Navigation – Plan du site

AccueilRégionsAuvergne-Rhône-Alpes201538 – IsèreMoirans – 119 rue de la République

2015
38 – Isère

Moirans – 119 rue de la République

Fouille préventive (2015)
Responsable d’opération : André Rebiscoul

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Inrap

Texte intégral

1La commune de Moirans, à l’origine Morginum, entre Grenoble et Vienne, est mentionnée comme vicus sur la table de Peutinger. De rares interventions ont mis au jour des vestiges antiques, confortant l’existence d’une agglomération secondaire à cet endroit.

2La fenêtre de décapage s’ouvre sur un espace sub-horizontal constitué de sables et de graviers roulés, déposés par la rivière Morge, au régime torrentiel, qui se déverse dans l’Isère, à quelques kilomètres au nord-est.

3La fouille a mis au jour des creusements (fosses, trous de poteau et puits), ainsi que des constructions maçonnées en limite est de la fouille. Ici, le terrain plonge en direction de l’est et toutes les constructions sont implantées sur ce talus. L’espace bâti est restreint et forme un triangle rectangle aux côtés adjacents de 17 m par 10 m. Le recouvrement est compris entre 2,30 m et 3,60 m et n’a pas permis d’accéder à la totalité des vestiges.

4Des vestiges de constructions maçonnées, très dégradées, associés à des tegulae mammatae et de briques de colonnes quart de rond, sont les modestes témoins de l’installation humaine sur cette zone à l’époque augustéenne. Dans le voisinage immédiat de ces vestiges, ont été recueillis de nombreux pesons de métier à tisser et des amphores à alun (Lipari), traduisant une activité de teinturerie/tissage. Le mobilier archéologique abondant date cette activité du règne d’Auguste (présence de céramique arétine).

5Au début du ier s. apr. J.‑C., de nouvelles constructions apparaissent sur des remblais augustéens, et notamment un sol terrazzo isolé, portant encore des restes d’enduit peint sur ses bords, alors que ses murs ont été totalement démontés. Ce sol, solidement maçonné, constitué de mortier de chaux et de graviers, est effondré en son centre, sous l’effet de tassement des couches sous-jacentes.

6À quelques mètres au nord-ouest, un autre mur de cette même période est incliné de 30°N. Nous attribuons ces effondrements à un débordement de la rivière Morge, dont les divagations ont régulièrement marqué cette région.

7Après remblaiement de cet espace de constructions dans la deuxième moitié du ier s., est construite une grande plate-forme, d’au moins 5,50 m par 6 m, au sol maçonné au mortier de chaux et de graviers contenue par des murs. Le long du mur ouest, le sol s’ouvre sur deux dolia (il peut en exister d’autres sous la berme où disparaît ce bâtiment), ayant stocké du moût de raisin blanc (analyses Laboratoire Garnier).

8Ce grand bâtiment va progressivement s’affaisser, toujours dans le sens de la pente, et, sur celui-ci, après un nouveau remblaiement à la fin du ier s., sera reconstruit un sol identique au précédent, associé à un dolium en fosse ayant contenu du raisin noir.

9Ces deux derniers états sont dédiés à la vinification, pour laquelle nous n’avons pas d’échelle de grandeur, les vestiges n’étant que très partiellement reconnus. S’agit-il d’une production privée ou destinée au commerce ?

10Aucun mobilier postérieur au ier s. ne sera trouvé à l’emplacement des constructions qui sont abandonnées. Pour le rencontrer, il faut se déplacer d’une trentaine de mètres vers l’ouest, où se trouve un puits construit, qui a livré une très grande quantité de céramiques de la fin du iis. Il est par ailleurs le seul témoin de cette période.

11Dans son voisinage, un groupement de fosses contenait du mobilier des iiie s. et ivs. Enfin, un fragment de dérivé de sigillée paléochrétienne marque le terminus post quem de ces occupations au vs. Aucune construction n’accompagne ces creusements.

Fig. 1 – Vue générale de la coupe 12 avec le sol F 19 et le dolium 348

Fig. 1 – Vue générale de la coupe 12 avec le sol F 19 et le dolium 348

Cliché : A. Rébiscoul (Inrap).

Haut de page

Bibliographie

Penon C. 1993 : Les agglomérations secondaires de l’Isère (centre ouest et sud-ouest du département), mémoire de maîtrise, université de Lyon-2.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Vue générale de la coupe 12 avec le sol F 19 et le dolium 348
Crédits Cliché : A. Rébiscoul (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/98468/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 709k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

André Rebiscoul, « Moirans – 119 rue de la République » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Auvergne-Rhône-Alpes, mis en ligne le 18 février 2021, consulté le 06 juillet 2022. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/98468

Haut de page

Auteur

André Rebiscoul

Inrap

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

André Rebiscoul

Inrap

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search