Navigation – Plan du site

AccueilRégionsAuvergne-Rhône-Alpes201501 – AinChâtillon-sur-Chalaronne – 61 rue...

2015
01 – Ain

Châtillon-sur-Chalaronne – 61 rue Bergerat

Opération préventive de diagnostic (2015)
Responsable d’opération : Sylvie Bocquet

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Inrap

Texte intégral

1La demande de permis de démolition de locaux techniques municipaux de la ville de Châtillon-sur-Chalaronne a offert l’opportunité d’effectuer une première opération d’archéologie préventive sur cette commune.

2Châtillon-les-Dombes, ou Châtillon-en-Dombes, l’une des plus anciennes seigneuries de la Dombes, mentionnée dès le début du xie s., se développe à la confluence de la Chalaronne et du Relevant. Elle prend véritablement son essor à partir de son rattachement à la Savoie. Les comtes de Savoie vont transformer la bourgade en une place forte, servant à la défense de leur territoire, à la frontière entre Bresse et Dombes. À la vieille ville agrégée au pied du château, s’adjoint une ville neuve, mentionnée dès 1285, qui bénéficie d’une charte de franchise (1273) et, rapidement, de remparts (fin du xiiie s.).

3Les parcelles impactées par la démolition des locaux techniques, puis par un éventuel projet de construction restant à définir, se situent dans le secteur nord-est de la ville neuve médiévale. Il y subsiste, en partie en élévation, des portions du rempart urbain. Le projet couvre 1 198 m2, dont 847 m2 sont accessibles à l’étude. Quatre sondages, totalisant une surface ouverte de 135 m2 (11,30 % de l’emprise du projet), ont été pratiqués dans la proximité et à l’écart du rempart.

4La commune de Châtillon-sur-Chalaronne borde le plateau au sol argileux et parsemé de lacs de la Dombes et ouvre, au nord, sur les plaines bressanes. La Saône se trouve à une quinzaine de kilomètres vers l’ouest. Toutefois, en raison de l’arrivée de l’eau au fond des tranchées, il n’a pas été possible d’atteindre le terrain naturel, a priori constitué de cailloutis et/ou de limons issus d’alluvions de la Chalaronne, affluent de la Saône.

5La sédimentation caillouteuse et argileuse observée en fond de sondages, renfermant pour les niveaux supérieurs de petits nodules de terre cuite architecturale, suggère des épisodes alluviaux plus ou moins dynamiques, ou bien la présence de nappes d’eau stagnantes, qui, faute de mobilier, restent non datés, bien que inscrits dans un terminus ante quem des xiiie-xive s. Avant cette période, le secteur semble inoccupé, en mieux rural, en tout cas non bâti. Il peut s’apparenter à une zone instable, humide, voire marécageuse, qui va sans doute progressivement s’atterrir. C’est à partir des niveaux sus-jacents moins argileux que sont observés les premiers aménagements, consistant en l’édification du rempart urbain. Ce dernier n’est accessible que sur sa paroi intérieure. Il est élevé à partir d’une semelle de galets maçonnés portant une fondation parementée de briques, posées en boutisse et à plat, employant un module commun à l’ensemble des maçonneries du diagnostic, le carron savoyard, et liées par un mortier de terre additionnée de chaux. L’élévation se caractérise par une alternance d’assises de briques et d’assises de galets disposés en opus spicatum. Il semble qu’un mortier de chaux ait été appliqué en surface des joints de l’élévation, sans doute pour renforcer sa résistance aux intempéries. La hauteur conservée pour cette portion de la courtine est de 2,93 m. Au nord, le rempart est chaîné avec une tourelle montant de fond, ouverte du côté intérieur de l’enceinte. Aucun élément ne permet de dater ces constructions, qui, d’après les sources d’archives, seraient à situer à l’extrême fin du xiiie s.

6La tourelle devient obsolète lors de la construction, dans une phase ultérieure, d’une solide tour quadrangulaire, parementée uniquement de briques posées en boutisse et à plat, qui vient s’appuyer contre la courtine primitive. Il s’agirait de la Tour de l’Escarre, implantée à un angle du rempart pour assurer sa défense, puis qui va abriter les archives, l’artillerie, et deviendra la « maison de ville » à l’époque moderne. Ses élévations, réparties aujourd’hui sur plusieurs parcelles, semblent indiquer une construction homogène, conservée sur une hauteur d’environ 6 m (7,42 m minimum avec la fondation). La base de sa fondation n’a pu être atteinte. Sa datation repose pour l’instant sur les sources d’archives, d’après la mention d’une tour neuve au début du xve s.

7Les occupations suivantes caractérisent des activités ayant peu impacté le sous-sol, de type jardin, tel que celui du couvent des Capucins.

8Au xixe s., au moins un remblai atteste de perturbations aux abords de la tour de l’Escarre (un début de démolition ?), mais c’est au cours du xxe s. que la planimétrie médiévale tend à disparaître sous les locaux techniques de la ville, qui s’ancrent au rempart et à la tour de l’Escarre. Ils sont démolis en 2015.

9Force est néanmoins de regretter l’absence cruelle de mobilier datant ou à analyser (bois, charbons) dans les constructions ou associés à ces dernières. L’érosion urbaine, de terrains pourtant apparemment non bâtis jusqu’au xixe s., a également entraîné la disparition des sols. On notera qu’après la fondation du rempart, il n’existe pas dans ce secteur de traces d’inondations ou de débordements de la Chalaronne.

10En dépit de ce bémol, l’opération reste l’une des rares interventions archéologiques, avec Chalamont et Trévoux par exemple, menées sur les remparts urbains des villes médiévales de l’Ain. Elle pointe la complexité de leur genèse et de leur évolution, que ne rendent pas nécessairement les sources écrites ou iconographiques disponibles.

Haut de page

Bibliographie

Sarret C. 2005 : Les remparts urbains de Châtillon-sur-Chalaronne. Étude archéologique du bâti à la lumière des Comptes de syndics (1375-1500), mémoire de master en Histoire de l’art médiéval, université de Lyon-II, 2003-2005, 2 vol.

Favre A. 1972 : Histoire de Châtillon-sur-Chalaronne, Bourg-en-Bresse, Banderier.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sylvie Bocquet, « Châtillon-sur-Chalaronne – 61 rue Bergerat » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Auvergne-Rhône-Alpes, mis en ligne le 18 février 2021, consulté le 19 octobre 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/99005

Haut de page

Auteur

Sylvie Bocquet

Inrap

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Sylvie Bocquet

Inrap

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search