Navigation – Plan du site

AccueilRégionsAuvergne-Rhône-Alpes201507 – ArdècheGuilherand-Granges – Avenue de Pr...

2015
07 – Ardèche

Guilherand-Granges – Avenue de Provence

Fouille préventive (2015)
Responsable d’opération : Pascale Conjard-Réthoré

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Inrap

Texte intégral

1En amont d’un projet de construction d’immeubles sociaux, une fouille a été conduite au cours de l’automne 2015 par l’Inrap, avenue de Provence, au sud de la commune de Guilherand-Granges, en limite de celle de Soyons et à quelques 40 m à l’ouest du Rhône. Ce secteur de plaine, vierge de tout bâti au xixs., est cependant déjà occupé par la ferme de Blaud, grosse maison à tour d’angle et tour escalier, dont la porte à linteau en accolade est ornée d’un blason.

2Le diagnostic réalisé en janvier 2015 avait mis en évidence un bâti antique très dégradé par les labours, mais le site se distinguait par la présence d’un vaste fossé de même époque. Or, la question des parcellaires antiques a fait l’objet de différentes recherches, dont l’une propose de reconnaître une centuriation du territoire de la cité valentinoise se développant de façon globale de part et d’autres des rives du Rhône (centuriations A et B de Valence). Le recoupement de ce fossé sur différents segments a permis de vérifier que celui-ci ne se rapportait à aucune de ces centuriations. En revanche, il s’intègre parfaitement à un réseau de fossés et chemins bien mis en évidence ces dernières années. Ce fossé, qui se développe sur 3,80 m de large pour 2,20 m de profondeur, présente différentes phases de colmatage et de curage. La chronologie de ces différentes phases demeure imprécise, car, nonobstant une phase de comblement bien caractérisée par des apports de remblais au iiie s., les autres phases ne peuvent être datées. Néanmoins, la chronologie relative du site permet d’envisager sa construction dès le Haut-Empire. Il est repris au Moyen Âge ou à l’époque moderne. Il jouxte encore actuellement la limite communale entre Guilherand et Soyons. Il est possible qu’il l’ait matérialisée jusqu’à l’époque moderne.

3Outre ce fossé, plusieurs bâtiments, associés à des fosses d’extraction de terre pour leur construction, ont été identifiés. Le bâti s’installe d’abord à proximité du fossé au cours des ier-iis. Le premier bâtiment est à plan simple, de forme quadrangulaire, borné au sud par une galerie. Ce bâtiment est probablement détruit au début du iiie s. Les remblais de démolition sont alors jetés dans le fossé. Fin iiie-début ive s., il est reconstruit, et associé à un probable bassin, qui évacue son trop plein dans le fossé par le truchement d’un petit caniveau. Un second bâtiment est également construit un peu plus au nord. Il se distingue par trois à quatre pièces qui ouvrent sur une galerie ou porche de façade. Il est probable que les bâtiments aient eu une vocation agricole. Cependant, aucun indice ne vient conforter cette hypothèse. La présence d’une gouge et d’un ciseau ou burin évoque le travail du bois, quelques scories de fer celui de la forge, mais ces activités sont connexes à l’agriculture. En revanche, la présence d’éléments de tubulure, de quelques fragments de béton de tuileau et d’objets de confort comme une palette à fard, des épingles de parure en os, une chaînette en alliage cuivreux, une clé, des éléments d’huisserie confèrent à l’établissement une certaine aisance.

4Vraisemblablement contemporains de ce dernier bâti, deux murs sont construits à l’intérieur du fossé, à l’est de la parcelle. Ces deux murs, parallèles et espacés de seulement 2 m, sont montés en belle maçonnerie de petits moellons de grès calcaires et assis sur des fondations massives. Leurs longueurs n’ont pu être appréhendées dans leur intégralité, car elles se poursuivent sous la berme du chantier. Elles ont néanmoins été observées sur 7,50 m. L’interprétation de cette construction n’est pas assurée. On peut suggérer une fonction de pont permettant de franchir le fossé. Deux observations créditent cette proposition. L’analyse géomorphologique du site a permis de vérifier que, si l’habitat antique occupe une ancienne dépression naturelle de la terrasse, en revanche, le possible petit pont se situe dans l’axe d’une bande de terrain graveleux correspondant à la terrasse alluviale encore en place à l’est. Au-delà, la terrasse géologique est marquée par une rupture de pente naturelle, assiette de l’actuelle avenue de Provence. Cette dernière était qualifiée de « chemin vieux de Soyons aux Granges » sur le cadastre de 1811. Ne peut-on envisager que ce chemin ait occupé le bord de terrasse durant l’Antiquité et que le ponceau permettait alors à ce chemin de franchir le fossé ? Mais aucune trace de chemin n’a été reconnue pour l’Antiquité, sans doute encore plus érodé en ce point haut que le site d’habitat un peu mieux préservé dans la dépression naturelle. La chronologie d’occupation du fossé et de la probable voie est très comparable à celle du site de Bayard nord, fouillé en 2013.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pascale Conjard-Réthoré, « Guilherand-Granges – Avenue de Provence » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Auvergne-Rhône-Alpes, mis en ligne le 18 février 2021, consulté le 16 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/98680

Haut de page

Auteur

Pascale Conjard-Réthoré

Inrap

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Pascale Conjard-Réthoré

Inrap

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search