Navigation – Plan du site

AccueilRégionsAuvergne-Rhône-Alpes201638 – IsèreOptevoz – Le Village

2016
38 – Isère

Optevoz – Le Village

Opération préventive de diagnostic (2016)
Responsable d’opération : Catherine Coquidé

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Inrap

Coquidé C. 2016 : Optevoz (Isère, Auvergne-Rhône-Alpes) le Village, rapport de diagnostic, Bron, Inrap.

Texte intégral

1L’opération Le Village est la 24e opération de diagnostic prescrite à Optevoz par le SRA Auvergne Rhône-Alpes. L’emprise se situe aux marges orientales du bourg sud, au droit, côté est, de la limite méridionale de l’agglomération antique et à 70 m environ au nord-est du cimetière paroissial. De précédents sondages avaient montré que ce secteur est encore impacté par les activités gallo-romaines (mobiliers épars, fosses, éventuels trous de poteau) et funéraires (sépultures en coffre a priori hors aire cémetériale). Un certain nombre de vestiges restent de plus non ou mal datés alentours (fosses, dont enfouissements de faune, et fossés).

2Les vestiges mis au jour lors de cette opération relèvent de deux problématiques en souffrance : la localisation de l’occupation de la seconde moitié du iie-ier s. av. J.‑C., que l’on avait déjà pressentie sans jamais pouvoir la matérialiser (deux lots de mobilier et un fossé d’enclos) et la mise au jour d’un secteur de nécropole à distance de l’enclos paroissial. À ce jour, aucune sépulture adulte antérieure au viie s. n’était relevée.

3La première thématique est ici largement abondée. Une occupation de la seconde moitié du iie s. et ier s. av. J.‑C. est à présent localisée. Les sondages livrent en effet de nombreux fossés, dont plusieurs semblent devoir former des enclos ouvrant en direction du sud-ouest. Des fosses et un niveau d’occupation complètent l’ensemble. Trois orientations divergentes se rencontrent dénotant des ruptures fortes dans l’occupation du sol. S’il est difficile de préciser le type de site rencontré (ferme/habitat groupé et/ou lieu de culte), le mobilier y est relativement abondant (céramique et faune) et signale la grande proximité des activités humaines dédiées à ces espaces. Les comblements, de nature différente selon les groupe de vestiges et la position basse de certains lots céramiques plaident également en faveur d’une occupation complexe évoluant dans le temps. La typologie des vases révèle des échanges de moyennes et longues portées, depuis le pays ségusiave à l’ouest et la péninsule italique (amphores).

4Peu de comparaisons sont disponibles dans l’actuel secteur nord-Isère. Alors que les prospections pédestres livrent plusieurs sites d’habitat sur le plateau ou les marais l’enserrant, rares sont ceux ayant fait l’objet de fouilles. On notera pourtant à Saint-Vulbas, au-delà du Rhône, une ferme avec enclos, antérieure à l’agglomération antique. Plus proches et au débouché du val d’Amby connectant le plateau à la plaine, à Hières-sur-Amby, on signale d’autres enclos fouillés, mais relevant, pour La Tène (finale ?), d’une nécropole ou d’un sanctuaire. Quoi qu’il en soit, le faciès laténien diffère notablement de celui qui prévaut à partir du changement d’ère : celui d’une agglomération antique fondée sur un réseau viaire normé. La localisation actuelle met aussi en évidence un déplacement des activités vers le nord dans cet intervalle.

5La seconde thématique vient combler, partiellement, près de 600 ans de lacunes en termes de lieux d’enfouissement. Une communication orale avait fait mention d’un coffre de dalles mis au jour accidentellement sur une parcelle mitoyenne au nord-ouest. Un diagnostic ancien, mis en place, en condition d’urgence, à une dizaine de mètres à l’ouest avait, quant à lui, révélé des dalles insérées sous le labour, alors interprétées comme fondation. Leur présence doit être revue à l’aune des découvertes actuelles et sans doute attribuée à des dalles de couverture de coffre, éventuellement déplacées. L’architecture des deux sépultures à inhumation observées dans le sondage 1 (un coffre soigné en dalles et un dépôt en probables matériaux périssables) relèvent de l’Antiquité tardive ou du tout début du haut Moyen Âge. Les décapages tendent à montrer que, individu isolé mis à part, l’aire funéraire se développe vers l’ouest ou le nord-ouest. Les tombes testées sont bien conservées et profondes de plus de 30 cm.

6Un tesson de la fin du ier s. et du iiie s. apr. J.‑C. est issu d’un fossé (F 10), dont le tracé pourrait parfaitement s’intégrer à la nécropole.

7Enfin, quelques fosses et quelques fossés n’ont pu être datés en l’état de la fouille. Un certain nombre pourrait être associé aux occupations laténiennes et gallo-romaines, notamment les fossés relevant d’axes isoclines à celles-ci, ou être attribué aux périodes médiévale, moderne, voire contemporaine. C’est le cas de certaines fosses, d’usage mal défini, dont les comblements ont livré des tessons portant un terminus post quem relativement récent. Le palis dégagé se rattache par ce même biais à la fin du xviiie ou au xixs. au moins. C’est le cas des palis étudiés jusqu’alors. Si ce mode de limitation de l’espace a été enregistré dès le ier s. apr. J.‑C. sur une emprise située au nord de l’agglomération antique, les quelques éléments étudiés in situ se révèlent à ce jour beaucoup plus récents.

Fig. 1 – Plan masse et vestiges

Fig. 1 – Plan masse et vestiges

DAO : S. Bleu, C. Coquidé, V. Vachon (Inrap).

Fig. 2 – Sépulture F15 du sondage 1

Fig. 2 – Sépulture F15 du sondage 1

Cliché : équipe de fouille (Inrap).

Fig. 3 – Sépulture F16 du sondage 1

Fig. 3 – Sépulture F16 du sondage 1

Cliché : équipe de fouille (Inrap).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Plan masse et vestiges
Crédits DAO : S. Bleu, C. Coquidé, V. Vachon (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/97450/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Titre Fig. 2 – Sépulture F15 du sondage 1
Crédits Cliché : équipe de fouille (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/97450/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 305k
Titre Fig. 3 – Sépulture F16 du sondage 1
Crédits Cliché : équipe de fouille (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/97450/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 270k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Catherine Coquidé, « Optevoz – Le Village » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Auvergne-Rhône-Alpes, mis en ligne le 01 mars 2021, consulté le 25 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/97450

Haut de page

Auteur

Catherine Coquidé

Inrap

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Catherine Coquidé

Inrap

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search