Navigation – Plan du site

AccueilRégionsAuvergne-Rhône-Alpes201638 – IsèrePanossas – Les Buissières

2016
38 – Isère

Panossas – Les Buissières

Fouille programmée (2016)
Responsable d’opération : Matthieu Poux
Notice rédigée avec Aldo Borlenghi

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Université Lumière Lyon 2

Poux M. 2017 : Panossas, Les Buissières, commune de Panossas (Isère) campagne de fouille pluriannuelle, rapport intermédiaire 2016.

Texte intégral

1Les résultats de cette troisième et dernière campagne de fouille du programme de recherche pluriannuel mené sur le site antique des Buissières ne correspondent que partiellement à ses objectifs initiaux, qui ont été fortement revus à la baisse à la demande de la Cira Auvergne-Rhône-Alpes et de la Conservation régionale des monuments historiques. Dans l’attente de solutions pérennes de conservation des vestiges, il a en effet été décidé de ne pas poursuivre l’extension du chantier au-delà de ses limites actuelles et de restreindre l’opération à la fouille exhaustive des secteurs déjà ouverts lors des campagnes précédentes. Le projet de fouille extensive des bâtiments pressentis entre les deux secteurs est et ouest, sur la base d’anomalies végétales visibles sur les clichés aériens et confirmées par les prospections géophysiques, a été abandonné au profit d’une simple tranchée exploratoire. Deux sondages de surface très limitée ont également été réalisés, dans le secteur est (cour centrale du corps de bâtiments F-M-R, bassin S2) et aux abords du secteur ouest (bâtiment T). Les fouilles se sont principalement concentrées dans ce dernier secteur, au niveau de l’entrepôt et des constructions adjacentes (H, E, B, K, L), où elles ont été menées jusqu’au terrain naturel.

2À l’est, dans le bosquet, deux sondages de surface très réduite ont permis d’identifier l’existence de deux nouvelles pièces adjacentes à l’espace central RI. L’hypothèse d’une pièce prééminente en position axiale, déduite de l’absence de constructions repérées au-delà de sa limite ouest, fait place à la restitution d’une aile nord (R1-R3) perpendiculaire à l’aile occidentale (F) du corps de bâtiments, qui s’interrompt au niveau du bassin (SI). Plus au sud, le premier état du bassin (S2), repéré l’année dernière, a également fait l’objet d’un sondage, qui a mis en évidence son système d’alimentation et d’évacuation. L’exploration de surface de la partie sud du bosquet, entièrement occupée par d’anciens bassins de pisciculture excavés dans les années 1950-1960, a confirmé qu’aucun vestige d’une éventuelle aile sud n’y est conservé.

3La tranchée exploratoire ouverte entre les secteurs est et ouest, perpendiculairement aux anomalies repérées en prospection de surface, a révélé qu’elles ne correspondent à aucune structure antique, à l’exception d’une fondation de mur d’enclos de facture assez modeste. Bien visible sur les relevés ARP, ce dernier se connecte à celui mis au jour cette année dans l’angle sud-est de la cour du corps de bâtiments B, délimitant la vaste cour qui sépare les deux ensembles fouillés de part et d’autre. Ce diagnostic négatif écarte la nécessité d’une fouille plus extensive de ce secteur, par ailleurs très arasé et pauvre en vestiges d’occupation d’époque antique.

4À l’ouest, la fouille des bâtiments (E) et niveaux précoces situés sous la cour et sous les travées du bastion nord de l’entrepôt (H) a été poursuivie jusqu’au terrain naturel. Elle a notamment permis d’achever le dégagement et le prélèvement du dépôt d’enduits peints fragmentaires du deuxième style pompéien (fig. 3), déjà repéré en sondage lors de la campagne 2015 et laissé en place. Le dégagement des amas en plan a confirmé l’absence de tout vestige associé aux peintures et permis d’établir leur position secondaire, mais pas leur emplacement d’origine. Un second squelette de jeune équidé a également été découvert dans la cour, ainsi qu’en phallus en pierre intégré à l’origine dans les maçonneries.

5La fouille des sols intérieurs de chacune des cellules du bâtiment (E) a livré une série de nouveaux foyers métallurgiques et culinaires qui confirment la double vocation, domestique et artisanale, de ce bâtiment longiligne constitutif du tout premier état de la station aménagée dans le courant du ier s. av. J.‑C. : l’étude des maçonneries et de la stratigraphie a en effet montré que la plupart d’entre elles existaient déjà durant l’état 1a, daté entre les années 50-30 av. J.‑C.

6L’extension d’une tranchée de sondage ouverte l’année dernière en limite orientale de l’aire de fouille a permis de vérifier l’existence d’un bâtiment longiligne (T), perpendiculaire au précédent : délimité par deux murs parallèles, peu fondés et très arasés, il est pratiquement dépourvu de traces d’occupation, à l’exception de quelques amas de mortier correspondant probablement à des niveaux de chantier. L’impossibilité d’étendre la fouille n’a pas permis d’en assurer le plan ni d’en préciser la fonction (portique, stabulation, écurie ?).

7Plus au nord, le décapage des derniers niveaux de voirie situés au niveau de la porte charretière (K) a permis d’établir que cette dernière a fonctionné en même temps que les bâtiments (E et L) qui la bordent (état 1a, 40-30 av. J.‑C.). Le corps de bâtiments L1-L3, L6 a fait l’objet d’une attention toute particulière et a, lui aussi, été fouillé intégralement, jusqu’au terrain naturel. Hormis l’espace de forge (fours et déchets bimétalliques) déjà mis au jour en 2015, il comporte une cuisine matérialisée par un foyer central, des aménagements construits (paillasse, table à feu), ainsi que de nombreux ustensiles culinaires et vaisselles. Les parallèles disponibles appuient l’identification d’un bâtiment d’accueil de type auberge, situé à proximité immédiate de la porte charretière d’accès au complexe.

8Au terme des cinq années de fouille et de sondage écoulées, les responsables du programme de recherche entrepris en 2012 sur l’établissement des Buissières en vue d’en préciser le plan, la chronologie et la fonction, considèrent qu’il a pleinement atteint ses objectifs. Les résultats obtenus, dont un article paru dans un dossier de la revue Gallia (73-1, 2016) donne un premier aperçu, permettent d’écarter l’identification d’une villa vinicole, proposée dans le cadre des publications, rapports et inventaires antérieurs, au profit de celle d’une station routière de grande envergure.

Fig. 1 – Zone ouest, bâtiments L et K : plan général non phasé

Fig. 1 – Zone ouest, bâtiments L et K : plan général non phasé

DAO : G. Morillon.

Fig. 2 – Zone ouest, bâtiments L et K : plan général état 1a

Fig. 2 – Zone ouest, bâtiments L et K : plan général état 1a

DAO : C. Chavot, G. Morillon, E. Polo.

Fig. 3 – Enduits peints du deuxième style pompéien découverts en 2016 : échantillon de fragments in situ

Fig. 3 – Enduits peints du deuxième style pompéien découverts en 2016 : échantillon de fragments in situ

Clichés : équipe de fouille.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Zone ouest, bâtiments L et K : plan général non phasé
Crédits DAO : G. Morillon.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/97460/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 150k
Titre Fig. 2 – Zone ouest, bâtiments L et K : plan général état 1a
Crédits DAO : C. Chavot, G. Morillon, E. Polo.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/97460/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 322k
Titre Fig. 3 – Enduits peints du deuxième style pompéien découverts en 2016 : échantillon de fragments in situ
Crédits Clichés : équipe de fouille.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/97460/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 640k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Matthieu Poux, Aldo Borlenghi, « Panossas – Les Buissières » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Auvergne-Rhône-Alpes, mis en ligne le 01 mars 2021, consulté le 06 décembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/97460

Haut de page

Auteurs

Matthieu Poux

Université Lumière Lyon 2

Articles du même auteur

Aldo Borlenghi

Université Lumière Lyon 2

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Matthieu Poux

Université Lumière Lyon 2

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search