Navigation – Plan du site

AccueilRégionsAuvergne-Rhône-Alpes201501 – AinSaint-Vulbas – Parc industriel de...

2015
01 – Ain

Saint-Vulbas – Parc industriel de la plaine de l’Ain « PIPA », Projet Liébot

Opération préventive de diagnostic (2015)
Responsable d’opération : Dominique Mazuy

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Inrap

Texte intégral

1La large emprise de cette campagne de diagnostic, située au sommet des terrasses surplombant le Rhône, au lieu-dit En Pierre Blanche, a permis d’appréhender, pour partie, l’organisation spatiale de ce terroir au cours de différentes périodes d’occupations humaines. Ce secteur de la commune avait jusque-là été relativement peu exploré. Ainsi, on a pu distinguer des vestiges représentant le Néolithique moyen II, la fin du Néolithique (Néolithique final ? ; Campaniforme/Bronze ancien), le début du Bronze final, et le Haut-Empire.

2Les structures attribuées aux périodes les plus anciennes sont peu nombreuses (treize), mais assez bien réparties, et sans doute pour partie complétées par un certain nombre de vestiges non datés, mais appartenant vraisemblablement à ces mêmes périodes. Certaines de ces structures se distinguent, telle une nef de bâtiment sur poteaux, deux vestiges de palissades, deux foyers à pierres chauffées datés du Néolithique final/Bronze ancien, quelques fosses et négatifs de poteaux, et un fossé d’enclos à proximité immédiate d’un dépôt de crémation daté du Bronze final 1/2a (fig. 1). Ce dernier constitue une découverte importante pour le Bronze final régional, tant par la rareté de ce type de vestige que par les gestes funéraires mis en évidence à l’issue de l’étude de ce dépôt.

Fig. 1 – Dépôt de crémation SD1020

Fig. 1 – Dépôt de crémation SD1020

Cliché : Z. Sekhari (Inrap).

3Les indications fournies par ce corpus d’indices ne permettent pas actuellement de formuler des hypothèses d’organisation spatiale lors de ces différentes périodes, mais autorisent à affirmer que cette zone a bien été occupée, et que les potentialités de découverte d’autres vestiges liés à ces fréquentations sur l’emprise du projet sont importantes.

4Nous rappelons que le territoire de la commune de Saint-Vulbas a déjà livré des indices datant de la Préhistoire récente, soit du Néolithique au hameau de Marcilleux (Chemin 2008) et un site du Néolithique moyen en 1972 à proximité de la centrale, au lieu-dit Sur La vie de Loyettes (Combier 1972). Enfin, la position topographique, au sommet d’une terrasse surplombant un cours d’eau, ici le Rhône, la nature des sédiments, la diachronie des périodes anciennes rencontrées et la proximité géographique du gisement, évoquent fortement autant de paramètres mis en évidence lors de la fouille du site de Saint-Jean-le-Vieux, opération située à 20 km au nord environ (Ayala 2006 ; Frascone 2008), qui avait révélé de façon inattendue de très nombreuses structures de toutes périodes.

5Par ailleurs, l’organisation des vestiges antiques identifiés au cours de cette campagne de diagnostic montre que cette occupation, assez précoce, puisque n’excédant pas la fin du ier s. apr. J.‑C., pourrait entrer dans le corpus des habitats de type « propriété foncière indépendante » précédemment évoqué et par ailleurs déjà reconnu sur la commune.

6Cependant, la nature modeste des découvertes, c’est-à-dire l’absence de matériaux de construction, à l’exception des fragments de tuiles, la relative pauvreté du vaisselier et l’absence d’objet du quotidien pourraient éventuellement indiquer la localisation d’une partie plus modeste de l’occupation repérée à 650 m au nord-est et proche du ruisseau du Moulin de La Serre, ou bien encore dévoiler la présence d’un habitat de type « ferme indigène » dont les développements restent à préciser. On retiendra qu’une partie des vestiges découverts au cours de ce diagnostic et non datés peuvent appartenir à la période antique, et ainsi compléter en partie les indications fournies par les structures attribuées à cette période.

7Les terrains investigués ont aussi livré des indices de division parcellaire orthogonale sous forme de fossés, dont certains éléments structurants, tel le fossé F98 situé au nord de l’emprise, qui présente une orientation identique à celle déjà repérée dans le secteur au cours de fouilles ou observations, soit 28° nord/nord-est. Un certain nombre de ces fossés antiques possèdent des axes légèrement différents, mais ces variations se situent entre 20° et 25° nord/nord-est, et ils ne se distinguent pas par les éléments chronologiques qu’ils contiennent. On notera la présence de deux fossés parallèles assez proches l’un de l’autre, qui semblent matérialiser une aire de circulation. La division foncière de ce terroir situé au nord de l’agglomération de Saint-Vulbas paraît s’intégrer à la centuriation mise en évidence sur la plaine de l’Ain grâce à l’étude des paysages actuels et des dispositions parcellaires anciennes et contemporaines. L’orientation de ce plan parcellaire orthogonal selon un axe de 28° nord/nord-est a été identifiée sur le site du Recourbe sur la commune de Château-Gaillard, également daté de la première moitié du ier s. apr. J.‑C. (Vaireaux 1996). De plus, l’établissement des Sétives, fondé à partir du milieu du ier s. apr. J.‑C., est orienté selon le même axe (Motte 1997). Il semble donc que la normalisation de la division foncière de cette large partie de la plaine de l’Ain ait été effective dès la première moitié du ier s. apr. J.‑C.

8Les informations recueillies au cours de nos investigations complètent les données déjà très nombreuses sur le territoire de la commune, comme le démontre l’inventaire pléthorique des vestiges de la période antique.

9On retiendra que des îlots d’habitats ont été découverts anciennement à Saint-Vulbas, au hameau de Marcilleux, au lieu-dit Derrière la Forêt ou au nord-est du quartier Au Grand Champ (Vaireaux 1996). Les autres riches trouvailles de mobilier et de restes architecturaux aux environs paraissent matérialiser une surface d’une cinquantaine d’hectares pouvant constituer les indices d’un éventuel « vicus » daté du dernier quart du ier s. apr. J.‑C. jusqu’au courant du ve s. apr. J.‑C. Il semble qu’en « périphérie » de ce pôle se soient développées des occupations légèrement plus précoces et/ou contemporaines sous forme de propriétés foncières indépendantes relativement prospères, grâce à la proximité de voies de circulation dont le fleuve fait partie : on citera l’exemple du site des Sétives déjà mentionné (Motte 1997).

10Une grande partie des sites repérés ou fouillés sur le territoire communal de Saint-Vulbas se trouve dans la plaine alluviale correspondant au lit majeur du Rhône. Cette observation n’exclut cependant pas l’éventualité d’une installation antique en retrait du fleuve, comme l’attestent les sites potentiels du Mont Bron et de la Vie de Chazey,

11L’emprise du projet étudiée se trouve à quelques centaines de mètres d’un ensemble de découvertes situées aux environs du ruisseau du Moulin, à l’est, et datées du Haut-Empire (matériaux de construction, céramique). Un lot de mobilier provenant d’un champ voisin de la station d’épuration est daté de la première moitié du ier s. apr. J.‑C. Un possible site est localisé au lieu-dit La Vie de Chazey. Il est composé d’un fossé et d’un lot de céramiques, et d’un ensemble de constructions datés du début du ier s. apr. J.‑C. à la seconde moitié du ier s. apr. J.‑C. ainsi que d’un remblai contenant du matériel des iiie s. et ive s. apr. J.‑C. (Remy 2012), situé au nord de l’actuel emplacement de la maison de retraite en contrebas du sommet de la terrasse au sud-est des parcelles diagnostiquées.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Dépôt de crémation SD1020
Crédits Cliché : Z. Sekhari (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/99069/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 119k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Dominique Mazuy, « Saint-Vulbas – Parc industriel de la plaine de l’Ain « PIPA », Projet Liébot » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Auvergne-Rhône-Alpes, mis en ligne le 18 février 2021, consulté le 05 décembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/99069

Haut de page

Auteur

Dominique Mazuy

Inrap

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Dominique Mazuy

Inrap

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search