Navigation – Plan du site

AccueilRégionsAuvergne-Rhône-Alpes201501 – AinBlyes – Parc industriel de la pla...

2015
01 – Ain

Blyes – Parc industriel de la plaine de l’Ain « PIPA » (lot 5)

Opération préventive de diagnostic (2015)
Responsable d’opération : Éric Thévenin

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Inrap

Texte intégral

1L’intervention se rapporte au projet d’aménagement du Parc Industriel de la Plaine de l’Ain (PIPA), situé, pour sa limite occidentale, sur la commune de Blyes, l’ensemble du projet englobant les limites communales de Blyes et de Saint-Vulbas. Saint-Vulbas est située à 4,5 km, au sud-est du site.

2Le diagnostic concernant le lot 5 s’est déroulé au sud-est de l’agglomération de Blyes, sur une seule parcelle, AA72, de 21 ha, située à environ 3 km en rive droite de la vallée du Haut-Rhône, au lieu-dit Les Combes sous Bois. D’un point de vue topographique, l’emprise diagnostiquée s’appuie sur un relief ondulé très faiblement marqué, situé entre 208 m d’altitude à l’est, et 211 m au nord.

3L’extension programmée du PIPA a fait l’objet depuis 2011 d’une attention toute particulière du SRA, entraînant la conduite systématique de diagnostics archéologiques sur l’ensemble du projet, en l’occurrence sur le dernier tiers restant à commercialiser, soit 258 ha répartis en dix lots distincts, non mitoyens et dispersés. Parmi les interventions archéologiques récentes réalisées sur les communes de Blyes et de Saint-Vulbas, on trouve une opération de diagnostic en 2011, et cinq opérations en 2015.

4Les résultats enregistrés depuis cette date montrent, sur le secteur de Saint-Vulbas en particulier, une occupation continue depuis le Néolithique et l’âge du Bronze, de sa phase ancienne au Bronze final IIIb, jusqu’à l’époque moderne. La période gallo-romaine demeure la période la mieux documentée, notamment par la découverte de très grands réseaux fossoyés, soulevant de nouveau l’hypothèse d’une centuriation précoce de la plaine et de la rive droite du Rhône, autour du vicus de Saint-Vulbas, dès l’époque augustéenne.

5Les nombreux tronçons fossoyés découverts sur le lot 5, 39 au total, apportent de nouveaux éléments, en délimitant les tracés rectilignes de cinq fossés antiques numérotés de I à V. Chacun d’entre eux marque le paysage de son empreinte : les fossés I et II, en définissant le cadre et l’orientation générale d’un maillage fossoyé et de circulation de très grande amplitude d’orientation nord-nord-ouest, les fossés III, IV et V, en circonvenant les limites de subdivisons parcellaires perpendiculaires, globalement d’orientation est-ouest, de grandes dimensions (enclos ?). Ce schéma, appuyé par les informations de terrain, implique la postériorité des fossés I et II sur l’ensemble des autres fossés, suggérant un remembrement partiel, du moins une réorganisation du parcellaire, entre l’époque augustéenne et la fin du iie s. apr. J.‑C. Ce découpage administratif et foncier valide l’installation, sur le lot 0, en particulier, d’exploitations agricoles, d’habitats ruraux, de petites nécropoles ou de tombes isolées, dispersées sur l’ensemble du territoire, le long d’axes principaux, assurant la circulation et la maîtrise du paysage. Initié dès l’époque augustéenne, ce processus prend forme au Haut-Empire et se poursuit, du moins dans la mémorisation et la persistance des lieux funéraires, jusqu’au ive s. La découverte d’un bûcher funéraire de la fin du ier s., isolé le long du fossé I, témoigne d’une persistance funéraire d’un secteur à un autre de la plaine, même si l’on constate une raréfaction, voire l’absence totale, de vestiges d’habitats, toutes périodes confondues, à l’ouest du Rhône.

6Après étude partielle d’une partie du contenu du bûcher funéraire, il a été inventorié quatorze récipients, dont sept vases en céramique et sept en verre. Le dépôt est complété par une lampe et une statuette en terre cuite, deux fibules, une boucle de ceinture en alliage cuivreux et une monnaie en argent (un quinaire frappé en 29 av. J.‑C., au nom d’Octave).

7Parmi les catégories d’objets ayant subi l’action du feu, figurent la céramique, dans sa quasi totalité, à l’exception d’un pot miniature à onguent ou vase votif à pâte claire, le verre, à plus de 72 %, et la plus grande partie des éléments métalliques ferreux (clous de chaussures, de menuiserie et de tapisserie, ces deux dernières catégories pouvant avoir été utilisées pour la construction et la décoration du bûcher). Les accessoires d’habillement en alliage cuivreux et la monnaie en argent ne présentent, pour leur part, aucune déformation majeure liée à la crémation. Il s’agit donc de dépôts secondaires, au même titre que le vase miniature en céramique. Ces objets ont sans doute été déposés à l’extrême fin de la combustion, sur la cendre encore chaude.

8Deux objets soulignent par ailleurs le statut social visiblement élevé du défunt ou de sa famille : la monnaie en argent et la présence d’une cruche en verre, dont l’applique d’anse est moulée à l’effigie d’un visage féminin. Le nombre de vases, quatorze au total, est également significatif d’une certaine aisance. N’oublions pas non plus le rôle symbolique que peut présenter une telle structure.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Éric Thévenin, « Blyes – Parc industriel de la plaine de l’Ain « PIPA » (lot 5) » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Auvergne-Rhône-Alpes, mis en ligne le 18 février 2021, consulté le 03 décembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/99080

Haut de page

Auteur

Éric Thévenin

Inrap

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Éric Thévenin

Inrap

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search