Navigation – Plan du site

AccueilRégionsAuvergne-Rhône-Alpes201538 – IsèrePanossas – Les Buissières

2015
38 – Isère

Panossas – Les Buissières

Fouille programmée (2015)
Responsable d’opération : Matthieu Poux

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Université Lumière Lyon 2

Texte intégral

1Les objectifs de cette deuxième campagne de fouille du programme de recherche pluriannuel consacré au site antique des Buissières à Panossas ont été largement déterminés par les découvertes effectuées en 2014.

2À l’est, il visait principalement à mettre en relation les vestiges mis au jour en lisière occidentale (édifice thermal A, corps de bâtiment F) et orientale (corps de bâtiment M) du bosquet et de la clairière occupant les parcelles 594 et 595. L’ouverture de plusieurs tranchées de sondage discontinues, orientées ouest-est et nord-sud, a permis d’établir qu’ils appartiennent au même ensemble architectural. Ils constituent respectivement l’aile occidentale et orientale d’un corps de bâtiments à cour centrale, d’une superficie d’environ 2 200 m2. Au centre de la cour, un grand bassin rectangulaire de 18 m sur 7 m, pourvu au sud d’une abside, est prolongé au nord par une vaste pièce rectangulaire (R1) de 60 m2, qui forme une saillie en exèdre dans le mur de façade septentrional de la cour.

3Cet ensemble, flanqué de thermes très luxueux, ne présente pas les formes de luxe ostentatoire (mosaïque, péristyle, accumulation de pièces de réception) qui caractérisent généralement les parties résidentielles de villas. Sa fonction n’est pas encore établie, mais il n’est pas sans rappeler certains bâtiments dédiés à l’hébergement de dignitaires ou d’officiers (principia, praesidia). Très peu de matériel y a été retrouvé, qui permette de dater les phases d’occupation de cet édifice et d’assurer sa fonction résidentielle, mais sa construction est probablement contemporaine de celle de l’édifice thermal édifié sous Domitien (état 2). Il est par ailleurs établi qu’un établissement antérieur de plan sensiblement identique l’a précédé (état 1), dont les ailes occidentale et orientale ont été reconnues ponctuellement, ainsi qu’un premier bassin comblé durant l’époque julio-claudienne. Un tronçon du fossé d’enclos gaulois mis au jour en 2012 a été également retrouvé dans la cour, comblé de mobiliers caractéristiques de la fin du iie s. av. J.‑C.

4Au nord des thermes, le mur nord-sud partiellement dégagé en 2014 se prolonge sur 60 m de long. Il correspond probablement au stylobate d’un portique adossé à un bâtiment, mis au jour quelques mètres plus à l’est par le biais d’une longue tranchée de sondage. Aménagé en terrasse perpendiculairement à la pente, ce dernier se caractérise par une alternance de pièces larges dédoublées et de pièces étroites cloisonnées, qui rappelle certaines formes d’hébergement collectif attestées sur les camps militaires (contubernia, valetudinaria). Les maçonneries, très arasées, sont associées à de simples sols en terre battue. Ce corps de bâtiments, installé sur un remblai de matériaux de construction (épandages de tuiles) d’origine indéterminée, est occupé dès le ier s. apr. J.‑C. (état 1), et ne semble pas perdurer après la construction, sous Domitien, du complexe résidentiel et thermal précédemment décrit. Il est prolongé au sud par un mur d’orientation nord-sud, pourvu d’un large seuil, qui établit la jonction entre les deux groupes de constructions. Un canal voûté maçonné a été recoupé au droit de sa façade ouest, qui constitue peut-être un tronçon du dispositif d’adduction déjà mis en évidence plus à l’est ainsi qu’à l’ouest (« coulée verte » et bief aménagé compris entre l’entrepôt H et le corps de bâtiments B).

5À l’ouest, la fouille a poursuivi l’exploration des bâtiments situés sous l’entrepôt H fouillé en 2013-2014 et à ses abords. Il est prolongé, au sud, par un important corps de bâtiments (B), dont la façade nord avait déjà été recoupée dans une tranchée de sondage en 2012, et dont le plan apparaissait très nettement sur les photographies aériennes. Entièrement décapé, il se présente sous la forme d’un vaste complexe bâti de plus de 1 000 m2 de superficie, centré autour d’une cour encadrée par des portiques en U et des espaces d’ateliers, principalement dédiés à la métallurgie du fer. En témoigne la découverte de grandes quantités de déchets liés au travail du fer (scories, culots de forge, produits semi-finis), associés à plusieurs fosses de rejet et dispositifs de trempage (?). Les installations de forge correspondantes sont probablement localisées dans la grande cour qui prolonge le bâtiment au sud, qui n’a été fouillée que partiellement.

6Dans son premier état, daté de la seconde moitié du ier s. av. J.‑C., ce corps de bâtiments est pourvu au sud d’un portique de façade, et à l’est, de deux bastions latéraux faisant saillie dans sa façade orientale, reliés eux aussi par un portique. Une pièce au moins (B16) semble avoir été consacrée à l’habitat, tandis qu’un four aménagé dans l’angle de la cour (B12) pourrait être lié à des activités domestiques de fumage/séchage. Ce bâtiment a été occupé au moins jusqu’aux iiie-ive s., comme en témoignent les rares mobiliers préservés de l’arasement des sols, et la présence d’au moins une sépulture de périnatal en coffre de tuiles aménagée dans la cour sud.

7Ce complexe est prolongé, au nord, par le bief aménagé fouillé en 2013 et l’ensemble de bâtiments (E) préservés dans la cour (H1) de l’entrepôt qui leur a succédé. Ils forment, dans leur dernier état daté de la seconde moitié du ier s. apr. J.‑C., une enfilade d’ateliers, protégés à l’est par un portique. Leurs aménagements internes sont également liés, pour l’essentiel, à la métallurgie du fer (foyers de forge, scories). Le dépôt d’un grand bronze colonial de Vienne dans les maçonneries du premier état et la présence d’autres monnaies et de mobiliers contemporains montrent que ce complexe été édifié dès l’époque républicaine (40-30 av. J.‑C.). Il a fonctionné et connu de nombreux réaménagements tout au long de l’époque claudienne.

8L’espace de circulation (voie, chemin, cour ?) attenant au portique a livré une concentration importante de fragments d’enduits peints, caractéristiques du deuxième style pompéien (architectures fictives, imitations de marbre, guirlandes de fruits, frises figuratives). Leur présence, exceptionnelle en milieu rural et plus encore dans une zone artisanale, laisse présager l’existence d’un ou plusieurs bâtiments résidentiels en matériaux périssables, situé à cet emplacement ou à proximité immédiate.

9Le corps de voirie qui longe les façades occidentales de l’entrepôt H et du bâtiment B a été exploré sur un périmètre élargi autour de la sépulture à incinération découverte en 2014, afin d’y vérifier l’existence d’une nécropole à cet emplacement. Aucune autre structure n’y a été mise au jour, à l’exception d’une fondation quadrangulaire susceptible de correspondre à une base de pile funéraire très arasée. La fouille de ce secteur a permis de dégager l’extrémité ouest du bief aménagé, déjà découvert en 2013 entre l’entrepôt H et le bâtiment B.

10Au nord de l’entrepôt, le mur d’enclos mis en évidence l’année dernière a été suivi jusqu’à la route communale actuelle, sur plus de 100 m de long. La fouille des espaces adossés à son parement oriental a été poursuivie, en particulier de l’atelier polymétallique (L3). Elle a mis en évidence un nouvel espace (L9) accolé à l’espace L5 fouillé l’année dernière, qui correspond à une extension tardive, contemporaine des dernières phases d’occupation du site aux iiie-ive s. Un four dédié à la refonte d’objets en alliage cuivreux y côtoie d’autres indices d’activités artisanales (tissage notamment) et plusieurs tombes d’enfants périnataux ou en bas âge aménagées plus au nord, le long du mur d’enclos.

11La récurrence des installations de travail du fer et du bronze dans les corps de bâtiments B, E et L contraste avec l’absence d’indices liés à d’autres activités (notamment agricoles, si l’on fait exception du granarium H, qui les recouvre en partie), et excède de beaucoup les besoins de production ou de réparation induites par l’activité d’un établissement rural. Leur plan d’ensemble, qui trouve de bonnes correspondances en milieu urbain et militaire, invite à interpréter l’ensemble du complexe comme une vaste manufacture (fabrica) de plus de 1 200 m2, qui compterait parmi les plus importantes découvertes en Gaule. Sa présence est peut-être liée au voisinage immédiat des gisements de fer oolithique exploités au xixe s. dans le vallon de Frontonas-Panossas, hypothèse de travail qui devra être validée par le biais d’analyses archéométriques.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Matthieu Poux, « Panossas – Les Buissières » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Auvergne-Rhône-Alpes, mis en ligne le 18 février 2021, consulté le 04 décembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/98493

Haut de page

Auteur

Matthieu Poux

Université Lumière Lyon 2, ArAr (UMR 5138)

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Matthieu Poux

Université Lumière Lyon 2, ArAr (UMR 5138)

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search