Navigation – Plan du site

AccueilRégionsHauts-de-France199902 – AisneChâteau-Thierry – Centre Jean-Macé

1999
02 – Aisne

Château-Thierry – Centre Jean-Macé

Fouille préventive (1999)
Responsable d’opération : Christophe Patat

Entrées d’index

Année de l'opération :

1999

Chronologie :

époque médiévale

Nature de l'opération :

fouille préventive
Haut de page

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Afan

Texte intégral

1Cette opération, motivée par la mise en œuvre d’un projet immobilier (construction d’une médiathèque), fait suite aux sondages d’évaluations effectués en 1997. Ces sondages avaient permis de mettre en évidence une occupation de la fin de l’époque médiévale en relation avec un couvent de Cordeliers fondé en 1489 (cf. Bilan scientifique régional 1997, p. 23).

2La fouille réalisée en 1999, d’une emprise au sol de 240 m2, a été implantée dans la moitié sud de la cour de l’ancien centre Jean Macé, soit au plus proche des futurs bâtiments de la médiathèque et de manière à englober le sondage 1 de 1997.

3Les vestiges les plus anciens découverts in situ correspondent à une partie de l’enceinte urbaine et à son fossé, orientés nord-sud. L’habitat privé correspondant à la ville intra muros n’a pu être retrouvé, seules des fosses ont été mises au jour, elles ont livré un matériel datable du début du xiie s. Suite à la construction d’une nouvelle enceinte dans la première moitié du xiiie s. (enceinte située 50 m plus à l’ouest, hors emprise de la fouille) ce système défensif est abandonné, l’ancien espace extra muros demeure exempt de construction et d’occupation réelle jusqu’à l’implantation d’un cimetière au milieu du xive s.

4Ce cimetière, inconnu jusqu’alors, n’est en relation avec aucun édifice cultuel. Son existence pourrait être expliquée par l’épidémie de peste de 1350-1351, épidémie connue à Château-Thierry par deux textes relatant le nombre important des décès et la saturation des cimetières paroissiaux, ainsi que la nécessité de trouver de nouveaux espaces libres afin de poursuivre l’inhumation des victimes. En outre, la brièveté d’occupation de ce cimetière (très peu de recoupements et de réductions), le type de population inhumée ainsi que le mode d’enfouissement (enfant de moins de 6 mois, adolescents, adultes de tous âges, sépultures simples en cercueils ou collectives en pleine terre, nombreux vestiges mobiliers de parures vestimentaires) semblent indiquer une cause endémique nécessitant une inhumation rapide mais néanmoins ordonnée. L’étude anthropologique permettra sans doute de déterminer le type d’épidémie. Dans la seconde moitié du xive s., ce cimetière est abandonné et disparaît peu à peu, l’espace urbain gagné grâce à la construction de l’enceinte du xiiis. ne subit pas de réel aménagement, seul l’ancien quartier intra muros du xiie s. continu d’être urbanisé (fossé parcellaire et zones de rejets domestiques xve s.).

5C’est sur cet espace libre de constructions, situé sous enceinte, en contrebas du château médiéval, qu’est implanté en 1489 un couvent de Cordeliers sur l’initiative d’Antoine Le Grand Bâtard de Bourgogne, alors seigneur de Château-Thierry. La fouille a permis de mettre au jour deux galeries du promenoir, ainsi que le jardin. La galerie-est reprend l’orientation nord-sud de l’enceinte xiie s. à laquelle elle est adossée, indiquant ainsi que son abandon au profit de l’enceinte xiiie s. n’a pas entraîné son arasement complet. Les galeries étaient délimitées côté jardin par un mur bahut soutenant à intervalles réguliers des piliers de bases carrées. Plusieurs périodes de constructions-reconstructions, s’échelonnant de la fin du xve au xviiie s., ont pu être mis en évidence. Les sols de ces galeries étaient formés de panneaux présentant des décors géométriques réalisés en carreaux de pavement de couleur rouge ou jaune. Les panneaux étaient séparés par une bande centrale et par des bandes perpendiculaires en carreaux de pavement de couleur rouge relayant l’espacement des piliers. Il est à noter que malgré les nombreuses réfections, ces sols ont toujours conservé cette organisation, les espaces ainsi délimités servant de lieux d’inhumation privilégiés pour la communauté religieuse.

6Un cimetière associé à cet établissement religieux a également été mis au jour dans la partie est de la zone étudiée. Ce cimetière venait border l’ancienne enceinte du xiie s. formant le mur externe de la galerie est du promenoir. La contrainte parcellaire exercée par l’axe de ce mur est évidente si l’on s’en réfère à l’orientation nord-sud des inhumations. L’âge des individus inhumés (enfants, pré-adolescents, adultes) semble indiquer la présence d’une population laïque au sein de cette aire funéraire, sans que nous puissions déterminer toutefois son caractère exclusif. Ce cimetière fut utilisé jusqu’à l’abandon du couvent des Cordeliers au moment de la Révolution.

7Suite à la vente du couvent comme bien national, les anciens bâtiments ont été réutilisés dans le cadre d’un collège. En 1803, les derniers vestiges du cloître sont arasés afin de ménager un espace libre (cour de récréation). C’est vraisemblablement à la même période que les constituants des principaux massifs de maçonneries (murs bahuts, piliers, enceinte xiie s.) ont été prélevés comme le démontrent d’importantes tranchées de récupérations.

Fig. 1 – Vue générale du cimetière (xive s.)

Fig. 1 – Vue générale du cimetière (xive s.)

Cliché : C. Patat.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Vue générale du cimetière (xive s.)
Crédits Cliché : C. Patat.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/94674/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 234k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Christophe Patat, « Château-Thierry – Centre Jean-Macé » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Hauts-de-France, mis en ligne le 04 août 2021, consulté le 07 décembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/94674

Haut de page

Responsable d’opération

Christophe Patat

Afan

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search