Navigation – Plan du site

AccueilRégionsAuvergne-Rhône-Alpes201573 – SavoieChambéry – 10 rue de la Trésorerie

2015
73 – Savoie

Chambéry – 10 rue de la Trésorerie

Opération préventive de diagnostic (2015)
Responsable d’opération : Daniel Parent

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Inrap

Texte intégral

1Cette étude de bâti concerne un immeuble situé à Chambéry au 10 rue de la Trésorerie, à l’angle avec la rue Bonivard, à proximité immédiate de l’ancienne porte Mâché. L’emprise est donc située, intra muros, dans la ville « historique », et plus particulièrement dans le quartier juif médiéval. Le projet d’aménagement correspond à la transformation progressive d’anciens appartements en chambres d’hôtel. Dans le cadre de ce diagnostic, seul un plateau de 80 m2 a pu être étudié. Cette emprise est donc particulièrement limitée, et ne constitue qu’une petite surface d’un bâti beaucoup plus vaste, qui se développe de façon relativement complexe à travers l’îlot. On peut distinguer plusieurs grands ensembles : la partie qui correspond à l’étude, avec une petite pièce accolée, du côté de la rue Bonivard. Le passage allant de la rue à la cour, et l’escalier hélicoïdal constituent des repères utiles à la fois pour la topographie actuelle et pour la lecture des plans anciens. Deux autres grands ensembles composent l’îlot : celui situé au sud-est du passage, et celui au nord-est de l’escalier tournant. On retrouve d’ailleurs ces grandes masses dans la plupart des plans anciens à partir du plan « des Canaux », jusqu’aux plans d’alignement de la fin du xixs.

2Six sondages ont été ouverts dans les maçonneries, représentant une longueur cumulée de 10 m. Les maçonneries sont relativement hétérogènes, alternant l’utilisation de blocages de moellons, et de blocs de moyen appareil ou de briques, essentiellement pour les passages, peut-être en liaison avec des reprises. L’utilisation de segments de bois dans les piédroits, probablement pour fixer les dormants, constitue une donnée récurrente.

3En ce qui concerne les fenêtres, les sondages ont montré l’utilisation privilégiée de la molasse pour les piédroits. La distribution, les dimensions des fenêtres, la configuration des piédroits, ayant souvent subi des reprises, et les formes variées n’indiquent pas un ensemble homogène : il paraît plus probable que ces ouvertures aient subi des réaménagements, peut-être relativement récents, bien que le rythme, notamment sur la rue de la Trésorerie, soit accordé à celui du rez-de-chaussée, au-dessus des arcs de la boutique et du passage. Une campagne générale de rénovation des ouvertures paraît assez probable.

4L’emplacement de cet immeuble, dans le quartier historique de la ville, ainsi que la géométrie très irrégulière de son plan à cinq côtés, amènent à s’interroger sur sa genèse. Plusieurs scenarii peuvent être envisagés, allant d’une construction d’un seul tenant, à une longue évolution, avec de multiples transformations pour aboutir à l’état actuel. Au-delà de l’emprise étudiée, l’occupation générale de l’îlot peut laisser envisager un développement par ajouts successifs.

5La présence d’un large mur, percé d’arcades, qui traverse en biais le rez-de-chaussée de la partie située à l’est du passage, pourrait laisser supposer la présence d’un alignement antérieur. Mais aucune observation dans les parties étudiées ne permet d’étayer cette hypothèse. On peut, par contre, noter que cette orientation correspond à la « trame » générale du bâtiment, puisqu’il est parallèle aux murs de fond de la parcelle, et s’intègre donc dans le plan structurel, notamment en ce qui concerne la portée des poutres et solives de plancher. De ce point de vue, c’est plutôt la façade donnant sur la rue de la Trésorerie, présentant un « biais », qui peut éventuellement traduire un ajout, mais aussi simplement un alignement sur la rue. La présence d’une échoppe (généralement datée autour du xvs.) rue de la Trésorerie, parfaitement intégrée au bâti de la façade, traduit une mise en place ancienne de cette dernière. La présence de la porte Mâché, intégrée à l’enceinte urbaine du xivs., a probablement fixé le tracé de la rue depuis cette période. Ces éléments s’accordent donc plutôt pour un tracé ancien de la rue, avec une façade alignée sur son parcours. La présence du canal le long de la façade située rue Bonivard a également pu contraindre à une utilisation maximale de la parcelle, entraînant la géographie particulière du bâti. La figuration de ce canal disparaît entre le cadastre français de 1865 et le plan d’alignement de 1897.

6La plupart des plans anciens qui indiquent avec une certaine précision les divisions internes montrent une répartition comparable à l’état actuel. Lorsque seule l’emprise générale est figurée, comme sur la mappe sarde, on retrouve, identique, ce plan particulier à pans coupés.

7Si les observations, notamment dans le cadre, limité, des sondages ne permettent pas de trancher de façon définitive sur le mode de constitution de cet ensemble bâti, il faut noter que les données urbanistiques, celles des plans anciens, et la configuration générale de l’îlot, plaident plutôt pour une mise en place ancienne, peut-être en liaison avec la construction de l’enceinte au xivs., ou, comme pourrait l’indiquer la présence d’échoppes, en liaison avec un réaménagement, postérieur à l’expulsion des Juifs, au xvs.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Daniel Parent, « Chambéry – 10 rue de la Trésorerie » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Auvergne-Rhône-Alpes, mis en ligne le 18 février 2021, consulté le 09 décembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/98208

Haut de page

Auteur

Daniel Parent

Inrap

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Daniel Parent

Inrap

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search