Navigation – Plan du site

AccueilRégionsAuvergne-Rhône-Alpes201626 – DrômeSaint-Paul-Trois-Châteaux – Insta...

2016
26 – Drôme

Saint-Paul-Trois-Châteaux – Installation des bacs enterrés sur le Tour de Ville

Opération préventive de diagnostic (2016)
Responsable d’opération : Fabien Isnard

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Inrap

Texte intégral

1À l’occasion de la mise en place de cinq containers enterrés disposés en périphérie des remparts médiévaux de la ville, le SRA a prescrit un diagnostic portant uniquement sur l’emprise de ces bacs. Les cinq sondages se sont révélés positifs, avec une densité variable de vestiges plutôt profondément enfouis.

2Le sondage 1 a révélé la présence d’un mur de soutènement à 1,4 m sous la surface actuelle, encore en élévation sur au moins 1,7 m. Mentionnée à plusieurs reprises sur les cartes anciennes, sa présence n’avait pas été révélée dans un tel état de conservation. Bien que rapidement inondé, le sondage 2 a révélé la présence de plusieurs murs, dont un à l’aplomb de la route, certainement lié à un aménagement hydraulique remanié. Le sondage 3 a dévoilé la présence d’un imposant mur en pierre de taille, conservé sur 1,65 m. Bien qu’inédit dans la littérature archéologique actuelle, ce mur de soutènement ou de lice pourrait faire écho à un doublage de l’enceinte primitive par terrasses successives, comme dans la partie est de la ville où les terrasses sont encore en place.

3Les trois premiers sondages, disposés toujours à égale distance des remparts, ont dévoilé la présence de murs construits parallèlement aux fortifications. Bien que ces murs se soient révélés de nature, de fonction et de chronologie différentes, leur positionnement en retrait du rempart, parallèle à celui-ci, est tout à fait intéressant. On remarque une rémanence dans ces constructions, laissant une circulation périphérique autour des remparts avant une deuxième série de murs parallèles. La présence conservée de ces constructions liées de près ou de loin au système défensif évoluant dans le temps documente une littérature lacunaire à ce niveau.

4Le sondage 4 situé sur le Courreau, un axe ancien profondément réaménagé au xixe s., n’a fait apparaître qu’une trace ténue d’occupation romaine en fond de sondage. Il s’agissait d’une canalisation largement arasée, orientée selon la cadastration antique. Quelques éléments de mobilier intéressants ont été relevés, notamment un objet en fer, en tôles martelées superposées, bien conservé.

5Le sondage 5 situé dans un secteur sensible entre le rempart romain, le retour du rempart médiéval et une abondance de vestiges romains bien documentés, s’est avéré complexe et dense, comme espéré. Malgré la perforation profonde d’un réseau enterré central, plusieurs murs, fossé et structures bien conservés ont été mis au jour. La présence de niveaux romains du ier s., par l’intermédiaire de plusieurs murs et de niveaux associés, a été mise en valeur sur une petite surface. Un grand fossé ou une longue fosse profonde du Moyen Âge classique a été identifié en plan et en coupe. Enfin, des remaniements modernes concernant les fortifications médiévales ont été relevés et raccordés à des documents d’archives.

6Les périodes concernées par ce diagnostic vont du Haut-Empire à l’époque moderne. La particularité de cette opération réside dans l’emplacement prédéterminé des sondages autour des remparts médiévaux de la ville. Bien que cette dernière soit fréquemment diagnostiquée depuis de nombreuses années, ce pourtour de centre-ville n’avait pas fait l’objet de travaux récents. Les données collectées lors de cette opération rafraîchissent donc l’état des lieux de ces secteurs depuis longtemps exploités archéologiquement.

Fig. 1 – Plan général du diagnostic, emprise du projet et implantation des sondages archéologiques

Fig. 1 – Plan général du diagnostic, emprise du projet et implantation des sondages archéologiques

DAO : N. Saadi (Inrap).

Fig. 2 – Plan de l’ensemble 3006 avec les murs 3001, 3002, 3003, et l’US 3007

Fig. 2 – Plan de l’ensemble 3006 avec les murs 3001, 3002, 3003, et l’US 3007

DAO : N. Attiah (Inrap).

Fig. 3 – Mur 3001 en élévation

Fig. 3 – Mur 3001 en élévation

DAO : N. Attiah (Inrap).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Plan général du diagnostic, emprise du projet et implantation des sondages archéologiques
Crédits DAO : N. Saadi (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/94488/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 127k
Titre Fig. 2 – Plan de l’ensemble 3006 avec les murs 3001, 3002, 3003, et l’US 3007
Crédits DAO : N. Attiah (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/94488/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 105k
Titre Fig. 3 – Mur 3001 en élévation
Crédits DAO : N. Attiah (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/94488/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 221k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Fabien Isnard, « Saint-Paul-Trois-Châteaux – Installation des bacs enterrés sur le Tour de Ville » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Auvergne-Rhône-Alpes, mis en ligne le 01 mars 2021, consulté le 28 octobre 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/94488

Haut de page

Auteur

Fabien Isnard

Inrap

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Fabien Isnard

Inrap

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search