Navigation – Plan du site

AccueilRégionsAuvergne-Rhône-Alpes201501 – AinSaint-Vulbas – Parc industriel de...

2015
01 – Ain

Saint-Vulbas – Parc industriel de la plaine de l’Ain « PIPA » (lot 0)

Opération préventive de diagnostic (2015)
Responsable d’opération : Catherine Coquidé

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Inrap

Mazuy D. 2015 : Saint-Vulbas (Ain, Rhône), Parc Industriel de la Plaine de l’Ain (En Pierre Blanche), rapport de diagnostic, Inrap, Bron.

Texte intégral

1Le diagnostic archéologique « PIPA Lot 0 » est le premier d’une série d’études de terrain mise en place préalablement au lotissement de 258 ha de terrain élargissant l’assiette d’une zone industrielle déjà ancienne. La prise en compte du potentiel archéologique de ces surfaces est très récente. Seuls trois diagnostics ont pris place à cet endroit depuis 2011, et l’un d’entre eux, en partie mitoyen de l’emprise considérée ici, a livré les traces de denses occupations néolithiques, de l’âge du Bronze et de la période gallo-romaine (Mazuy 2015 ; fouille Éveha par T. Argant). Alors que la terrasse alluviale et le rebord oriental de la terrasse fluvio-glaciaire, ainsi que la commune de Saint-Vulbas, avaient jusqu’alors focalisé toutes les attentions, la terrasse caillouteuse située plus à l’ouest était réputée peu attractive pour les occupations humaines ; les opérations récentes montrent que ce schéma réducteur est intégralement à revoir.

2La configuration particulière de l’opération, soit cinq segments linéaires relativement étroits, a conduit à recouper des occupations de faciès très différents, certaines complétant la fouille en cours, d’autres inédites. Les 8 ha diagnostiqués du lot 0 ont en effet concerné des emprises de voirie représentant 2,3 km linéaires répartis sur une aire nord-sud de 1,3 km. Les sept jours d’études menés sur le terrain ont permis d’ouvrir 10 % de la surface disponible. Les sondages ont révélé plusieurs réseaux de fossés, ainsi que quelques fosses et trois secteurs funéraires, tous relevant au moins de l’Antiquité, du ier s. au ive s. apr. J.‑C., et probablement pour partie des périodes postérieures (Moyen Âge, périodes moderne et contemporaine). Une hache du Néolithique moyen/final vient confirmer une occupation structurée des lieux lors de périodes beaucoup plus anciennes.

3In fine, le cumul des données de l’ensemble des diagnostics et des fouilles encore à venir sur ce projet PIPA ne pourra que compléter les hypothèses en cours et permettre une vision élargie et inédite de l’occupation du sol de ce secteur jusqu’ici sous-évalué.

Les réseaux de fossés

4Plusieurs dizaines de fossés ont été mis au jour, la majorité des tracés ayant bénéficié d’une coupe et d’un relevé. Bien que l’étroitesse des emprises commande une certaine prudence, plusieurs profils de réseaux semblent se dessiner. Certains tracés, de très longue portée, mènent à considérer l’espace bien au-delà des abords des sites et parmi eux certains relèvent sans doute de chemins, notamment sur le secteur sondé en bordure est de la terrasse fluvio-glaciaire, au plus près du Rhône, et au nord de Saint-Vulbas, là où sont également localisées les zones funéraires (secteur 1).

5Plusieurs zones livrent une plus grande densité de fossés jouxtés par quelques trous de poteaux et relèvent sans doute de sites d’habitat et d’exploitations agricoles de type fermes (secteurs 2 et 4). Le mobilier y est erratique (quelques terres cuites architecturales, trois tessons issus du sud du secteur 2, dont un fragment d’amphore italique) et révèle un environnement immédiat relativement peu anthropisé. La juxtaposition de la fouille en cours et du plan masse du lot 0 montre en revanche des ensembles bâtis sur poteaux, structurés d’enclos, dont certaines marges impactent le diagnostic, à peu de distance vers l’est.

6La répartition spatiale des fossés sur l’emprise du lot 0 indique que d’autres fermes antiques pourraient se trouver à proximité, notamment au nord-ouest de la zone sondée, vers le secteur 4. Le faciès général de ce type d’occupation ainsi que les indices chronologiques relevés lors du diagnostic précédent et de la fouille en cours permettent donc de mettre en évidence un fort impact des occupations gallo-romaines sur ce secteur de la plaine fluvio-glaciaire. Une émergence de ces mêmes habitats au cours de la fin de La Tène finale (autour des iie-ier s. av. J.‑C.) et se poursuivant aux ve-vie s., soit au début du haut Moyen Âge, n’est pas à exclure. Seuls la poursuite des diagnostics et l’apport des fouilles permettront de préciser le profil, l’éventuelle contemporanéité et l’évolution au cours des siècles des établissements ruraux et des systèmes agro-pastoraux récemment mis en exergue.

7La mise au jour de tracés fossiles fossoyés est également l’amorce d’une révision des hypothèses anciennes qui assuraient la mise en place d’un cadastre antique de type centuriation à Saint-Vulbas. Si l’existence de fossés antiques est indéniable depuis les années 1990, la présence de réseaux parcellaires à vocations diverses est à présent avérée. En revanche, aucune maille régulière évoquant un module de subdivision des terres de type centuriation n’apparaît à la lumière des résultats récents. La rémanence d’une orientation préférentielle autour de 28° est, celle-ci révélant d’ailleurs de nettes oscillations, peut, quant à elle, être due à une adaptation naturelle aux lignes de force du paysage, soit ici celles de la terrasse alluviale et du fleuve.

8Ces trames parcellaires, au moins partiellement antiques, qui révèlent l’emprise de l’homme sur le territoire qu’il exploite demandent néanmoins à être étudiées. On pourra y déceler le schéma directeur des réseaux et leurs liens avec le bâti, leur ampleur spatiale, leur interaction, une trame viaire desservant les différentes entités et leur évolution dans le temps. Sur ce dernier thème, la sur­imposition des vestiges avec le cadastre napoléonien montre que l’orientation à 28°est trouve un écho dans les traces fossiles, mais que celles-ci montrent des variations importantes dans les inclinaisons relevées. En revanche, très peu de tracés archéologiques trouvent une correspondance avec les lignes du parcellaire. Cette observation vaut également à l’évidence pour les haies qui soulignent les limites des parcelles actuelles sur les orthophotographies.

9Une mise en perspective des deux fonds cités précédemment, ainsi que celui du cadastre en cours, révèle un remembrement récent traduisant le rassemblement de parcelles de plan lanière ou plus massif, seules quelques limites fortes (dont des chemins) ayant été conservées. Le géoréférencement sur SIG (Qgis) a néanmoins montré que les modalités techniques des levés de ces fonds induisent des déformations ou des imprécisions de localisation majeures. L’une des plus notables ici est celle de la carte d’état-major mise en œuvre entre 1820 et 1866, où des chemins se juxtaposant à l’emprise 5 sont en réalité localisés 215 m plus à l’ouest. La faïence fini-moderne/contemporain recueillie sous une haie à l’est du projet, ou la présence d’un chemin empierré posé sur une formation anciennement labourée au cœur d’une autre, semble indiquer qu’une partie au moins des végétations actuelles est de mise en place contemporaine. La prise en main des terrains agricoles de ce secteur du projet PIPA est à l’origine d’une refonte cadastrale majeure qui efface jusqu’à l’orientation historique des lieux, et rendra inopérant le géoréférencement des cartes anciennes sans un recours aux fonds archivés.

Les zones funéraires

10Les secteurs les plus orientaux du lot 0 ont livré trois zones funéraires localisées à peu de distance du dénivelé menant de la terrasse fluvio-glaciaire à la terrasse alluviale en contrebas. Ces trois zones côtoient des fossés de fort module, esquissant probablement un faisceau viaire nord-sud rassemblant divers cheminements provenant du nord et de l’ouest et menant à Saint-Vulbas. Alors que les traces relevées lors des sondages du lot 0 matérialisent des tracés majeurs oubliés, les cartes du xixe s. montrent bien la présence d’une telle convergence sur ce secteur.

11Concernant le domaine funéraire, on note d’abord, du nord au sud, deux larges fossés dont l’un fédère, de part et d’autre de son tracé, deux inhumations fouillées, relevées et démontées (secteur 5, zone funéraire 0_5). La localisation ainsi que le mode de dépôt des corps, l’un en décubitus ventral, l’autre les membres disposés anarchiquement, semblent indiquer une mise en terre datant de La Tène finale ou du Haut-Empire (indications : F. Blaizot).

12À 660 m de distance, l’emprise la plus méridionale livre deux secteurs funéraires distants de 170 m l’un de l’autre, en l’état des décapages. L’ensemble situé au nord est un ensemble complexe traduisant plusieurs états relevant au moins de trois occupations successives, toutes à vocation funéraire (secteur 1, zone funéraire OJ. nord), alors qu’au sud, ce sont trois dépôts de crémation qui sont mis au jour (secteur 1, zone funéraire 0_1 centre). Si ce dernier ensemble témoigne d’un groupe, vraisemblablement antique, probablement plus conséquent inséré à proximité de structures fossoyées (fossés, fosses), les vestiges rattachés au secteur 0_1 nord interviennent dans un contexte beaucoup plus complexe.

13On y constate la superposition de faits funéraires sur le long cours (probablement du ier s. au ive s. apr. J.‑C. d’après les données du diagnostic), avec toutes les difficultés de lecture que cela implique, en termes de recoupement, de recouvrement et de destruction des vestiges les plus récents vis-à-vis des plus anciens.

14On y enregistre donc la présence de structures liées à la crémation (dont un ossuaire), puis au moins une aire charbonneuse associée à de nombreux mobiliers pouvant résulter de l’érosion des formations alentours ou matérialiser une zone collectant des résidus de crémation, voire révéler le fonctionnement de bûchers. Ces deux états sont finalement recoupés par une nécropole à inhumation (quelques architectures en blocs de pierre non liés sont observées dans les tombes), datant probablement du Bas-Empire et/ou du début du Moyen Âge. Le comblement des fosses livre un très nombreux mobilier céramique remanié ainsi que quelques fragments de vases en verre datant de la seconde moitié ou de la fin du ier s. apr. J.‑C., voire, plus largement, du Haut-Empire. On y relève également des résidus métalliques, des matériaux de construction (terres cuites architecturales et mortier hydraulique) ainsi que d’innombrables restes humains brûlés.

15L’opportunité ouverte lors de ce diagnostic est rare. En effet, les emprises encore à sonder ne manqueront pas de livrer d’autres vestiges à vocation funéraire. Il s’agit là d’appréhender un faisceau nord-sud fédéré par des cheminements anciens, desservant à la fois une agglomération en place depuis la fin de La Tène au moins, et des fermes antiques localisées légèrement en retrait. La seule entité funéraire de la carte archéologique mentionnée sur ce secteur se situe d’ailleurs au cœur de cet axe, immédiatement au nord de l’ensemble 0_1 nord (no 193).

16À l’échelle du projet PIPA, il sera possible d’étudier la juxtaposition de différentes aires funéraires, et d’en déterminer le profil (sépultures isolées ou regroupées, secteurs dédiés au traitement des corps, éléments participant à l’organisation et à la signalisation), leurs limites spatiales et leur évolution dans le temps ainsi que les éventuelles interactions entre différents ensembles.

17Les études anthropologiques conduiront à définir le recrutement des sujets et à restituer les gestes funéraires qui accompagnent le défunt depuis la prise en charge du corps jusqu’à son ou ses dépôts en terre (Remy 2006, p. 27). Loin d’être uniformes, ces processus dépendent en effet des cultures, des temps et des lieux considérés, certains gestes pouvant s’avérer être particulièrement originaux quant au traitement des mobiliers accompagnant le défunt et demander des procédures d’enregistrement particulières (Blaizot et al. 2003, p. 4-6, p. 74-85).

18L’intercalation probable de vestiges à vocation non funéraire sur l’ensemble de cette zone est probable : fossés ou fosses d’usage encore indéterminé, aménagement visant à stabiliser les surfaces de circulation (la dépression jouxtant la zone funéraire 0_1 nord par exemple). Cette convergence d’activités aux abords d’une agglomération doit amener à nuancer la réalité de la dichotomie Monde des vivants/Monde des morts lors de l’Antiquité, plusieurs types d’occupation du sol pouvant se côtoyer ou se succéder sur un même secteur. Cela est, par exemple, le cas à Aime (l’antique Axima) en Savoie, où l’accès ouest fédère sur une longue distance plusieurs chemins, nécropoles et activités diverses (Blaizot et al. 2003, fig. 2).

Haut de page

Bibliographie

Blaizot F. (dir.) 2003 : La nécropole antique sub-urbaine d’Axima (Aime-La Plagne, Savoie). Document final de synthèse, Inrap, Bron.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Catherine Coquidé, « Saint-Vulbas – Parc industriel de la plaine de l’Ain « PIPA » (lot 0) » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Auvergne-Rhône-Alpes, mis en ligne le 18 février 2021, consulté le 06 décembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/99074

Haut de page

Auteur

Catherine Coquidé

Inrap

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Catherine Coquidé

Inrap

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search