Navigation – Plan du site

AccueilRégionsAuvergne-Rhône-Alpes201538 – IsèreAoste – Zac Parc Industriel d’Aoste

2015
38 – Isère

Aoste – Zac Parc Industriel d’Aoste

Opération préventive de diagnostic (2015)
Responsable d’opération : Stéphane Bleu

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Inrap

Texte intégral

1Cette campagne d’évaluation archéologique, menée sur l’emprise du projet de Zac « Parc Industriel d’Aoste », a couvert une superficie de 224 780 m2 d’emprise, sur des parcelles appartenant à la section cadastrale Y. Lors de cette évaluation, 150 sondages ont été réalisés sur l’ensemble de l’emprise (soit 6,5 %), soustraction faite des zones sur lesquelles nous ne pouvions intervenir pour différentes raisons. Les parcelles correspondant à l’emprise sont situées dans la vaste plaine alluviale des Basses Terres, synthèse complexe des divagations du Rhône et de son affluent principal le Guiers. La limite sud de cette plaine est matérialisée par l’émergence des coteaux molassiques des Terres Froides, culminant vers 245 m, et sur lesquels s’appuient les villages d’Aoste, de Granieu… Il s’agit d’un secteur où convergent les eaux de plusieurs affluents du Rhône (Le Guiers, la Bièvre, le ruisseau de Guindan, le ruisseau de la Cuisinière).

2L’emprise a été scindée en deux zones distinctes. La zone 1, à l’ouest, correspond aux parcelles 9, 10, 20, 106, 152 ; la zone 2, légèrement plus à l’est, regroupe les parcelles 9, 144, 152.

3Dans la plaine, de nombreux vestiges gallo-romains ont été repérés lors de prospections dans les champs (Bleu 1998 ; Bleu 2003), à l’occasion d’anciens travaux d’aménagement ou des différentes études réalisées dans le cadre du PCR « Peuplement et milieu en bas Dauphiné (Isle Crémieu), de l’apparition de l’agriculture à l’époque moderne » dirigé par J.-F. Berger. L’opération, essentiellement motivée par la proximité de l’agglomération secondaire antique d’Augustum (Aoste), présentait donc de fortes chances de mettre au jour des habitats pré et protohistoriques de bord de rivières, et des habitats antiques périphériques au vicus, dans un secteur très sensible.

4La limite, mise en évidence sur l’opération « Contournement d’Aoste », entre la Bièvre, à cailloutis basal bleuté et exhaussement palustre, et le Guiers, à dominante beaucoup plus sableuse et de couleur claire, se place, pour cette ZAC, au nord des sondages 1075 et 1082. Dans son avancée septentrionale, le Guiers a recoupé, semble-t-il, la stratigraphie de la Bièvre et déposé sa charge selon un modèle tressé en multiples chenaux peu profonds (plaine de tressage ou de métamorphose). La vaste plaine de tressage du Guiers, que l’on retrouve sur la majeure partie de la Zac (stratigraphie II, des paléochenaux), excepté sur l’extrémité nord-est (stratigraphie I, de Marais), dont la limite est un peu au-delà de la trace noire de F7006-2009-2017-2021-2088-2094, a repoussé la Bièvre vers l’ouest, au pied de la butte de Granieu, sans doute dès la fin de La Tène ou au début de l’Antiquité. En effet, les structures du sondage 1002 sont de La Tène, et ne sont pas dans la stratigraphie caillouteuse du Guiers, mais dans une stratigraphie antérieure de marais Guiers ou Bièvre (stratigraphie I, de Marais). Quant à la stratigraphie III, parallèle à la bande des chenaux de la stratigraphie II, elle se comprend comme une bande préservée du passage de ces chenaux, où peut perdurer une probable exploitation agricole lisible dans les artefacts dispersés, d’un horizon gris caillouteux omniprésent.

5La voie gallo-romaine et le site du haut Moyen Âge du sondage 1063 se trouvant directement ou presque sur la couche de grave de la stratigraphie II, on peut penser que cette importante décharge alluviale, identifiée en stratigraphie II, s’est produite avant, c’est-à-dire au début de l’époque gallo-romaine.

6L’importante masse caillouteuse déposée par le Guiers au début de l’Antiquité implique qu’il n’y ait pas vraiment de phase à méandrage pour ce cours d’eau sur le site. Le tracé actuel de la Bièvre, quant à lui, est anthropique et moderne. Des traces de son passage ou de ses marges sont visibles sur la bordure ouest de la ZAC.

7Plusieurs occupations et structures, en grande partie visibles sur les différents clichés aériens exploités lors de l’analyse régressive du paysage, ont été identifiées dans les niveaux qui couvrent le cailloutis de base. Il est possible d’affirmer que toute la zone de l’emprise a bien été occupée depuis le tout début de l’époque gallo-romaine jusqu’à nos jours. Il est donc parfaitement clair que les potentialités de découvertes d’autres vestiges liés à des occupations et/ou fréquentations sur l’emprise du projet sont fortes, même s’il doit s’agir plus spécialement de structures agraires.

8Le dépouillement des photographies aériennes de l’IGN, réalisé en amont de l’opération, faisait apparaître de nombreuses traces d’hydrographie fossile dans le secteur de notre emprise, correspondant vraisemblablement à d’anciens cours du Guiers, de la Bièvre et/ou du Guindan. Les séquences pédosédimentaires étudiées ont permis de mettre en évidence la présence de nappes graveleuses alluviales de ces deux cours d’eau, qui correspondent vraisemblablement à la fin de la période protohistorique ou du tout début de l’époque romaine (La Tène-ier s.). Il a donc paru impératif d’établir une stratigraphie générale du site tenant compte des multiples paléochenaux des deux cours d’eau et de leur alluvionnement proximal. Enfin, les différents niveaux d’apparition devaient être observés sous les regards croisés de l’archéologue et du géologue. Ils ont fait l’objet d’une réflexion interdisciplinaire et contextuelle, permettant de définir les conditions des milieux de vie anciens et les processus impliqués dans leur transformation et dans celle des vestiges archéologiques enfouis dans les alluvions.

9Les structures attribuées à la période la plus ancienne sont peu nombreuses, et semblent remonter à la phase finale de la période de La Tène ou au tout début de l’Antiquité gallo-romaine. Il s’agit principalement de deux ensembles de fosses, attribuables à La Tène finale, retrouvés en zone nord de l’emprise et installés en bordure d’un ancien paléochenal. En ce qui concerne le sondage 1002, des concrétions ferro-manganiques ont été échantillonnées dans des fosses circulaires de faible profondeur datées de La Tène finale, selon l’étude céramique. De plus, il est à noter qu’un ferrier a été repéré à une cinquantaine de mètres, au nord de la limite de l’emprise du diagnostic. Sur la partie nord du diagnostic d’Aoste (stratigraphie I, de Marais), il est constaté que le substrat est riche en oxydes de fer. On peut donc émettre l’hypothèse d’une relation entre ce type de structures en creux et le ferrier localisé à proximité. Les fosses pouvaient potentiellement servir à extraire du minerai sur place pour alimenter le ferrier voisin. Des références similaires ont été rapportées sur la fouille de Replonges, « Les Platières » (Ain) (Mazuy 2010, p. 126-130) et de Décines-Charpieu, « Le Montout, OL Land, tranche 1) (Ferber 2011). Néanmoins, il est nécessaire d’extraire une quantité non négligeable de sphérules pour alimenter des structures liées à la réduction du minerai de fer.

10Pour le tout début de l’Antiquité, une autre structure a été repérée dans la moitié sud de l’emprise. Il s’agit, semble-t-il, d’un important aménagement de berge (?), en blocs de schiste bleu, bordant un paléochenal. Cet aménagement a été observé sur une longueur d’environ 77 m. Il est constitué de plusieurs amoncellements de blocs, des dalles, pour la plupart, de schiste, en plusieurs ensembles équivalents, empilées sous forme de multiples « piles » qui s’enfoncent jusqu’à 2,30 m de profondeur sous la grave au fond du paléochenal. Ces dernières étaient sans doute là pour recevoir un aménagement en bois, dont les éléments n’ont pu être perçus dans le cadre de ce diagnostic. Le schiste de ces dalles n’est pas une roche locale mais provient de blocs erratiques alpins.

11De nombreuses traces de fossés et canaux tirés depuis les anciens cours de trois affluents du Rhône sont bien visibles sur les clichés aériens. Les études réalisées dans le cadre du PCR ont montré que le Guiers, la Bièvre et le Guindan ont régulièrement débordé au cours des périodes précédant l’Antiquité, occasionnant de graves inondations et rendant difficile l’exploitation des terres de la plaine alluviale. On suppose que d’importants travaux de canalisation ont été réalisés sur le Guiers et la Bièvre pendant l’Antiquité. Le cours du Guiers, qui passait au pied de l’oppidum gaulois, aurait été détourné au tout début de l’époque romaine, pour prendre un tracé beaucoup plus oriental.

12La bande graveleuse, d’orientation nord-ouest – sud-est, bien visible sur photographie aérienne, semble correspondre à l’engorgement d’un canal antique profond, que l’on avait mis en évidence dans le cadre du PCR (Gaucher 2007) et sur les opérations des « Manges nord » (Bleu 2015) et du « contournement » d’Aoste, mais qui n’a pu être retrouvé ici, en raison d’une haute nappe phréatique. La structure 7100 serait beaucoup plus complexe que prévue. En fait, un aménagement préalable gallo-romain, d’une vingtaine de mètres de largeur sur environ 3 m de profondeur (fossé/collecteur ? canal ?), aurait chenalisé, dans un deuxième temps, les eaux de divers affluents du Rhône (Guiers, Bièvre, Guindan), ce qui aurait le mérite d’expliquer la grossièreté des dépôts observés dans la structure et les traces d’arrachement.

13Dans le courant du ier s. (?) apr. J.‑C., ce secteur est également caractérisé par le creusement de longs fossés, correspondant vraisemblablement à une opération d’arpentage des terres, effectuée simultanément à une implantation importante de petites fermes et de villae, au cœur de l’ombilic et de la plaine alluviale (Bleu 1999 et 2003). Cette organisation de la fin du ier s. et du iis. apr. J.‑C., d’après l’étude de quelques tessons de céramiques retrouvés dans le comblement de certaines structures, intègre un triple réseau parcellaire : le premier orienté à 0° nord, le second à 60° nord, et le troisième à 24° nord. Seuls les deux derniers ont été identifiés lors de notre opération, puisque le premier semble circonscrit, pour l’instant, dans l’agglomération elle-même, et limité à quelques fossés périphériques. Si l’orientation à 24° nord est attribuable sans trop de difficulté au Haut-Empire, la seconde à 60° nord, semble plutôt se rattacher au cadastre napoléonien.

14Cette organisation hydraulique du ier s. apr. J.‑C. semble intégrer un réseau de drainage (fossés et collecteur ?), un réseau d’irrigation et un important canal de dérivation (de moulin ?) des eaux de la Bièvre, à la sortie d’un méandre peu prononcé. La présence de ce bief est originale au niveau régional. Il trouve son pendant, sans les palplanches, dans un bief du Haut-Empire diagnostiqué lors de l’opération de la Zac de la Maladière à Bourgoin-Jallieu, sur la Bourbre (Bleu 2005). Il semble que le canal se remplissait ou se vidait à l’aide d’un système-de vannes. Il n’a malheureusement pas été possible de déterminer la fonction précise de ce canal, ni de localiser d’éventuelles structures associées. Le bief est apparemment détruit par la progradation et le dépôt d’une épaisse couche gravelo-sableuse dans le lit de la Bièvre antique et du bief l’alimentant, au cours d’un ou de plusieurs épisodes de la fin de l’Antiquité.

15Enfin, le sondage 1063, au bout duquel se trouve la voie, a également livré un bâtiment, probablement antique, de forme quadrangulaire, dont il ne reste que les tranchées de récupération des murs. Ces dernières ont permis d’identifier un plan du bâtiment à deux salles, et d’avoir une idée un peu plus précise de son importance. La réalisation d’un petit sondage à l’intérieur d’une des tranchées de récupération a permis d’identifier un sol en béton de tuileau encore en place sur la face externe du mur correspondant. Les divers éléments retrouvés dans le comblement des tranchées indiquent également la présence de matériaux de construction « nobles », tels que du béton de tuileau, des nodules de mortier, quatre tesselles de mosaïque en calcaire blanc et gris, du tuf, des blocs de calcaire et des galets de rivière.

16C’est autour de cette construction qu’était organisé un petit ensemble funéraire, composé au minimum de neuf tombes individuelles en fosse, certaines aménagées de pierre ou de dalles (coffrage de bois), une autre en coffrage mixte de tegulae et de dalles de molasse. Les tombes s’orientent strictement en fonction du bâtiment quadrangulaire qu’elles entourent. Il est fort possible que d’autres fosses funéraires, dont les limites sont imperceptibles, apparaissent à la fouille. La tombe F2048, qui recoupe légèrement la tranchée de récupération ou la tranchée de fondation initiale du bâtiment quadrangulaire, laisse envisager également une postériorité de certaines de ces tombes par rapport au bâtiment. La présence d’ossements humains dans le comblement de la tranchée de récupération des fondations suggère que cette récupération s’est produite après l’installation des tombes. L’orientation des tombes ne peut être ici un critère de datation, en raison de l’influence du bâtiment sur leur situation : elles semblent s’installer au plus près, en adoptant l’orientation de ses murs. La question du statut du bâtiment en relation avec les tombes ne pourra être réglée que par la fouille complète de l’ensemble (Chapelle rurale ? Tombe monumentale fondatrice ?).

17Plusieurs structures antiques qui ont perduré jusqu’à l’époque moderne ont été identifiées. La datation a pu être établie grâce, en partie, à quelques rares fragments de tegulae retrouvés dans les niveaux alentours, et à la stratigraphie relative qui en découle : autant dire qu’il faut prendre les différentes datations des structures avec beaucoup de prudence. Ainsi, le comblement graveleux de la structure 7100 (fossé collecteur chenalisé ?) a pu servir, dans un troisième temps, de support à une voie tardive (Antiquité tardive/haut Moyen Âge à Temps modernes ?), d’une largeur supérieure à 20 m, avec ses deux fossés bordiers, observés notamment dans les sondages 6026 et 6033. Cette voie se serait installée sur l’affleurement d’une grosse masse caillouteuse naturelle, et serait restée en fonctionnement jusqu’à une période tardive (voie figurant sur la carte de Cassini ?). Ce linéaire a effectivement été repéré sur diverses photographies aériennes tout au long de l’ombilic des Basses-Terres. Il est notamment visible au nord-ouest de notre emprise sur la commune de Granieu, se dirigeant en direction d’une anomalie parcellaire hémisphérique de 250 m interprétée comme l’éventuel « port » de l’agglomération antique. La structure est fossilisée dans le cadastre de la commune de Granieu, au lieu-dit « La Ville », à l’ouest de notre emprise, et a donc été recoupée plusieurs fois, lors de diverses opérations réalisées précédemment. Il semble également que plusieurs structures hydrauliques fossiles de type fossé parcellaire (limite communale) et de drainage (?) ont continué de fonctionner jusqu’à une période très récente, comme en témoigne le sondage 2 de l’opération des Communaux, grâce auquel le fonctionnement du canal est attesté jusqu’à la période moderne.

18Pour la période post-antique, les photographies aériennes de l’IGN permettent d’identifier, notamment, un paléocours de la Bièvre (à moins qu’il ne s’agisse du Guindan ?) situé dans la zone 2, traversant du nord-ouest au sud-est la zone nord de notre emprise, alors que les anciens chenaux liés au Guiers avaient cessé de fonctionner. Pour la même période, l’ouverture du sondage 6062, en bordure de l’actuel chemin sud des Communaux, a permis d’identifier une série de trois fossés, orientés ouest-est pour les deux premiers, et nord-est – sud-ouest pour le dernier. L’ouverture d’une extension, à l’extrémité nord du sondage, a permis de confirmer la présence de ces fossés, sans qu’aucune relation n’ait été réalisée entre l’ensemble de ces structures.

1917 structures et faits de la période moderne et/ou contemporaine ont pu être identifiés. Aucune datation n’a pu être clairement établie du fait de l’absence de mobilier. Seule l’insertion stratigraphique permet d’avancer cette hypothèse chronologique. Cependant, là encore, il faut prendre les différentes datations des structures avec beaucoup de prudence. La répartition typologique des vestiges est la suivante : trois chemins, quatorze structures hydrauliques fossiles (fossés parcellaires et/ou de drainage), une tranchée de récupération ou fossé.

20L’organisation hydraulique de la fin du ier s. apr. J.‑C. intègre un réseau de drainage, un réseau d’irrigation, un aménagement de berge de paléochenal et un canal (de moulin ? d’irrigation ?) dérivant les eaux de la Bièvre à la sortie d’un méandre peu prononcé (Bleu et al.). Il serait important de pouvoir intervenir à nouveau sur la structure, à la lumière des informations que nous avons pu glaner lors de la post-fouille. En effet, le diagnostic ne permet pas d’établir de manière définitive le véritable rôle de cette structure (bief de moulin ?) et de confirmer cette hypothèse. Une telle structure ne se dressait pas seule dans la campagne : peut-elle faire partie de la pars rustica d’une villa située non loin de là et vouée à la production de vin, d’huile et de céréales ?

21Des sites et indices de sites identifiés en prospection, paraissent également attester une occupation antique assez dense dans le secteur proche de notre emprise. Ainsi, au quartier « des Communaux », à 1 km au nord du bourg d’Aoste, lors de la construction de l’usine de bonbons Bilbor (actuelle usine des jambons d’Aoste), un site daté des ier s. au vs. apr. J.‑C., d’une surface de 1 300 m2, avait été identifié et partiellement détruit. De plus, une information récente de M. Jean-Paul Bravard nous confirme la présence de gros blocs de pierre mis au jour lors de l’agrandissement de la même usine. Dans le même secteur, à 100 m au sud-ouest de l’usine, la prospection pédestre a également permis de recueillir matériaux de construction, céramiques sigillées et communes, scories. Enfin, aux « Manges-Nord », le dépouillement des photographies aériennes a permis de détecter une anomalie parcellaire importante, pouvant correspondre éventuellement à un fossé entourant une ferme indigène, qui n’a malheureusement pas pu être reconnu dans le cadre de cette opération. Les prospections réalisées sur place n’ont pas non plus permis de préciser la nature de cette occupation, en raison de la présence d’un petit bois et de friche. La découverte de fragments de tegulae dans les parcelles situées à la périphérie tendrait cependant à confirmer notre interprétation.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Stéphane Bleu, « Aoste – Zac Parc Industriel d’Aoste » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Auvergne-Rhône-Alpes, mis en ligne le 18 février 2021, consulté le 05 décembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/98438

Haut de page

Auteur

Stéphane Bleu

Inrap

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Stéphane Bleu

Inrap

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search