Navigation – Plan du site

AccueilRégionsAuvergne-Rhône-Alpes201573 – SavoieBessans – Le Rocher du Château, P...

2015
73 – Savoie

Bessans – Le Rocher du Château, Parc national de la Vanoise

Relevé d’art rupestre (2015)
Responsable d’opération : Claudia Defrasne

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Aix-Marseille Université

Texte intégral

1Le site du Rocher du Château se situe à 1 750 m d’altitude, au nord-est du hameau du Villaron, au fond de la vallée, en rive droite de l’Arc. Verrou glaciaire de serpentine, il est constitué d’une imposante falaise, d’une centaine de mètres de haut et d’environ 300 m de long, principalement orientée à l’est. Le site de Bessans « Le Château » est l’un des dix sites à peintures rupestres des Alpes occidentales attribuées au Néolithique, et l’un des deux sites peints de Savoie, le second étant la falaise du Peney à Saint-Jean-d’Arvey (Ayroles, Porte 1984). Elles ont été étudiées en 1975 par G. Nehl, qui en a fait l’unique relevé publié à ce jour (Nehl 1976). Les peintures se répartissent sur 80 m de paroi environ. Il s’agit de figures abstraites, dites schématiques, et d’une composition de cerfs aux ramures très développées, peintes sur une concavité de la surface rocheuse.

2De 1997 à 2003, des sondages ont été réalisés sous la direction d’É. Thirault, livrant des niveaux archéologiques attribués au Néolithique moyen et au Néolithique final. Ce qui intéresse en premier lieu l’étude des peintures est la découverte de matières colorantes dans des niveaux attestant d’une fréquentation des groupes de la culture des Vases à bouche carrée (4500-4000 av. J.‑C.), (Thirault 2008a et b). Cette coexistence de matières colorantes en stratigraphie et de peintures rupestres est exceptionnelle et invite à en entreprendre l’examen.

3L’attribution chronologique des peintures rupestres schématiques fait débat puisque, à ce jour, rien ne permet de les dater de manière absolue. Seule la superposition d’une gravure de poignard type Remedello à des ramiformes peints à l’abri des Oullas (2 390 m, Saint-Paul-sur-Ubaye, Alpes de Haute-Provence) permet de placer indiscutablement, certaines d’entre elles au moins, dans une période antérieure à la première moitié du IIIe millénaire av. J.‑C. (Defrasne, Bailly 2014). Les peintures schématiques des abris du Var, du Vaucluse, des Bouches-du-Rhône, de la Drôme, des Alpes-de-Haute-Provence et de l’Ardèche, étudiées depuis les années 1980 par P. Hameau (Hameau 1995, 2006a et b, 2009) sont attribuées au Néolithique moyen ou Néolithique final, sur la base du matériel découvert dans les abris.

4L’opération de septembre 2015 visait donc à :

  • corriger, préciser et compléter le relevé des peintures rupestres du Rocher du Château à l’aide du logiciel DStretch afin de présenter un inventaire exhaustif des figurations conservées. En plus d’un intérêt patrimonial évident, cet inventaire est nécessaire à la comparaison ensuite à d’autres figurations connues dans d’autres abris peints ;

  • initier une étude des matières colorantes employées à la réalisation des peintures rupestres néolithiques en contexte alpin en collaboration avec E. Chalmin (EDYTEM) ;

  • tenter d’apporter de nouveaux éléments de datation des peintures néolithiques par la comparaison de la composition des matières colorantes découvertes dans les niveaux Vases à bouche carrée à celles conservées sur la paroi.

  • compléter les connaissances des sites à peintures alpins et de leur intégration au paysage du Néolithique européen ;

  • apporter de nouveaux éléments à la réflexion sur l’implantation de ces sites à peintures d’altitude ;

  • appréhender les liens entre les peintures rupestres schématiques et les groupes culturels néolithiques. En effet, si les groupes Vases à bouche carrée sont les auteurs des peintures, l’influence provençale, voire espagnole, évoquée à leur sujet (Hameau 1992, p. 146 ; Garidel, Hameau 1997 ; Hameau 2006 ; Hameau, Painaud 2009, p. 65 ; Arcà, Gambari 2011 ; Fossati 2013) est-elle pertinente ?

  • assurer une sauvegarde de l’iconographie rupestre du site et de son insertion dans la paroi.

5L’usage du logiciel DStretch a permis de corriger et compléter le relevé des peintures publié par G. Nehl. Il s’avère désormais que les peintures de la zone no 3 de G. Nehl ne sont pas des traits bifurques, mais des groupes de figures en forme de flèches. De plus, la composition des cerfs est augmentée d’au moins trois individus. DStretch révèle en effet des vestiges de ramures invisibles à l’œil nu dans la partie gauche de la concavité. Mieux encore, il apparaît qu’un nombre important de peintures sont aujourd’hui recouvertes par les coulées de calcite. La composition initiale devait être beaucoup plus importante que ce qui est visible aujourd’hui.

6La prospection de l’ensemble de la paroi a permis d’identifier non seulement de nouvelles taches de peintures, mais également de nouvelles figures. Deux plages de gravure piquetées, dont la patine suggère une certaine ancienneté, ont été identifiées à proximité du panneau des cerfs. Au moins trois figures en grilles réalisées à l’aide d’une matière colorante blanche et épaisse ont été relevées pour la première fois. Les vestiges de deux autres figures associées à ces grilles sont encore en cours d’étude.

7Un important corpus d’inscriptions du xixe s. témoigne également d’un chapitre intéressant de l’histoire de la paroi.

8La réalisation de macrophotographies des peintures néolithiques a permis à E. Chalmin (EDYTEM) d’envisager, à partir de la couleur des peintures préservées sur la paroi, la présence d’au moins deux matières colorantes différentes. Cependant, la très mauvaise conservation des figures n’a pas permis d’obtenir, au moyen du spectromètre XRF, la composition des matières colorantes employées. L’analyse au Microscope Électronique à Balayage des colorants découverts en stratigraphie lors des sondages d’É. Thirault a, quant à elle, révélé des matériaux bien différents, et semble indiquer des sources d’approvisionnement variées. On distingue des matériaux très bien cristallisés et à l’aspect métallique, pulvérulents et très colorants contrastant avec des petits nodules bien compacts. L’ensemble de ces fragments présente des niveaux d’oxydation en surface plus ou moins avancés, indiquant la présence en forte quantité de fer sous forme d’oxyde. La présence d’une phase apatitique doit être confirmée, et nécessite d’en comprendre l’origine : présence naturelle dans les matières colorantes ou en relation avec la présence de matière osseuse. Cette phase pourra peut-être être employée à la comparaison entre les pigments découverts dans les niveaux Vases à bouche carrée à ceux employés sur la paroi.

9La mission archéologique au Rocher du Château a donc rempli une partie des objectifs fixés. L’étude doit néanmoins se poursuivre, notamment l’analyse des matières colorantes. L’étude d’autres sites à peintures permettra à terme de proposer des comparaisons ainsi qu’une contextualisation à plus grande échelle.

Haut de page

Bibliographie

Ayroles P., Porte J. L. 1984 : Saint-Jean-d’Arvey : peintures rupestres. Nouvel abri à peintures de l’âge des Métaux : le Trou de la Feclaz, in ADRAS (éd.), 10 ans d’archéologie en Savoie, Chambéry, ADRAS, p. 44-48.

Defrasne C., Bailly M. 2014 : Images in context: a revision of the Oullas panel (Saint-Paul-sur-Ubaye, Alpes de Haute-Provence, France), in Besse M. (dir.), Around the Petit-Chasseur Site in Sion (Valais, Switzerland) and New Approaches to the Bell Beaker Culture, Proceedings of the International Conference (Sion, Switzerland – October 27th–30th 2011), Oxford, Archaeopress, p. 101-110.

Hameau P. 1995 : L’abri « A » des Eissartènes (Le Val, Var). Perception de la fréquentation d’un site orné, Bulletin archéologique de Provence, 24, p. 3-12.

Hameau P. 2006a : Architecture naturelle et architecture symbolique au Néolithique. L’exemple des abris peints des gorges de la Nesque (Vaucluse, France), Zephyrus, 59, p. 215-232.

Hameau P. 2006b : Animal et expression schématique néolithique dans le sud de la France : entre réel et idéel, in Hameau P. (dir.), Actes du Colloque international « Animaux peints et gravés : de la forme au signe : le bestiaire dans tes expressions graphiques post-paléolithiques en Méditerranée occidentale », 16-18 juillet 2005 (Carcès[…]), Paris, Muséum national d’Histoire naturelle, p. 103-124.

Hameau P. 2008 : Site, support et signe : une cohérence de sens. L’expression graphique picturale au Néolithique, L'anthropologie, 113, p. 861-881.

Nehl G. 1976 : Peintures rupestres de Haute-Maurienne (Bessans, Savoie), Bulletin du GERSAR, 3, p. 71-76.

Thirault É. 2004 : Le site néolithique de Bessans/Le Château (Savoie) et la question des armatures perçantes en roches polies dans les Alpes occidentales, in Dartevelle H. (dir.), Actes de la cinquième session des Rencontres méridionales de Préhistoire récente. Auvergne et Midi – Actualité de la recherche, Clermont-Ferrand, 8-9 nov. 2002, Cressensac p. 421-444.

Thirault É. 2008a : Enjeux et perspectives du Néolithique alpin : l’exemple de la Maurienne (Savoie – France), Palethnologie, 1, p. 410-426.

Thirault É. 2008b : Le site néolithique de Bessans/Le Château et ses peintures rupestres (eds), 2e Congresso Internationale “ Ricerche paletnologiche nelle Alpi occidentali ” & 3e Incontro “ Arte rupestre alpina ”, Pinerolo, 17-19 oct. 2003, 17 p.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Claudia Defrasne, « Bessans – Le Rocher du Château, Parc national de la Vanoise » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Auvergne-Rhône-Alpes, mis en ligne le 18 février 2021, consulté le 08 décembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/98120

Haut de page

Auteur

Claudia Defrasne

Aix-Marseille Université

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Claudia Defrasne

Aix-Marseille Université

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search