Navigation – Plan du site
2008

Yves – Villeneuve

Responsable(s) des opérations : Guillaume Demeure
Notice rédigée par : Guillaume Demeure

Texte intégral

Identifiant de l'opération archéologique : 204590

Date de l'opération : 2008 (FP)

1La parcelle de la rue du 18 juin 1940, au lieu dit Villeneuve, se trouve au nord du bourg actuel d'Yves. Le site occupe une position à mi-pente entre les falaises d'Yves à l'ouest et les marais de Fouras et d'Yves à l'est et au nord. Cette opération de fouille préventive couvre une emprise d'environ 4 000 m2 .

Des traces d'occupations néolithique, protohistorique et gallo-romaine

2À proximité immédiate de la parcelle concernée par la fouille, côté nord, un site néolithique est évoqué dès la fin du XIXe  s. Une seule fosse renfermant un fragment de lamelle, un éclat de silex et trois tessons de céramique non tournée peut éventuellement se rattacher à cette période.

3 Le reste du mobilier se rattachant au Néolithique ou à la Protohistoire se résume à du matériel lithique ou céramique ayant migré par colluvionnement ou suite à des activités anthropiques (remblais, labours, etc.).

4 Pour la période antique, les résultats sont encore plus pauvres avec trois tessons

Des carrières de sable

5Les premières occupations clairement identifiées sont un  vaste ensemble de creusements couvrant le cœur de la zone de fouille.  L'implantation des creusements est à mettre en relation directe avec la présence d'un sable jaune sous une croûte calcaire. Au total,  2 000 m2 de cette activité ont été reconnus ainsi que ses limites nord, ouest et est, en revanche, son extension  côté sud, sortant de l'emprise de l'étude, demeure inconnue.

6 L'extraction du sable se déroule en plusieurs étapes. Tout d'abord, il y a l'établissement d'un creusement qui sert à la fois de test pour un secteur et de point de départ éventuel de l'exploitation. L'extraction se fait alors selon deux profils en fonction de la puissance du niveau de sable. Si l'épaisseur est suffisante, le travail se fait en front de taille plus ou moins rectiligne. La largeur de ces fronts oscillent entre 1,40 m et 2,70 m. Dans les zones où les niveaux de sables sont moins épais, le travail se fait moins en profondeur (0,25 m à 0,40 m contre 0,55 m à 0,70 m pour le cas de figure précédent) mais couvre de plus grandes surfaces. L'analyse des coupes et les superficies occupées conduisent à une estimation de 0,60 m3 de matériau extrait pour chaque mètre carré de  carrière en profil linéaire et 0,35 m3 de matériau extrait parmètre carré de carrière en profil " extensif ". Au total on peut estimer à environ 350 m3 la quantité de matériaux retirée de la partie étudiée soit 525 tonnes pour une valeur moyenne de 1,5 tonne par m3 de sable.

7 Le matériau exploité est un sable très fin. Il peut s'agir de sable destiné à la construction, mais on ne peut exclure l'hypothèse d'une utilisation en dégraissant pour la céramique usuelle. Plusieurs types d'usage ont également pu cohabiter. Cependant, il faut noter l'absence de structure de transformation  sur l'emprise de la fouille. Cette absence ne signifie pour autant pas inexistence puisque seule une partie de la zone d'extraction a été reconnue et ces structures peuvent se trouver hors emprise.

8 La datation de ces carrières est délicate puisqu’aucun mobilier n'a été récolté au cours des différents sondages. Tout juste peut-on dire qu'elles sont antérieures au Xe  s. car plusieurs structures datées de cette époque viennent recouper certains ensembles de carrières.

La partition de l'espace

9Tous les fossés forment une trame irrégulière mais organisée en parallèles et perpendiculaires. Cela dénote une volonté d'organisation et de structuration de l'espace.  L'hypothèse de fossé parcellaire parait donc la plus probable, les profils sont le plus souvent en " V ". Cet ensemble de fossé apparaît à une phase de transition entre l'abandon de l'exploitation du secteur en carrière et l'installation d'éléments liés à de l'habitat. La mise en place de ces éléments de parcellaire indique clairement le changement de destination du lieu. Enfin, on peut remarquer que l'orientation dominante sud-ouest - nord-est se retrouve encore largement dans le parcellaire actuel de la commune d'Yves.

Un habitat médiéval et ses abords

10L'habitat est formé par trois bâtiments associés à plusieurs silos, un four et des zones de dépotoirs. Néanmoins, se pose l'habituelle question de la chronologie relative entre ces différents aménagements car s'ils peuvent être regroupés au sein d'une même phase large d'occupation, il est plus malaisé d'affiner l'analyse en l'absence de contact physique entre eux. Toutefois plusieurs constatations s'imposent.

11 Tout d'abord, il faut préciser que l'emprise réduite interdit une vision globale du site. S'il semble que les limites ouest soient atteintes, il se poursuit sans doute très largement à l'est – les bâtiments 2 et 3 à cheval sur la parcelle voisine en sont l'illustration. On ne peut donc trancher entre un habitat isolé ou les marges d'un ancien village d'Yves vraisemblablement organisé autour de l'église Saint-Etienne attestée à la fin du XIe  s. mais très certainement de fondation plus ancienne.

12 Ensuite, l'organisation même de l'habitat dessine quelques tendances. Le bâtiment 1 sur solin de pierre destiné à une structure en matériaux périssables couvre 45 m2 . Avec son foyer bien construit et ses niveaux d'occupation domestique, il semble destiné à l'habitat. Sur les extérieurs se trouvent les traces d'un probable appentis protégeant deux silos. Le mobilier des niveaux d'abandon oriente la chronologie vers les XIe s. et XIIe  s.

13 Le bâtiment 2 plus fruste doit être une annexe. Ce bâti présente un mode de construction sous forme d'un empierrement dessinant un espace rectangulaire pour une superficie d'au moins 21 m2 . Cet empierrement ne constitue qu'un solin grossier. Comme pour le bâtiment précédent les pierres utilisées sont des moellons calcaire et des pierres de rivage. L'approvisionnement semble s'être fait en partie sur le littoral proche par ramassage et non par extraction.

14 Quasi entièrement hors emprise le bâtiment 3 tend à se rapprocher d'un habitat par son mode de construction, mais seue une fouille plus étendue apporterait une réponse claire. Les silos se trouvent tous dans la moitié nord-est du chantier mais apparaissent néanmoins très dispersés. Au plus, ils sont associés deux à deux et il ne semble pas y avoir de constante quant à leur position par rapport aux bâtiments. La contenance réduite des silos (0,86 m3 au plus) et l'absence de mise en batterie incline l'interprétation vers une fonction de réserve familiale.

15 Le four est conservé sur 0,70 m de profondeur au maximum. Il se compose d'une fosse ovale de 1,10 m sur 1,94 m aux parois rubéfiées qui constitue la chambre de chauffe. Il n'y a pas de sole bâtie. Un conduit court forme l'alandier et s'ouvre sur une seconde fosse ovale de 1,66 m sur 0,94 m correspondant à la fosse de travail. Cette dernière a également une fonction de cendrier comme l'atteste son sol partiellement rubéfié. Elle est d'un emmarchement taillé dans le substrat facilitant l'accès. Ce four est un four domestique d'un type commun pour le haut Moyen Âge.

16 Après la fin de son utilisation, ce four sert de dépotoir. Le mobilier se rattache aux XIe  s. et XIIe  s.

17 Plusieurs autres fosses sont aussi des dépotoirs, mais l'un des points marquants de cette occupation est la présence de zones de rejet alimentaire quasi exclusivement constituées de coquillages. Ces rejets sont simplement déversés en surface du niveau de circulation. Chaque zone de rejet présente un type de coquillage dominant (huître, pétoncle, patelle, etc.).

18 Pour finir, l'étude documentaire a mis en lumière une intense activité salicole à Yves à partir du Xe  s. L'établissement de cet habitat pourrait être la conséquence du développement de cette économie même si aucun élément, mobilier ou immobilier, ne peut y être directement relié.

19 De même l'abandon de l'habitat parait coïncider avec le déclin de l'activité saunière à la charnière des XIe  s et XIIe  s.

La fin de l'occupation

20Le site connait un regain de l'activité d'exploitation de sable avec de nouvelles carrières au sud-ouest de la fouille. Le mobilier archéologique recueilli dans les comblements n'est pas postérieur à la fin du XIVe  s.

21 Après le XIVe  s., la parcelle doit alors avoir une destination agricole.

22 DEMEURE Guillaume

Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Guillaume Demeure, « Yves – Villeneuve », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Poitou-Charentes, mis en ligne le 01 mars 2008, consulté le 23 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/989

Haut de page

Responsable d'opération

Guillaume Demeure

EP

Articles du même responsable de fouilles

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • OpenEdition Journals