périodisation des vestiges

Fig. 3 – Plan général de l’étude préalable et du diagnostic, avec périodisation des vestiges

Sur fond de plan cadastral (1/200).

DAO : S. Bocquet, S. Couteau, C. Delomier, N. Saadi, F. Vaireaux (Inrap).

Haut de page

Bibliographie

Delomier C. 2014 : Saint-Paul-Trois-Châteaux (Drôme) îlot Juiverie. Étude préalable d’archéologie, Inrap, Bron.

Lert M., Bois M., Blanc-Bijon V., Bel V. 2009 : Atlas topographique des villes de Gaule méridionale - 3, Saint-Paul-Trois-Châteaux, Revue archéologique de Narbonnaise, suppl. 39, édition de l’Association de la Revue archéologique de Narbonnaise, Saint-Paul-Trois-Châteaux.

Odiot T., Bel V., Bois M. 1992 : D’Augusta Tricastinorum à Saint-Paul-Trois-Châteaux (Drôme), Lyon, DARA 7.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Vue générale du sondage 3, vers l’ouest
Crédits Cliché : S. Bocquet (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/94465/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 737k
Titre Fig. 2 – Plan des vestiges du sondage 3 (1/40)
Crédits DAO : S. Couteau, S. Bocquet (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/94465/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 223k
Titre Fig. 3 – Plan général de l’étude préalable et du diagnostic, avec périodisation des vestiges
Légende Sur fond de plan cadastral (1/200).
Crédits DAO : S. Bocquet, S. Couteau, C. Delomier, N. Saadi, F. Vaireaux (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/94465/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 393k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sylvie Bocquet, « Saint-Paul-Trois-Châteaux – Îlot Juiverie, impasse du Serf, rue du Serf » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Auvergne-Rhône-Alpes, mis en ligne le 01 mars 2021, consulté le 05 juillet 2022. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/94465

Haut de page

Auteur

Sylvie Bocquet

Inrap

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Sylvie Bocquet

Inrap

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search