Navigation – Plan du site

AccueilRégionsAuvergne-Rhône-Alpes201638 – IsèreOptevoz – Bataillier, rue Philipp...

2016
38 – Isère

Optevoz – Bataillier, rue Philippe-Tassier

Fouille préventive (2016)
Responsable d’opération : Catherine Coquidé

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Inrap

Coquidé C. 2017 : Optevoz (Isère, Auvergne-Rhône-Alpes) Bataillier, rue Philippe Tassier, rapport de diagnostic, Bron, Inrap.

Texte intégral

1Le chantier de fouille de Bataillier 2016, localisé au cœur du bourg sud de l’actuel village, a permis l’étude d’une emprise de 350 m2 dont l’emplacement correspond également aux marges sud de l’agglomération antique. Cette étude, insérée dans un secteur déjà largement diagnostiqué, permet de lever le voile sur plus de 2 000 ans d’évolution urbaine.

2L’emprise est bordée à l’est par une modeste terrasse limitant le lit oriental de la rivière qui court du sud au nord vers le val d’Amby et le cours du Rhône. L’agglomération d’Optevoz, dont la structure urbaine émerge dès la période augustéenne, est ainsi idéalement située au cœur du plateau calcaire de l’Isle-Crémieu, tout en s’assurant des connexions au nord et au sud à peu de distance de plusieurs grands axes de circulation débordant du cadre de la province.

Une mutation progressive

3Contrairement à l’ensemble des fouilles déjà réalisées, il est vrai, plus au nord, et sur des surfaces plus conséquentes, aucun artefact protohistorique n’a été relevé ici. Les premiers témoins conservés de l’usage des lieux remontent à l’époque gallo-romaine, mais tardivement, alors que l’agglomération est déjà largement structurée par ailleurs.

4De la mise en place augustéenne ou du ier s. apr. J.‑C., rien ne transparaît encore. Un mobilier épars, une fosse et des murs amorcent une occupation des lieux qui deviendra pérenne à partir des iie et iiie s. Il s’agit, au nord-est, d’un angle de bâtiment ouvrant vers l’est et figurant le point le plus méridional de l’habitat civil. Cette construction s’accorde parfaitement avec celles repérées à une quarantaine de mètres au nord, tant pour la structure des fondations que pour l’orientation. Une large rue empierrée dessert ce quartier côté ouest. Cette voie n’a pas été repérée sur le site de Bataillier et, si sa prolongation ne pose aucun problème jusqu’au droit du bâtiment nord-est, plus avant, elle serait barrée par le mur nord du large enclos mis au jour, dont le tracé se développe sur 20 m au moins. La fouille montre néanmoins qu’un accès, sans doute modeste, existe dans l’angle nord-ouest et qu’un autre a pu éventuellement prendre place dans l’axe de la rue. Il n’en demeure pas moins que cet enclos a une forte incidence sur la trame viaire, notamment sur le débouché de la rue repérée au nord. Seules ses imposantes fondations, dont la mise en place est datée des iie-iiie s. grâce à deux dates 14C, sont conservées pour cette période, et sa fonction demeure sujette à hypothèses. Son ampleur, sa localisation aux marges sud de l’habitat et la nature des imposants remplois alto-médiévaux (ou éventuellement tardo-antiques) laissent supposer la présence d’un ensemble funéraire et/ou cultuel qui perdureront au moins jusqu’au ive s.

5Un autre enclos de 40 m de côté au moins a déjà été mis en évidence dans le quartier nord, intégré à la trame urbaine (Coquidé 2013), également mis en place au iie ou iiie s. : il pourrait s’agir sans doute d’un espace communautaire mais non funéraire.

6Au cours du haut Moyen Âge (le mobilier indique une fréquentation plus assidue aux vie-viie s.), le mur nord de l’enclos est partiellement ouvert et souligné de massifs blocs calcaires. L’angle nord-ouest porte la trace d’une récupération majeure (un monument ou un portail d’accès ?), alors que le mur ouest est (ou bien est déjà) massivement réédifié. Il use en effet de blocs de grand appareil, dont un rejet de taille potentiel, et intègre à l’épais soubassement ainsi formé deux autels anépigraphes.

7De constitution tout à fait classique, ces deux monuments hauts de 1,30 et 1,40 m n’en livrent pas moins quelques traits particuliers. L’un porte une lune figurée au centre de l’une des faces de son dé. Le caractère funéraire de celui-ci semble ainsi confirmé par la reprise d’un motif, fréquent dans la région mais placé en un endroit moins usité dans une configuration originale (en berceau asymétrique). Le second autel est asymétrique, sans doute originellement adossé à une paroi, et montre, sous les moulures de sa corniche, sur la face principale du dé, une large bande peinte noire. L’épiderme supérieur et externe de ses pulvini porte la trace, symétrique, d’une usure par frottement.

8Un autel et une stèle funéraires, récupérés lors de la reconstruction de l’église paroissiale à la fin du xixe s., à 70 m en direction du sud, laissent à croire à la présence de l’une des nécropoles antiques. Il s’agit là de la première localisation d’un ensemble funéraire gallo-romain à Optevoz.

9Enfin, la limite formée par le mur ouest du bâtiment antique nord-est trouvant encore sa place dans l’occupation médiévale suivante, il semble que les modalités de l’occupation du sol aient été conservées au cours des premiers siècles du Moyen Âge, au moins dans la forme. Pour autant, l’usage de cette surface et les motifs de la reconstruction massive du mur d’enclos ouest restent inconnus. L’occupation altomédiévale à Optevoz est encore difficilement perceptible, notamment la structure de son habitat. En revanche, le cimetière paroissial, débordant largement au nord de l’enclos ecclésial, apparaît au viie s. (Coquidé 2003). Les tombes les plus proches sont mises au jour, à 50 m au plus, au sud-est de l’emprise fouillée.

10L’occupation du Moyen Âge classique (ici ixe-xiie s.) est de nature différente mais conserve encore les limites héritées de l’Antiquité. La trace des murs de l’enclos, ainsi que celles du mur ouest du bâti nord-est, se lisent dans les choix d’implantation des nombreux silos qui occupent l’espace. Certains recoupements montrent une évolution de la configuration de l’ensemble. Les prélèvements anthracologiques et carpologiques n’ont pas permis de déceler la nature des stockages en cours. Les silos présentent des profils en auge plus ou moins évasés, mais des modules équivalents. Une ligne orientée nord-ouest – sud-est respecte le tracé du mur nord sur plusieurs mètres, tandis que d’autres fosses longent le mur occidental en retour. Un silo au moins borde un ancien tracé de mur au nord-est. Deux fours, dont l’un semble modeste et l’autre transforme les matériaux calcaires, semblent devoir être assimilés à cette période au moins. Au nord de l’emprise décapée, le même espace reste libre de toute infrastructure majeure. Ainsi, alors que l’emploi de la surface a notablement évolué, la distribution au sol reste inchangée.

11Une mise en place semblable a été observée lors de la fouille au 369 rue Philippe-Tassier, au nord de l’agglomération antique, où une ligne de poteaux est calquée sur le tracé d’un mur d’enclos antique entre le xe et le xive s. (Coquidé 2013). En revanche, les silos y occupent de préférence les espaces laissés libres par les friches du bâti antérieur et le basculement de la voie romaine vers la rue actuelle est avéré entre le ive et le Moyen Âge classique. Sur la fouille de Bataillier, la mise en place de l’axe nord-sud n’est pas certaine pour cette période.

12La mise en place d’un potager au cours du xvie s., un fait sans doute commun dans cet environnement, apporte néanmoins, du fait de son implantation et sa fouille, un éclairage rare. La parcelle paraît finalement adopter une assiette proche de l’actuelle. En effet, le potager, centré sur l’emprise, se compose de huit sillons pour une surface de 90 m2 environ. Les trois sillons occidentaux divergent vers le nord-ouest et sont plus marqués sans rompre la cohésion de l’ensemble. La bordure nord, ouverte aux vents froids, se ferme grâce à des antennes formées d’excroissances inclinées vers l’est ou des poteaux, tuteurs ou palissade. Le côté sud est plus érodé mais semble rester ouvert.

13Un mobilier homogène, disséminé sur l’ensemble des creusements, a permis de dater la mise en place initiale de la culture entre le milieu du xvie et le début du xviie s. Les prélèvements n’ont pas permis d’identifier les espèces développées, ni la fouille de relever des creusements de plants, que ce soit dans le corps des sillons ou à leur extrémité nord. Un silo et une fosse peu profonde (un support pour une infrastructure hors sol, un bac, un foyer ?) semblent devoir y être associés. Au sud-ouest, le mur antique puis altomédiéval est reconstruit. S’il garde une largeur respectable, il déborde d’une vingtaine de centimètres de la fondation formée par les remplois. La présence de cette arase d’élévation, qui ne s’étend pas au-delà de quelques courts mètres, pérennise ainsi un dernier tracé antique et fixe peut-être encore la limite occidentale de l’emprise. L’amorce du retour vers l’est est toujours signalée par le même bloc calcaire, dont le sommet affleurera jusqu’à la fouille de 2016. La trace portée par le mur ouest, dont l’effacement ne se place pas avant le début du xixe s., n’apparaît pas sur le cadastre napoléonien. À proximité, côté ouest, une partie au moins des bâtiments de la ferme existante est en place (1698 marqué au linteau) et la terrasse alluviale qui contraignait l’occupation antique a, dès lors, disparu.

14La lecture de traités d’agronomie des xviie-xixe s. indique que la surface étudiée est en-deçà de ce que l’on attend pour subvenir aux besoins d’une personne. Il s’agit donc d’un verger modeste, dont le fruit des récoltes est complété par d’autres revenus. La hauteur inhabituelle de la terre végétale sur cette parcelle (soit 0,50 m) a sans doute pour origine le fait que ces cultures perdurent au cours du temps. En revanche, celles-ci sont devenues imperceptibles dès que le plancher du binage a quitté le niveau du gravier.

15Trois fosses de relégation de faune (deux veaux et un porc) viennent oblitérer cette mise en place au cours du xviie s. au moins (date par radiocarbone de l’un des dépôts). Cet usage a déjà été repéré à plusieurs endroits à Optevoz au cours du bas Moyen Âge ou lors de l’époque moderne. Leur présence signe probablement ici un changement dans la dévolution de l’emprise et un arrêt, au moins momentané, de la culture. Pour autant, des bordures horticoles étaient mises au jour lors du décapage. Le travail de la terre a donc repris, mais le mobilier céramique et métallique, et le verre, semblent indiquer un entretien moins suivi de la parcelle. Alors qu’aucun dépotoir n’est signalé pour les périodes précédentes, les fragments enregistrés signalent le dépôt de pièces d’ameublement, de ferrure, de tessons divers, certains en fosses, d’autres dans la terre végétale. Deux structures de puisage d’eau sont également implantées, puis abandonnées.

16La parcelle fouillée était la seule non lotie au cœur de l’habitat villageois avec une façade sur l’axe principal. Son emplacement à la charnière de deux ou trois espaces jusqu’au cœur du Moyen Âge a peut-être influé sur son destin. Le potager qui y est implanté par la suite fixe les limites de l’espace moderne et retarde peut-être la mise en place du bâti jusqu’à ce que celui-ci soit fixé dans ses limites actuelles. L’étude d’archives, à peine amorcée, ne permet pas de faire le lien entre le lot parcellaire de 1825 et les terriers du xviie s. existants. La transcription d’une partie des folios modernes révèle néanmoins le fossé qui existe dans la perception de l’espace. Outre les modalités de la description spatiale des fonds, il apparaît que la majorité des lieux-dits n’a pas survécu à l’époque contemporaine, le nom même de la rivière « Angebas » étant tombé en désuétude.

La place de l’agglomération antique

17L’agglomération antique d’Optevoz, dont la superficie atteint environ 20 à 25 ha, se développe sur 500 m du nord au sud. De taille respectable, sans devenir hors norme, elle se distingue surtout par une structure urbaine amorcée dès le changement d’ère. Agglomération insérée au sein d’un terroir rural fortement anthropisé, l’habitat s’organise en îlots desservis par des rues dessinant une trame relativement orthonormée.

18Alors qu’aucun centre administratif n’est perçu, cette configuration urbaine diffère de celle d’autres agglomérations où le schéma d’un village-rue prédomine. Ici, à Optevoz, il n’y a pas de parcelles mitoyennes de plan allongé accrochées à une rue par un seul côté. Les îlots et les réseaux viaires qui les limitent et les desservent sont mis en place dès Auguste.

Fig. 1 – Sondages (juillet 2015) sur le plan masse de la fouille

Fig. 1 – Sondages (juillet 2015) sur le plan masse de la fouille

DAO : C. Coquidé, C. Mangier (Inrap).

Fig. 2 – Plan masse de l’occupation antique

Fig. 2 – Plan masse de l’occupation antique

DAO : C. Coquidé, S. Couteau, E. Rouget (Inrap).

Fig. 3 – Enclos monumental sud, galet d’angle 111 au niveau des fondations antiques

Fig. 3 – Enclos monumental sud, galet d’angle 111 au niveau des fondations antiques

Cliché et DAO : équipe de fouille, C. Coquidé, E. Rouget (Inrap).

Haut de page

Bibliographie

Coquidé C. 2003 : Optevoz (Isère, Rhône-Alpes) Trio-Bataillier, rapport de diagnostic d’archéologie préventive, Bron, Inrap.

Coquidé C. 2013 : Optevoz (Isère, Rhône-Alpes) les Verchères, 369 rue Philippe Tassier, rapport de fouille, Bron, Inrap.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Sondages (juillet 2015) sur le plan masse de la fouille
Crédits DAO : C. Coquidé, C. Mangier (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/97413/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 242k
Titre Fig. 2 – Plan masse de l’occupation antique
Crédits DAO : C. Coquidé, S. Couteau, E. Rouget (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/97413/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 175k
Titre Fig. 3 – Enclos monumental sud, galet d’angle 111 au niveau des fondations antiques
Crédits Cliché et DAO : équipe de fouille, C. Coquidé, E. Rouget (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/97413/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 367k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Catherine Coquidé, « Optevoz – Bataillier, rue Philippe-Tassier » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Auvergne-Rhône-Alpes, mis en ligne le 01 mars 2021, consulté le 08 décembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/97413

Haut de page

Auteur

Catherine Coquidé

Inrap

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Catherine Coquidé

Inrap

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search