Navigation – Plan du site

AccueilRégionsAuvergne-Rhône-Alpes201573 – SavoieEntremont-le-Vieux – La Grotte Te...

2015
73 – Savoie

Entremont-le-Vieux – La Grotte Tempiette

Aide à la préparation de publication (2015)
Responsable d’opération : Christophe Griggo

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : CNRS

Texte intégral

1La grotte Tempiette, découverte en 1989 par des membres du Spéléo-Club de Savoie, est une petite cavité qui s’ouvre sur le versant sud du Granier, en Chartreuse, à une altitude de 1 806 m. Elle se trouve à mi-chemin entre la grotte de la Balme à Collomb et le plateau du Granier, dans la falaise urgonienne. Elle correspond à une galerie horizontale de 0,8 m de hauteur, 2 m de large et 7 m de long, au bout de laquelle s’ouvre un puits aux parois verticales, d’environ 3 m de diamètre et profond de 32 m. Cette grotte, qui a fonctionné comme un piège naturel, renferme les ossements d’animaux qui, en “ explorant ” cette cavité, sont tombés accidentellement au fond du puits. La quantité d’ossements y est vraiment très importante, et ils présentent un excellent état de conservation.

2Deux datations, réalisées par M. Philippe et A. Argant, dans le cadre du programme OURSALP, sur deux crânes de bouquetin, étaient disponibles avant le début des fouilles. Elles ont donné des âges de 9240 ± 50 BP (Lyon-2696 [OxA]) et de 9160 ± 50 BP (Lyon-5456 [OxA]).

3Ce site paléontologique est donc contemporain du Mésolithique.

4Sont détaillés ci-dessous les principaux résultats des campagnes de fouilles 2012 et 2013.

La faune

5Une fouille programmée dans ce site, qui menaçait d’être visité par des collectionneurs amateurs, a eu lieu en 2012 et 2013. La moitié de la surface, à la base du puits, a été fouillée, soit environ 5 m2. Plus de 15 000 vestiges osseux ont été recueillis et, à ce jour, 7 343 ont été déterminés. Ce sont les ongulés de montagne, avec le bouquetin (35 individus) et le chamois (15 individus), qui sont les plus abondants. Pour ces deux espèces, les deux sexes et toutes les classes d’âges sont représentés. Nous avons également reconnu la présence de trois ours bruns, deux fouines, deux hermines, un lièvre variable, plusieurs écureuils, un aigle royal, auxquels se rajoute un grand nombre de petits rongeurs et de chauve-souris.

6Les restes d’ours, tous rapportés à l’ours brun, ont été confiés à A. Argant, pour étude paléontologique dans le cadre de son programme OURSALP. La majorité des ossements correspond à un jeune ours, âgé d’environ 3 ans. Cependant quelques rares ossements indiquent également la présence de deux oursons de 6 à 8 mois.

7Les ossements de chiroptères ont été examinés par C. Dodelin, qui a reconnu huit espèces de Chauves-souris. C’est le murin à moustache qui a livré le plus grand nombre de restes.

Origines des accumulations osseuses

8II est fréquent de trouver des vestiges d’ours bruns dans des grottes. Il s’agit en général d’animaux qui se sont fait piéger en tombant dans des avens ou dans des puits, à la recherche d’un lieu d’hivernation, ou parce qu’ils sont tout simplement morts pendant leur sommeil hivernal.

9En revanche, il est plus rare de trouver des vestiges d’ongulés, surtout en aussi grand nombre qu’à Tempiette : 35 bouquetins et quinze chamois identifiés à ce jour. Tous ces animaux sont très certainement tombés accidentellement au fond du puits. Mais comment expliquer alors les chutes à répétition de tous ces ongulés, dans un gouffre situé au bout d’un étroit boyau, long de 7 m et de taille inférieure à l’encombrement de certains animaux, obligés alors d’y progresser dans des positions inhabituelles ? On pense aux gros bouquetins, devant se mettre à genoux et la tête inclinée de manière à faire passer leurs cornes imposantes.

10La présence d’une surface polie au bout du couloir d’accès, juste au bord du puits, permettrait d’expliquer ce qui aurait attiré les bouquetins et les chamois dans la grotte Tempiette. En effet, comme tous les ongulés, ces animaux sont friands de sel, qu’ils peuvent se procurer en léchant les rochers où se forme du salpêtre. La surface polie, au bord du puits de Tempiette, pourrait être la conséquence d’un tel comportement, et c’est ainsi que depuis la fin du Tardiglaciaire, un nombre important de bouquetins et de chamois seraient tombés accidentellement dans le puits.

Saisonnalité de fonctionnement de l’aven piège

11Les études reposant sur les stades de renouvellement dentaire, sur la cémento-chronologie et sur les stades d’ossification des os longs nous ont permis de préciser l’âge, et surtout la saison, de mort des bouquetins et des chamois retrouvés au fond du puits de la grotte Tempiette. Dans tous les cas, c’est pendant l’été ou au début de l’automne que ces caprinés sont tombés dans cet aven piège. Cela implique donc un fonctionnement saisonnier du site.

12Actuellement, pour accéder à l’entrée de la grotte, il faut emprunter une prairie herbeuse très pentue, qui fonctionne comme un couloir d’avalanche, puis longer une vire calcaire très étroite, encombrée par de la neige en hiver.

13Les animaux ne devaient pas avoir accès à l’entrée de la grotte pendant la mauvaise saison.

Observations taphonomiques

14Contrairement à l’idée que l’on se fait d’un aven piège, les squelettes des animaux tombés au fond du puits de Tempiette ne présentaient plus aucune connexion anatomique. Des remontages et des appartements ont permis de mettre en évidence des déplacements sur près d’un mètre. Par ailleurs, dans des fissures longitudinales, qui parcourent les parois parfaitement verticales du puits, nous avons trouvé deux vertèbres lombaires de bouquetin : l’une à 1,8 m et l’autre à 8 m de la base du puits. Selon notre hypothèse actuelle, pendant la dernière glaciation et au début de l’Holocène, un culot de glace devait se trouver au fond du puits de la grotte Tempiette. Il existe encore, de nos jours, des secteurs du réseau karstique du Granier encore englacés. Les animaux ne seraient donc pas tombés directement au fond du puits, mais sur la glace qui colmatait la base de ce conduit vertical. Ces animaux se seraient ensuite lentement décomposés et, par la suite, des mouvements liés à la fonte de la glace auraient détruit toutes les connexions anatomiques.

15Parmi tous les ossements recueillis dans la grotte Tempiette, aucun ne présente de traces résultant d’une activité anthropique ou de carnivores. Sur le plan taphonomique, il s’agit d’un site qui a fonctionné strictement comme un aven piège. Cependant, près des deux tiers des os longs sont brisés. Ils présentent des cassures en spirale, avec parfois des impacts de percussion (points d’écrasement, enfoncements, encoches) ou des stries. Ces stigmates rappellent beaucoup ce que l’on peut observer sur des ossements animaux, provenant de sites anthropiques, en relation avec une exploitation des carcasses.

La flore

16J. Argant a effectué les analyses palynologiques de six échantillons prélevés dans la grotte Tempiette en 2013. Le contenu pollinique des sédiments analysés est très abondant et très diversifié. II est vraisemblable qu’il soit le reflet de ce que tous les animaux ont pu introduire en tombant dans le puits. Ils rendent compte d’un paysage ouvert, avec pelouses à composées et poacées, et des pins sylvestres accrochés aux falaises, ou poussant également en contre bas, avec quelques sapins et épicéas mêlés à des feuillus à l’étage montagnard ou/et collinéen : tilleul, aulne, saule, chêne, noisetier, frêne, bouleau, orme, érable.

17Il s’agit d’une végétation caractéristique de la transition Préboréal/Boréal, conforme à ce qui est connu dans d’autres sites contemporains de Chartreuse. Cependant, dans l’attente d’une confrontation entre datations 14C, études paléontologique et sédimentologique, elles doivent être considérées néanmoins comme provisoires, en ce qui concerne la chronologie des événements botaniques évoqués.

Perspectives

18La grotte Tempiette constitue donc un site paléontologique qui a fonctionné comme un aven piège naturel, permettant une importante accumulation d’ossements d’ongulés de montagne. Il s’est formé dans des conditions environnementales comparables à celles des sites archéologiques proches : milieu karstique, altitude, climat, période chronologique. Il pourrait donc constituer un excellent référentiel taphonomique d’accumulation naturelle, qui serait unique en contexte de karst de montagne et permettrait, par la suite, de mieux comprendre les accumulations osseuses dans les sites anthropiques alpins contemporains.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Christophe Griggo, « Entremont-le-Vieux – La Grotte Tempiette » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Auvergne-Rhône-Alpes, mis en ligne le 18 février 2021, consulté le 07 décembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/98224

Haut de page

Auteur

Christophe Griggo

Laboratoire EDYTEM (UMR 5304)

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Christophe Griggo

Laboratoire EDYTEM (UMR 5304)

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search