Navigation – Plan du site

AccueilRégionsHauts-de-France199960 – OiseChambly – La Remise Ronde

1999
60 – Oise

Chambly – La Remise Ronde

Évaluation et fouille préventive (1999)
Responsable d’opération : Estelle Pinard

Entrées d’index

Année de l'opération :

1999

Chronologie :

Protohistoire, âge du Fer

Nature de l'opération :

opération de diagnostic
Haut de page

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Afan

Texte intégral

1Le site est implanté sur la commune de Chambly au lieu-dit « La Remise Ronde » en bordure immédiate de la rive droite de l’Esches. Ses coordonnées Lambert sont : X = 594,350, Y = 161,800 et Z = entre 32 et 31,25 m NGF. Il a été mis au jour lors de l’évaluation d’une parcelle de 8 ha sur la Zac des Portes de l’Oise réalisée par M. Derbois-Delattre. 22 tombes ont été découvertes dans 5 des 15 tranchées réalisées.

2À la suite de cette évaluation, 6 326 m2 ont été décapés suivant l’axe formé par ces tombes. Ces dernières ont été installées de part et d’autre d’un chenal presque entièrement comblé à La Tène ancienne.

3La Tène ancienne ne constitue pas la seule période représentée sur cette parcelle. Une tombe est attribuable au Néolithique final, des fossés de drainage datés de La Tène finale, du gallo-romain et les fossés bordiers d’une voie secondaire gallo-romaine ont également été fouillés.

4Les limites de décapage sont imposées au nord et au sud par l’emprise de l’aménagement, la construction d’un centre commercial. En revanche, à l’est et à l’ouest, les limites de la nécropole peuvent être considérées comme atteintes puisque le bourrelet et la lentille de tuf remanié, sur lesquels sont installées les tombes, disparaissent. Au total 58 sépultures ont été mises au jour (55 inhumations et 3 incinérations). Considérant le très mauvais état de conservation des sépultures découvertes dans les tranchées d’évaluation, des modalités particulières d’intervention ont été définies. Ainsi, les observations de terrain ont été privilégiées, faisant intervenir dès le début de l’opération des anthropologues, céramologue et paléométallurgiste.

5Les données anthropologiques permettent de mettre en évidence quelques caractéristiques de la population de Chambly. Toutes les classes d’âges sont ici représentées, du nourrisson jusqu’à l’adulte âgé. Le recrutement funéraire ne semble pas offrir de particularités. Toutefois, ces données apparaissent insuffisantes pour permettre de réelles comparaisons avec les études des nécropoles contemporaines, les résultats issus de ces dernières restant trop ponctuels.

6Sur les 3 incinérations, l’une est particulière puisqu’elle se présente sous la forme d’une fosse semblable aux inhumations. L’étude anthropologique des restes incinérés montre qu’il s’agit d’un adulte de plus de trente ans. L’examen des esquilles montre que la crémation a affecté des ossements frais et non un individu dont le processus de décomposition aurait été très largement abouti. Cette observation semble infirmer l’hypothèse d’une pratique funéraire double avec réouverture de la sépulture pour l’incinération différée du squelette et maintien des restes collectés. Il arrive que certaines nécropoles de La Tène ancienne, notamment dans la Marne, livrent des incinérations qui seraient l’expression du prolongement de la tradition du milieu local antérieur. Cette hypothèse semble valide pour Chambly où l’on peut supposer que la mise en pratique du nouveau traitement des corps, à savoir l’inhumation, s’est accompagnée d’une phase d’adaptation. Cette sépulture pourrait ici faire le lien entre la crémation et l’inhumation. Les 2 autres incinérations paraissent plus classiques et sont comparables à celles que l’on rencontre fréquemment sur les nécropoles contemporaines.

7Les observations taphonomiques ont également permis de mettre en évidence des gestes liés aux pratiques funéraires. Aucun indice de présence de contenant en matériau périssable de type cercueil, pouvant conditionner une décomposition en espace vide n’a été observée. La très grande majorité des dépôts étudiables s’est effectuée avec des enveloppes textiles souples, linceul et/ou vêtement, induisant une décomposition des corps en espace colmaté. La possibilité que certains corps aient été enveloppés et maintenus par des liens périssables a donc été déduite des seules observations taphonomiques, aucun système de fermeture non périssable n’ayant été trouvé.

8Il semble que cette présence de textiles puisse parfois s’accompagner de l’installation sous-jacente au corps d’une véritable litière en matériau périssable, isolant le défunt du fond de la fosse. Si aucun élément organique n’a été conservé, cette hypothèse est appuyée par l’affaissement plus prononcé de la partie supérieure de certains squelettes et par le fait que les squelettes ne reposent pas sur les fonds de fosse, l’épaisseur sédimentaire intermédiaire avoisinant les 10 cm. Malheureusement, les analyses des prélèvements carpologiques et micromorphologiques n’ont pas permis d’étayer cette hypothèse.

9Quinze inhumations ont livré des esquilles humaines brûlées découvertes en contact avec le squelette. La simultanéité des 2 dépôts est indéniable. L’hypothèse la plus valide concernant cette gestuelle funéraire est celle du rituel d’accompagnement des défunts par une poignée d’esquilles issue de la crémation immédiate ou différée d’un ou plusieurs autres défunts.

10La céramique n’est pas systématiquement présente dans chaque sépulture, elle est pourtant l’élément d’accompagnement le plus largement répandu. Les analyses typo-morphologiques et technologiques ainsi que les comparaisons avec les nécropoles contemporaines ont permis de situer la fréquentation entre le premier quart du ve s. et le troisième quart du iiie s. av. J.‑C. Une répartition en 3 phases est possible avec un hiatus entre la deuxième et la troisième phase. Celles-ci correspondent au Aisne-Marne lIa, au Aisne-Marne IIb et au Aisne-Marne IIIc et IV.

11Le mobilier métallique est presque exclusivement composé d’éléments de parure en bronze et en fer. Ils permettent une attribution correspondant aux deux premières phases chronologiques définies par l’étude du mobilier céramique.

12Les études typo-morphologiques des parures et du mobilier céramiques ont montré l’appartenance des groupes humains installés à Chambly à la culture de l’Aisne-Marne. D’un point de vue stylistique, les parures s’intègrent parfaitement à celles des nécropoles de l’Aisne. Il en est de même pour les vases, avec une adaptation qu’il faut probablement attribuer à une production « locale » de la céramique.

13Il semble donc que cette nécropole permette, pour le début de La Tène ancienne, d’étendre la zone d’influence de la culture Aisne-Marne jusqu’au sud du département de l’Oise.

14Malgré sa localisation géographique très à l’ouest, la nécropole de Chambly s’intègre donc, tant par sa chronologie, son implantation que par son rituel funéraire, au groupe des nécropoles de la culture Aisne-Marne.

15Hormis le dépôt d’esquilles humaines brûlées, elle ne présente que de légères différences, comme c’est d’ailleurs le cas pour chaque nécropole. Ces gestes, s’ils s’inscrivent dans un mouvement culturel plus général et systématique, expriment ici des particularismes « microlocaux ».

Fig. 1 Mobilier funéraire des phases 1, 2, 3

Fig. 1 – Mobilier funéraire des phases 1, 2, 3

Dessins céramiques : M. Friboulet (Afan) ; dessins objets métalliques : C. Breton (Afan).

Fig. 2 Individu en position repliée dans une fosse aux dimensions restreintes

Fig. 2 – Individu en position repliée dans une fosse aux dimensions restreintes

Cliché : Afan.

Fig. 3 Torque en cours de fouille

Fig. 3 – Torque en cours de fouille

Cliché : Afan.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 Mobilier funéraire des phases 1, 2, 3
Crédits Dessins céramiques : M. Friboulet (Afan) ; dessins objets métalliques : C. Breton (Afan).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/95109/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 268k
Titre Fig. 2 Individu en position repliée dans une fosse aux dimensions restreintes
Crédits Cliché : Afan.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/95109/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 272k
Titre Fig. 3 Torque en cours de fouille
Crédits Cliché : Afan.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/95109/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 165k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Estelle Pinard, « Chambly – La Remise Ronde » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Hauts-de-France, mis en ligne le 04 août 2021, consulté le 22 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/95109

Haut de page

Auteur

Estelle Pinard

Afan

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Estelle Pinard

Afan

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search