Navigation – Plan du site

AccueilRégionsAuvergne-Rhône-Alpes201638 – IsèreAnthropothèque des Paléoalpins : ...

2016
38 – Isère

Anthropothèque des Paléoalpins : pour construire une base de données diachronique associant hommes et cultures

Prospection thématique (2016)
Responsable d’opération : Jean-Jacques Millet

Notes de la rédaction

Millet J.-J. 2017 : Anthropothèque des Paléoalpins : pour construire une base de données diachronique associant hommes et culture : un outil de diffusion auprès des anthropologues, opération 2016.

Texte intégral

1Historiquement, en Isère, la Préhistoire débute en 1841 avec la découverte de la grotte de Fontabert (La Buisse). Vont suivre les fouilles des grottes de Bethenas (Crémieux) en 1864, Barne Bigou (Fontaine) en 1881 et Balme de Glos (Fontaine) en 1904. De 1894 à 1930, E. Chantre et H. Müller sont à l’origine de la plupart des fouilles. Après cette période pionnière, il faut attendre les travaux d’A. Bocquet, P. Bintz et R. Picavet pour inaugurer une nouvelle période où plusieurs sites funéraires vont être mis au jour. Ce sera le Sciallet des Vouillants (Fontaine) 1957, et surtout, en 1960, les Râcles (Saint-Paul-de-Varces), la grotte Comboire (Claix) en 1978, Balme Rousse (Choranche) en 1979 et la grotte Joëlle (Saint-Agnan-en-Vercors) en 1983. Aujourd’hui, après un état des lieux réalisés en 2013, près de 80 sites funéraires ou avec des restes humains ont été inventoriés en Isère. En majorité, ces découvertes appartiennent à ces deux périodes. Ce sont des fouilles relativement anciennes.

2Durant le Tardiglaciaire, les restes humains connus sont peu nombreux à l’échelle de l’Isère et de ses marges. Pour les plus anciens, nous avons les Hoteaux (Rossillion, Ain), la grotte des Romains (Virignin, Ain), la grotte Joëlle (Saint-Agnan-en-Vercors) et peut-être l’abri Bobache (La Chapelle-en-Vercors, Drôme), l’aven des Iboussières (Tricastin, Drôme) et la grande Gave (La Balme, Savoie). Pour le Mésolithique, nous avons Balme Rousse (Choranche, Isère), Sous Balme (Culoz, Ain), puis la grotte Jean-Pierre 1 (Saint-Thibaud de Couz, Savoie), La Fru (Saint-Christophe-la-Grotte, Savoie), et l’Aulp du Seuil (Saint-Bernard-du-Touvet, Isère). La plupart des 80 sites, néanmoins, s’échelonnent entre le Néolithique et l’âge du Fer. Ces sites sont concentrés autour de Grenoble et du Vercors, ainsi qu’à proximité de l’Île Crémieux. Paradoxalement, jusqu’à ce jour, peu d’éléments anthropologiques ont été publiés, hormis les articles de Billy (Billy 1958 ; Arpino 1988 ; Bouville 1991). Il faut quand même souligner que ces sites sont absents de toute cartographie ou éléments de synthèse en rapport avec l’évolution des pratiques funéraires (Masset 1997 ; Beineix 2003 ; Chambon 2003 ; Jeunesse 2005 ; Gallay 2011), voire simplement de l’évolution anthropologique. Seules les publications Bocquet 1969 et Gely 1993 ont fait ce premier travail d’inventaire tout comme, plus récemment, Bintz, Millet 2012 ; Millet 2014c ainsi que Millet 2016. Aucun état des lieux ou récolements des collections ostéologiques n’avaient été réalisés, hormis Millet 2013.

3Le projet « Anthropothèque des paléoalpins » fait suite à ce constat. 80 sites en Isère existent. Il serait bon de les expertiser. Que savons-nous de ces sites ? Un état des lieux réalisé en 2013 procède à la réunion de plusieurs inventaires existants : Bocquet 1969 et Gely 1993, entre autres. Il met en évidence que, en majorité, les sites ont une vocation funéraire. En outre, ils ont souvent plusieurs niveaux sépulcraux. Cet inventaire souligne l’existence de plusieurs fonds de collection, ainsi que leurs dispersions. Le dernier point est l’absence de connaissance de leur contenu relatif. Il n’y a pas de données concernant l’état de conservation, l’état de fractionnement, le nombre de restes, le nombre d’individus. La plupart des collections ne sont même pas lavées ou n’ont été étudiées que partiellement.

4Le travail entrepris depuis a été de réaliser un récolement des collections site par site, de vérifier la localisation du matériel ou mobilier associé, de trouver les documents relatifs à la stratigraphie, minutes de fouilles, ainsi que d’élaborer une liste exhaustive de la bibliographie afférente. La mise au point d’une fiche inventaire a été réalisée en 2013, pour uniformiser la démarche et favoriser la mise en place de la base de données.

5Concernant les collections ostéologiques, sont consignés, lors de chaque récolement, l’état de conservation, la fragmentation, ainsi que des observations taphonomiques. Un tableau ostéologique résume la collection (profil ostéologique). Le nombre de restes, le nombre minimum d’éléments, le nombre minimum d’individus, le dénombrement des adultes et des immatures sont précisés. S’il y a possibilité, des mesures sont réalisées afin d’estimer la taille et, éventuellement, le sexe. En fonction des restes dentaires, mais pas essentiellement, une estimation de l’âge des individus présents est effectuée. En perspective, il serait nécessaire de programmer un certain nombre de datations, afin de réintégrer ces sites dans un cadre chronologique régional. De fait, en reconditionnant les informations, le potentiel scientifique de chaque site est estimé. L’absence de données relatives au contexte de découvertes ne nous permet pas de statuer sur l’archéologie funéraire et les rites funéraires accomplis, voire sur la nature des sépultures. Par contre, des observations taphonomiques et statistiques sur ces collections peuvent apporter de précieuses indications et des outils de réflexions. Ces données pourront être mises à disposition de la communauté scientifique.

6Les résultats obtenus jusqu’à ce jour portent sur treize sites isérois (12 000 restes) et huit sites sur les marges (2 400 restes), soit un total de 14 400 restes examinés. Au Néolithique moyen 1, nous avons des sépultures individuelles (Balme de Glos : Fontaine ; voir Millet 2014b) et d’autres collectives (La Grotte de la Balme, Locus 3, La Balme les Grottes). Les restes sont très bien conservés, voire peu fragmentés, et souvent entiers. Le nombre d’individus reste faible : de 1 à 6. Lors de l’époque suivante, du Néolithique moyen 2 au début du Néolithique final ou récent, les restes, notamment les os longs, sont bien souvent très fragmentaires. La plupart du temps, ces os sont déposés dans de petites fosses ou de petites grottes (Mas Millet, Saint-Quentin Fallavier, Les Râcles S1, Saint-Paul-de-Varces). Dans ces ensembles, la présence de traces de crémation est constante, mais il existe de véritables crémations (Barne-Bigou, Fontaine). Signalons enfin que les éléments taphonomiques peuvent indiquer des sépultures réalisées en deux temps (Fontabert, La Buisse). Le nombre d’individus oscille entre 10 et 68. Avec l’âge du Bronze, nous retrouvons des sépultures individuelles avec aménagement (Les Sarrasins, Sassenage : voir Millet 2014a), et d’autres plus collectives (Sciallet des Vouillants, Fontaine). L’état de conservation est encore différent. Si les os sont fragmentaires, tous montrent un bon état de conservation. Beaucoup peuvent être remontés. Le nombre d’individus est compris entre 1 et 25.

7D’un point de vue anthropologique, chaque période montre des caractéristiques morphologiques particulières. De fait, il est possible de différencier les populations du Néolithique moyen, du Néolithique final, de celle de l’époque de l’âge du Bronze, les premiers étant de petite taille quoi qu’assez robustes, les suivants étant de plus grandes tailles avec des caractères sexuels fortement marqués. Les morphologies crâniennes sont, elles, très différentes, en plus du passage des dolichocrânies versus les brachycrânies. Enfin, le profil ostéologique et les informations taphonomiques confirment ces informations. Elles concordent avec les éléments que nous avons dans d’autres régions.

8Les éléments mobiliers et la faune n’ayant pas été examinés complètement à ce jour, il est possible de signaler la présence de restes d’animaux domestiques ou sauvages en contexte funéraire, ceux-ci pouvant porter des traces de crémation ou des stries de découpes. La présence de mobilier est variable également au cours du Néolithique et change à la toute fin du Néolithique final, avec la présence d’éléments de parures plus nombreux.

9En conclusion, cette première approche met en évidence, outre une évolution des pratiques funéraires au cours du temps, la possibilité d’avoir des modalités funéraires contemporaines différentes le long d’une frontière géographique ou bien de part et d’autre d’une montagne. C’est à ce titre que l’Isère, pour ne pas dire le Dauphiné, peut apparaître comme un carrefour culturel, une entité géographique sensible aux variations latérales de faciès culturels.

Haut de page

Bibliographie

Arpino A. 1988 : Étude anthropologique du matériel osseux de Comboire. Premiers résultats, in Éléments de protohistoire rhodanienne et alpine, 1, Actes des rencontres Protohistoire de Rhône-Alpes, Lyon, p. 120-124.

Chambon P. 2003 : Les morts dans les sépultures collectives néolithiques en France : du cadavre aux restes ultimes, Gallia Préhistoire, XXVe suppl.

Jeunesse C. 1997 : Pratiques funéraires au Néolithique ancien. Sépultures et nécropoles danubiennes, 5500-4900 av. J.‑C., Paris, Errance, 168 p.

Masset C. 1997 : Les dolmens. Sociétés néolithiques et pratiques funéraires, Paris, Errance, 175 p.

Beyneix A. 2003 : Traditions funéraires néolithiques en France méridionale (6000-2200 av. J.‑C.), Paris, Errance.

Billy G. 1958 : Les restes humains de la station azilienne de La Balme (Savoie), Bulletin et Mémoires de la Société d’Anthropologie de Paris, IX, Xe série, p. 210-215.

Bintz P. 1995 : Le site magdalénien et azilien de Bobache, La-Chapelle-en-Vercors (Drôme), in Bintz P. (dir.), Épipaléolithique et Mésolithique en Europe. Livret-guide de l’excursion Préhistoire et Quaternaire en Vercors, p. 118-123.

Bintz P., Grunwald C., Helmer D. 1991 : La sépulture de la grotte Joëlle (Saint-Agnan-en-Vercors, Drôme). Situation et contexte culturel, Bulletin d’études préhistoriques et archéologiques alpines, II, p. 21-28.

Bintz P., Millet J.-J. 2012 : Vercors, Terre de préhistoire, Parc naturel régional du Vercors et Glenat.

Bocquet A. 1969 : L’Isère préhistorique et protohistorique, Gallia Préhistoire, 12, fasc. 1, p. 121-258.

Bouville C. 1991 : L’homme de la grotte Joëlle, Saint-Agnan-en-Vercors (Drôme), Bulletin d’études préhistoriques et archéologiques alpines, II, Société Valdôtaine de Préhistoire et d’Archéologie, p. 15-20.

Gély B. 1993 : Les pratiques funéraires préhistoriques. Inventaire et analyse de sépultures de la région Rhône-Alpes, Diplôme de l’École pratique des hautes études, Dijon, non publié, 289 p.

Millet J.-J. 2014a : La sépulture de la « Dame assise » grotte des Sarrazins, Seyssinet-Pariset, in Confidences d’outre-tombe, squelette en question, Grenoble, Musée Dauphinois, 104 p.

Millet J.-J. 2014b : La sépulture de la Balme de Glos, Fontaine, in Confidences d’outre-tombe, squelette en question, Grenoble, Musée Dauphinois, 104 p.

Millet J.-J. 2014c : Anthropologie préhistorique alpine, in Confidences d’outre-tombe, squelette en question, Grenoble, Musée Dauphinois, 104 p.

Millet J.-J. à paraître : Portraits diachroniques des Paléoalpins, in Table Ronde : « L’Homme dans les Alpes, de la pierre au métal », octobre 2016.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Jacques Millet, « Anthropothèque des Paléoalpins : pour construire une base de données diachronique associant hommes et cultures » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Auvergne-Rhône-Alpes, mis en ligne le 01 mars 2021, consulté le 17 octobre 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/97694

Haut de page

Auteur

Jean-Jacques Millet

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Jean-Jacques Millet

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search