Navigation – Plan du site

AccueilRégionsAuvergne-Rhône-Alpes201538 – IsèreSaint-Clair-de-la-Tour – Zac du S...

2015
38 – Isère

Saint-Clair-de-la-Tour – Zac du Serpentin

Opération préventive de diagnostic (2015)
Responsable d’opération : Vincent Georges

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Inrap

Texte intégral

1La campagne de sondages a porté sur 7 ha de la plaine alluviale de la Bourbre, un affluent du Rhône. Le secteur, sondé sur 7 % de la surface, s’étend sur un axe est-ouest, en rive gauche de l’écoulement actuellement canalisé de ce cours d’eau. Les enregistrements sédimentaires de cette portion de plaine alluviale montrent différentes phases d’alluvionnements fins à grossiers, qui ont pu être appréhendés, de l’amont à l’aval, sur une bande de 500 m de long et 100 m de largeur. Les sondages se sont déroulés d’est en ouest (zones 1 à 4). Plusieurs phases de réactivation du fonctionnement fluvial sur ce secteur ont été observées (vestiges de crues, chenaux…), et ont pu faire l’objet d’une ébauche de phasage chronologique. Il a été avéré que des chenaux avaient été recreusés dans les sédiments plus anciens. Des éléments importants de l’histoire naturelle de cette rivière et de l’occupation de sa plaine d’inondation ont donc été collectés. Il est par ailleurs attesté que l’activité fluviale a remobilisé d’importants vestiges d’habitat lors des phases érosives.

2Ce diagnostic a ainsi mis en évidence la présence d’un site d’habitat attribuable aux tous premiers temps du premier âge du Fer, et partiellement ou totalement détruit sous l’action d’une ou plusieurs crues érosives. Le site se situait soit plus à l’amont du périmètre du diagnostic, ou conservé dans la partie orientale de la zone 1, sous la forme des structures de foyers à pierres chauffantes pour l’instant non datées. Le résultat de deux dates 14C, en cours de traitement au laboratoire de Villeurbanne, permettra de caler plus précisément dans le temps la succession de ces événements. L’une de ces datations porte sur des alluvions sous-jacentes à celles livrant du mobilier protohistorique, et qui ont la particularité de comporter des terres cuites architecturales antiques ou post-antiques. La seconde datation par 14C concerne l’une des structures foyère à pierres chauffantes précitées, et implantée dans un paléosol ancien, antérieur à l’Antiquité, actuellement enfoui sous le sol actuel et composé de limons de débordement de la Bourbre. Cette structure archéologique correspond à un creusement, sous forme d’une fosse subquadrangulaire oblongue, de 2,5 m pour plus d’1 m de large, et dont le remplissage contient les indices d’une combustion à pierres chauffées. Posés sur un lit dense de charbons de bois, divers éléments lithiques gardent ainsi les stigmates de leur exposition à la chaleur, essentiellement des petits blocs de galets thermofractés, pour la plupart en quartz, roches réputées pour leurs facultés à emmagasiner et redistribuer la chaleur sur la durée. Il est à noter la présence latérale de plus gros modules sous forme de plaques de schistes ou en grès pluri-décimétriques ayant eux aussi subi l’action de la chaleur.

3Cette présence archéologique a motivé l’ouverture de sondages sur le niveau d’apparition de ce foyer à pierres chauffantes. Deux autres structures du même type sont alors apparues, pour former un axe commun, sur lequel ces structures sont alignées et à équidistance de l’axe. Un sondage perpendiculaire à l’axe formé par ces foyers a permis le repérage d’une structure de format et d’orientation identiques aux trois autres. Ce dernier vestige laisse clairement envisager un deuxième alignement selon un axe identique. L’espacement régulier des trois foyers du premier alignement s’interrompt en direction du sud, d’après les résultats du diagnostic. Au nord, la topographie ancienne du terrain connaît une déclivité de près d’1 m, toujours établie dans le cadre des sondages. Les trois foyers siègent ainsi en surplomb, sur une paléo-surface doublée d’un paléosol, avec des niveaux d’apparition altimétriquement homogène.

4Ce bilan archéologique inclut la découverte d’une ancienne mare indétectable à la surface du sol actuel et placée dans l’angle d’une parcelle actuelle absente du cadastre napoléonien. Elle a été entièrement remblayée notamment dans sa partie centrale à l’aide d’un dépotoir de céramiques de la première moitié du xviiie s. L’étude du mobilier céramique a caractérisé la présence de récipients liés à l’activité laitière et fromagère, en l’absence de récipients de cuisson.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Vincent Georges, « Saint-Clair-de-la-Tour – Zac du Serpentin » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Auvergne-Rhône-Alpes, mis en ligne le 18 février 2021, consulté le 21 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/98499

Haut de page

Auteur

Vincent Georges

Inrap

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Vincent Georges

Inrap

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search