Navigation – Plan du site

AccueilRégionsAuvergne-Rhône-Alpes201573 – SavoieConjux – Station littorale du Bro...

2015
73 – Savoie

Conjux – Station littorale du Bronze final de Conjux, Le Port 1 et 2

Prospection thématique (2015)
Responsable d’opération : Yves Billaud

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Ministère de la Culture

Texte intégral

1Située dans la vaste baie formant la terminaison nord de la rive occidentale du lac du Bourget, la station de Conjux 1 est actuellement recouverte par 4 m d’eau. Repérée dès le milieu du xixs., elle est alors soumise à quelques « pêches aux antiquités lacustres ». Dans les années 1950 à 1970, elle a fait l’objet d’observations par des précurseurs de l’archéologie subaquatique. En 1999, les prospections menées par A. Marguet, en vue de l’établissement de la carte archéologique des lacs alpins, ont montré ses grandes dimensions, avec plus de 180 m de long pour près de 50 m transversalement.

2Les travaux en cours s’inscrivent dans la continuité des études que nous menons sur les habitats littoraux du Bronze final du lac du Bourget. Une première campagne de carottage en 2004 a montré que seuls 2 000 m2 de niveaux anthropiques peu épais sont conservés, et que la densité de pieux est faible, mais présente des alignements nets. Ces caractéristiques ont motivé la reprise des travaux en 2011, dans l’objectif de recueillir des éléments d’interprétation des formes de l’habitat, données encore rares dans nos lacs alpins.

3En 2015, la topographie des pieux visibles a été étendue vers le nord de la station. La surface totale couverte a été portée à 3 380 m2, soit près de la moitié de l’emprise totale estimée. Le nombre total de pieux et de piquets repérés est de 1 620, soit une densité de 0,48 pieu/m2, densité très inférieure à celles des autres grandes stations du lac. Mais la répartition est inégale, avec une concentration au centre de la station, et l’autre dans la partie nord-est.

4Avec l’analyse de 19 nouveaux échantillons de bois (F. Langenegger, Laténium, Neuchâtel), le nombre de dates disponibles est porté à 105, réparties en plusieurs secteurs du site. Avec les réserves liées à la taille encore réduite de ce corpus, il est toutefois possible de mettre en évidence quatre phases d’abattage principales, centrées respectivement autour de -870, -840, -830 et -813.

5La faible densité de pieux donne un plan d’ensemble relativement lisible, d’où il est possible de dégager une trentaine de bâtiments de trois types principaux :

  • à organisation simple, avec trois poteaux, de petit à grand module (largeur 3,3 à 4,6 m pour des longueurs de 3,7 à 9 m) ;
  • de grand module (largeur 4,5 à 5 m pour une longueur de 8 à 9,5 m) à structure centrale, également à trois rangs de poteaux, mais avec, pour deux travées, la présence de deux poteaux supplémentaires ;
  • de type « grenier », avec neuf poteaux, à plan carré, de près de 3 m de côté.

6En combinaison avec les données de la dendrochronologie, un schéma d’évolution de la moitié nord du village peut être proposé :

  • À partir de -875, un premier ensemble est construit au nord. De petites dimensions (55 m par 25 m), il est entouré en -865 par une palissade de petits piquets jointifs. L’orientation générale est nord 45° est.
  • À partir de -849, un groupe de grands bâtiments est surimposé à la palissade.
  • Autour de -830, ce groupe en alignement nord-sud est étendu vers le nord, tandis qu’à l’extrémité du site, un ensemble de greniers est mis en place.
  • Autour de -813, certains bâtiments font l’objet de réparations, voire d’une reconstruction complète, tandis que l’extension du site est poursuivie avec un nouveau groupe de bâtiments à structure centrale, constituant un nouvel alignement perpendiculaire au premier.

7Le dernier abattage identifié est en -808, qui constitue l’une des deux dates les plus récentes pour les palafittes du Bronze final de l’ensemble de l’arc alpin ; l’autre date, de -805, a été obtenue à l’autre extrémité du lac du Bourget, sur la station de Tresserve/Le Saut.

8Les données matérielles avaient précédemment permis d’avancer l’hypothèse d’une spécialisation fonctionnelle entre les stations de Conjux 1 et de Châtillon, située à moins d’un kilomètre sur l’autre rive du lac. Cette dualité se retrouve dans l’organisation intra-site avec, pour Châtillon, une organisation strictement orthogonale de bâtiments identiques, à l’image des stations suisses, et, pour Conjux 1, toujours des lignes directrices, mais sur lesquelles sont associés des bâtiments de types différents. La présence, très originale, d’un groupe de « greniers » repose la question de la fonction du site avec la gestion éventuelle de surplus. L’érosion des niveaux archéologiques dans l’extrémité nord du site n’a malheureusement pas permis de recueillir d’éléments matériels permettant de préciser l’usage de ces « greniers ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Yves Billaud, « Conjux – Station littorale du Bronze final de Conjux, Le Port 1 et 2 » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Auvergne-Rhône-Alpes, mis en ligne le 18 février 2021, consulté le 25 février 2024. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/98273

Haut de page

Auteur

Yves Billaud

Drassm

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Yves Billaud

Drassm

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search