Navigation – Plan du site

AccueilRégionsAuvergne-Rhône-Alpes201542 – LoireSury-le-Comtal – RD 8-RD 498, dév...

2015
42 – Loire

Sury-le-Comtal – RD 8-RD 498, déviation de Bonson et Sury-le-Comtal (tranche 4)

Opération préventive de diagnostic (2015)
Responsable d’opération : Fabien Isnard

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Inrap

Texte intégral

1fossé, drain, parcellaire, céramique gallo-romaine, fosse, récipients, habitat rural, céramique protohistorique, puits, voie, édifice, ferme, entrepôt, exploitation agricole, céramique médiévale, céramique moderne

2La déviation des routes départementales RD 8 et RD 498, qui traversent la plaine du Forez, a fait l’objet de nombreuses opérations archéologiques, étalées sur plusieurs années. Il s’agissait, dans le cadre du diagnostic de cette quatrième tranche, de traiter la fin du tracé qui contournait les villages de Sury-le-Comtal et Bonson. Présentée sous la forme d’un grand arc de cercle, l’emprise de plus de 8 ha traverse plusieurs types de substrats géologiques.

3Selon l’étude d’E. Morin (Inrap), l’extrémité ouest et le tronçon est de l’emprise sont situés sur une terrasse alluviale du Pléistocène supérieur appartenant au groupe des basses terrasses. Les secteurs nord, nord-est et sud de l’emprise traversent des terrains tertiaires. Ces terrains forment une colline allongée bien individualisée dans la topographie, quoique peu visible dans le paysage actuel. Le sommet de cette dernière domine la terrasse alluviale pléistocène d’au moins 10 m. Cette colline constitue un interfluve entre la vallée de la Mare à l’ouest et le cours du Malbief à l’est, deux affluents de rive gauche de la Loire. Le substrat tertiaire et la terrasse alluviale pléistocène ont été alternativement rencontrés dans les sondages le long du linéaire diagnostiqué. Le recouvrement sédimentaire colluvial au-dessus de ces substrats est généralement peu épais et circonscrit spatialement : au niveau des marges de la colline tertiaire et dans les secteurs de la terrasse alluviale, situés directement en contrebas de la butte tertiaire. Ces colluvions sont généralement au moins historiques, comme l’indiquent notamment les inclusions de fragments de terre cuite architecturale. L’absence d’un horizon pédologique E (de lessivage et dégradation) au sommet du substrat tertiaire montre un rajeunissement par l’érosion dans la longue durée de cette formation.

4Néanmoins, cette érosion du substrat tertiaire a probablement été modérée à la période historique, comme le montre la préservation des structures fossoyées mises au jour.

5Sur les 100 sondages réalisés, 33 sondages sont positifs, et 54 faits archéologiques ont été enregistrés. Sur la totalité des faits enregistrés, plus de la moitié sont des fossés parcellaires anciens ou modernes correspondant à un drainage des surfaces agricoles, ou à des limites parcellaires. Après l’étude des différentes orientations, trois systèmes de cadastration se dégagent de cet ensemble (2° est, 8° est, 26° est), sans compter l’orientation unique d’une voie. Leurs fonctions parcellaires sont clairement mises en évidence, grâce à la superposition avec les cadastres modernes.

6Ces trames ont été comparées avec celles déterminées lors des diagnostics voisins de la Zac des Plaines (Georges 2008 ; Ferber 2010 ; Vicard 2013). Les trames alors rencontrées (0°, 11° est, 15° est, 18° est) ne semblent pas se superposer parfaitement à celles de ce diagnostic, mais sont globalement identiques entre 0° et 18° est, en accord avec le cadastre actuel.

7Étant donné que ces structures ont des niveaux d’apparition comparables, mais souvent érodés et dépourvus de matériel, il est difficile de les dater. Cependant, avec un fond d’occupation gallo-romain, et la présence relativement fréquente de terre cuite architecturale antique dans les comblements de fossés, rien n’empêche de supposer une implantation d’origine antique de cette cadastration, qui aurait perduré à l’époque moderne pour le cadastre C. Ainsi, lors de la première tranche de diagnostic de la Zac des Plaines (Georges 2008), des charbons retrouvés dans un fossé orienté 15° est ont été datés par des analyses 14C du iiieive s. apr. J.‑C.

8Seuls quatre Faits ou concentrations de Faits ont attiré notre attention sur le plan archéologique. Il s’agit d’une fosse datée du Néolithique, d’un dépôt de vase isolé protohistorique, d’une petite installation rurale médiévale et d’une ancienne limite de jardin moderne ou contemporaine.

9La fosse néolithique FS1013 découverte dans le sondage 15 se trouve dans le tronçon de la butte tertiaire. Cette fosse atypique est restée isolée lors de l’ouverture des sondages voisins. Aucune autre structure, ni paléosol associé ne vient étayer l’hypothèse d’une occupation plus étendue. Lors du diagnostic de la Zac des Plaines, tranche 1 (Georges 2008), situé à moins de 2 km au sud, la présence de fragments de silex tertiaires locaux brûlés dans un des horizons à charbons de bois permet aussi d’évoquer cet horizon daté de la période du Néolithique.

10Le seul indice d’occupation protohistorique est représenté par une céramique isolée, qui a été repérée dans le tronçon est, sondage 66, stratifiée par la terrasse alluviale du pléistocène supérieur. Le caractère isolé du dépôt et son insertion stratigraphique orientent l’interprétation vers un fond de structure qui a été épargné par l’érosion, et non un dépôt de crémation ou autre. Les fragments retrouvés étaient extrêmement concrétionnés et difficiles à interpréter, selon É. Néré (Inrap).

11La présence de cette céramique de stockage à cet endroit et à cette profondeur constitue tout de même un indice d’occupation complètement altéré. Cet indice d’horizon pourrait être mis en relation avec le petit site de l’âge du Fer mis au jour lors du diagnostic de la Zac des Plaines, tranche 2 (Ferber 2010). Deux puits, dont l’un daté par une céramique de la période Hallstatt et une série de trous de poteaux, ont été mis au jour à moins d’un kilomètre au sud dans la plaine.

12Cet horizon est ici bien moins marqué, et, malgré une attention particulière, ce vase n’a pas été associé à d’autres structures.

13Selon les données historiques, les deux villages concernés par l’implantation de cette tranche 4, Bonson et Sury-le-Comtal, ont un passé prestigieux à l’époque médiévale. Ce bruit de fond d’occupation, marqué à partir du xie s., a été relevé tout au long du diagnostic, grâce à des traces ténues de matériel. Un groupement de structures qui concentrent un petit bâtiment, des aménagements périphériques, un puits, et une voie d’accès a été identifié dans les sondages 72, 74 et 75. Un tronçon de chemin empierré a été découvert sur une dizaine de mètres de longueur et paraît mener vers une installation rurale légère. Cet axe aménagé était entaillé par plusieurs séries d’ornière, dont l’entraxe variait entre 1,15 et 1,20 m. La découverte d’un éperon de fer au sommet de la bande de roulement ainsi que d’un tesson de céramique a permis de caler son fonctionnement durant la période médiévale, même si le doute persiste concernant une utilisation plus tardive, jusqu’au xixe s. La présence toute proche d’un corps de ferme flanquée de deux entrepôts en pisé complète l’information concernant l’exploitation du terroir de l’époque médiévale à l’époque moderne. Cette ferme dite « du Château » paraît, selon la documentation, dater du xviie s. dans son dernier état, mais pourrait remonter à l’époque médiévale dans ses fondations. Toute proche, une plate-forme d’environ 15 m2 a été identifiée entre des soubassements et une tranchée. Cet espace était couvert de tuiles modernes sur une épaisseur de 0,2 à 0,3 m. Le matériel prélevé dans cette couche date du xviiexixe s. Cependant, les techniques de constructions frustes, à base de solins de galets, et la présence d’un puits tout proche daté du xvie s., reprenant ces techniques, pourrait faire remonter la fondation de cette petite installation rurale au moins au xvie s. Dans le sondage 75, un puits comblé constitue la structure la mieux conservée pour cette époque. Son chemisage régulier en galets autobloquants à plusieurs couronnes rayonnantes montre une grande maîtrise de cette technique d’emploi de matériaux régionaux à sec, sans mortier. Le bouchon supérieur du puits a été entamé sur plus d’un mètre pour dégager le chemisage interne, procéder à une coupe et récolter du matériel.

14La céramique analysée comptait sur une cinquantaine de tessons, dont la datation paraît correspondre avec la fin du bas Moyen Âge et le début du xvie s.

15Cette occupation est contemporaine du site de Marclopt/Saint-Laurent-la-Conche diagnostiqué en 2006 par V. Georges. À peine éloignée de 30 km vers le nord, cette occupation du bas Moyen Âge a livré un bâtiment sur solins et un aménagement de plate-forme en galets, recoupé par des drains. Ces niveaux contenaient aussi des tuiles et de la terre cuite architecturale historique. Les similitudes paraissent grandes entre les deux sites et sont synchrones historiquement.

16Concernant la période contemporaine, sur le point culminant du tracé de la future déviation, deux fondations de murets ont été mises au jour. Il s’agit d’anciennes limites de propriété calquées sur les limites du cadastre actuel.

17Malgré l’étendue de l’emprise, la diversité de son tracé et la proximité avec des villages au passé prestigieux, le diagnostic de cette tranche 4 n’a livré que peu de vestiges conséquents, comme le laissait supposer l’étude géomorphologique concernant les conditions de recouvrement.

Fig. 1 – Puits

Fig. 1 – Puits

Sondage 75 ; vue du sud.

Cliché : K. Giry (Inrap).

Haut de page

Bibliographie

Ferber E. 2010 : Sury-le-Comtal, Bonson, Saint-Marcellin-en-Forez, Loire, Rhône-Alpes : ZAC des Plaines, tranche 2, rapport de diagnostic, Bron, Inrap.

Georges V. 2007 : Le Forez du VIe au Ier millénaire av. J.‑C. Territoires, identités et stratégies des sociétés humaines du Massif central dans le bassin amont de la Loire (France), Thèse de doctorat de 3e cycle, Université de Bourgogne, 2 vol.

Georges V. 2008 : Bonson, Sury-le-Comtal, Saint-Marcellin-en-Forez : ZAC Les Plaines tranche 1 (Loire – Rhône-Alpes), rapport de diagnostic, Bron, Inrap.

Le Nézet-Célestin M. 2011 : Déviation Bonson, Sury-le-Comtal, tranche 3A, rapport de diagnostic, Bron, Inrap.

Mauger A.-C. 2009 : Saint-Marcellin-en-Forez/Sury-le-Comtal : RD 8/déviation de Bonson (Loire, Rhône-Alpes), rapport de diagnostic, Bron, Inrap.

Thevenin É. 2007 : Saint-Marcellin-en-Forez (Loire) : déviation de la RD 498 (phase 2), rapport de diagnostic, Bron, Inrap, 2007.

Vicard T. 2013 : Bonson, Sury-le-Comtal, Saint-Marcellin-en-Forez : ZAC Les Plaines, tranches 3 et 4 (Loire – Rhône-Alpes), rapport de diagnostic, Bron, Inrap.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Puits
Légende Sondage 75 ; vue du sud.
Crédits Cliché : K. Giry (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/98350/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 111k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Fabien Isnard, « Sury-le-Comtal – RD 8-RD 498, déviation de Bonson et Sury-le-Comtal (tranche 4) » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Auvergne-Rhône-Alpes, mis en ligne le 18 février 2021, consulté le 16 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/98350

Haut de page

Auteur

Fabien Isnard

Inrap

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Fabien Isnard

Inrap

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search