Navigation – Plan du site

AccueilRégionsAuvergne-Rhône-Alpes201542 – LoireAndrézieux-Bouthéon – Bois des Co...

2015
42 – Loire

Andrézieux-Bouthéon – Bois des Communaux

Opération préventive de diagnostic (2015)
Responsable d’opération : Éric Thévenin

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Inrap

Texte intégral

1L’intervention se rapporte au projet d’extension d’une usine localisée sur la commune d’Andrézieux-Bouthéon. Le diagnostic s’est déroulé à l’est de l’agglomération, sur une seule parcelle, Al 131, de 125 715 m2, située en rive droite de la Loire, à environ 3 km du fleuve.

2À ce stade de l’étude, une analyse formelle des données semble impossible, tant le mobilier est pauvre et peu représentatif d’une période, d’un habitat ou d’une activité particulière. Les vestiges immobiliers ne le sont pas davantage, se limitant à des aménagements fossoyés dont l’interprétation reste tout aussi fragile.

3Le diagnostic a néanmoins révélé quelques éléments qu’on ne peut totalement ignorer. Ainsi, parmi les rares acquis dont nous disposons, figurent :

  • pour la chronologie, un lot de céramiques, certes négligeable quantitativement (moins de 60 fragments), mais suffisamment documenté pour fournir une fourchette chronologique relativement large, située entre le Moyen Âge central (xi-xiiie s.) et le xvie s. Mentionnée pour la première fois dans ce secteur, du moins en opération de diagnostic, cette période ne fait l’objet d’aucune référence bibliographique dans le pré-inventaire archéologique du département de la Loire de 1997 (Lavendhomme 1997). Tout au plus pouvons-nous rapprocher les quelques pièces du xiiie s., en particulier, des ateliers de potiers de Saint-Bonnet-les-Oules mentionnés dès la période médiévale (Alexandre-Bidon 1993). Un mobilier plus abondant permettrait sans aucun doute d’affiner la datation de cet ensemble.
  • pour le mobilier : différents contenants ou objets en terre cuite assez courants, à l’exception d’une cruche à bec tubulaire provenant du vaisselier domestique, et du service à boire en particulier. Le reste du mobilier est très original : présence d’un fragment indéterminé de lampe à huile, de chandelier ou d’un élément lié à la distillerie. Plus surprenante encore est la découverte d’un raté de cuisson déformé et surcuit à revêtement plombifère, daté du début de la période moderne (xvie s.). Ces quelques fragments s’opposent à l’hypothèse d’un habitat rural traditionnel, quelle que soit sa datation.

4Pour ce qui concerne les vestiges immobiliers, nous avons peu d’informations concrètes sur la nature des vestiges découverts. La présence de plusieurs très grandes fosses, dont une hypothétique fosse-silo, à profils rentrants, de plus de 2,50 m de profondeur, associées à de plus petits creusements à dépôt argileux, complexifie l’interprétation de l’habitat. Celui-ci pourrait avoir progressivement évolué du Moyen Âge central au xvie s., associant dans un même périmètre des structures à vocation domestique, ici une zone de silo, et des structures à vocation artisanale, en relation avec l’extraction, le stockage, la préparation et la mise en forme d’objet en terre cuite. Cette hypothèse sous-entend la présence d’une zone d’habitat assez proche, à rechercher sur le replat oriental, ou bien d’un habitat-atelier, avec pour principale activité, pour celui-ci, la transformation et la cuisson de poterie, d’où la présence d’un raté de cuisson dans le comblement d’une fosse, et de tuiles canal déformées, réutilisées dans l’aménagement d’un drain.

5La superposition de la quasi-totalité des structures sur les poches d’argile tertiaire observées durant cette opération plaide en faveur de l’existence d’un site de potier. De même, la présence inappropriée de fragments de terre cuite et de tuiles à rebord, en totale disparition sur les sites d’habitats après le viie s., dans le comblement supérieur de certaines fosses pourrait impliquer la transformation de ces fragments en dégraissant ou chamotte. Ces fragments, en assez grande quantité, et accompagnés d’un petit fragment d’amphore italique, proviennent vraisemblablement du site laténien découvert en 2012 sur la parcelle voisine (Thévenin 2012). L’absence de recoupement, malgré la très forte densité d’une partie des fosses, soulève par ailleurs l’hypothèse d’un seul et même niveau d’occupation.

6Malgré certaines lacunes matérielles et interprétatives évidentes, le site du Bois des Communaux d’Andrézieux-Bouthéon a le mérite de poser deux grandes questions : la première consiste à s’interroger sur la place et l’importance exacte de cet habitat rural dans ce secteur de plaine, entre le Moyen Âge central et la période moderne. La seconde question porte sur l’activité même du site, et sur sa capacité à produire sur place des objets en terre cuite, à proximité du bourg de Saint-Bonnet-les-Oules, dont l’activité potière, bien que mentionnée dès la période médiévale, demeure très peu documentée.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Éric Thévenin, « Andrézieux-Bouthéon – Bois des Communaux » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Auvergne-Rhône-Alpes, mis en ligne le 18 février 2021, consulté le 08 décembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/98289

Haut de page

Auteur

Éric Thévenin

Inrap

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Éric Thévenin

Inrap

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search