Navigation – Plan du site

AccueilRégionsAuvergne-Rhône-Alpes201638 – IsèreLes sites d’époque gallo-romaine ...

2016
38 – Isère

Les sites d’époque gallo-romaine sur les piedmonts du Mont Briançon à Panossas

Prospection thématique (2016)
Responsable d’opération : Jean Lassus

Notes de la rédaction

Lassus J. 2019 : Occupation du sol sur les piémonts du Mont Briançon à Panossas dans l’Antiquité, villa du stade de Chamagnieu, rapport de prospection thématique en 2016, communes de Panossas, Fontonas, Chamagnieu et Veyssilieu.

Texte intégral

1Nous avons pu prospecter trois ensembles de parcelles non encore visités à notre connaissance :

2Au nord de Frontonas, à 150 m environ au sud-est du site de La Salette à Panossas, les parcelles B55, B56, B58 et B89 n’ont livré, sur 5 ha, aucun mobilier antique.

3De même, aucun artefact n’a été trouvé sur les 12 ha de la parcelle E 362 à Chamagnieu, au lieu-dit les Grandes Brosses. Cette parcelle est longée au sud par l’ancien chemin du Chaffard à Panossas mentionné dans le cadastre de 1826 et désormais recouvert par une haie.

4La prospection des parcelles D 618, 619 et 620 sur 1,3 ha, au lieu-dit Rapatoux, à Frontonas, a permis de déterminer que la concentration de galets des parcelles D 616 et 617 se prolonge à l’est au sud de la parcelle 619 et au nord de la 618. On note la présence d’éclats de terre cuite architecturale, avec trace de gorge (vraisemblablement des tegulae).

5À Frontonas, nous avons pu voir des photos de monnaies trouvées dans les parcelles C 492 et C 493 au lieu-dit Corbeyssieu. Nous y avons reconnu une monnaie gauloise et deux romaines, dont les titulatures étaient illisibles. Des monnaies modernes étaient également présentes, suggérant qu’une voie de passage passant par les lieux-dits La Tavernette et les Quatre-vies a existé là, pendant une longue période.

6L’année a surtout été marquée par la découverte signalée par M. et Mme Deppe, habitants de la commune de Chamagnieu, de traces de maçonneries visibles sous le stade de cette commune. Nous reprenons ci-après la description du site donnée sur la fiche de découverte, réalisée en collaboration avec Matthieu Poux (université Lumière Lyon 2).

7La photographie satellite (fig. 1) prise durant l’épisode de sécheresse de l’été 2015 révèle des anomalies végétales formant des lignes perpendiculaires bien visibles à la surface du gazon du stade, et correspondent, de toute évidence, à des tracés de maçonneries. Ces maçonneries dessinent un corps de bâtiments complexe, organisé autour de plusieurs cours quadrangulaires, dotée pour l’une d’entre elles d’un bassin à absides, dont le plan rappelle celui d’une villa gallo-romaine. Ces constructions sont visibles sur un quadrilatère d’environ 88 m de longueur (est-ouest) par 70 m de largeur (fig. 2).

8Au nord-est, on voit une cour dotée d’un péristyle (?) et d’un bassin central de 6 m sur 12 m comportant quatre absidioles, entourée à l’ouest, à l’est et au nord de plusieurs pièces d’environ 7 m de profondeur. Au sud de cet ensemble, on observe une deuxième cour (?) qui se prolonge jusqu’à la façade sud de la villa, visible sur environ 88 m de longueur.

9Au centre de cette façade, un corps de pièces d’une largeur d’environ 10 à 12 m traverse en nord-sud le site en longeant la cour et l’ensemble avec bassin évoqués ci-dessus. On distingue une autre abside au sud (balnéaire ?).

10La façade orientale n’est pas visible, car occultée en grande partie par des arbres. À l’est, on observe deux murs parallèles obliquant en angle droit en direction du sud, vers le parking du stade. La façade septentrionale du complexe n’est pas rectiligne : en effet, un ensemble de pièces d’environ 9 m de profondeur, orienté est-ouest, vient s’accoler au nord de l’ensemble avec cour sur une longueur d’environ 6 m.

11Le coté occidental du complexe, peu lisible, semble s’étendre sous les vestiaires et le lotissement voisin. On note la présence d’une pièce avec abside au sud-ouest qui pourrait correspondre à des bains (?). Une grande cour est également visible.

12Au nord-ouest du site, on observe une petite structure de 10 m sur 10 m qui se rattache probablement à l’ensemble décrit ci-dessus, mais qui présente une orientation légèrement différente (sanctuaire, annexe agricole ?).

13Il est difficile de déterminer la fonction des autres pièces observées. Certaines, également dotées d’une abside, pourraient correspondre à des bains ou à des salles de réception. D’autres semblent dotées de sols maçonnés.

14Le site est très certainement à rapprocher de l’entité archéologique 38 067 0001, déjà interprétée comme une villa sur la base de découvertes ponctuelles de substructions, de tegulae et de céramiques du ier (sigillée) au ive s. (luisante), comme indiqué dans la CAG 38/2. Jean Chauffin, dans la revue Évocation en 1981, précisait que le site semblait se prolonger sous le terrain de sport, ce qui est maintenant confirmé.

15On note qu’une photo aérienne de 1979, accessible sur le site Géoportail, montre une partie de ces structures visibles immédiatement après la construction du stade.

16À vol d’oiseau, le site est à 3,2 km du site des Buissières à Panossas, à 2,3 km du pont du Chaffard et à 1,9 km du lieu-dit Miange à Chamagnieu, où un tronçon de la voie romaine Vienne-Pont de Cheruy a été recensé dans la CAG 38/2. Au nord-est, on note la présence d’un chemin de l’Etrat à Chozeau.

17Depuis la prise de vue satellite de juillet 2015, des travaux ont été réalisés par la mairie de Chamagnieu sur la partie ouest du site. C’est ainsi qu’une salle multi-activité et qu’une aire de jeu sont venues recouvrir les vestiges, sans que l’apparition de structure maçonnée n’ait été signalée par l’entreprise et la mairie. Les anciens vestiaires ont également été détruits. Les zones concernées sont hachurées sur le plan de la figure 2.

18Lors de notre première visite sur le site, la construction de la salle était quasiment achevée et la terre excavée pour les fondations déjà enlevées. Nous avons trouvé, sur les tas de déblais provenant des travaux de finition du matériel, trois bords (coupe Pernon 27) et trois panses de céramique luisante, dont une ornée de guillochis, quatre panses d’amphore (deux Gauloises, une de Bétique et une de Tarraconaise), un fond d’amphore à defrutum de Bétique (Haltern 70), quatre panses de céramique commune et un fond de céramique tournée rouge. À cela s’ajoutent des tegulae.

19Nous n’avons pas pu assister aux travaux de démolition des vestiaires mais nous avons réalisé, avec la collaboration de Gaëlle Morillon et d’Antony Carbone, de l’université Lumière Lyon 2, un nettoyage d’une partie du fond de l’excavation faite pour recueillir une aire de jeu : 12 m sur 9,5 m pour 30 cm de profondeur (fig. 2).

20La zone était très perturbée, et il n’est pas évident que les matériaux présents n’aient pas été déplacés par la pelle mécanique. Aucune structure maçonnée n’est apparue. Toutefois, nous avons pu observer, mélangés à des matériaux modernes (goudron…), du mortier de tuileau (peut-être provenant d’une salle avec abside proche), du mortier beige et des tegulae. Quelques tessons de céramiques antiques ont été recueillis, surtout dans la partie sud de l’emprise : cinq panses d’amphore (deux de Bétique et trois gauloises), 23 tessons de céramique commune claire dont un fond, six tessons de tournée grise dont un bord de 20 cm et un fond, deux tessons de céramique luisante dont un fond, et cinq tessons de sigillée lisse de Gaule du centre.

21En outre, un anneau octogonal (?) en bronze et une agrafe en plomb ont été recueillis, sans pouvoir en garantir la datation antique.

22Ce matériel confirme la fourchette de dation proposée dans la CAG : période gallo-romaine, du ier (amphore Haltern 70) au ive s. (céramique luisante). Le peu d’artefacts recueillis ne permet pas de déterminer la fonction du site.

23Le SIG du projet a été enrichi des informations correspondantes.

Fig. 1 – Photographie satellite du stade de Chamagnieu

Fig. 1 – Photographie satellite du stade de Chamagnieu

Cliché : Google Earth.

Fig. 2 – Plan de la villa de Chamagnieu et aires recouvertes par les travaux de 2016

Fig. 2 – Plan de la villa de Chamagnieu et aires recouvertes par les travaux de 2016

DAO: C. Nouet.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Photographie satellite du stade de Chamagnieu
Crédits Cliché : Google Earth.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/97463/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 565k
Titre Fig. 2 – Plan de la villa de Chamagnieu et aires recouvertes par les travaux de 2016
Crédits DAO: C. Nouet.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/97463/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 165k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean Lassus, « Les sites d’époque gallo-romaine sur les piedmonts du Mont Briançon à Panossas » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Auvergne-Rhône-Alpes, mis en ligne le 01 mars 2021, consulté le 01 octobre 2022. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/97463

Haut de page

Auteur

Jean Lassus

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Jean Lassus

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search