Navigation – Plan du site

AccueilRégionsAuvergne-Rhône-Alpes201526 – DrômeMalataverne – Grotte Mandrin

2015
26 – Drôme

Malataverne – Grotte Mandrin

Fouille programmée (2015)
Responsable d’opération : Ludovic Slimak

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : CNRS

Texte intégral

1L’opération 2015 s’inscrit dans un programme triennal 2015-2017. Les opérations de terrain se sont déroulées du 28 juin au 5 septembre, avec deux objectifs principaux :

  • extension des surfaces de fouille dans la zone nord, extérieure au surplomb actuel de la voûte de l’abri ;
  • mise en place d’une coupe transversale est-ouest concernant l’essentiel des espaces en cours de fouille sur 8 m de longueur.

2En zone extérieure, les opérations ont principalement concerné le sommet du Paléolithique moyen attribué au dernier niveau du Post-Néronien II, couche B2 ; toutefois l’ensemble des couches, de A à J, ont été concernées par les opérations, par la mise en place de la grande coupe transversale du sondage 98 à l’ouest, où les couches B à J ont été atteintes, jusqu’à l’extrémité est du gisement, où les opérations se sont essentiellement arrêtées en couche E (Néronien), et, localement, à l’interface E/F (F = Moustérien de type Quina rhodanien). Un total de 2 854 pièces a été localisé dans l’espace sur cette seule opération, et, concernant donc les couches A (Néolithique final) à J (Moustérien, MIS 5). La fouille de la zone de rejet, très dense en mobilier archéologique, décelée en sommet du niveau B2 (circa 43 ka cal) lors de l’opération 2014, s’est poursuivie. 1 133 éléments proviennent de cette seule unité en 2015. L’essentiel des pièces archéologiques a été laissé in situ après dégagement, afin de pouvoir faire l’objet d’un scan 3D précis avant relevé. Cette unité B2 a livré un maxillaire supérieur d’homininé, pour lequel la partie osseuse était en grande partie dissoute, mais dans lequel cinq dents en connexion lâche, molaires, canine et incisives, étaient bien préservées. Ces éléments ont été intégrés dans le scan 3D de l’unité permettant d’en archiver très précisément les riches associations archéologiques. Ce mobilier a été vu en place par l’anthropologue Bruno Maureille (UMR PACEA). L’équipe de paléogénétique de l’université de Copenhague a immédiatement dépêché l’un de ses doctorants, afin d’échantillonner l’une de ces dents. Cet échantillon, analysé en priorité par Copenhague, a révélé une préservation exceptionnelle des données paléogénétiques, fournissant une quantité inaccoutumée d’informations pour des ossements de cet âge. Ces données marquent une avancée remarquable quant à nos connaissances sur les dernières sociétés du Paléolithique moyen à l’échelle eurasiatique. Elles marquent un pas fondamental pour la compréhension des toutes dernières sociétés néandertaliennes, et seront présentées à la communauté scientifique via une revue généraliste à fort impact scientifique au cours du printemps 2016.

3De nouveaux dosimètres ont été implantés en août 2015 par Marine Frouin, du RLAHA d’Oxford, afin d’obtenir un vaste corpus de dates TL et OSL, couvrant l’intégralité de la séquence de B1 à J. Un nouveau modèle Bayésien a été monté par l’équipe d’Oxford, et cale déjà la séquence des couches B1 à H, montrant que la base de la séquence appartient bien au stade isotopique 5, à caractère tempéré, comme elle était suspectée. Un modèle complet plus précis pourra être calculé dès le printemps 2016, après récupération des dosimètres implantés durant l’été 2015.

42016 a vu la diffusion, sur le Public Broadcasting Service (PBS) aux États-Unis et sur Arte en Europe, du documentaire sur les premiers Homo sapiens dans lequel Mandrin est longuement présenté. Le 52 mn de Rob Hope sur Mandrin, Crépuscule néandertalien pour Aube moderne a, par ailleurs, été projeté en avant-première le 16 octobre 2015 à Malataverne devant une salle comble. Ce film sera diffusé en 2016 sur Montagne TV et Ushuaïa TV. L’exposition Néandertal, une énigme préhistorique incluant une restitution grandeur naturelle de sa vaste structure d’habitat au musée du Grand-Pressigny s’est tenue du 11 avril au 3 novembre 2015 et a été prolongée jusqu’en mai 2016.

5Concernant les études universitaires en cours, la thèse de Laure Metz (Aix-Marseille Université), sur les armes au sein de la séquence de la Grotte Mandrin, a été soutenue le 14 décembre 2015. Il y est démontré l’existence de l’arc dès le 50e millénaire, au sein de la couche E (Néronien).

6Le Master 2 de Ségolène Vandevelde, portant sur les suies et dépôts carbonates de Mandrin, et le Master 1 d’Audrey Roussel, sur les faunes de Mandrin, ont été soutenus en juin 2015. A. Roussel continue en Master 2 sur les faunes de la couche E.

Fig. 1 – Vaste structure mise en place à l'entrée de la grotte Mandrin

Fig. 1 – Vaste structure mise en place à l'entrée de la grotte Mandrin

Afin de pouvoir appréhender l’organisation spatiale des groupes humains s'étant installés dans la cavité à travers le temps.

Cliché : L. Slimak (Traces).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Vaste structure mise en place à l'entrée de la grotte Mandrin
Légende Afin de pouvoir appréhender l’organisation spatiale des groupes humains s'étant installés dans la cavité à travers le temps.
Crédits Cliché : L. Slimak (Traces).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/98829/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 475k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Ludovic Slimak, « Malataverne – Grotte Mandrin » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Auvergne-Rhône-Alpes, mis en ligne le 18 février 2021, consulté le 21 octobre 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/98829

Haut de page

Auteur

Ludovic Slimak

CNRS UMR 5608 –TRACES

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Ludovic Slimak

CNRS UMR 5608 –TRACES

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search