Navigation – Plan du site

AccueilRégionsAuvergne-Rhône-Alpes201526 – DrômeSuze-la-Rousse – Salle du Jeu de ...

2015
26 – Drôme

Suze-la-Rousse – Salle du Jeu de Paume

Sondage avec relevé de bâti (2015)
Responsable d’opération : Guillaume Roquefort

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Chronoterre archéologie

Texte intégral

1Un projet de restauration et de valorisation de la salle de Jeu de Paume de Suze-la-Rousse a permis de programmer une opération de sondages (galerie, sol) et de relevés du bâti des élévations.

2Situé à 8 km de Bollène et 39 km de Montélimar, le site de la Garenne, où se trouvent le château et son Jeu de Paume, domine le village établi sur la rive gauche du Lez. À l’horizon, apparaissent le mont Ventoux, la montagne de la Lance et les Préalpes du Dauphiné. Classé au titre des monuments historiques depuis 1947, le château a fait l’objet d’un vaste projet associant l’histoire du site et patrimoine vinicole de la Drôme, sous la forme d’un parcours muséographique inauguré au printemps 2013. Depuis 1978, le site abrite l’Université du vin, école de renommée internationale.

3Bâti sur un ancien site défensif (oppidum), le château médiéval de Suze-la-Rousse apparaît comme un puissant vaisseau protégé par plusieurs tours défensives noyées dans un corset fortifié. Le site, occupé sans doute bien avant l’époque gallo-romaine, comme le suggèrent les fouilles réalisées à la Garenne (Odiot 1974), n’apparaît que pour la première fois en 852, dans un diplôme impérial de l’empereur Lothaire. En effet, l’empereur Charlemagne aurait fait don de la terre d’Orange et alentours, dont Suze dépendait, à Guillaume, son cousin.

4Si l’église existe déjà vers 1086 (Malbois 1927, p. 23), il faut attendre la date de 1143 pour que le château soit mentionné, en tant que tel (castrum de Suza) et que le patronyme Suze soit utilisé (cartulaire de Richerenches, Malbois 1927, p. 23).

5Mais à la fin du xiiie s., les Baux de Suze, semblent disparaître au profit de l’évêque de Saint-Paul-Trois-Châteaux, qui en acquiert le haut domaine.

6C’est à cette période que l’enceinte intérieure du village, encore perceptible à l’est du château, appartiendrait.

7Au cours du xive s., le Haut-Comtat et le Bas-Dauphiné font l’objet d’attaques fréquentes par les compagnies (routiers en 1360, bretons en 1378) et par le pape (1390), qui semblent affecter les défenses du château, entraînant de facto une reconstruction partielle du château, mais, également, du village de Suze.

8En 1392, Raymond IV, évêque de Saint-Paul, donne Suze à sa nièce Marguerite des Baux, dont la fille, Antoinette, épouse Louis de La Baume. Ainsi débute la lignée des La Baume-Suze, dont le comte François de La Baume-Suze apparaît comme l’un des plus illustres, en qualité de gouverneur de Provence et ardent défenseur de la cause catholique durant les guerres de religion.

9Cette consécration de la famille de La Baume-Suze s’accompagne, au xvie s., d’importantes transformations du château, délaissant quelque peu son austérité militaire, pour se transformer peu à peu en demeure de plaisance. L’évêque d’Orange, Rostaing de La Baume se charge du suivi des travaux entrepris entre 1547 et 1556, notamment au niveau de la cour d’honneur. Celle-ci, organisée autour de trois galeries à arcades voûtées d’arêtes, reçoit des façades suivant l’ordonnance classique des ordres toscan au rez-de-chaussée, ionique au premier étage, et corinthien (colonnes) au second étage. C’est à cette époque d’effervescence architecturale, que l’on prête la construction du Jeu de Paume, construit, selon la légende, en trois jours, en 1564.

10De plan barlong, ce Jeu de Paume appartient à la catégorie de la courte paume, en raison de l’espace clos délimitant l’aire de jeu. Cette activité suscite un large engouement auprès de la noblesse européenne, mais également des milieux urbains et cultivés. Son importance est telle que, sous François Ier, les programmes architecturaux s’accompagnent de l’adjonction d’une aire de jeu, comme l’illustrent les exemples de Villers-Cotteret (Carlier 2001 : 124-125), Fontainebleau, le Louvre, Pau, Saint-Germain-en-Laye et, en particulier, celui de Versailles, qui a pu faire l’objet de travaux récents (Dufour 2007) et dont les dimensions étaient de 12,50 x 33 m.

11Les élévations de cet ouvrage nous sont parvenues dans leur quasi intégralité : le « mur de bricole » au sud, construit à l’aide d’un appareil très soigné, le « mur de service » au nord, le « mur de dedans » à l’ouest et le « mur de grille » à l’est. Chaque mur, hormis le mur sud, est divisé en deux parties distinctes. Au premier niveau, correspondant aux galeries couvertes, les bâtisseurs ont mis en œuvre un appareil grossier en molasse, directement extrait du substrat environnant et recouvert d’un corps d’enduit. Au-dessus, se développe le même type d’appareil calcaire que celui observé sur le mur sud, provenant sans doute de la carrière Saint-Restitut. L’accès au jeu s’effectue depuis l’est, par le biais d’une porte plein cintre recevant une modénature richement sculptée au vocabulaire antiquisant, et, au nord, par une autre ouverture dépourvue d’ornements, hormis deux phylactères aux deux extrémités du linteau, lequel reçoit un blason couvert d’une croix potencée.

12Les investigations menées au niveau des deux passages, des galeries et de l’aire de jeu ont permis de retrouver le type de dallage recouvrant les espaces ouverts (aire de jeu) et les espaces clos (galeries) et de déterminer l’aménagement ayant précédé leur réalisation. Hélas, très peu d’éléments significatifs ont permis de préciser le type d’escalier qui devait être aménagé sur le versant nord de l’ouvrage. Seules deux dalles en terre cuite ont pu être observées.

Fig. 1 – Orthophotographie du mur ouest extérieur faisant apparaître la porte de style Renaissance

Fig. 1 – Orthophotographie du mur ouest extérieur faisant apparaître la porte de style Renaissance

Cliché : G. Roquefort (Chronoterre archéologie).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Orthophotographie du mur ouest extérieur faisant apparaître la porte de style Renaissance
Crédits Cliché : G. Roquefort (Chronoterre archéologie).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/98889/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 126k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Guillaume Roquefort, « Suze-la-Rousse – Salle du Jeu de Paume » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Auvergne-Rhône-Alpes, mis en ligne le 18 février 2021, consulté le 28 octobre 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/98889

Haut de page

Auteur

Guillaume Roquefort

Chronoterre archéologie

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Guillaume Roquefort

Chronoterre archéologie

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search