Navigation – Plan du site

AccueilRégionsAuvergne-Rhône-Alpes201574 – Haute-SavoieSévrier, Saint-Jorioz – Suivi des...

2015
74 – Haute-Savoie

Sévrier, Saint-Jorioz – Suivi des sites palafittiques inscrits au Patrimoine mondial de l’Unesco : Les Mongets, Crêt de Chatillon, Les Marais

Responsable d’opération : Yves Billaud

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Drassm

Texte intégral

1En juin 2011, l’Unesco a inscrit au patrimoine mondial de l’humanité le bien sériel et transnational « sites palafittiques préhistoriques autour des Alpes ». Sur les 111 sites retenus et répartis dans six pays de l’arc alpin, onze sont en France, dont deux dans le Jura, et neuf dans les lacs savoyards. Cette inscription implique, pour chacun des états concernés, la déclinaison au niveau national du plan de gestion international. Elle oblige à la protection, au suivi et à la valorisation des sites pris en compte.

2Les questions de protection juridique ont été traitées très tôt par les SRA concernés, Rhône-Alpes et Franche-Comté, avec le classement au titre des monuments historiques des sites et la modification des règlements de navigation (interdiction de plongée, d’ancrage…). L’aspect « Valorisation » commence à être abordé, au travers des premières réunions de concertation avec les instances locales.

3Pour le suivi, les approches à mettre en œuvre sont différentes dans les deux régions, non seulement en raison de l’histoire des recherches, mais surtout des contextes. Ceux-ci sont de milieu humide pour les sites jurassiens, et toujours immergés sous une tranche d’eau de deux à 6 m pour les lacs savoyards. Pour ces derniers, il apparaissait logique que le Drassm soit intervenant, tant en raison du périmètre d’intervention du service que de son action passée et en cours dans le domaine lacustre.

4Cette première opération a été prioritairement axée sur un bilan documentaire. Une grande partie des archives des précurseurs de l’archéologie et d’intervenants plus récents a pu être reprise. Près de 8 600 pages ont ainsi été scannées, triées et indexées. Il faut malheureusement déplorer la perte de documents anciens et le manque de certains rapports d’opérations.

5Sur le terrain, trois semaines ont été consacrées au lac d’Annecy, dans lequel trois stations sont inscrites : Les Marais (Néolithique moyen), Les Mongets (Bronze ancien, avec une vaste zone tampon incluant plusieurs sites de diverses périodes), le Crêt de Chatillon (Bronze final). Deux autres stations sont également classées au titre des monuments historiques, et, à ce titre, incluses dans la démarche en cours, mais elles n’ont pu être revues dans le temps imparti.

6La priorité d’intervention a été donnée à Annecy, en raison des risques d’érosion des stations des Marais et des Mongets, situées à une très faible profondeur, de l’ordre de 2 m. Une nette évolution ayant été constatée sur cette dernière, la plus grande partie de l’opération lui a été consacrée.

7À l’issue des opérations des années 1990, 700 pieux et piquets avaient été topographiés, ce qui donnait un plan particulièrement lisible, avec un chemin d’accès traversant deux palissades, puis desservant deux rangées parallèles de bâtiments. En 2015, 170 pieux et piquets ont été rajoutés, étendant l’emprise de 15 m vers l’est, mais sans toutefois remettre en question le balisage encadrant la station.

8L’érosion superficielle d’au moins une partie du site est sans nul doute liée aux effets de houle, tant naturelle que provoquée par la navigation, mais d’autres impacts ne sont pas à écarter, comme, en particulier, le possible piétinement par des baigneurs lors de bas niveaux. S’il est à craindre la perte d’une partie des niveaux archéologiques qui affleuraient, en revanche, au centre de la station, la réouverture de deux petites fenêtres du sondage de 1993 a montré que les couches étaient toujours présentes sous un recouvrement décimétrique de sable. Afin de caractériser et de quantifier l’évolution sédimentaire, la cartographie de surface a été affinée et l’altitude du sol mesurée, en s’appuyant sur les repères du maillage triangulaire de 5 m, implanté pour la topographie.

9Au cours des plongées, plusieurs cadavres ont été repérés dans la zone d’interdiction à l’ancrage, l’un servant même d’amarrage sauvage pour un voilier. Au fond, une chaîne raguant sur près de 5 m a un fort impact destructeur.

10Ces diverses observations ont pu immédiatement être utilisées de trois façons :

  • en faisant remonter l’information au SILA (Syndicat intercommunal du lac d’Annecy), afin que les mesures soient prises pour la suppression de l’amarrage sauvage et l’enlèvement des corps ;
  • en permettant de valider la première proposition faite par un cabinet d’études dans le cadre du programme en cours pour la mise en place de protection physique des roselières ;
  • en complétant la première interprétation des structures, tout en utilisant les résultats, obtenus depuis, sur la station, beaucoup mieux conservée, de Concise, sur le lac de Neuchâtel, qui présente la même organisation et strictement les mêmes dates d’abattage.

11Plusieurs stations de la zone tampon des Mongets ont fait l’objet d’une reconnaissance. Si certaines, comme Les Charretières (Néolithique ancien), paraissent indemnes d’atteinte, sur d’autres, en revanche, le constat est plus alarmant : ainsi pour Les Choseaux (Néolithique moyen), où la chaîne d’un amarrage balaie toute l’extrémité nord du site, et où ont pu être observés de véritables labourages par des ancres. Ce premier bilan incite à ce que la nouvelle réglementation de la navigation, interdisant tout ancrage sur les sites, soit strictement appliquée, avec, en corollaire la nécessité d’en informer les usagers du lac.

12Sur le Crêt de Chatillon, vaste station de 170 m de long pour 50 m de large implantée sur un haut-fond à 800 m de la rive, la plupart des repères des maillages triangulaires de nos prédécesseurs (R. Laurent dans les années 1960, A. Marguet dans les années 1980) ont été retrouvés et identifiés. Ils pourront également être utilisés pour suivre l’évolution de la couverture sédimentaire. Sur cette station, des corps et divers « encombrants » nécessiteront également un enlèvement.

13Une palissade, inédite à ce jour, a été repérée en bordure du site, sur deux points. Le large écartement des piquets pose une nouvelle fois la question de la fonction des palissades sur les stations du Bronze final. Celle identifiée au Crêt parait plutôt relever d’un marquage symbolique de l’espace villageois.

14Enfin, dans le temps imparti, il n’a été possible de ne réaliser qu’une simple reconnaissance sur la station des Marais, également de grandes dimensions. Elle présente un aspect contrasté, avec des secteurs totalement couverts de végétation, et d’autres entièrement dégagés, laissant apparaître un sédiment sableux d’où dépassent faiblement des pieux mal conservés. Comme Les Mongets, Les Marais est exposée aux risques d’érosion, en raison de la faible tranche d’eau. De plus, pour cette station, une atteinte très particulière a été identifiée. D’ordre biologique, elle est due à l’envahissement de cette portion de rive par des espèces opportunistes de crustacés, ici, le plus probablement, l’écrevisse californienne (Pacifastacus leniusculus), la présence de l’écrevisse américaine (Orconectes limosus) n’étant toutefois pas à écarter. Ces crustacés sont à l’origine d’importantes bioturbations, en creusant des terriers sous tout élément ayant un peu de surface, blocs ou pièce de bois. Des creusements ont également été constatés dans des bois horizontaux du site, dépassant de la surface du sédiment.

15Cette première intervention valide, si besoin était, l’intérêt d’un retour sur les stations délaissées depuis plusieurs années, voire plusieurs décennies. Elle donne des pistes pour les actions futures et permet de calibrer plus précisément les prochaines interventions.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Yves Billaud, « Sévrier, Saint-Jorioz – Suivi des sites palafittiques inscrits au Patrimoine mondial de l’Unesco : Les Mongets, Crêt de Chatillon, Les Marais » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Auvergne-Rhône-Alpes, mis en ligne le 18 février 2021, consulté le 25 février 2024. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/98050

Haut de page

Auteur

Yves Billaud

Drassm

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Yves Billaud

Drassm

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search