Navigation – Plan du site

AccueilRégionsAuvergne-Rhône-Alpes201507 – ArdècheBalazuc – Site de hauteur des Bar...

2015
07 – Ardèche

Balazuc – Site de hauteur des Barasses

Prospection diachronique et sondage (2015)
Responsable d’opération : Léo Lacheray

Texte intégral

1Le secteur dit des « Barasses » désigne la falaise abrupte qui s’étend du pont de Balazuc à la Tour Jeanne, ainsi que la partie du plateau qui la surplombe. Il se situe sur la rive droite de l’Ardèche, en aval du pont, juste en face du village médiéval de Balazuc.

2La zone de recherches proprement dite se situe au nord-est de la tour de guet, construite sur le piton rocheux situé au bout de l’éperon formé par la confluence de la vallée de l’Ardèche et du ruisseau de Pierre Froide (ou Peyrefroide), et surplombant le chemin de Balazuc à Uzer (aujourd’hui D294). Elle va de la tour jusqu’au bout d’un grand pierrier d’une centaine de mètre, orienté nord-est, qui forme ensuite un coude et vient barrer le site au nord. Au sud, la limite est marquée par le barrage naturel que forme la falaise des Barasses, aujourd’hui très prisée des grimpeurs qui viennent profiter des nombreuses voies aménagées pour l’escalade. L’à-pic qui surplombe le « cirque » de Pierre Froide matérialise la bordure ouest. Une ruine historique marque la limite sud-est, bâtie à l’aplomb de l’étranglement naturel que forme la falaise à cet endroit.

3La surface occupée sur le plateau s’étend sur environ 1,2 ha.

4Des prospections ont été menées dans cette zone par P. Mouyon et par H. Saumade dans les années 1960 et 1970. Une partie du matériel récolté a été déposée à la Cité de la Préhistoire d’Orgnac, mais les étiquettes associées donnent peu de précisions sur la localisation des vestiges découverts. Un objet plat et allongé en céramique découvert par H. Saumade y est visible, ainsi qu’un lot de matériel archéologique ramassé par P. Mouyon, et composé de centaines d’éclats de silex brûlés, associés à des fragments de céramique tournée et non-tournée, quelques morceaux de terres cuites architecturales et des esquilles d’os (étiquette « Tour de Guet »).

5Le Dr Jullien signale en 1911 un site archéologique situé « sur le versant est d’un ravin, au fond duquel coule un torrent temporaire, affluent de la rive droite de l’Ardèche. À 200 m au nord du chemin de Balazuc à Uzer, à 500 m du Pont de Balazuc. Industrie : céramique abondante, ornement : linéaires incisés et en coup d’ongles, anses mamelonnées ; silex : lames et grattoirs, éclats. Mélanges : céramique gallo-romaine » (Jullien 1911). La localisation du gisement et le type de matériel recueilli nous renvoient très probablement au site de hauteur des Barasses.

6On ne trouve pas de mention de ce site dans les divers inventaires sur les sites de hauteur protohistoriques du département de l’Ardèche. Il a été repéré, dans un premier temps, suite à des ramassages successifs de fragments de céramique depuis une vingtaine d’années en contrebas du promontoire par L. Lacheray. Un abondant matériel protohistorique et antique se trouvait mêlé au pierrier formé par la dégradation des terrasses agricoles (faysses) aménagées le long de la pente jusqu’à la route, au niveau des dernières voies d’escalade (« Vignes du bateau » sur le cadastre de 1825).

7Le site a fait l’objet de visites d’expertise par B. Gely (SRA) en juin 2014, puis par F. Delrieu (SRA) et É. Durand (Inrap) en septembre 2014. Ces derniers ont souligné l’intérêt d’une petite campagne de prospection et de sondages dans le cadre du PCR « Habitat fortifié à l’âge du Bronze et au premier âge du Fer sur le versant oriental du Massif Central : départements de la Loire, de l’Ardèche et du Rhône ».

8En effet, la situation du site, en haut de falaise et sur un éperon (confluence de l’Ardèche et du ruisseau de Pierre Froide), ainsi que le matériel recueilli en surface, en partie de facture protohistorique, pouvaient justifier une opération archéologique, afin de mieux définir la nature de cette occupation et son attribution chronologique.

9La campagne archéologique s’est déroulée du 4 au 15 mai 2015, sous la direction de L. Lacheray, qui encadrait une équipe de cinq étudiants en archéologie.

La prospection

10Étant donné la densité du couvert végétal sur ces parcelles abandonnées par les cultivateurs et les bergers depuis le milieu du xxe s., un important travail de débroussaillage préalable a été inévitable. Celui-ci a nécessité plusieurs semaines, en utilisant uniquement des moyens manuels, la débroussailleuse n’étant pas adaptée à ce type de terrain rocailleux.

11Malgré ces efforts, une partie du terrain à prospecter est restée envahie par la végétation ; les zones de lapiaz, notamment, sont difficilement accessibles.

12En considérant la nature du terrain et du relief, une prospection linéaire paraissait impossible à réaliser. Une division par secteur a été envisagée. La zone située au centre de l’éperon, envahie par les chênes verts et les buis, et caractérisée par un lapiaz profond, rendait impossible tout travail de prospection. Des sondages sont à envisager dans ce secteur lors d’une prochaine campagne.

13La zone d’étude a été ainsi divisée en onze secteurs :

Les sondages

14Quatre sondages exploratoires ont été mis en place.

15Le sondage 1 a été implanté en bord de falaise, dans le secteur 6, à l’aplomb de l’étranglement nord-est, sous la forme d’une tranchée, afin, entre autres, de dater la murette qui borde la falaise à cet endroit.

16Le sondage 2 a été implanté dans une petite diaclase, au niveau du secteur 9, dans la zone de lapiaz où la roche est à nu.

17Le sondage 3 a été implanté dans une faille au bord de la falaise, là où avait été retrouvée une importante quantité de matériel en prospection.

18Le sondage 4 a été implanté sur la partie sommitale de l’éperon (secteur 10), qui surplombe le grand pierrier, là où se concentrait une partie importante du matériel archéologique découvert en prospection. De plus, la grande terrasse, en partie artificielle pouvait laisser supposer la présence d’habitats. Un carré exploratoire de 2 x 2 m fut mis en place.

19Plusieurs phases d’occupation ont pu être caractérisées suite à cette première campagne :

Une occupation néolithique ?

20Deux tessons (une anse mamelonnée et une préhension verticale) découverts en prospection pourraient se rattacher à une phase d’occupation au Néolithique (final ?).

21Certaines pièces lithiques, extraites de l’US 1 remaniée du sondage 3 pourraient être rattachées au Néolithique moyen voire Néolithique ancien (étude lithique R. Furestier).

22De gros tessons de céramique non-tournée inornée, découverts au fond du sondage 1, pourraient également se rattacher à une phase d’occupation ancienne, ainsi que plusieurs instruments de mouture découverts en prospection (étude en cours par S. Cousseran-Néré).

Une occupation au premier âge du Fer

23La majorité du matériel rencontré en prospection et dans les sondages (US 3 et 4 du sondage 1, US 3 et 4 du sondage 3, US 4 du sondage 4), notamment de la céramique d’importation, est à rattacher à une importante occupation centrée sur la première moitié du vs. av. J.‑C. (étude céramique par P. Dutreuil).

24La découverte d’un probable niveau de destruction d’habitat en place est à souligner (US 4 du sondage 4), tant les niveaux conservés en place sont peu fréquemment rencontrés sur ces sites de hauteur protohistoriques, souvent effacés par l’érosion et les travaux agricoles. L’exiguïté de la fenêtre d’étude nous impose de rester prudents sur l’interprétation des structures découvertes.

25L’abondance des fragments éléments architecturaux en terre crue, cuits accidentellement (incendie ?) dans les couches attribuables au premier âge du Fer, laisse toutefois soupçonner la présence de bâti en matériaux légers et périssables (poteaux porteurs, clayonnage et torchis ?), peut-être sur solins de pierres. Les diverses preuves d’artisanat (fusaïole, scories, brunissoir à céramique) et de transformation des grains (instruments de mouture) évoquent aussi un habitat sur la durée.

Une occupation tardo-antique

26Une abondante quantité de matériel attribuable à la fin de l’Antiquité a été découverte : céramique (amphore, DSP commune grise, KAOL), tegulae, monnaies d’imitation, verre (ive s. apr. J.‑C., étude par J. Roussel-Ode). D’autres éléments pourraient être rattachés à cette occupation gallo-romaine tardive, notamment liés à une activité métallurgique : nombreuses scories, morceaux de plomb, objets en fer et en alliage cuivreux. Malheureusement, aucun niveau en place correspondant à cette occupation n’a été découvert.

27Il convient de noter la découverte d’un morceau de pied annulaire de coupe sigillée, qui pourrait témoigner d’une fréquentation gallo-romaine du site à une époque plus ancienne.

Des occupations médiévales, modernes et sub-contemporaines

28La construction de la tour de guet à la pointe de l’éperon serait liée à la mise en défense des castra à la fin du xive s. et au début du xve s., dans le contexte des troubles militaires de la Guerre de Cent Ans. La présence de « routiers » dans les régions méridionales, ces mercenaires privés d’employeurs pendant les périodes de paix et vivant de pillages et de rançons, entraîne des travaux de fortification/re-fortification assez considérables partout dans le Vivarais. L’usage d’une tour de plan circulaire, pour une tour autre qu’une tour maîtresse, semble, dans le contexte régional, plaider également pour une construction à cette époque (Laffont 2004).

29Quelques éléments céramiques rencontrés lors des prospections et dans les premières couches des sondages (céramique grise commune de type pegau ?) renvoient également à une fréquentation médiévale du site.

30Les fragments de céramique vernissée ou glaçurée, ainsi que les diverses murettes et tas d’épierrement (clapas) qui parsèment le site, témoignent de la fréquentation du site et de la mise en culture aux époques moderne et subcontemporaine.

Des interrogations

Le grand pierrier

31Si une partie du grand pierrier qui barre le site au nord-ouest semble d’origine agricole (travaux d’épierrement), sa configuration pose question : plus d’une centaine de mètres ; plusieurs phases de rehaussement des parements externes visibles ; jalonné par des “ bastions ”. Ses substructions pourraient être plus anciennes et une étude de son architecture serait nécessaire, afin de savoir si nous sommes en présence d’un éventuel rempart.

La citerne

32Une citerne est aménagée dans un lapiaz, à l’est du site, non loin de la ruine historique. Ce type de citernes est fréquent sur le plateau. Elles sont constituées d’un simple colmatage d’une faille profonde du lapiaz, afin de collecter les eaux de pluies. Le pourtour est la plupart du temps parementé par des moellons calcaires liés ou non à la chaux, et agrémenté d’un escalier sommaire, afin de permettre l’accès aux hommes et aux bêtes. Ces « abreuvoirs » sont encore utilisés de nos jours par les rares bergers. Il serait intéressant de définir l’époque de sa mise en place.

33L’approvisionnement en eau de ces sites de hauteur reste en effet une problématique peu abordée. Il convient de noter que le site de hauteur du Gros à Caunes-Minervois (Aude) présente ce type de citerne colmatée et maçonnée dès le premier âge du Fer (Ropiot 2015).

Haut de page

Bibliographie

Bats M. 2007 : Entre Grecs et Celtes en Gaule méridionale : de la culture matérielle à l’identité ethnique, Pallas, 73, p. 191-198.

Bocquet A. 2011 : Balazuc. Village médiéval du Vivarais. L’Histoire les hommes, les pierres, Plumes d’Ardèche.

Combier J. 1977 : Informations archéologiques, Circonscription Rhône-Alpes, Ardèche, Gallia Préhistoire, Fouilles et monuments archéologiques en France métropolitaine, 20-2, CNRS, p. 572-608.

De Chazelle C.-A. 2005 : Éléments architecturaux et mobilier domestique en terre crue, Archives d’écologie préhistorique (Recherches en archéologie préventive, 3, p. 237-265.

Jullien J. 1911 : Les stations néolithiques en plein-air du Bas-Vivarais, Congrès Préhistorique de France, 1911/1912, p. 255-259.

Laffont P.-Y. 2004 : Atlas des châteaux du Vivarais, DARA 25.

Ropiot V. 2015 : Espaces habités et espaces parcourus le long des cours d’eau du Languedoc occidental, du Houssillon et de l’Ampourdan du ixe s. au début du iie s. avant notre ère, Archéologie du paysage 2, Ed. Mergoil.

Roussel-Ode J. 2014 : Le verre antique dans les chefs-lieux de cités de la moyenne vallée du Rhône, Monographies Instrumentum, 49, éd. Monique Mergoil.

Rouviere M. 1983 : Les aménagements agricoles subactuels en pierre sèche sur l’oppidum de Jastres-Nord (Ardèche), L’architecture vernaculaire, l’évolution des techniques de la construction à sec dans l’habitat en Languedoc du Néolithique à la période contemporaine. Actes des journées d’études de Viols-lé-Fort, supplément 3, p. 101-108.

Saumade H. 1968 : Rapport d’activité de l’année 1968 adressé à la Direction des antiquités préhistoriques de Lyon.

Saumade H. 1987 : Préhistoire de Lussas et du Bas-Vivarais, Association de sauvegarde du plateau de Jastres.

Saumade H. 1996 : Les sites fortifiés protohistoriques de l’Ardèche dans leur contexte méditerranéen.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Léo Lacheray, « Balazuc – Site de hauteur des Barasses » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Auvergne-Rhône-Alpes, mis en ligne le 18 février 2021, consulté le 20 octobre 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/98645

Haut de page

Responsable d’opération

Léo Lacheray

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search